Aller au contenu

PLANONYME

Membre
  • Compteur de contenus

    1 508
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

PLANONYME a gagné pour la dernière fois le 18 juillet 2016

PLANONYME a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 740 Explosif

2 abonnés

À propos de PLANONYME

  • Rang
    Train Bleu

Infos Métier

  • Entreprise
    -
  • Service
    En retraite
  • Métier & Lieu
    toute la carrière à PARIS MONTPARNASSE

Visiteurs récents du profil

5 023 visualisations du profil
  1. Hébergements et formations

    Le RH0077 n'existe peut-être plus en tant que Décret (c'était un Décret !). Mais il existe toujours à l'identique (à une virgule près je crois) en tant qu'accord d'entreprise validé par... un Décret. Enfin, quelque chose comme ça. A force de dire que cette réglementation du travail dite RH0077 n'existe plus à la SNCF, il ne faut pas s'étonner que les établissements fassent peut-être un peu n'importe quoi ! (si tel est le cas). Sans entrer dans les détails (repos réduits dans certaines limites, compensés plus tard dans certains délais) : - une journée de repos hebdomadaire = 24 heures, - s'y ajoute e repos journalier = 11 heures, Ce qui fait donc 35 heures pour une seule journée de repos entre deux grandes périodes de travail. S'il y a deux repos, il faut 35 (le premier repos) + 24 (le 2ème jour de repos) = 59 heures. S'il y a 3 jours de repos à suivre, il faudrait 59 + 24 = 83 heures. 3 repos à suivre c'est le maximum autorisé. C'est le B.A.-BA de la réglementation du travail. Qu'elle s'appelle RH0077 ou autrement.
  2. Dans la pratique, le médecin spécialiste sera nommément désigné par le médecin généraliste SNCF (de cabinet médical interne ou de secteur). Il s'agira la plupart du temps d'un spécialiste venant assurer des vacations au cabinet médical interne de rattachement (ou un autre plus ou moins voisin). Sinon, un spécialiste exerçant en libéral (ou en institution hospitalière) mais dont la consultation sera également assimilée à une prestation pour le compte du service médical SNCF (et rémunérée directement selon la convention qu'il y a entre eux, tout cela restant transparent pour le patient agent SNCF en activité qui ne voit rien du tarif pratiqué, ni n'avance rien). Sur son relevé de prestations de la Caisse de Prévoyance, il verra l'indication : "à la charge du service médical SNCF". Rien n'interdira à l'agent SNCF d'aller consulter qui il veut (dès lors qu'il est orienté par un médecin généraliste vers un spécialiste c'est bon au regard de l'assurance maladie pour ce qu'on nomme le respect du parcours de soins). Mais, si ce spécialiste n'a aucune collaboration avec le service médical SNCF, le patient doit s'attendre à ce que les honoraires soient ceux du secteur conventionnel du praticien (c'est à dire la plupart du temps le secteur 2 avec en conséquence dépassements d'honoraires qui ne seront pas pris en charge par la Caisse de Prévoyance, le cas échéant un peu ou pas par la complémentaire santé éventuellement souscrite).
  3. Retraites des Cheminots : Quelques aspects pratiques et importants La rubrique me semble idéale pour échanger sur ce cas. http://www.ladepeche.fr/article/2017/11/07/2679601-il-n-a-plus-le-droit-de-recevoir-sa-retraite.html#xtor=[[DDM-PRINCIPAL J'ai l'impression que l'article manque de précisions sur les tenants et aboutissants ou qu'on ne nous dit pas tout...
  4. Un petit nouveau : Marque publiée à l'INPI le 3 novembre 2017.
  5. Décès d'un agent caténaire

    Accident du travail mortel, normalement la toute première enquête c'est celle du CHSCT. Elle procède de l'arbre des causes. (extrait brochure I.N.R.S.)
  6. Il n'y a pas une rubrique "votre agence famille" et une sous-rubrique facilités de circulation ? L'image écran ci-dessous est celle du site dédié aux retraités. Mais il me semblait bien (de mémoire) que c'était à peu-près la même chose sur le site SERVICES RH pour les actifs.
  7. Les catastrophes ferroviaires

    Cette rubrique me fait repenser que demain (29 octobre) c'est le 95ème anniversaire de la catastrophe ferroviaire de Chatelaudren (Côtes du Nord, aujourd'hui Côtes d'Armor). (Wikipédia) Ce qui m'a fait me souvenir de la date, c'est d'avoir vu (il y a longtemps) une plaque mémoriale dans la gare. Incroyable le nombre d'accidents majeurs ou de catastrophes ferroviaires qu'il y avait dans ces années là. J'en compte pas moins de 15 en 1922 !
  8. Litige mutation

