Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation le 07/06/2018 dans toutes les zones

  1. 5 points
    Tu nous fatigues... Laisses ceux concernés décider de leur sort et de ce qui est bien ou mal pour eux. La formation des CRL, c'est la SNCF qui l'a financé et non pas les régions ou les privés. Et ce n'est pas pour aller l'offrir sur un plateau à ces derniers. Tu serais d'accord si ton patron te demandais d'aller bosser dans une boîte concurrente avec un "sac à dos social" au rabais? Alors ne donne pas des leçons à ceux qui sont contres et qui se défendent.
  2. 2 points
    Le code du travail étant devenu ce que l'on sait et la convention collective n'existant pas encore est il anormal que certains cheminots tentent de se prémunir d'un nivellement par le bas? Pourquoi faudrait il toujours courber l'échine et considérer que le moins disant social doit devenir la règle générale? Peut on être pour une réforme qui n'assure en rien l'avenir du chemin de fer - et encore moins son développement - et n'a, il me semble, d'autre but que de démontrer l'autorité du pouvoir en place?
  3. 2 points
    Et à Lyon ? Déjà entendu parler de MAGGALY ?
  4. 2 points
  5. 2 points
    Parmi les messages virulents que l'on peut trouver sur la toile, il y a aussi ceux qui peuvent surprendre agréablement par leur soutien
  6. 2 points
  7. 2 points
    Cela ne veut pas dire que les salariés de la SNCF sont un matériel que l'on doit ballotter d'une entreprise à une autre, quand aux relations avec la hiérarchie, m^mer si ce n'est pas bien folichon à la SNCF, ce ne sera certainement pas mieux ailleurs comme tu le sous entends
  8. 1 point
    Ma femme et moi sommes en Ouganda en ce moment (le 9 mai 2018), j'ai été ici plusieurs fois auparavant. Le système ferroviaire national est métrique. J'ai pensé que les membres de ce forum pourraient aimer voir le blog que je produis principalement pour un public anglais. https://rogerfarnworth.wordpress.com/2018/05/09/uganda-railways-part-1 D'autres articles sur le voyage, mais pas sur le chemin de fer, peuvent être trouvés sur ce lien: https://rogerfarnworth.wordpress.com/category/uganda Ce deuxième article fournit plus d'informations sur l'histoire de ce qu'on appelle souvent «la ligne lunatique». https://rogerfarnworth.wordpress.com/2018/05/11/uganda-railways-part-2
  9. 1 point
    UNSA Ferroviaire à l'offensive sur tous les fronts ! (UNSA Ferroviaire - 06/06/2018) Tract à lire ici ... https://www.unsa-ferroviaire.org/upload/client/les_tracts/tract_etape_060618.pdf
  10. 1 point
    Je ne fais la leçon à personne. Je ne fais que rappeler ce qui se passe dans le cas général lorsqu'une entreprise perd un marché au profit d'une autre. Et dans le cas général, il n'y a pas de "sac à dos social" au rabais ou pas. Il y a le code du Travail et la convention collective. Point. Que des entreprises forment leurs salariés puis, qu'elles se les fassent "piquer" par des concurrents suite à démission ou à la perte de marchés n'a rien d'exceptionnel, même si cela ne fait pas la une des journaux. Ceux qui sont contre et qui se défendent en faisant grève sont tout à fait dans leur droit. Ils expriment leur opposition à la réforme, c'est légitime. Et il est tout aussi légitime que ceux qui sont pour la réforme le disent aussi.
  11. 1 point
    je suppose que ça concerne les usagers banlieue et les navetteurs du quotidien. Sinon qui se réjouit d'une gréve ? (dés lors quelle dure depuis 2 mois). Bref les médias font sommes toutes leur boulot....et chacun a sa ligne éditoriale. là maintenant on n'en est à vouloir savoir qui va stopper ou plutôt sortir du mouvement de gréve le premier et dans quelles conditions. Tout les titres supputent, font des prospectives....ma foi c'est le jeu.
