IGS4

L'étoile ferroviaire de Pithiviers (Loiret)

245 messages dans ce sujet

Petit rappel historique . . .

14 septembre 1868 - Ouverture de la ligne Pithiviers - Malesherbes (19 km)

4 novembre 1969 - Fermeture au service voyageurs

18 août 1872 - Ouverture de la ligne Pithiviers - Les Aubrais-Orléans (43 km)

4 novembre 1969 - Fermeture au service voyageurs

1892 - Ouverture de la ligne à voie étroite de 60 - Pithiviers - Toury (33 km)

1892 à 1898 - Exploitation: Société d'exploitation des Etablissements Decauville & Ainé

1899 à 1964 - Exploitation: Régie départementale du Tramway de Pithiviers à Toury

La proximité de la culture des betteraves entraîna un important

trafic marchandises vers les sucreries de Pithiviers et Toury

Cette activité sera la raison d'être de la ligne

Après la suppression du trafic voyageur, la desserte des sites s'effectuait au

moyen d'environ 50 km d'embranchements, longueur variant selon les saisons

1952 - Fermeture au service voyageurs

Novembre 1964 - Fermeture au service marchandises (après la saison betteravière)

27 octobre 1902 - Ouverture de la ligne Pithiviers - Beaune la Rolande (21 km)

19 février 1905 - Ouverture de la ligne Pithiviers - Etampes (36.500 km)

4 novembre 1969 - Fermeture au service voyageurs

La ligne était à cheval sur l'Essonne (19.800 km) et le Loiret (16.700 km)

Le point culminant est situé entre Méréville et Estouches à 138 mètres d'altitude

Le plus bas est à Boissy-la-Rivière à 77 mètres

De nombreux ouvrages d'art ont été construits pour permettre le passage des trains

Le plus important sera le viaduc de la Vallée de Parrin composé de 7 arches de 10 mètres d'ouverture

La gare de Méréville et le viaduc de la vallée de Parrin http://gare91.free.fr/histoire.php

Modifié par IGS4
1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne pas oublier que, aux abord immédiats de la gare de Pithiviers, a existé de 1941 à 1944 un camp de regroupement pour les Juifs, similaire à celui de Drancy (un autre a été installé à Beaune la Rolande). Une plaque apposée sur le BV de Pithiviers le rappelle.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne pas oublier que, aux abord immédiats de la gare de Pithiviers,

a existé de 1941 à 1944 un camp de regroupement pour les Juifs,

similaire à celui de Drancy (un autre a été installé à Beaune la Rolande)

Tout à fait . . .

L'ancienne ligne de Pithiviers à Beaune la Rolande est

surtout connue pour cette période sombre de notre histoire

La SNCF pendant l'occupation

Dès la signature de l'armistice franco-allemand du 22 juin 1940, en application de

l'article 13 de la convention d'armistice, les chemins de fer (de même que les routes

et voies navigables) sont mis à la disposition de l'occupant dans la zone occupée,

soit les deux tiers du réseau de la SNCF (en juin 1940), qui fixe les priorités

L'organisation mise en place laisse toutefois la responsabilité de l'exploitation et

du fonctionnement à la SNCF sous la surveillance d'un organisme militaire allemand,

le WVD (Wehrmachtverkehrsdirektion) dont le siège est à Paris (sauf pour une partie

des réseaux Nord et Est dépendant du WVD de Bruxelles)

Le réseau Alsace-Lorraine de son côté est rattaché à la Reichsbahn à partir du 1er juillet 1940

Dès l'été 1940, l'occupant allemand effectue des prélèvements de matériel,

le premier ordre portant sur 1000 locomotives et 35 000 wagons

Après la rafle du Vel d'Hiv le 16-17 juillet 1942, les juifs arrêtés sont déportés

par les autorités françaises dans des trains de la SNCF vers les camps de Drancy,

Pithiviers et Beaune la Rolande

Le 31 octobre 1942, un conducteur de locomotive, Léon Bronchart, est le seul conducteur

a refusé de conduire un train de Juifs vers la déportation. C'est le seul cas connu

Des trains de déportés sont partis vers la frontière allemande jusqu'en 1944

Modifié par IGS4
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y a une plaque sur le BV d'Étampes aussi.