    Oui, parce qu'il a probablement des raisons en termes de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. L'indication "libre à partir de telle date" marque le point de départ à partir duquel il est possible d'envisager un changement de résidence (davantage qu'une mutation sans doute mais tout le monde dit mutation même quand il s'agit d'un changement de résidence). Les DRH ont des règles de bonne pratique et de bonne conduite entre eux : se donner jusqu'à 6 mois pour réaliser un mouvement de personnel. J'ai le vague souvenir qu'il y a d'ailleurs une charte à ce sujet que chaque agent peut invoquer avec une disposition sur le délai de réponse et (prévisible) de réalisation. Cela dit, un délai de réponse peut être très rapide quand il s'agit de dire non ! Ce n'est donc pas forcément un avantage de pouvoir exiger une réponse. Qu'est ce qui se passe dans la vraie vie ? Des établissements sont en culottes courtes n'ayant pas obtenu les autorisations d'embauche dont ils ont besoin. ou n'ayant pas pu les réaliser en temps et en heure. Ils sont prêts à accepter n'importe qui (rien de péjoratif là-dedans) venant d'un autre établissement et tout de suite de préférence. Parfois l'établissement cédant n'a pas besoin de compenser par un autre emploi. C'est une bonne aubaine pour lui de réduire sa voilure. Mais il arrive aussi qu'il ait soumis le départ à une compensation quelconque à son profit en matière d'effectifs : autorisation d'embauche ou autre mouvement de personnel entrant. Tout ça demande un peu de temps. Les bons DRH sont des experts du fonctionnement en réseau et des négociations inter établissements pour résoudre ce type de situation. Il faut demander / exiger des précisions sur ce qui bloque. Car il y a nécessairement un motif RH. Les délégués du personnel peuvent utilement intervenir, ne serait-ce que pour éviter que l'agent demandeur d'un changement de résidence ne se fasse balader.
  9. Et si on arrêtait de lapider la SNCF ?

    Lorsque la filière 27 (notamment) a été revalorisée, de nombreux agents de maîtrise (qualification E) et leurs postes ont été requalifiés à F (donc dans le collège cadre). Ce qu'on nomma les mesures Taillanter (du nom du directeur général délégué exploitation de l'époque). Les intéressés se désignèrent eux-mêmes volontiers comme des cadres exécutants, terme qui pourrait toujours mettre tout le monde d'accord dès lors que le classement dans le collège cadre correspond à la nécessité de rémunérer comme il convient un métier qualifié et pointu, davantage que de mettre des étoiles sur la casquette. D'autres cadres ont par contre des missions plus intellectuelles, moins opérationnelles, ou limitées à la direction ou au commandement (management) de leur équipe. La désignation cadre dirigeant convient bien. Pour les cadres supérieurs, il faudrait parler (si on parlait comme dans d'autres entreprises) de "top management" et encore au-dessus (pour les Florence Parly et autres) de "management stratégique".
  10. Blâme (simple) ou blâme inscrit au dossier (B..A.I. - blâme avec inscription), je crois bien que ce ne sont que des mots et que les deux, comme toute sanction autre que le simple avertissement verbal, sont inscrits de la même façon dans le dossier... disciplinaire. La mention "inscrit au dossier" différencie les deux types de blâme selon la gravité (appréciation unilatérale de celui qui prononce la sanction). Dans l'esprit "inscrit au dossier", c'est plus grave qu'un blâme non inscrit... qui est inscrit quand même.
  11. Et si on arrêtait de lapider la SNCF ?

