Aller au contenu

likorn

Membre
  • Compteur de contenus

    1 832
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

likorn a gagné pour la dernière fois le 19 juillet 2016

likorn a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

2 654 Explosif

3 abonnés

À propos de likorn

  • Rang
    Chat noir à 80%

Infos Métier

  • Entreprise
    CFF
  • Service
    Conduite des Trains
  • Métier & Lieu
    Mécanicien de ligne Voyageurs/Cargo

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. C'est fou ce que c'est codifié quand même. Quand tu penses qu'à Genève y que quatre groupes (roulements) liés simplement aux différentes "spécialités" que sont la France (La Plaine-Bellegarde), l'Italie (ETR et Simplon jusqu'à Domodossola) ou la connaissance Zurich-St-Gall du groupe 4. Pis tant St-Gall que la France vont passer dans le profil de base du dépôt, donc formation de tous les agents. Ce qui va permettre de renouer avec la tradition d'avoir un groupe 1 avec des tours à horaires raisonnables réservés aux "vieux" entre 50 et 65 ans.
  2. likorn

    Actu ferroviaire suisse

    C'est dommage, lesdits travaux venaient tout justs de refaire l'entièreté de la ligne de contact de la gare... Pas très écolo tout ça.
  3. Bon il ne faut pas toujours peindre le diable sur la muraille. Il m’est aussi possible légalement de bosser 14 jours d’affilé et d’avoir des amplitudes de service de 15h avec des repos chutant à 12h. Ce serait légal. Mais dans la pratique, cela n’arrive jamais. Enfinj’ai Déjà bossé 14 jours mais c’était pour décaler des congés et partir en vacances... Ce qui est important, c’est le nombre d’heure annuels et surtout la pratique quotidienne du cadre. Les taquets sont là pour encadrer, pas limiter.
  4. likorn

    Réforme du système ferroviaire

    Ce qui est sur, c’est qu’à terme, on peut arriver au système Suisse. Signal ouvert, ça suffit. L’autorisation de départ n’est donnée que dans certains cas précis et prévus, soit par téléphone, soit par SMS. Chez nous, où la concurrence entre EF existe, il n’y a personne sur le terrain, nul part. Tout juste le BLS place-t-il des agents de train dans certains de ses RE pour faire du marketing relationnel (et aussi parce qu’il est possible de s’agripper aux portes et de rester sur les marchepieds). Ne vous formalisez pas trop, si on crée des postes, ils seront administratifs, les autres ont vocation à disparaître. Vous pouvez croire que non, être sur de cela, les projets sont là et les capacités de la techniques aussi. Aujourd’hui, l’IA est devenue meilleure que l’humain, y compris dans des domaines sociaux ou artistiques. Le fait que cela n’ai pas encore débouché sur de réelles applications ne change rien au fait que la concurrence de la machine est en notre défaveur. Ainsi, la question n’est pas « si », mais « quand » tous ces métiers disparaîtront. Sans doute pas demain, mais après-demain... ? Car ce « quand » est conditionné par la logique financière, rien d’autre. https://www.smartrail40.ch/fr/programm/programm/automatic-train-operation-ato.html https://m.youtube.com/watch?v=DrjkjPVf7Bw
  5. Ce qui est surtout con, c'est de sous-entendre que les aides-sociales font sortir de la pauvreté. Ce n'est pas le but. Ça ne l'a jamais été. Les aides sont là pour ne pas sombrer dedans, pour qu'un filet empêche au moins pour un temps la chute. C'est là le rôle des aides sociales et des minimaux sociaux. Pour sortir de la pauvreté, il faut des programmes de réinsertion et d'éducation, des postes vacants, des pssibilités de progression sociale et enfin des rémunérations équitables. Si les rémunérations équitables manquent, et ça passe par une législation fiscale équitable, bin ça ne marchera jamais. Sans argent, pas moyen d'être riche.
  6. Vu qu'il s'agira d'un financement fédéral, pour une réalisation contenue dans un projet de la Confédération, le réferendum éventuel sera bien national. Si ensuite un complément financier est apporté par les Cantons concernés, et selon leur Constitution respectives, des référendums cantonaux sur lesdits financements sont en plus envisageables. Chacun vote sur ses sujets, un seul vote ne suffisant pas forcément pour de gros projets impliquant de nombreux financements.
  7. Non, elle a par contre mis le percement dans son projet du développement des infrastructures a l'horizon 2030. C'est un projet. Le parlement ensuite en disposera, puis il y a fort à parier qu'il y aura une votation.
  8. En plus y a du rouge partout! Edit Y a une réponse en plus, donc ma réaction est liée au diagramme présentée plus haut avec 95% de rouges qui votent pour. C'est beaucoup trop facile
  9. likorn

