Aller au contenu

Mak

Membre
  • Compteur de contenus

    4 558
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Réputation sur la communauté

3 289 Explosif

1 abonné

À propos de Mak

  • Rang
    232 "Hudson"
  • Date de naissance 15 mars

Infos Métier

  • Entreprise
    -
  • Service
    trac
  • Métier & Lieu
    conducteur

Visiteurs récents du profil

12 137 visualisations du profil
  1. Mak

    Le fret ferroviaire se porte bien !

    "Réponse: aucun " Exact, parce que c'est gentiment et poliment demandé " s'il vous plait réduisez votre vitesse, merci" On peut aussi être moins gentil : "pas de réduction de vitesse =moins 4 points et 135 €" là ça marche mieux !
  2. Mak

    Le fret ferroviaire se porte bien !

    Arguments pertinents , dans les années 60. Aujourd'hui on sait qu'acheminer des marchandises par rail ou par route n'a pas la même influence sur le climat !
  3. Mak

    Le fret ferroviaire se porte bien !

    Une usine est embranchée sur une VUTR, ça va couter 100 000 € de travaux d'entretien pour maintenir le service sur la voie ferrée. Les pouvoirs publics à l'industriel : - " si vous voulez continuer d'être desservis c'est à vous de payer l'entretien" industriel : "OK je passe à la route, mais, mes camions vont vous défoncer vos routes et ça vous coutera beaucoup plus cher !" Les pouvoirs publics : "Ok, on va payer 300 000 € pour le renforcement de la route !" Excusez moi , mais il me semble qu'on marche sur la tête !
  4. Mak

    Le fret ferroviaire se porte bien !

    Il faut pas oublier qu'à conditions d'atteindre la masse critique minimale, le train revient beaucoup moins cher que la route. Maintenant, c'est vrai que c'est anormal que les clients fret ferroviaire doivent se substituer aux pouvoirs publics, défaillants et incapables de maintenir les infrastructures en état de servir. C'est quoi la prochaine étape ? On supprime les lampadaires et chaque piéton sera prié d'emporter sa lanterne individuelle ?
  5. Ca ressemble bigrement au système Translohr où 4 galets auxiliaires en biais sur le rail de guidage donnent l'orientation des roues principales...
  6. J'ai l'impression que ta ligne violette est bien une voie métrique, mais pas un chemin de fer départemental, pour moi c'est la ligne de Carhaix du réseau Breton. Le chemin de fer départemental se dirigeait vers le Nord alors que le RB va vers l'ouest !
  7. C'était le train "système Arnoux", le concepteur avait fait exprès de multiplier les courbes pour démontrer les qualités de son train !
  8. Barcelone est également desservi par l'autoroute ferroviaire Hupac en provenance d'Anvers ! https://www.railfreight.com/intermodal/2019/02/21/milestone-first-semitrailer-to-spain-by-rail/?gdpr=accept
  9. C'est vrai que je me suis posé la question "théorie du complot", parce qu'en général les "théories du complot" sont bien souvent des délires fantaisistes plus ou moins paranoïaques. Mais il faut reconnaître, que cette constance dans la politique de défaisance ferroviaire, quelque soient les partis politiques au pouvoir, laisse perplexe, comme si en la matière ce n'était pas le "politique" qui avait la main...
  10. La FNAUT s’insurge contre la stratégie suicidaire de SNCF Mobilités, qui dégrade profondément les services ferroviaires, détourne le public du train et compromet gravement l’avenir du rail et de l’intermodalité. Elle exprime son incompréhension de la passivité du gouvernement face à ce gâchis. Cette stratégie de sabotage ignore les besoins des voyageurs La stratégie de SNCF Mobilités – une recherche systématique d’économies à court terme alors qu’une réduction de ses coûts d’exploitation devrait être prioritaire - finit par détruire l’offre ferroviaire. - De nombreux points de vente et des gares sont supprimés, il est de plus en plus difficile d’acheter un billet en l’absence d’alternative réellement mise en place. - Le voyageur TER sans billet mais de bonne foi doit payer une surtaxe dans les trains. - La vente exclusive par internet accentue la fracture numérique, les fiches horaires disparaissent. - Des services TGV sont massivement supprimés, en partie compensés par la création de TERGV. L’offre est concentrée sur les grands axes, les lignes transversales et la desserte fine des territoires sont oubliées. - Les trains TER et Intercités sont supprimés au dernier moment, en retard ou surchargés. - SNCF Mobilités sabote les « petites lignes ». La dépendance automobile est renforcée. D’autres méthodes d’exploitation sont viables Les voyageurs ont besoin de fréquences élevées. Le succès des relations TGV Paris-Bordeaux et Intercités Paris-Mulhouse prouve que la stratégie décliniste de SNCF Mobilités est aberrante et qu’on peut développer la fréquentation du train tout en réduisant les déficits d’exploitation. Hors « petits prix » d’appel, les tarifs sont excessifs. SNCF Mobilités doit suivre l’exemple de la RENFE (la « SNCF espagnole ») : une réduction générale du prix du billet de 10 % a été compensée par le gain de clientèle. Le train ne doit pas être commercialisé comme l’avion, son principal concurrent est la voiture. Les voyageurs sont exaspérés Les voyageurs ne supportent plus les pratiques irrationnelles de SNCF Mobilités et la dégradation des services. Jamais consultés, systématiquement placés devant le fait accompli, ils en ont assez des promesses sans lendemain. Les horaires doivent être annoncés un an à l’avance, notamment aux abonnés. La FNAUT attend de l’exploitant un changement de cap conforme aux orientations du gouvernement : croissance du trafic et aménagement du territoire. Elle prend acte de ses engagements d’entrer dans une phase de concertation pour examiner ses critiques et ses propositions avant toute décision. L’Etat a de lourdes responsabilités La passivité du gouvernement face à la dégradation des services ferroviaires n’est plus acceptable. Pourquoi les lois ferroviaires de 2014 et 2018 ne sont-elles pas respectées ? On attend depuis 4 ans que le schéma national des services ferroviaires soit soumis au Parlement. La FNAUT demande au gouvernement de s’opposer énergiquement à la politique destructrice de SNCF Mobilités, contraire à ses propres objectifs, et de lui imposer un changement drastique de stratégie.
  11. Mak

