Aller au contenu

PLANONYME

Membre
  • Compteur de contenus

    1 599
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

PLANONYME a gagné pour la dernière fois le 18 juillet 2016

PLANONYME a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 909 Explosif

2 abonnés

À propos de PLANONYME

  • Rang
    Train Bleu

Infos Métier

  • Entreprise
    -
  • Service
    En retraite
  • Métier & Lieu
    toute la carrière à PARIS MONTPARNASSE

Visiteurs récents du profil

6 068 visualisations du profil
  1. Des suites sur le cas cité plus haut, le 6 septembre (source : réseaux sociaux cheminots, d'autres que celui-ci).
  2. S'ajoute à la liste, Nicolas à Lille avec une issue a priori davantage satisfaisante pour toutes les parties : les soutiens et la défense ont permis de faire reculer la SNCF qui ne demande plus le licenciement de Nicolas mais une mise à pied de deux à quatre jours et un dernier avertissement C'est encore une histoire de torches allumées.
  3. Lu ici : http://www.sudrailpse.org/site/wp-content/uploads/LS-09-2018.pdf Épilogue sur des cas évoqués dans les pages précédentes. Manifestement, des révocations prononcées dans un silence assez assourdissant après quelques manifestations et mobilisations de principe. Signe je pense d'un très très gros affaiblissement du fait syndical à la SNCF.
  4. Une nouvelle série : En lisant le titre, j'ai d'abord cru que la direction avait fini par renoncer à une procédure ou à des sanctions. Mais non... Lire davantage ici : http://www.sudrailpse.org/site/wp-content/uploads/2018-08-30-Tract-aucune-sanction.pdf
  5. Des nouvelles de la procédure disciplinaire engagée contre Christelle, évoquée plus haut, il y a quelques semaines. Traduction pour les lecteurs qui ne sont pas forcément au fait de la cuisine des Conseils de discipline (ce qui n'est pas le cas des vieux de la vieille ici qui en ont déjà vu d'autres comme ça). Christelle restera cheminote, ne sera pas licenciée après "sa simple prise de bec" (sic). Tant mieux (sincèrement). Cela signifie donc que soit n'est sorti de l'urne du Conseil de discipline aucune sanction du niveau de la radiation (10ème et dernier niveau de sanction puisque égale licenciement pour faute grave), soit qu'une majorité (voire unanimité) s'est dégagée sur une sanction d'un niveau inférieur. Et là, il y a quand même du lourd : Je ne cite par les 4 premiers niveaux de sanction qui ne relèvent pas d'un Conseil de discipline qui se respecte. Bon, je ne lui souhaite pas, mais j'imagine bien Christelle sous le coup d'un dernier avertissement (pas bien grave, je ne pense pas qu'elle soit de tempérament à vouloir récidiver pour la beauté du geste militant) mais surtout un déplacement pour qu'elle ne croise pas la personne avec laquelle elle s'est prise de bec pendant la grève, voire en sus rétrogradation à une qualification inférieure (ce qui est une manière de prononcer des sanctions pécuniaires qui normalement sont prohibées). Ce n'est pas écrit mais pour son déroulement de carrière elle peut attendre un peu (beaucoup ?) aussi avant de se faire oublier. Du lourd (potentiellement). Et on pourrait pourtant finir par croire que c'est une victoire syndicale ! Mais attendons de voir d'ici un mois (délai pour l'autorité habilitée pour prononcer la sanction sur la base de l'avis du Conseil de discipline sans pouvoir aller au-dessus de la plus haute sanction votée et en devant tenir compte de la majorité qui s'est éventuellement dégagée). Pour qu'il y ait une majorité, il faut évidemment qu'un ou plusieurs représentants du personnel aient voté une sanction du même niveau que celle préconisée par les représentants de la direction. Drôle de folklore d'entreprise le Conseil de discipline.
  6. Un nouveau cas. Le communiqué (dans un groupe Facebook) remonte au 3 septembre. Le rassemblement de soutien a donc eu lieu le 4 septembre. Date correspondant au jour de l'entretien préalable en vue d'une sanction pouvant aller jusqu'au licenciement selon la formule consacrée. J'ai cherché un peu ce qui est reproché à ce ce militant (CGT). Voici ce que j'ai trouvé (citation): Laurent est accusé d’avoir ceinturé la Directrice d’établissement sur le quai au moment où se déroulait une manifestation en gare et de l’avoir portée pendant plusieurs mètres, sous le regard de plusieurs huissiers, RG et d’une vingtaine de policiers qui avaient été déployés ce jour-là dans la gare. Cependant, ces faits reprochés ne sont pas étayés, ne sont pas appuyés de preuves, ne sont pas appuyés de photos, et les rapports aussi bien des RG, que des huissiers ou de la police concernant ce jour-là ne signalent aucun problème ou fait de violence pendant le déroulement de la manifestation dans la gare, de même qu’aucune plainte des cadres ou membre de la direction n’a été enregistré le jour même. Néanmoins, certains dirigeants ont déclaré des accidents de travail 14 jours après les faits, alors que le délai légal pour déclarer un accident de travail est de 48h. Ces dossiers d’accidents de travail sont aujourd’hui utilisés par la direction pour attaquer Laurent et faire un dossier à charge contre lui.
  7. PLANONYME