Quelqu'un sait ce qui s'est passé le 4 nov 1969 pour que les 4 lignes autour de Pithiviers soient fermées ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y a une plaque sur le BV d'Étampes aussi.

Quelqu'un sait ce qui s'est passé le 4 nov 1969 pour que les 4 lignes autour de Pithiviers soient fermées ?

Simplement l'application de plusieurs décrêts de fermeture....cette époque en fut feconde....

Fabrice

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y a une plaque sur le BV d'Étampes aussi

Normalement, deux plaques commémoratives sont présentes en gare d'Etampes,

dont une dédiée au "Souvenir aux évadés de France"

http://www.cheminots.net/forum/index.php?showtopic=19701

Modifié par IGS4
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Simplement l'application de plusieurs décrêts de fermeture....cette époque en fut feconde....

Fabrice

1969 et 1970, de nombreuses fermetures de lignes

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 31 octobre 1942, un conducteur de locomotive, Léon Bronchart, est le seul conducteur

a refusé de conduire un train de Juifs vers la déportation. C'est le seul cas connu

Merci pour ce complément d'informations concernant

notamment le refus d'obéissance de Léon Bronchart mdrmdr

Modifié par IGS4
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petite précision concernant Léon Bronchart : son titre de Juste parmi les Nations lui a été décerné parce qu'il a sauvé ses voisins juifs, et non pas pour son acte de désobéissance (c'était des déportés républicains espagnols), qui reste admirable malgré tout. Je ne pense pas que cet acte d'un cheminot soit unique, car les vrais héros sont par principe toujours modestes. J'ai entendu parler plusieurs fois d'histoires de cheminots de l'ancien Alsace-Lorraine qui avaient eu l'occasion de planquer des Juifs dans la soute à charbon de leur tender.Un autre fait, rapporté incontestable : en gare de Langeais (entre Tours et Saumur), un wagon couvert exposé sur le quai rappelle qu'en 1944, des déportés avaient pu s'échapper d'un convoi en profitant d'un bombardement de la gare. Il y a eu forcément quelques cheminots pour les aider !

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petit rappel historique . . .

19 février 1905 - Ouverture de la ligne Pithiviers - Etampes (36.500 km)

4 novembre 1969 - Fermeture au service voyageurs

Au départ de Pithiviers la ligne desservait

Engenville (+ 7 km), Audeville (+ 10 km), Sermaises du Loiret (+ 13 km),

Estouches (+ 19 km), Méréville (+ 21 km), Saclas Saint-Cyr (+ 26 km),

Boissy la Rivière (+ 29 km), Saint-Martin d'Etampes (+ 35 km) et Etampes (+ 37 km)

Côté Etampes, cette ancienne ligne avait son origine aux abords du Poste B

Dans les dernières années de son exploitation, la desserte de la ligne

était assurée par trois autorails de 2ème classe dans chaque sens

Train 483 - Etampes 7.46 Pithiviers 8.44 - Quotidien

Train 485 - Etampes 12.41 Pithiviers 13.39 - Samedis

Train 489 - Etampes 13.59 Pithiviers 14.57 - Sauf les samedis

Train 487 - Etampes 19.33 Pithiviers 20.33 - Quotidien

Train 482 - Pithiviers 6.34 Etampes 7.30 - Quotidien

Train 486 - Pithiviers 11.18 Etampes 12.12 - Quotidien

Train 488 - Pithiviers 18.10 Etampes 19.06 - Quotidien

Modifié par IGS4
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Côté Etampes, cette ancienne ligne avait son origine aux abords du Poste B

C'est toujours le cas, la gare de St Martin d'Etampes étant devenue terminus de la banlieue SO dès le lendemain de la fermeture d'Etampes-Pithiviers.