    SPACE TRAIN

    Ce n'est pas le grand frère de l'Aérotrain, mais une copie conforme de l'Aérotrain ! Je suppose que les brevets Bertin sont maintenant dans le domaine public, donc n'importe qui peut fabriquer un Aérotrain et le commercialiser ! De toutes façons ce nouvel aérotrain va se retrouver confronté aux mêmes problèmes que l'original : impossibilité d'utiliser les gares existantes et obligation de créer un nouveau réseau... - Refus de la construction de lignes aériennes (au même titre que les éoliennes ou les métros suspendus...)
  12. Mais rien n’est de la faute des hauts fonctionnaires chargés de dégrader les performances de certaines lignes pour pouvoir les supprimer ! C’est leur job et ils le font très bien !. Certains au sommet de l’Etat ont fait le constat suivant : 1°) Il n’y a plus de sous dans les caisses 2) Subventionner des dessertes ferrées coûte cher au budget de l’état, à contrario en supprimant ces dessertes, l’Etat gagne sur 2 tableaux : plus de subventions à verser, les voyageurs évincés se rabattent sur la voiture : augmentation des recettes pour l’Etat avec l’encaissement de nouvelles taxes Nous sommes donc face à une décision politique, visant à supprimer des dépenses de l’état et à les transformer au contraire en recettes. A la limite c’est presque de la bonne gestion des deniers publics. Du point de vue moral, est-il moral, dans un but de sauvegarde des recettes de l’Etat de supprimer des services déficitaires pour les remplacer par de nouvelles mobilités génératrices de recettes ? Certainement. Là où ça devient anormal, c’est que le débat n’est pas porté en place publique, il n’y a pas d’échanges d’arguments : par exemple rien sur les externalités (on gagne 1O millions en supprimant le train, mais on en perd 1000 avec l’augmentation du chômage, des accidents, etc) Nous sommes en présence d’une politique non démocratique des pouvoirs publics , le débat est confisqué et le peuple jugé sans doute immature et infantile, n'est pas invité à ce débat: Des experts hauts fonctionnaires , inconnus du grand public, préconisent une fermeture partielle du réseau ferré et un transfert vers la route, d’autres hauts fonctionnaires sont chargés de mettre en application cette politique, tout en donnant le change, tout comme des espions dont les actes sont en contradiction avec le discours. Tout cela laisse la désagréable impression, que les dés sont pipés et que des décisions importantes sont prises en secret par de puissants inconnus…
  13. Ca dépend de la feuille de route que l'Etat assigne aux hauts fonctionnaires en charge de la SNCF ! Et si cette feuille de route leur préconise la dégradation du réseau , pour faire des économies budgétaires, les correspondances pourries s'inscrivent bien dans ce cadre...
  14. A priori ils doivent utiliser la voie normale pour Barcelone, qui a été prévue pour la grande vitesse et le fret international...
×