Aller au contenu
IGS4

Mai 1968 - Mai 2018 - 50 ans déjà !

Recommended Posts

Posté(e) (modifié)

plus haut j'évoquais  la situation de femmes a cette époque, peu concernées en mai 68 , cette condition a commencé à évoluer dans les années 70  avec  les mouvements de liberation

 pour remettre dans le contexte les evolutions de la condition feminine dans ces années là.

1960 les mères célibataires peuvent avoir un livret de famille..

1965 (à peine  3 ans avant) les femmes mariées peuvent exercer une profession sans l'autorisation de leur mari. Lors des mariages sans contrat elles peuvent gérer leurs biens propres ( ceux hérités de leurs familles) .

1966 interdiction de licencier une femme enceinte pendant les 12 semaine après l'accouchement

1967 loi sur la contraception.

1970  (3 ans plus tard) fin de l'autorité paternelle ,remplacée par autorité parentale (celle des 2 époux)… avant cette date seul le père , chef de famille avait autorité pour decider légalement des aspects de la vie familiale ...Exemples: pour les soins ou les  interventions chirurgicales, les emprunts , le compte bancaire…

Maintenant les femmes peuvent assurer conjointement avec leur mari la direction morale et matérielle de la famille

le congé maternité est indemnisé 

1972  a travail égal salaire égal pour les femmes...

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

7 juin  vendredi 

combat_7_juin.thumb.jpg.a711c2755c65f26a7854f69634f66368.jpg

 Opération « Jéricho ». 1000 journalistes (presse écrite, radio-télé) défilent en silence autour de la Maison de la Radio pour une information libre. 

22ème jour de grève chez Renault ; meeting à Boulogne. 

Chez Renault à Flins, occupé par la police, interventions de groupes d’étudiants appelant à la réoccupation de l’usine . Bagarre. L’autoroute de l’Ouest est coupée. Nombreux blessés.

images62J89159.jpg.14e282e3eb0dcf711a3391a4d821d686.jpg

5b1921115e92d_Lesforcesdepoliceanti-meutescontrlentunhommecirculantmotoenjuin1968devantlusineRenaultdeFlins.AFPUPI.jpg.a59ddceedd5683a9d988168d2b79692b.jpg

Les syndicats CGT du 78, la CGT et la CFDT Cheminots dénoncent le danger de l’intervention de groupes extérieurs au conflit.

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Intervention des forces de l’ordre chez Pechiney à Gardanne 

 le travail reprend au PTT

- Entretien radio-télévisé du général de Gaulle avec Michel Droit.Commentaire du « Monde » : "Si la description de l’enchaînement politique des événements de mai dernier et le renouvellement des accusations portées contre « le communisme totalitaire » vaudraient d’être discutées point par point, le développement consacré aux mutations de la Société française fut un morceau pour jours de fête".

5b192063a7656_DeGaullereprendlamain.jpg.dd68bfa256fd878bd0004b4f348560ac.jpg

l'ORTF est toujours en greve

Le SNI (Syndicat National des Instituteurs) se prononce pour la reprise du travail, mais pas le SNES.

Réouverture de la Bourse de Paris.

Les CRS font évacuer les grévistes de « La Samaritaine ».

Jean-Jacques Mayoux, professeur à la Sorbonne et grand résistant démissionne du SNESUP, dont les dirigeants ont « accroché hâtivement leur wagon à la locomotive folle de l’UNEF », tandis que plusieurs sections du SNESUP désapprouvent leur direction, lui reprochant manque de démocratie et aventurisme.

Flins

 

La grève résiste dans d’autres secteurs que la métallurgie, comme l’électronique ou la chimie, les grands magasins, la fabrication pharmaceutique, les dockers, Air France, où à l’ORTF dont la police occupe les locaux…C’est long et difficile, car les grévistes s’opposent le plus souvent à la reprise. A tel point que le 5 juin, un communiqué du bureau de la C.G.T. déclare que «partout où les revendications essentielles ont été satisfaites, l’intérêt des salariés est de se prononcer en masse pour la reprise du travail dans l’unité».

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Interview d'Ugène Herald par Michel Droit Courbe(tte) ainsi rebaptisé par le Canard Enchaîné...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'en était resté au

- Samedi 8 juin

Georges Bidault, dirigeant de l’OAS, rentre en France ( main levé de son mandat d’arrêt ).

Nouvel arrêt de travail dans les centres de Tri PTT des gares de Paris, et à Toulouse.

- Dimanche 9 juin

Conférence de presse de Georges Bidault au Palais d’Orsay.

Conférence de presse surprise de Georges Pompidou qui fait le point : « Au travail, c’est le devoir de la France ! ».

« Le gouvernement de la France, ce n’est pas le gouvernement des étudiants ».