    Mutation qui coûte tres chere

    Comme il s'agit de faire une simulation (pour avoir simplement une première idée par rapport à un budget), la faire sur la base du futur loyer pressenti. A priori, à peu-près connu puisque la présentation du sujet de préoccupation commençait par :
  8. PLANONYME

    Mutation qui coûte tres chere

    Voir si une allocation logement (APS, ALS ou ALF) ne viendra pas éventuellement compenser (d'un peu à significativement) l'écart de loyer. Simulateur sur : https://www.service-public.fr/simulateur/calcul/zones
  9. Extrait du rapport du rapport public annuel 2014 de la Cour des comptes :
  10. Eh bien, dans ce cas ça se corse. J'avais pensé à un dispositif de départ volontaire sur incitation de l'entreprise (aujourd'hui on appellerait ça une rupture conventionnelle). Ce type de rupture du contrat de travail est en effet légalement assimilé à un licenciement (non fautif bien entendu). Et, dans ce cas, bienvenue selon moi dans le RH00400 au jour de la liquidation des droits à la pension de retraite du régime spécial. Si c'est une démission "de plein gré", effectivement ça semble plié au regard du RH0246.
  11. zubrowka avait moins de 50 ans (et même moins de 48 ans et un mois s'il était agent de conduite) lorsqu'il a quitté l'entreprise dans le cadre d'un départ volontaire. Il est donc dans les "autres cas" de la réglementation des facilités de circulation. "Dans tous les autres cas, agent du cadre permanent, agent contractuel à durée indéterminée, le droit à FC au titre du présent référentiel, est clos pour lui-même et ses ayants droit, trois mois après le jour de la cessation de fonctions. Le droit au titre du référentiel RH 0246 est examiné à la liquidation de la pension de retraite". Son droit à FC des actifs s'est donc arrêté trois mois après son départ volontaire (RH0400, FC des actifs). Maintenant qu'il va être pensionné du régime spécial, son droit va être réexaminé dans le cadre du RH0246, FC des retraités. Et comme il remplit les conditions d'ancienneté de service (minimum de 15 ans), c'est bon. Cela-dit, les voies de la réglementation ou de son application sont parfois impénétrables. Défi administratif, a écrit zubrowka. J'aime bien aussi ! Il viendra, je l'espère, nous raconter.
  12. C'est bien (si je lis bien moi aussi) ce que disent les textes : "les FC sont accordées dès liquidation de la pension". Au cas d'espèce, ce sera donc le 22 septembre 2018 (enfin le 1er octobre, je crois que ça marche comme ça). Extrait RH 00246 "facilités de circulation des retraités sur le réseau SNCF" : (...) Sur le registre du défi administratif, personnellement voilà ce que je ferais : - j'essaierais de trouver prénom et nom du (ou de la) responsable de l'agence famille des retraités (qui est d'ailleurs à Marseille comme la caisse de prévoyance qui effectivement ne s'occupe pas de ça, après tout c'est un un organisme de sécurité sociale comme les autres aujourd'hui...) ; - ça doit être possible "par la bande" : quelques appels téléphoniques aux organisations syndicales du site de Marseille (annuaire Pages Jaunes) ou à une association de cheminots retraités pour leur demander "est-ce que vous connaissez son nom ?" ; Ça permettra de reconstituer l'adresse de messagerie : prenom.nom@sncf.fr Et ensuite, lui poser toutes questions à ce sujet directement (parce que à l'adresse nationale d'Amiens qui n'est chargée que du tri et de l'affectation du courrier entrant, ça risque de tourner en rond pour un futur retraité pas identifié chez les actifs). A charge pour le ou la responsable de l'agence famille dédiée de renvoyer vers un collaborateur ou collaboratrice (la messagerie électronique, c'est pratique pour ça).
  13. PLANONYME