L'urbanisation de la vallée de la Juine entre St Martin et Méréville (16 kms) fais regrèter cette fermeture.

Périodiquement, à l'approche d'échéances électorales, la réouverture est évoquée par les élus, mais comment intercaler des trains Méréville-Etampes entre les RER C qui tournent à St Martin sans mettre à double voie la plateforme en talus et les trois ponts sur la Chalouette et la RN20, ainsi que le tunnel sous les voies du PO ? Quant à élargir la tranchée du poste B pour y loger une sixième voie, en plein centre ville d'Etampes...

Techniquement, tout est faisable; financièrement, c'est autre chose.

Entre St Martin (pk 57.5) et le pk 58 environ, la voie sert de tiroir de manoeuvre, fermée par un portail.

Au delà, la voie en rail DC est à l'abandon depuis plus de 20 ans, avec des arbres hauts de 3 mètres entre les traverses.

Seul le viaduc entre Saclas et Méréville fait l'objet d'une surveillance annuelle puisqu'il sert de mur d'escalade aux pompiers essonniens et aux apprentis-GIGN de Mondésir.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et ce serait possible de pousser le RER C jusqu'à Mereville, et éventuellement faire un croisement a St Cyr la Riviere ou Saclas ?

Puis faire des TER Méréville - Pithiviers ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et ce serait possible de pousser le RER C jusqu'à Mereville, et éventuellement faire un croisement a St Cyr la Riviere ou Saclas ?

Puis faire des TER Méréville - Pithiviers ?

Après toutes ces considérations historiques sur l'étoile ferroviaire de Pithiviers et sur l'autre étoile bien moins reluisante, je me permets quand même de vous signaler l"automotrice prétoléo-électrique système Crochat" qui se trouve au musée de Pithivier. C'est le protype des autorails diesels électriques et une véritable "galooping-goose", même si les morceaux ne proviennent pas de la réutilisation de pièces d'origine automobile...

(Sinon, petit truc, demandez donc à de vieilles personnes de Beaune la Rollande où se trouvait le camps: C'est édifiant... plus personne ne se rappelle. Tout est encore prêt à être remis en marche... BRRR!!!!)

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et ce serait possible de pousser le RER C jusqu'à Mereville, et éventuellement faire un croisement a St Cyr la Riviere ou Saclas ?

Puis faire des TER Méréville - Pithiviers ?

Ca serait possible, après des travaux de grande ampleur du style "ligne du Haut-Bugey".

Malgré ça, impossible d'envoyer tous les trains à Méréville, voie unique oblige. Mais un train sur deux en heure creuse (1 sur 3 ou 4 en pointe), ça doit pouvoir se faire.

Resterait aussi la possibilité d'une desserte alternée en heure creuse: un train vers Méréville, un train vers Angerville.

En pointe, on peut envisager aussi, pour se faire peur, de faire des coupes et des raccords à Etampes. pascontent Rame de tête vers Angerville, rame de queue pour Méréville.

Il parait que quand RFF et SNCF évoquent le cout de la réhabilitation, les élus poussent des hurlements.

@Technicentre:

Le Crochat du TPT est, me semble-t-il, classé "monument historique" puisqu'il est le seul de son espèce encore en vie.

Je crois que sa dénomination officielle de l'époque est "Automotrice pétroléo-électrique Decauville, système Crochat".

On retrouve le même principe moteur + génératrice placés transversalement sur les 10 autorails Decauville XDC 2100 commmandés par le PLM en 1937, construits à partir de 1939, et livrés à la SNCF en 1945.

Pour ce qui est des camps, je me suis toujours demandé où ils se trouvaient précisément.

Ils symbolisent le côté le plus sombre de la guerre, ils font partie de l'Histoire, et à ce titre mériteraient autre chose qu'une plaque discrètement accrochée sur le mur d'une gare.