Conversations chez Renault. Michelin, Dunlop vont reprendre. 

Hausse des prix du pain et du lait.

- Lundi 10 juin 

A 16 heures  près de Meulan,un Lycéen pro-chinois de 17 ans, venu en groupe soutenir les grévistes de Renault-Flins, poursuivi par la police, se noie dans la Seine.Manifestation de protestation et barricades au quartier latin, toute la nuit. Panneaux électoraux brûlés. Nombreux blessés dont un journaliste d’Europe 1 matraqué.

Le même soir, grand meeting d’ouverture de la campagne électorale 

- Mardi 11 juin

Il y a encore en France un million de grévistes essentiellement dans la métallurgie et la construction.

Violents affrontements, entre force de l’ordre et ouvriers à Sochaux, provoquant la mort de deux ouvriers:  Jean Beylot tué par balles et Henri Blanchet, frappé par une grenade offensive qui décède le lendemain; plus de 150 blessés. 3000 policiers font face à 8000 ouvriers de chez Peugeot.

La CGT,et CFDT appelle à un arrêt de travail total d’une heure le mercredi 12 en protestation à la répression sanglante. 

Heurts entre grévistes et non grévistes chez Citroën et Berliet Nouvelle consultation du personnel dans les grands magasins.

- 12 heures : manifestations « Jericho » à nouveau. Journalistes, écrivains (4 membres de l’Académie Française…), éditeurs, chercheurs autour de l’ORTF.

La rue de Rivoli barrée de 10 heures à 18 heures 30 par les chauffeurs de taxi.

Le SNES et le SGEN CFDT donnent l’ordre de reprise dans les lycées et collèges.

Opéra et Opéra comique rouvriront le 15 juin.

A Flins, l’usine est fermée. Trêve « ni police, ni piquets de grève ». A

A 19 heures, l’UNEF, suivie du PSU et de la CFDT, appelle à manifester gare de l’Est. Ni FO, ni la CFTC , ni la CGT qui met en garde contre les provocations n’y participent. Nuit d’émeute dans tout Paris. 266 blessés, 1500 arrestations, 72 barricades, 5 commissariats de police attaqués, 25 arbres abattus. Slogans : « Nous sommes de plus en enragés ». « Elections trahison ».

58aada3cd11f6.thumb.jpg.006a787dd0dc0878809d282765080fe5.jpg

L’opinion publique s'inquiète de destructions qu’elle estime inutile.

- Mercredi 12 juin

A la suite de la mort du deuxième ouvrier à Sochaux, énergique intervention de la CGT auprès du Premier ministre.

Déclaration du PCF après les 3 morts de Flins et de Sochaux: « Le pouvoir gaulliste montre ainsi son vrai visage et sa volonté d’entretenir un climat de trouble et de violences ».

Les Galeries Lafayette reprennent le Travail (2611 voix pour , 878 contre) ; le Printemps ( 3389 voix pour 1016 contre et le BHV (1681 pour, 902 contre) ; Ils obtiennent : 10 % d’augmentation, paiement à 50% des jours de grève et à 100 % pour les 5, 6 et 7 juin.

Les Imprimeries de labeur reprennent (58 816 ouvriers consultés, 46 813 pour la reprise).

Conseil des ministres : manifestations interdites pour la durée de la campagne électorale. Dissolution de 6 mouvements de jeunesse, en application de la loi du 10 janvier 1936 sur les « groupes de combat et milice privées ». Sont dissous : La Fédération des Etudiants Révolutionnaires et le groupe Révolte (Trotskistes « Lambertistes »), la Jeunesse Communiste Révolutionnaire (dirigé par Alain Krivine et Henri Weber, ancêtre de la LCR), Voie Ouvrière (autre groupe Trotskiste), le Mouvement du 22 mars, l’Union des Jeunesses Communistes Marxistes Léninistes (UJCML) , pro-chinois.

En province quelques manifestations, notamment à Strasbourg, silencieuse et pacifique. Les étudiants réfugiés dans leur faculté y sont défendus par la police d’une charge injustifiée des CRS…  L’ampleur de la protestation oblige le pouvoir à retirer les CRS de Sochaux et de Flins.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Pour recentrer sur les cheminots

 le 3 juin,

les négociations continuent car les 1 200 millions d'augmentation de la masse salariale ne sont pas suffisantes ne serait-ce que pour diminuer la durée du travail. En fin d'aprèm le ministre du transport et convoqué a l'Élysée et les négociations reprennent .Le ministre rallonge la masse jusqu'à 1 400 millions; mais les OS indiquent qu'elles vont informer les cheminots et leurs demander de se prononcer.

le 4 juin 

avec 1 400 millions,

l'augmentation des salaires atteindra 11% en 1968.