    Réforme du système ferroviaire

    Journal du dimanche de ce jour. J'ai placé l'article sur un autre réseau social de cheminot(e)s : "Je bosse à la SNCF et j'assume" (groupe fermé Facebook). Comme je m'y attendais (un peu) ça a déjà déclenché des règlements de compte entre factions et obédiences syndicales. Ce sera plus modéré et réfléchi ici je pense... Pour info, l'expert en dialogue social cité est un ancien ASCT qui a occupé des mandats importants au sein de la Fédération CGT des cheminots. Ce n'est pas du BFM... https://www.trouver-une-formation-ce.com/2672/eric-ferreres-cheminot-devenu-expert-relations-sociales
  14. PLANONYME

    Montant pension de reforme

    Oui, je pense que c'est ça. Au cas d'espèce, en invalidité de catégorie 2 (incapacité d'exercer une activité professionnelle), la pension de réforme sera de 50 % de la rémunération de référence. Sous toutes réserves de bonne lecture et compréhension du règlement de retraite du régime spécial : Lire davantage ici : https://www.cprpsncf.fr/documents/20182/24214/Règlement+du+régime+spécial+de+retraite+du+personnel+de+la+SNCF/813cd6a4-6a64-4cc9-b171-269174717d57?version=1.3 Pour les facilités de circulation (conditions de plus ou de moins de 15 ans d'activité) je ne saurais dire et je n'ai pas trouvé dans le RH00246 (lecture en diagonale...). Je pense que les anciennetés se cumulent : le total des deux régimes d'emploi successifs sans interruption correspond bien à l'ancienneté du contrat de travail. Et donc à la durée de service. Si tel n'était pas le calcul retenu, pousser l'entreprise (agence famille) dans ses derniers retranchements et la forcer à motiver un calcul à géométrie variable de ladite ancienneté de services.
  15. PLANONYME

    Embauche SNCF

    Carte de circulation (dite Carmillon) dès le premier jour de l'embauche. Il faut peut-être compter avec un délai de mise à disposition mais le droit à ces facilités de circulation est ouvert sans délai. Le Carmillon est même indispensable pour servir de carte d'identité pour l'accès aux emprises autorisées du chemin de fer. Un pass Navigo peut néanmoins être utile s'il s'agit de devoir emprunter d'autres lignes que celles exploitées par la SNCF : bus, métro, partie du RER exploitée par la Ratp... Auquel cas, l'abonnement Navigo sera pris en charge à hauteur de 50 % par la SNCF en tant qu'employeur et comme n'importe quel employeur.
×