65 ans après les faits, il serait temps qu'on s'en souvienne un peu plus concrètement, pour pouvoir dire "plus jamais ça".

Ce n'est que mon opinion.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A Etampes, il vous reste bien 1 voie disponible pour ce genre de manoeuvres ( accrochage de deux rames ), de plus le passage sous les voies Orléans de la ligne Pithiviers faciliterait grandement( exploitation) cette possibilité, pour le réaccrochage.

Quand aux élus, il ne faut pas oublier qu'ils ne le sont pas de petites communes de la Creuse, non???

Fabrice

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Resterait aussi la possibilité d'une desserte alternée en heure creuse: un train vers Méréville, un train vers Angerville.

faire des trains terminus Angerville, ça risque d'être chaud : il n'y a pas de voie pour un retournement et il faudrait cisailler le PO. En gros le même souci qu'Étampes sans St Martin.

Et puis pour Angerville, Monerville et Guillerval la desserte devrait être faite lors du cadencement des TER de la Beauce

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Seul le viaduc entre Saclas et Méréville fait l'objet d'une surveillance annuelle puisqu'il

sert de mur d'escalade aux pompiers essonniens et aux apprentis-GIGN de Mond¨¦sir.

Je pense qu'il s'agit du viaduc de la vallée Parrin (ou Parrain) ? http://gare91.free.fr/histoire.php

Composé de 7 arches de 10 mètres d'ouverture, le viaduc de la vallée Parrain est un ouvrage

d'art disposant d'un chemin pédestre, d'un passage pour piétons et de refuges protégés

Le détour par Saclas et Méréville, qui rallonge le parcours de 4 kilomètres, a nécessité de gros travaux

http://fr.topic-topos.com/viaduc-saclas

Modifié par IGS4
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le chemin piéton je vois pas trop ou il est. Il est pas large ce viaduc :

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

14 septembre 1868 - Ouverture de la ligne Pithiviers - Malesherbes (19 km)

4 novembre 1969 - Fermeture au service voyageurs

18 août 1872 - Ouverture de la ligne Pithiviers - Les Aubrais-Orléans (43 km)

4 novembre 1969 - Fermeture au service voyageurs

Côté Malesherbes cette ancienne ligne avait son origine côté Sud (Montargis)

à hauteur du poste 3 de la bifur du raccordement de Filay

A la bifur de Filay un raccordement direct permettait une liaison entre Montargis et l'ancienne

ligne vers Bourron-Marlotte-Grez sans être obliger de rebrousser en gare de Malesherbes

Côté Les Aubrais-Orléans cette ancienne ligne arrivait aux environs du Poste B des Aubrais 

Au départ de Malesherbes la ligne desservait

Maisoncelle (+ 5 km), Manchecourt (+ 9 km), Marsainvilliers (+ 14 km), Pithiviers (+ 19 km),

Escrennes (+ 25 km), La Brosse-Santeau (+ 30 km), Chilleurs-Montigny (+ 32 km)

Neuville-aux-Bois (+ 38 km), Loury-Rebrechien (+ 46 km), Marigny-les-Usages (+ 52 km)

La Foulonnerie (+ 59 km) et Les Aubrais-Orléans (+ 62 km)

Dans les dernières années de son exploitation, la desserte de la ligne était

assurée par deux autorails quotidiens de 2ème classe dans chaque sens

Le samedi la desserte de la ligne était renforcée par un troisième aller-retour

Train 1235 - Malesherbes 5.56 Pithiviers 6.22/6.27 Les Aubrais-Orléans 7.25 Orléans 7.31 - Quotidien

Train 1239 - Malesherbes 10.46 Pithiviers 11.11/11.13 Les Aubrais-Orléans 12.08 Orléans 12.14 - Samedis

