PLANONYME

Membre
  • Compteur de contenus

    1 278
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

PLANONYME a gagné pour la dernière fois le 18 juillet 2016

PLANONYME a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 222 Explosif

1 abonné

À propos de PLANONYME

  • Rang
    Trans-sibérien
  • Date de naissance

Infos Métier

  • Entreprise
    -
  • Service
    En retraite
  • Métier & Lieu
    toute la carrière à PARIS MONTPARNASSE

Visiteurs récents du profil

4 432 visualisations du profil
  1. Un ancien cadre de la SNCF demande par le biais d'une pétition que les TGV de l'axe Paris-Bordeaux qui vont être remplacés par les nouveaux TGV Océane soient déployés sur la ligne Limoges/Toulouse. http://www.deplacementspros.com/La-ligne-de-Limoges-et-Toulouse-pourrait-elle-etre-assuree-par-des-TGV-en-2017_a41890.html
  2. Comme j'ai un peu induit en erreur, je confirme - vérification faite (si je ne me trompe pas de nouveau) - que contrairement à ce que je laissais entendre un seul enfant suffit pour percevoir le complément versé par la SNCF (allocation familiale supplémentaire). Ce qui est surtout demandé comme justificatif c'est un document de l'employeur du conjoint confirmant qu'un avantage de même nature n'est pas déjà versé (ce qui peut être le cas avec des employeurs de la fonction publique ou assimilée notamment).
  3. Pour le conjoint et les enfants ayants-droit, les fichets et la vignette annuelle à coller sur la carte sont adressés ensemble d'office courant décembre en fonction des informations connues de l'Agence Paie Famille.
  4. Possible qu'au cas particulier ça représente finalement 50 % du revenu d'activité mais ce n'est absolument par ça la règle de calcul. Le minimum de pension est un montant prédéfini.
  5. 12 jours en cas de consommation très ponctuelle et irrégulière. De un à deux mois, pour un consommateur régulier. (Source : infirmière dans mon entourage familial).
  6. Sauf erreur, une pension de réforme ne peut pas être d'un montant inférieur au minimum de pension. Ce minimum de pension était de 1216,85 € par mois en octobre 2015 (le montant n'est pas actualisé sur les pages du site de la CPR). Aux conseillers de la CPR, il faut leur demander : - je vais être réformé, ai-je le droit à un minimum de pension ? - quel est le montant de ce minimum de pension ? Personnellement, je ne pose plus de question à la CPR autrement que par écrit sur formulaire de contact. Car au téléphone, les réponses de premier niveau laissent souvent à désirer (je me demande si ce n'est pas sous-traité à un prestataire extérieur qui n'y connait pas grand chose). Merci de venir nous dire après nouvelle réponse obtenue de la CPR. Ce qui renseignera les visiteurs de ce forum sur cette articulation pension de réforme / minimum de pension.
  7. C'est une mise à pied temporaire indique l'article. Je traduis : mise à pied à titre conservatoire dans l'attente d'une procédure pouvant mener jusqu'au licenciement. Entretien préalable (délai de prévenance au moins 5 jours ouvrables). Décision de l'employeur au plus tôt 48 heures après l'entretien.
  8. Trouvé ceci : http://www.unsa-ferroviaire.org/images/tracts/tract_050217.pdf L'organisation syndicale indique avoir obtenu gain de cause. Mais elle précise aussi : "Il reste à définir, durant le temps de l’évolution du système informatique, des réponses et des solutions pour limiter les effets désastreux autant financiers que psychologiques pour les agents concernés."
  9. Les circonstances de l'accident le plus récent à Quédillac sont assez différentes. L’homme, âgé de 88 ans, circulait en voiture avec son épouse, âgée de 87 ans, et a franchi les voies alors que les barrières étaient levées. Croyant emprunter une route, il s'est inséré directement sur les rails. Voyant son erreur, le conducteur a tenté de manœuvrer pour faire marche arrière, avant que le TER reliant Rennes à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) ne vienne percuter son véhicule. http://m.20minutes.fr/rennes/2010539-20170208-video-bretagne-roulaient-voies-ferrees-deux-seniors-tues-train-quedillac