la durée du travail hebdomadaire passe de 46 h à 44h30

on passe de 26 à 28 congés

 une négociation des conditions de travail est prevue.

le droit syndical est élargie a la SNCF

Il semble qu'avec cela le maximum des avancées sociales est atteint, la parole est aux comités de grève et la reprise est déjà effective dans des entreprises privées. Les cheminots risquent de se retrouver bientôt seuls.

il y a tout de meme des resistances a la reprise, certains croient qu'il pourrait être obtenu plus.

 le travail ne reprendra pas tout de suite mais progressivement les 6 et 7 juin qui était un vendredi ..le 10 juin tout le monde était au boulot

 et ce sera la seule fois que je connaisse  ou les jours de grève seront payés intégralement..

 

après la reprise pas mal de jeunes cheminots actifs pendant la grève se sont investis dans des partis politiques pour préparer les élections legislatives qui ont suivi ..

 

 l'evolution de mes fiches de paie entre mai et juin 68 pour les 3 éléments de solde hors primes ( à l'echelle 7 bis OPFLK ouvrier professionnel qualifié equivalent TEN actuellement )  soit environ + 10% 

mulh007.thumb.jpg.723d8dc883dffcbe9527a83f1f11f256.jpg

 

 

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Le 5 juin (18 heures)

Terminons notre revue de presse en faisant une large place au 19e et dernier « grain de sel »

« Ceux qui vivent sont ceux qui luttent

La formidable grève rapidement devenue générale avait dès l’origine pour but la satisfaction des grandes revendications accumulées par une politique réactionnaire du pouvoir et du patronat. Nous n’avons cessé de l’affirmer tout au long du mouvement.

Pour terminer la grève il fallait négocier et régler sérieusement l’addition.

La grève a porté en elle, dès le début, une signification plus générale. La classe ouvrière que certains avaient déjà enterrée s’est dressée puissante, résolue, pleine d’expérience et de maturité. Elle exprimait la volonté de changements profonds dans la vie du pays. (…)

 

« Réflexions sur le mouvement de grève.

Nous sommes des syndicalistes ; nous cherchons tout ce qui est possible d’obtenir pour améliorer le sort des travailleurs. Nous ne sommes pas pour la violence et nous n’avons jamais cru que notre impatience à changer la société nous dispenserait de tenir compte des nécessités historiques et économiques. Nous voulons que rien de ce qui constitue les progrès de l’économie, des sciences, des institutions, ne reste étranger au mouvement syndical.

Nous sommes conscients d’être les représentants et les défenseurs des intérêts de la classe ouvrière. Nous devons vivre avec elle, la comprendre, en être entendu, ne jamais nous couper d’elle par des propos démagogiques ou des actions irréfléchies.

Notre mouvement a eu d’heureux résultats :

  •  Parce que les travailleurs l’ont décidé eux-mêmes,
  •  Qu’ils en ont suivi attentivement le développement,
  •  Que leurs représentants les ont tenus au courant des négociations,
  •  Parce que, en dernier ressort, ce sont eux qui ont décidé.
  •  
  • 5b20105d7c906_1968_Hall_de_la_gare_Dieppe20.thumb.jpg.f46bdeba4c0d5c5d2b55964c3613cfa4.jpg

 

gare de Dieppe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

- Jeudi 13 juin

Intervention des forces de l’Ordre chez Roussel-Uclaf à Romainville (93).

Poursuite de la grève à l’ORTF.

Nouvelles dissolutions : PC Internationaliste, Fédération de la Jeunesse Révolutionnaire, Organisation Communiste Internationaliste, PC Marxiste-léniniste.Mais le mouvement fasciste « Occident » n’est pas dissous. 

« Le Monde » du 14/6 note : « A l’heure où il fait appel à tous les suffrages anticommunistes, où il parle de réconciliation nationale et d’amnistie totale, le pouvoir ne peut se permettre d’avoir des ennemis à droite ». L’ ex colonel Lacheroy, chef OAS condamné à mort par contumace, rentre en France librement.

 le monde du 13 juin

s-l1600.jpg.9ce12d53a512498897b6d1f4e6fc5644.jpg

 

- Vendredi 14 juin

Reprise du travail à Sud-Aviation Nantes-Bouguenais

Reprise de la grève chez Massey-Ferguson (Marquette) pour la suppression du travail au rendement.

Les étudiants entreprennent le nettoyage de la Sorbonne 

La police fait évacuer l’Odéon.

