Aller au contenu

NEMO94

Membre
  • Compteur de contenus

    1 815
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

547 Explosif

À propos de NEMO94

  • Rang
    Train Bleu
  • Date de naissance 13/02/1972

Infos Métier

  • Entreprise
    -
  • Service
    non

Visiteurs récents du profil

15 289 visualisations du profil
  1. Les Echos, le canard qui a ses (très) bonnes sources (les fameux "proches du dossier") et qui est souvent utilisé pour faire fuiter volontairement des infos avant leur annonce officielle... Jeu de poker menteur entre gouvernement et OS SNCF sans aucun doute, entre menace d'emploi des ordonnances et menace d'un conflit long et très suivi avec quasi paralysie du réseau pendant plusieurs semaines, je pense que chaque partie attend le test du 22 mars, mais si les annonces du 26 février enveniment la situation et confirment la menace du feu nucléaire des ordonnances, pas sûr que la base attende aussi longtemps. Lu dans Le Parisien, la direction SNCF sonderait par téléphone des cheminots, preuve si il en est que le conflit social semble inévitable.... Habile stratégie que ce rapport Spinetta qui mélange deux sujets brûlants qui n'ont rien a voir, l'extinction du statut pour les nouveaux embauchés, et l'avenir des petites lignes à faible trafic très déficitaires.
  2. Le calendrier serait très serré.... Ben voyons, le tube de vaseline il est gratos ? A la une du quotidien économique Les Echos demain : SNCF : La piste des ordonnnances Le passage en force se précise, avec ou sans Pépy, et avec quelle réaction des cheminots ? Attendons le discours du 26 !
  3. Sympa le "Allez les cheminots on vous aime" sur la pancarte !!!
  4. 127 pages c'est vite lu, 2h suffisent pour devenir incollable sur le cas Spinetta ! Prochain épisode le 26, et ensuite il reste un mois avant l'échéance du 22, durant ce laps de temps tous les protagonistes vont s'observer, et peut-être se rencontrer en coulisses...
  5. Bel exercice de communication de Pépy ce matin, mais ça il aime faire et il est un expert ! Le gouvernement pense l'avoir de son côté (il est Macron compatible, il est en poste depuis longtemps, il est populaire auprès du grand public) mais mine de rien , en 10 min il a lancé pas mal de messages à destination de l'exécutif ! Il ne se prononce pas sur le bien-fondé de la remise en cause du statut pour les nouveaux embauchés, mais il précise que les réformes envisagées sont du ressort du législateur, donc si le 26 on annonce des ordonnances, il aura prévenu, et emploie plusieurs fois le terme "négociation" après "concertation" pour dissuader d'un éventuel passage en force. La seule arme qu'il détient, c'est de pouvoir librement sauter du train en marche, et si il démissionnait brutalement, je pense que le gouvernement serait dans une belle m.... Et en ce qui concerne le changement de forme juridique, il confirme implicitement que nourri des exemples antérieurs (EDF, Gaz de France, Orange) c'est toujours la première étape vers une privatisation partielle.
  6. Les sites web de l'Opinion (ou du Figaro) ne vont pas se mettre à encourager la lutte éventuelle des cheminots, ni à (si c'est le cas) informer leurs lecteurs que l'opinion publique est au pire indifférente, au mieux comprend voire soutient le mouvement de grève... En 1995 (la référence va devenir de plus en plus incontournable, et incompréhensible pour les moins de 30 ans qui ne peuvent l'avoir vécue) malgré les reportages et sous entendus des médias officiels (les chaînes type BFM TV n'existaient pas, et l'internet grand public débutait) les grévistes et les observateurs ont vite constaté que les cheminots bénéficiaient de la sympathie de la population !
  7. EDF est devenue une SA, Gaz de France a été privatisée et fusionnée avec Suez, les salariés qui relevaient du statut IEG en bénéficient toujours, le régime spécial de retraite IEG existe toujours, même si il a été partiellement adossé au régime général, donc pas de lien entre le statut des personnels et la forme juridique des entreprises.... Comme pour la fonction publique, le statut, c'est donnant-donnant, il y a des avantages, mais aussi des obligations et des contraintes qui ne sont pas celles des salariés du privé. Les rencontres avec les OS sont bien des bilatérales, mais on annonce déjà pour le 26 le calendrier et la méthode (sic) le gouvernement semble donc pour l'instant déterminé. Mêle si il semble délicat de comparer la situation avec celle de 1995, il y a plusieurs points communs, gouvernement de droite déterminé, président élu par défaut face à un adversaire FN, mais en 1995 le privé n'avait pas eu en hors d'oeuvre la première salve d'ordonnances...
  8. Dans Les Echos du 19/02, une analyse des propositions du rapport Spinetta en matière tarifaire. 200 M€ pourraient selon l'auteur être gagnés en augmentant significativement les tarifs Pro et en supprimant le tarif maximum en 2nde sur Paris/Lyon et Paris/Marseille. Augmentation proposée également des premiers paliers tarifaires Ouigo.
  9. [TGV Duplex] Sujet Officiel