  10. Pour le congé sabbatique (article 15 du titre 4 du chapitre 10 "congés" du Statut), 3 ans d'ancienneté suffisent. Le congé sabbatique ne peut pas être refusé, seulement le cas échéant différé jusqu'à 6 mois. Duré du congé : de 6 à 11 mois. Sinon, il y a aussi le congé de disponibilité pour convenance personnelle (article 13 du titre 4 du chapitre 10 "congés" du Statut) pour un maximum de 4 ans. Il n'y a pas de durée minimale. Il n'y a pas de conditions d'ancienneté. Il n'y a en fait aucune condition ! Si ce n'est que c'est lié à l'acceptation du directeur d'établissement ou de l'autorité assimilée qui peuvent toujours les refuser ! Autrement dit, il y a toutes les conditions que ceux-ci veulent y mettre. Attention à ce type de congé de disponibilité pour convenance personnelle. Autant à l'issue d'un congé sabbatique, l'agent reprend à la date convenue son poste ou un emploi similaire dans sa résidence, autant dans ce cas différent, la remise en service est conditionnée à une vacance de poste. Et le maintien en situation de disponibilité peut se poursuivre sans limite même au-delà du maximum de 4 ans malgré la demande de réintégration. Ce type de congé est donc un coup de dés. Au retour, l'agent peut se voir tenu soit d'attendre une réintégration un certain temps, soit d'accepter ce qu'on lui propose et seulement ce qu'on lui propose. J'ai vu des rêves tournant au cauchemar, aucun poste satisfaisant l'agent ne lui étant proposé.
  11. Le TER effectuant la ligne Saint-Brieuc/Rennes a heurté une voiture à un passage à niveau vers 19 h 15 ce mardi soir dans le centre bourg de Quédillac (Ille-et-Vilaine). L’accident a fait deux morts : les occupants du véhicule. Un troisième passager a pu s’extraire de la voiture avant l’arrivée du train. Le trafic SNCF est perturbé sur la ligne Saint-Brieuc/Rennes. http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/pres-de-rennes-collision-entre-un-train-et-une-voiture-deux-morts-4786311?utm_source=of_alerte-generale&utm_medium=email&utm_campaign=of_alerte-generale&utm_content=20170207&vid=892684
  12. Sur Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Insuffisance_de_dévers Ce qu'il faut éviter c'est de publier des référentiels internes de la SNCF qui sont sa propriété. Mais de là à se refuser d'en citer des passages pour étayer un propos ou alimenter une discussion... je crois qui faut faire preuve de discernement. Ici : d=11,8.v2/r, d en mm, v étant la vitesse maximum en km/h et r le rayon de la courbe en mètres ce n'est a priori pas une formule mathématique déposée qui serait la propriété de la SNCF !
  13. Parce que probablement l'entretien a été réalisé par un prestataire extérieur qui n'y connait pas grand chose. Lors des phases ultérieures du processus de sélection, il devrait être possible d'obtenir davantage d'informations. En tout cas, il faut les demander. Ce n'est pas mal vu (ou ça ne devrait pas l'être) pour un candidat de s'interroger sur ce qui l'attend en entrant dans une entreprise. Cette dernière recherche les meilleurs postulants à ses yeux. Il est normal que ces candidats s'interrogent aussi et vérifient que la rémunération sera en rapport avec la valeur qu'ils estiment avoir sur le marché du travail. Si je reviens là-dessus, c'est que manifestement si on en juge par le nombre de questions arrivant sur ce forum de la part des candidats, les informations recueillies par ces deniers ou celles qui leur ont été données sont insuffisantes. Ce serait bien de venir nous dire ici le moment venu ce qui aura été annoncé en niveau de rémunération et en perspectives de déroulement de carrière.
  14. Donc, pas très en-dessous de la position 15 qui m'a servi de point de départ et de repère pour mes explications. La qualification B quant à elle s'échelonne sur les positions 4, 5 et 6 dans le premier niveau et 7 à 11 sur le second niveau. Là, c'est nettement moins bien que le parcours que j'ai décrit. Car reste alors à attendre d'arriver à C. Puis espérer D (première qualification de la maîtrise). Quelques uns pourront essayer de viser E (à partir de B2 sauf erreur). Plus on commence bas dans la grille, plus le parcours est long et difficile pour monter le plus haut possible. Il ne faut pas se laisser berner par les recruteurs entre ce qui est possible sur le plan théorique et la réalité. Rien n'empêche un agent recruté à B de gravir un à un tous les échelons de la hiérarchie (comme on dit dans les discours de départ en retraite) et de finir à la qualification G (des postes de direction) mais ça reste quand même l'exception.