    En voilà un, chef d'entreprise de son état, qui vilipende bien en plaisant pour une "indispensable réforme" (mais laquelle ?) : http://www.deplacementspros.com/SNCF-l-indispensable-reforme_a45352.html Les propos de la Ministre des transports, Madame Elisabeth Borne, ont sans doute choqué les cheminots même s'ils étaient empreints de bons sens. Sans annoncer qu'elle souhaitait la fermeture de gares ou de lignes, elle veut engager une réflexion avancée sur le futur du train en France. Officieusement, personne n'élimine l'option "refonte du réseau". Mais personne, aujourd'hui, ne veut le confirmer !
  12. Personnellement, je ne conseille pas ! Et ju75010 a bien souligné que c'était à double tranchant. Heureux qu'il ait apporté cette précision / mise en garde après ce qu'il nous a raconté le concernant. Faire valoir et utiliser plutôt les leviers de la politique RH en matière de mobilité.
  13. Les deux sont des "complémentaires santé" si l'objet du contrat, comme son nom l'indique, est de complémenter l'assurance maladie obligatoire. Une Mutuelle (avec un M majuscule), une vraie, mutualise les cotisations et avec ça garantit les adhérents (ce ne sont pas des clients) des conséquences financières des risques santé. Il n'y a pas de secret, une Mutuelle ne rembourse globalement pas davantage que ce qu'elle a encaissé. Et quand elle a constitué les réserves nécessaires (assez substantielles d'ailleurs), elle ne cherche pas à accroître la masse des cotisations à risques collectifs constants. A coté de ces Mutuelles, se sont positionnées des entreprises du secteur de la banque et des assurances qui, bien entendu, ont quant à elles pour objectif de dégager pas seulement une marge mais un bénéfice. Et qui n'ont pas pour vocation de remettre les bénéfices au pot par une augmentation des prestations ou une baisse des cotisations. Comme pour n'importe quelle police d'assurance, ces sociétés du secteur marchand tendent à faire payer le client à hauteur du risque qu'il représente. Comme une assurance automobile, selon qu'on est jeune conducteur, homme, femme, qu'on a un véhicule d'une gamme correspondant statistiquement à un comportement à risque, en fonction de la profession aussi (souvent, elles aiment bien les cheminots à cause de leur sens de la sécurité). Ceci explique que les profils qui ne sont pas réputés à risque se voient souvent proposer des tarifs attractifs par les sociétés d'assurances (puisque selon toutes prévisions, ils ne feront que payer sans jamais se faire rembourser quoi que ce soit puisqu'ils n'en auront pas besoin). Tandis que ceux qui représentent une catégorie susceptible plus qu'une autre d'avoir des accidents de santé casquent un maximum, en rapport avec leur niveau de risque santé. L'objectif de l'assureur n'est d'ailleurs pas de les garder comme client et il n'hésitera pas à les dissuader par ses tarifs. Tandis qu'une Mutuelle, une fois qu'elle a fixé son tarif, son mode d'évolution, elle garde l'adhérent même s'il coûte la peau des fesses en frais de santé. Ce sont les autres adhérents, en meilleure santé, qui seront mis à contribution. Ce sont vraiment deux modèles économiques différents.
  14. Formuler quand même officiellement la demande, postuler... Dans le processus administratif et statutaire, ce n'est rien d'autre qu'une demande de changement de résidence ou une mutation. Face au blocage RH, faire poser une question par les Délégués du Personnel : "Charlilo cherche à trouver un autre poste dans une autre branche. Or le RRH refuse tout mouvement. La délégation du personnel demande pour quelle(s) raison(s) et, le cas échéant, dans quel délai l'établissement envisagerait de lever un éventuel obstacle sur le plan de la gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences ?" (suggestion de formulation de la question) Le simple fait de devoir faire une réponse officielle publiquement, de l'argumenter et de mouiller le directeur d'établissement (au-dessus du RRH !) permet souvent d'atténuer les postures. Et ne pas hésiter (les DP feront normalement ça bien) à opposer la politique RH nationale en la matière. https://www.sncf-reseau.fr/fr/a-propos/developpement-durable/performance-sociale GARANTIR LA MOBILITÉ AU SEIN DE L’ENTREPRISE D’après loi du 4 août 2014, les salariés de la SNCF, de SNCF Réseau et de SNCF Mobilités peuvent occuper « tout emploi ouvert dans l’un des établissements publics constituant le groupe public ferroviaire, avec continuité de leur contrat de travail, ou dans leurs filiales », et ceci « sans discrimination liée à leur statut d’emploi ou à leur origine professionnelle ». En 2014, les sociétés du groupe ont signé la charte « Mobilité groupe », afin de favoriser entre elles les passerelles et parcours professionnels. Les métiers de SNCF Réseau présentent une offre de parcours professionnels variés et attractifs pour l’ensemble des salariés du groupe, et ont accueilli plus de 300 collaborateurs des deux autres établissements publics, SNCF et SNCF Mobilités.
  15. Réforme du système ferroviaire

    Au risque de faire constater son insolvabilité. Est-ce que ce n'est pas mieux de toucher chaque année à perpète un intérêt sur la grosse somme prêtée ? Et ça c'est du placement de "bon père de famille" !
×