    Prolongement du CEVA (Genève Annemasse) en France

    C'est quand même fou cette incapacité des journalistes français à s'instruire un minimum; aucun journaliste suisse ne parlerait "des SNCF". 10 secondes sur google hein. Et après on s'étonne que le Suisse moyen trouve le français (moyen) hautain et prétentieux. Bref... pour en revenir au CEVA, côté Suisse sur la voie unique Coppet-Genève, la mise au quart d'heure commence en Juin, uniquement aux heures de pointes (6h00-10h00 et 16h-21h). En décembre, cadencement aux 15mn sur l'intégralité du tronçon chaque jour de semaine. La signalisation est adaptée avec notamment un décalement des signaux d'avertissements dans les gares de croisement pour éviter de se trainer à 40km/h sur signal fermé entre deux stations. Par ailleurs les rames Flirts Léman-Express sont là et circulent y compris sur le RER Vaud pour validation; les gares de Mies et Chambésy sont terminées et permettent les croisements. Le tronçon banalisé Lancy-Pont-Rouge - Genève est terminé, la vitesse de ligne est repassée de 40 à 80/95km/h et la nouvelle halte est opérationnelle. Globalement, ça tient la route comme horaire mais ça va rester fragile comme réseau.
  10. Déjà que c'est dur avec de grandes organisations dans un grand pays, tu n'imagines pas que cela soit possible dans un petit pays, pour de petits groupes de personnes qui en plus ne sont pas des professionnels ni même défrayé en temps pour ce qu'ils font. Il est dur d'intégrer les cadres, ils se sont "trahis" en le devenant, mais ils n'ont pas le pouvoir que leur prête "la base". Ils sont pris en sandwichs. Les mettre dans des filiales parallèles ne mène que à ce que je lis ici, on se demande pourquoi ils ne se montrent pas plus, on doute de leurs intentions, on se demande s'ils ne seraient pas finalement mal informés, ou pire, inutiles. Imagine dans un pays comme le mien ou le licenciement n'a pas besoin d'être justifié ce qu'il peut en coûter d'être syndicaliste, et ce que cela signifie pour quelqu'un qui aimerait ne pas rester dans l’exécution, peu importe la raison d'ailleurs. Ils ont plus à perdre, c'est tellement simple à comprendre. Ils sont moins nombreux, plus facilement isolés, plus facilement saqués, plus facilement manipulés aussi parfois. Puis bien entendu, ils ne sont pas forcément d'accord. Le problème des cadres, dans un syndicat, est extrêmement délicat. En cas de conflit entre un employé et un cadre syndiqué, on fait quoi? On intervient comment? J'ai même des collègues qui préfèrent un autre syndicat "car l'autre ne représente que les mécanos, et qu'en cas de conflit avec un aiguilleur, je veux ma défense". Que puis-je réellement répondre à cette si simple question? Qu'on ne défendra pas l'aiguilleur? Qu'on le laissera tomber? Pareil pour le cadre, que ferais-je en cas de conflit entre lui et un agent syndiqué? Il n'y a rien de fataliste à ce que je dis. Ce que je crois, surtout, c'est que les cadres sont un faux débat. Les conflits ne se font pas par eux, ils n'ont pas besoin d'eux pour exister; ils sont un relais, pas un moteur.
  11. C'est partout pareil. Chez vous comme en Suisse. J'ai des cadres dans ma section, ils sont plutôt peu aimé de part leur statut, ils le savent. Ils restent adhérent mais ne viennent pas aux AG. Et puis s'ils s'y venaient, des collègues ne viendraient pas. J'entends, c'est particulier comme situation. Dans le domaine professionnel strict, ils sont mes supérieurs. Ils ont un pouvoir administratif sur moi, peuvent me punir ou demander mon éviction. Et dans le syndicat, ils sont sensé passer par moi pour demander des aides juridiques, des conseils ou une personne de soutient. De même, ils sont sensés passer par moi pour demander une prise de position où même pour que je court-circuite la hiérarchie pour taper plus haut, pour avoir une réponse direct. Ca pose problème, évidemment : Le sergent qui demanderait au soldat d'aller pour lui causer avec le colonel; colonel que le soldat connait, mais pas le sergent... Et puis bon, je ne sais pas ce qu'ils font, pas facile des les toucher et de parler aussi en leur sens. Le fait que certains restent syndiqués, au final, je trouve que c'est déjà une certaine preuve de loyauté.
  12. Bah, il manque juste la niaiserie dans sa définition. Ça va, y a pire, certains confondent bien lapalissade et tautologie.
  13. En même temps, 65 ans c'est déjà le cas chez nous. Suffit de nous copier Mais on fait clairement moins de gosse, donc y a moins de cotisants...
  14. likorn

    Acte de malveillance ou tentative d'attentat

    Moi qui défendait les privés, en arguant bêtement que cela ne changeait pas grand chose au sérieux du personnel, je me sens tout idiot d’avoir osé écrire que vous êtiez consciencieux. Parce qu’entre des syndicalistes intégristes et des pseudo-conducteurs terroristes (c’est si facile la surenchère), je ne vois pas de grande différence. J’entends, mal faire par erreur c’est humain, mal faire par volonté c’est juste con.
  15. Bonjour Likorn!

    Je suis conducteur de train sncf en france, depuis 17ans ( j’ai 36ans) et je me pose la question pour éventuellement m’implanter en suisse.

    Sais- tu si la compagnie cff est à la recherche de conducteurs, et si les français sont les bien venus?

    (je parle couramment l’allemand)

    merci d’avance pour ta réponse

    salutations,

    Green

     

     

×