    Ca ne m'étonnerait pas qu'à moyen terme des 3UFC soient engagées pour des raisons commerciales sur l'axe Paris/Lyon, c'est sans doute la ligne du Sud-Est où il u a le plus de clientèle à haute contribution, et le service Business 1re vient d'y être déployé ! Avec la même campagne de pub qui insistera sur l'arrivée de matériel neuf.
  10. La suite commence à se dessiner, les OS SNCF sont reçues au ministère, on leur présentera certainement ce que le gouvernement retient des propositions de Spinetta, vieille technique si ce sont des bilatérales on cherchera à diviser lesdites OS, en amadouant celles (toutes sauf CGT) qui n'ont pas (encore) appelé au mouvement du 22 mars, et le 22 c'est une grève à priori carrée qui sera très observée. Le choix de la date du 22 mars pour la mobilisation des cheminots n'est pas innocent (même si c'est officiellement un report de l'action prévue en février et annulée suite aux intempéries) pour la faire coïncider avec la grève prévue dans la fonction publique, le point commun entre fonctionnaires et cheminots, c'est le statut... 22 mars, une date d'ailleurs historique, ceux qui savent pensent immédiatement au 22 mars 1968. Au passage, le gouvernement semble avoir été pris de court par les récentes poussées de fièvre dans la pénitentiaire et la FPH, ainsi que les EHPAD, le calme est provisoirement revenu, mais ce n'est que partie remise !
  11. Madame Michu ou le gars qui passe sa journée devant BFM TV ou le djeun'z qui est connecté sur les réseaux sociaux H24 très certainement, mais ceux qui connaissent l'histoire sociale de la France depuis 1945 un peu moins...
  12. Les propositions sur le statut dépassent pour le gouvernement le cas des cheminots, qui ne sont pas les seuls à être régis par des dispositions dérogatoires au droit commun, il y a aussi les 3 fonctions publiques, et quelques autres secteurs, bénéficiant ou non d'un régime spécial de retraite, dont les salariés IEG. Le statut des cheminots est lié à l'histoire sociale de la France, tout comme le statut de la fonction publique, ou celui des IEG. Remettre en cause ce statut, c'est indirectement permettre de liquider ensuite de nombreuses spécificités françaises en matière économique et sociale, et poursuivre le nivellement par le bas. Pour le grand public il est difficile de trouver des ouvrages accessibles résumant l'histoire du statut des cheminots, de mémoire il y a un bouquin rédigé par Georges Ribeill (et très certainement épuisé, mais trouvable en bibliothèques) qui est assez complet...
  13. Le rapport Spinetta n'est pas encore devenu le plan Spinetta (par analogie au célèbre plan Juppé) mais quand on lit l'interview de la ministre Borne ce dimanche dans le JDD, il ne fait aucun doute que les principales mesures proposées sont validées par le gouvernement... Et il est évident que si Macron met KO les cheminots, le reste suivra assez rapidement ! En 1995 Juppé a reculé sur la réforme des régimes spéciaux, mais le reste est passé... Et pour les petites lignes menacées, c'est un secret de polichinelle que le gouvernement actuel (et Macron) sont très à l'écoute des lobbys du transport routier et des 3 grands français du BTP !
  14. Finalement pas grand chose de bien nouveau (pas encore lu tout en détail) Retour des vieilles rengaines libérales sur le statut des cheminots source de tous les maux du ferroviaire en France, nouvelle version des cartes héritées du plan Guillaumat pour liquider les petites lignes à faible trafic, et les remplacer par des autocars, et piqûre de rappel sur les conditions d'ouverture à la concurrence voyageurs (appels d'offres réguliers pour les services TZER conventionnés, open access pour la GV)
  15. Pas trop d'accord, quand on cause cette semaine à la machine à café, on entend souvent que les cheminots (encore plus qu'en 95) sont sans doute les seuls en France à pouvoir infliger une défaite à Macron, à l'issue d'un conflit encore plus dur qu'en 1995, si ça part, la grève par procuration sera encore d'actualité, même si on nous assénera le contraire dans les médias officiels à grand renforts de micros trottoirs orientés ! Et si Macron (qui a rapidement oublié les circonstances très particulières de son élection, pas comme son prédécesseur Chirac) met KO les cheminots, c'est tout le modèle social français issu de l'après 1945 qui sera laminé. Les BlaBlaCar et les cars Macron (qui n'existaient pas en 1995) permettront quand même de se déplacer sur le territoire, ce qui rendra la gêne acceptable, même au bout d'un mois de conflit !
×