  12. 1 point
    27ème journée, et voilà que les médias remettent une pièce dans la machine : "des usagers usés, fatigués, exténués qui en ont ras le bol…" d'un coté, les médias ne cessent de relayer que les taux de grévistes sont très faibles, la mobilisation est au plus bas et d'un autre coté que les perturbations gênent le quotidien des usagers ou l'autre aspect "le front syndical va-t-il tenir" Le moindre signe, mot est guetté, analysé en ce sens
  13. 1 point
    étonnant n'est ce pas ?....... mais si c'est si fréquent, c'est quand même bien au crl de se faire respecter non ? y'a que lui en tete de son train... premier faisceau, tu t'arretes, car oui le prochain car percuté en dehors de tes horaires légaux, c'est pour toi... et je vois bien ton chef endosser la responsabilité à ta place
  14. 1 point
    ADC01. Je ne dis pas que le mystère est résolu. Mais j'apporte plus de détail à ce qu'il c'est passé. Quand au fait que les tuiles arrivent dans le cas de manœuvres maîtrisées. Oui je ne peux que te rejoindre sur ce constat. Facteurs humains plus matériels font que, s'ils se conjuguent, on arrive à l'accident. C'est inhérent à n'importe quelle activité...
  15. 1 point
    Bonjour à tous. Pour éclairer vos lanternes, voici ce qu'il c'est passé cette nuit là. (vous pouvez me croire, je suis l'agent qui dirigeait la manœuvre...) Avant toute chose je voudrai souligner le fait que j'apprécie qu'aucun d'entre vous n' ai tenu des propos désobligeants à mon égard ou supposé que cela était forcément de ma faute. Voilà donc que qu'il c'est passé: Pour une raison que j'ai totalement oublié nous devions opérer 2 fois la manœuvre cette nuit là alors qu'habituellement une seule suffisait. Travaux dans l'ITE...? Je ne sais plus. En tout cas la première desserte c'est déroulée normalement, et je l'ai pratiqué des dizaines de fois avant sans le moindre problème. C'est lors de la deuxième desserte que l'incident c'est produit. Arrivé à l'entrée de l'ITE j'ai pris le point comme d'habitude, jeu de clef , manœuvre d'aiguille et vérification qu'elle est bien orientée et qu'elle colle bien au rail, puis manœuvre du taquet dérailleur. Désolé j'oublie certainement des étapes dans le processus, cela remonte à quelques années... mais la manœuvre était parfaitement connue et maîtrisée. Une fois prêt je remonte sur le dernier wagon et ordonne, via la radio, au conducteur de commencer la manœuvre de refoulement. Le train se met en mouvement et commence à entrer dans l'ITE à la vitesse d'un homme au pas. Après quelques dizaines de secondes je ressent des vibrations anormales et entend un bruit sourd. J'ordonne immédiatement l'arrêt du train. Le train s’arrête et je commence à remonter vers l'avant du train à pied pour voir ce qu'il se passe. Premier wagon (queue du train) pas de soucis il est sur les rails dans l'ITE Deuxième wagon idem, troisième pareil. Quatrième wagon, le premier bogie est bien à sa place et là mauvaise surprise, le deuxième bogie est dans le ballast Et je constate que l'aiguille est à moitié ouverte que le levier de l'aiguille est dans une position intermédiaire. Je vous passe l'état psychologique du moment, mais dans ces cas là on n'est pas au mieux... Je ne me rappel pas que 5 wagons soient déraillés, comme ça de mémoire j'aurai dit plutôt 3, mais bon peu importe le résultat est là... Je rend compte au conducteur, qui lui-même alerte le triage de Chartres. Ordre nous est donné de couper le train à hauteur du dernier wagon non déraillé et de revenir au triage de Chartres. Nous sommes rentrés à l’hôtel sur les coups de 6 heure et à 9 h nous étions de retour au triage pour rendre compte à notre responsable des événements. Inutile de vous dire que je n'ai pas dormi... J'ai été mis en mesure conservatoire 3 jours, et convoqué sur site pour témoigner à l’enquêteur de l'accident. Enquêteur qui je dois le souligner n'a jamais fait la moindre reproche à mon égard. Il s'est contenté d'être cordial, professionnel et de noter tout ce que j'avais à dire.. Résultat des courses, aucun reproche, pas de blâme ni sanction. On ne m'a jamais tenu rigueur de quoique ce soit et je n'ai d’ailleurs jamais eu les résultats de l’enquête. Je ne sais pas ce qu'il c'est exactement passé mais j'ai 3 ou 4 hypothèses. 