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Eveil_14_juin_1968_Une.thumb.jpg.a7cc99bb2044924f132dbdb6bedf423c.jpg

 

- Samedi 15 juin

Le pouvoir gracie 11 membres de l’OAS, dont le général Salan.

s-.thumb.jpg.2082918c031e7a523dfd911224bbf1c0.jpg

 

 

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lundi 17 juin 

Décision de reprise du travail dans toutes les usines Renault, à la Saviem et aux chantiers navals de Saint-Nazaire. _

le 18

un imposant cortège de 15 000 ouvriers avec les drapeaux rouges rentre victorieusement dans la "Forteresse ouvrière" de l'Ile Seguin à Billancourt.

combat_17_juin.thumb.jpg.33807ac4afa932357a38e9460b695cce.jpg

 

 Les grèves se terminent 

Vote de reprise à Peugeot Sochaux le 20,

le 21 à la CSF DE Brest 

5b2661f8d3d56_Mai_1968_Les_ouvriers_rsolus_..._btv1b9018513d.thumb.jpeg.2e6534cfb542b4d5fa227c374ab2646b.jpeg

le 24 aux usines Citroën,

Mais le 25, reprise de la grève aux Etablissements Brissonneau de Nantes et Lapeyre de Paris pour protester contre les sanctions pour fait de grève

le 26 à Usinor Dunkerque,

le 28 chez Berliet Vénissieux.

Le 4 juillet, reprise du travail chez SEV Marchal Argenteuil et aux Établissements Boccard de Florange (Moselle).

 et en marge

Vendredi 21 juin

Les athlètes noirs américains Hines, Smith et Creen courent à Sacramento le 100 mètres en 9 ‘9.

Le Français Bambuck est quatrième en 10’1.

Mardi 25 juin, Québec

 violente manifestation séparatiste lors des fêtes de la "Belle province".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour conclure un extrait d'un texte d'un leader syndical sur mai 68 écrit qq années plus tard mais qui semble toujours d'actualité

Mai 68 a été  marqué  par un vaste rassemblement de forces sociales. Que l'on pense à  l'extrême diversité  de ces millions de grévistes, de toutes catégories, de toutes professions, chacun avec ses idées, mais tous unis par un admirable élan de solidarité  et de fraternité. Que l'on pense aussi à  l'étendue du soutien populaire et à  l'ampleur du mouvement étudiant, à  ses revendications et aspirations profondes.

Imagine-t-on la longue accumulation de mécontentement, de besoins insatisfaits, de luttes et d'expériences qu'il a fallu pour en arriver là. Peu de temps auparavant, les théories à  la mode jugeaient les travailleurs«  embourgeoisés »  et la grève archaïque.

Le travail change ? Mais l'activité  qui consiste à  créer les biens et les services nécessaires à  une vie digne de ce nom, qu'est-ce d'autre que le travail ? L'esprit de solidarité, de compréhension, fondé  sur des intérêts communs peut, et doit, devenir plus fort que ce qui différencie. Personne, aucun groupe social ne s'en sortira seul. Il faut donc bien parvenir à  se grouper, à  se rassembler donc à  se comprendre. La conscience d'avoir des intérêts convergents et même communs chemine certes plus difficilement. Cela exige un travail immense, ouvert sur les réalités et les mentalités d'aujourd'hui, et beaucoup de savoir-faire.

Tout mouvement populaire d'envergure a des aspects spontanés et des aspects organisés. Il ne peut en être autrement. C'est abusivement que l'on prétend parfois dépassées des formes et des forces organisées, expression de l'histoire et d'une expérience nécessaire. C'est le cas notamment des partis et des syndicats.

Il y a place pour une coopération entre les diverses formes d'organisation agissant pour tel ou tel point d'intérêt commun, dans le respect de l'indépendance et de la personnalité  de chacune, pour une plus grande efficacité. Quelques exemples récents en sont une bonne illustration. La vie sociale a beaucoup à  y gagner.

Si l'unité  est une nécessité  permanente, les conceptions à ce sujet et, dans une certaine mesure, les pratiques, connaissent du nouveau depuis un certain temps. Et dans le bon sens.

La volonté  unitaire doit être  une constante au fil du temps, selon les circonstances, elle donne lieu à  des initiatives concrètes parfois retentissantes. Dire que dans la pratique il n'y a de difficultés nulle part, serait exagéré. La nouveauté, au plan syndical, réside en ceci : des tabous ont reculé. Il est ainsi des sujets à  propos desquels toutes les centrales se retrouvent sur des positions voisines, d'autres où  l’on se retrouve avec l'une ou l'autre, des approches différentes n'empêchant pas parfois des actions communes.

Le réalisme progresse, mais il a encore du chemin à  faire. Il existe des idées différentes, voire opposées, et pourtant les intérêts et les responsabilités sont communes.

Débattons donc des différences, agissons sur tout ce qui permet d'avancer, ensemble et avec qui le veut. Avec les salariés en tous cas.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×