  15. Difficile de répondre en quelques lignes. Ces sujets sont évoqués à plusieurs endroits sur ce forum. En recherchant avec les bons mots clés, il devrait être possible de reconstituer le puzzle. En quelques mots toutefois (ne serait-ce que pour aider à trouver ces thèmes)... Les agents du cadre permanent sont placés sur un grille de rémunération. Pour ne pas compliquer les choses, je ne vais parler ici que des agents du cadre permanent mais pour les contractuels il y a des équivalences qui aboutissent à peu-près au même système de déroulement de carrière et de salaire (somme toute globalement plus défavorable toutefois car beaucoup plus aléatoire là ou le Statut garantit plus ou moins directement une certaine progression minimale). Cette grille se décline sur 8 qualifications (A à H), deux niveaux dans chaque qualification (sauf A), et des positions de rémunération (1 à 35). C'est la position de rémunération qui fait le salaire. Je pense qu'un titulaire de BTS est placé en grade de début à l'équivalent de la qualification D, position de rémunération 15 (sous toutes réserves) pendant la période d'essai. Dès qu'il est commissionné au terme de la période d'essai, il est ensuite placé sur la position 16 (premier niveau de la qualification E). A partir de là, va commencer leur déroulement de salaire d'une part et de carrière d'autre part. Les deux pouvant se cumuler par période. Il y a d'abord les échelons d'ancienneté. On démarre à l'échelon 0. Deux après, c'est l'échelon 1. Il faut ensuite attendre 2 ans 1/2 pour accéder à l'échelon 2 et ainsi de suite dans des durées variables. Un échelon en moyenne tous les 2 ou 3 ans. Chaque échelon correspond à une augmentation de 2 % de la rémunération de base (sauf les échelons 8 et 9 = 3 % et le 10 = 3,60 %). Il faut 28 ans 1/2 pour arriver à échelon d'ancienneté 10. On voit que statutairement le salaire augmentera ainsi au moins de 1 % par an. Ce qui n'est pas si mal par les temps qui courent. Pourvu que ça dure ! A l'intérieur du niveau d'une qualification, il y a des positions. Par exemple le premier niveau de la position E se répartit sur les positions 16, 17 et 18. Chaque année un pourcentage de l'effectif de la position 16 passe à la position 17. Même chose pour ceux qui sont à la position 17. En gros, sauf accident de carrière ou problème particulier, tout un chacun peut compter obtenir la position suivante tous les 3 ou 4 ans (une partie est attribuée à l'ancienneté, une autre au choix du notateur... il y a tout un folklore d'entreprise autour de ça). Le déroulement en position s'arrête quand l'agent est arrivé à la dernière position de son grade (18 dans l'exemple E-1). Un agent E-1 arrivé sur la position 18 qui ne serait pas noté et ensuite nommé au niveau 2 de sa qualification resterait ainsi ad vitam aeternan sur la position 18. Cela dit, la plupart des agents d'une qualification finissent au bout d'un certain temps à être notés et nommés au niveau 2 de leur qualification (positions 19 à 23). Les agents de maîtrise de qualification E concourent aussi pour l'accès à la qualification F (cadre). Pour cela, ils doivent répondre à des pré-requis qui leur permettent d'accéder à la formation qui les mènera à l'examen professionnel du grade supérieur à F. Pour ma part (dans une autre filière que celle des surveillants de travaux), j'ai terminé ma carrière à la position 23 du niveau 2 de la qualification E, échelon 10. Et je gagnais (c'était fin 2011) environ 3 000 € brut par mois (un poste qui ne générait pas des éléments variables de solde vu les conditions d'emploi : pas de travail de nuit, des dimanches et fériés, pas d'astreinte...). Comme c'est un peu au-dessus du milieu de la grille de rémunération (hors primes), c'est juste pour donner un point de repère. Avec une grille de rémunération sous les yeux, il serait possible de mentionner le niveau de salaire pour chaque position. Les mécanismes étant déjà un peu compris par la lecture de ce forum, je pense qu'il reste à poser des questions précises lors de la phase de recrutement. Au moins pour la rémunération de début. Elle ne pourra ensuite, bon an, mal an, qu'augmenter pendant un certain temps. Le point de sortie sera évidemment très variable d'un agent à l'autre. Les aléas de la notation, les qualités professionnelles personnelles, la manière dont elle sont reconnues ou pas (ce n'est pas une science exacte !), la volonté de progresser en grade ou qualification et de faire donc ce qu'il faut (ou plutôt qui est attendu) pour ça.