1 - Quelqu'un à manœuvré le levier de l'aiguille au passage du 4 ème wagon. (j'ai du mal à y croire, faudrait vraiment être débile, encore que les débiles ça circulent pas mal...) 2- Lorsque j'ai manœuvré le levier je ne l'ai pas fait jusqu’à enclencher le cran d'arrêt (tout à fait probable mais dans ce cas pourquoi c'est-elle décollé au passage du 4ème wagon ? Les 3 premiers wagon sont passé normalement pourquoi l'aiguille aurait-elle bougé au 4ème?) 3- Au passage des wagons chargés l'aiguille travaillait beaucoup et les traverses bougeaient pas mal, l'aiguille se serait ouverte sous la contrainte du passage des wagons (possible) 4- la conjonction des hypothèses 2 et 3 (cran non engagé + mouvement des rails au passage des wagons) Voilà, pour moi cela reste un mystère et j'aurai toujours un doute. C'est ce qui a fini de me convaincre de quitter le milieu ferroviaire. Car pour ceux qui ne le savent pas chez Euro Cargo Rail nous cumulions 2 casquettes: conducteur de train + agent AFR. Et je peux vous dire qu'il y a bon nombre d'agent SNCF avec qui nous avons discuté qui ne trouvaient pas normal de cumuler les 2 fonctions et n''auraient jamais accepté ces conditions... J'aimerai également souligner qu'aucun agent SNCF de Chartres ne m'a jamais fait la moindre remarque, le moindre reproche suite à cet incident heureusement seulement matériel. Et que par la suite nous avons toujours entretenu de bon rapport. Evidemment pour les usagers de la ligne c'est perturbent, mais je préfère ça à un accident de personne... Voilà, maintenant vous en savez un peu plus
  16. 1 point
    C'est peut être simplement parce que le rembourrage est neuf qu'il paraît plus ferme ; l'ancien étant entièrement avachi... On constate la même chose dans les TGV Duplex : les sièges neufs des 2N2 paraissent plus fermes que ceux des 200 non passés en opération mi-vie, alors que ce sont les mêmes (aux motifs et couleurs des housses près), car les mousses de ces derniers sont à bout de souffle.
  17. 1 point
    Infiltrations d'eau importantes ! Ya de l'eau dans le Gaz !
  18. 1 point
    Le plus simple est de ne pas ouvrir ces marché à la concurrence.
  19. 1 point
    Il ne s'agirait que la simple application aux salariés de la SNCF d'une réglementation qui touche tous les salariés des entreprises en cas de perte d'un marché au profit du repreneur. Et comment faire autrement? Vous voulez que la SNCF, qui viendrait de perdre un marché TER, conserve les conducteurs, contrôleurs et agents de gare en sur-nombre? Comme façon de couler une boite, je ne connais pas de meilleure méthode...
  20. 1 point
    Comme dans toute famille, un coup on aime et un coup on n'aime pas ! La SNCF est une grande famille. Il ne faut pas généraliser ...
  21. 1 point
    comment faire autrement ? En plus la région n'aura pas à se justifier...elle n'est pas belle la vie ? bref train ou pas train (devenu tellement anecdotique en terme de circulations) cette affaire ne va changer le cours de la vie des riverains et autres entreprises...
  22. 1 point
    Avec trois A/R TER, pour cause de grève, sur la ligne du Médoc, la régulation n'a pas dû se tirer les cheveux pour insérer cette marche vapeur dans le graphique...
  23. 1 point
    Bonsoir, Belle ambiance Belle Epoque dans le Médoc aujourd'hui ! Ici, en gare de Macau : La gare de Soulac s/ Mer ne doit pas voir autant de monde tous les jours ! La 140 C 38 et son convoi (accompagnés de la BB 67615 de la CMR, ne l'oublions pas !) sont bien arrivés au (presque) bout de la ligne : @+
  24. 1 point
    "parce qu'une machine défaillante, ça n'existe pas bien sur, il n'y a que l'homme qui soit défaillant. mais par qui est programmé la machine ???..........." sauf que la programmation de la machine sera testé des MMM de fois pour arriver a un taux d'erreur qu'aucun humain ne peut tenir ...
  25. 1 point
    tu oublies aussi que dans le cas extreme que tu site un humain ne réfléchira pas plus soit il restera tétanisé ( le plus souvent) soit il aura un reflexe plus ou moins conditionné et ne pourra en aucun cas gérer tous les éléments que tu cites...meme avec un entraînement de pilote de F1 mais dans tout les cas il ne gérera pas vraiment ton accident.. redescend dans la réalité humaine


×