Train 1243 - Malesherbes 19.21 Pithiviers 19.46/19.49 Les Aubrais-Orléans 20.47 Orléans 20.57 - Quotidien

Train 1238 - Orléans 8.07 Les Aubrais-Orléans 8.14 Pithiviers 9.10/9.13 Malesherbes 9.38 - Quotidien

Train 1242 - Orléans 13.09 Les Aubrais-Orléans 13.15 Pithiviers 14.11/14.15 Malesherbes 14.40 - Samedis

Train 1246 - Orléans 18.49 Les Aubrais-Orléans 18.55 Pithiviers 19.51/19.55 Malesherbes 20.20 - Quotidien

 

 

Modifié par IGS4
1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

IGS4 j'adore tes sujets historiques...

Continue a nous passionner ainsi lapleunicheuse .

+100000

Comment fait-il pour savoir tout ça ?

Concernant la section de ligne Malesherbes-Pithiviers, il me semble avoir lu il y a longtemps qu'elle avait servi pour des essais de X2800 à VL140 au début des années 60.

Info ou intox ?

Cette ligne est toujours entretenue puisqu'elle sert de temps en temps pour des acheminements de transports exceptionnels.

Les PK ont été remis en place il y a quelques années. Ainsi, on sait que la bif de Filay se trouve aux environs du PK 176 (depuis PAZ via Les Aubrais ?) et au PK 79.2 de PLY.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant la section de ligne Malesherbes-Pithiviers, cette ligne est toujours entretenue

puisqu'elle sert de temps en temps pour des acheminements de transports exceptionnels

Les PK ont été remis en place il y a quelques années

Ainsi, on sait que la bif de Filay se trouve au PK 79.2 de PLY

L'ancienne gare école de Malesherbes http://gilbert.gillet.free.fr/Malesherbes.html

Sur le plan de 1904 le raccordement direct Montargis - Bourron-Marlotte-Grez

n'existait pas encore, par contre on devine bien le PK 79.2 de la bifur de Filay

Sur la carte routière on devine bien les différentes lignes et raccordements

situés au Sud de Malesherbes

Félicitations au passage à Gilbert Gillet (retraité SNCF) pour la qualité de son site http://acuop.club.fr/rail/index.html lapleunicheuse

A la bifur de Filay un raccordement direct permettait une liaison entre Montargis et l'ancienne

ligne vers Bourron-Marlotte-Grez sans être obliger de rebrousser en gare de Malesherbes

Cette ligne a été ouverte par le PLM le 24 août 1881

Dès le 1er octobre 1886 elle est équipée de la double voie, pour des impératifs stratégiques

Le profil est en dos d'âne avec des rampes de 10 mm/m

Elle perd son service voyageurs le 1er août 1937, puis sa double voie le 1er juillet 1947

De nos jours, elle doit être est coupée entre La Chapelle la Reine et Bourron-Marlotte-Grez

Un silo situé à La Chapelle la Reine est desservi depuis Malesherbes

Si quelqu'un peut confirmer ces deux dernières informations okok

Modifié par IGS4
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La ligne Malesherbes-Bourron est effectivement fermée à tout trafic entre La Chapelle et Bourron.

Pendant longtemps, deux traverses en croix se trouvaient en sortie de La Chapelle côté Est, elles n'y sont plus aujourd'hui.

Côté Bourron, la voie est fermée par un butoir au premier PN rencontré après la bif (400 mètres environ) et sert parfois de tiroir de manoeuvre à l'embranchement de la sablière.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La ligne Malesherbes-Bourron est effectivement fermée à tout trafic entre La Chapelle et Bourron.

Pendant longtemps, deux traverses en croix se trouvaient en sortie de La Chapelle côté Est,

elles n'y sont plus aujourd'hui.

Côté Bourron, la voie est fermée par un butoir au premier PN rencontré après la bif (400 mètres environ) et sert parfois de tiroir de manoeuvre à l'embranchement de la sablière.

Merci pour ces précisions :)

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant