Aller au contenu

PLANONYME

Membre
  • Compteur de contenus

    1 619
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

PLANONYME a gagné pour la dernière fois le 18 juillet 2016

PLANONYME a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 945 Explosif

2 abonnés

À propos de PLANONYME

  • Rang
    Train Bleu

Infos Métier

  • Entreprise
    -
  • Service
    En retraite
  • Métier & Lieu
    toute la carrière à PARIS MONTPARNASSE

Visiteurs récents du profil

6 258 visualisations du profil
  1. PLANONYME

    TGV au Maroc .

    Je complète mon précédent commentaire sur les tarifs du TGV Marocain. Le prix le plus bas sur Tanger - Casablanca est affiché à 149 dirhams. Le salaire minimum marocain étant de 13,45 dirhams de l'heure, le coût du trajet correspond donc à 10 heures travail d'un modeste sujet. Sous nos contrées, TGV Ouigo démarre à 19 € et TGV Inoui à 25 € de mémoire. Pour un salaire minimum à 9,88 € de l'heure (brut). Soit 2 à 3 heures de travail pour comparer l'offre française et l'offre marocaine . Contre 10 au Maroc ! Le TGV marocain est donc 3 fois plus cher. Ou alors c'est le TGV qui chez nous est parfois vraiment pas cher (pourvu que ça dure !). C'est pour faire mentir (ou réagir) Jackv : Une donnée qui devrait permettre de proposer des billets abordables, Sous toutes réserves que mon raisonnement ne soit pas faussé ou biaisé.
  2. PLANONYME

    TGV au Maroc .

    La grille tarifaire : Pour situer, Au 1er Janvier 2018, les salaires minimums légaux au Maroc (SMIG) sont : Dans le secteur de l’industrie, du commerce et des professions libérales, le SMIG Horaire est de 13.46 MAD / Heure. Le SMIG mensuel est donc égal à 13.46 MAD/Heure * 191 Heures/Mois = 2 570.86 MAD. Dans le secteur de l’agriculture le SMAG Journalier est égal à 69,73 MAD. Pour compléter cette source, j'estime le salaire mensuel moyen d'un cadre et assimilé (catégorie socio-professionnelle sans doute la plus à même d'emprunter ce train) à une rémunération de l'ordre de 3 000 à 4 000 MAD (dirham marocain).
  3. PLANONYME

    TGV au Maroc .

    https://www.lesinfos.ma/article/902685-Lancement-de-la-LGV-Tanger-Casablanca-le-15-novembre-le-prsident-Macron-au-Maroc.html?utm_source=NL_lesinfos.ma&utm_medium=email&utm_term=Politique&utm_campaign=
  4. PLANONYME

    TGV au Maroc .

    Vu ce dessin sur un média en ligne marocain : L'humour politique marocain est assez féroce et caustique. Les caricaturistes amènent des débats qui sinon resteraient peut-être enfouis.
  5. Alain ne sera pas licencié mais le combat est loin d’être fini ! La mascarade de ces procédures disciplinaires et le harcèlement syndical se poursuivent puisqu’Alain passera tout de même en Conseil de Discipline le 31 janvier 2019 à Paris … soit plus de 220 jours après les faits mensongers et disproportionnés rapportés par le numéro 2 de l’ESV Alpes. https://solidaires-isere.fr/2018/11/02/6-de-grenoble-la-solidarite-est-notre-force/?fbclid=IwAR1WSVVuj9CNI0AEaviaUM5Qmlde6ziYbcxSDQWMYiQlQU8zLvBdcZmAFk8 Le syndicat parle de répression syndicale. Il faut lire : répression anti-syndicale. Mais tout le monde aura compris. La répression syndicale, c'est autre chose et ça peut aussi exister ici ou là.
  6. Les agences de voyage ne sont commissionnées qu'à hauteur de 2 % (jusqu'en décembre 2018, en cours de négociation pour la suite ; à suivre attentivement car ça donnera une idée du modèle recherché). Souvent le client paie d'ailleurs des frais de service ou de dossier en sus à l'agence (ce qui n'est pas interdit si ça fait l'objet d'une information sur le point de vente). La commission à la charge de la SNCF c'est bien moins que le coût estimé en gare (de 6 à 10 € la transaction pour un panier moyen aller retour de 80 €). Depuis très longtemps, l'entreprise a dans ses cartons un projet de facturation des coûts de distribution à part du contrat de transport. Dans cette optique, le prix finalement payé par le voyageur serait différent selon le canal de distribution qu'il choisit. Mes chiffres ne sont plus actualisés (puisque en retraite) mais il y a dizaine d'année, le coût de distribution à facturer était estimé à 2 ou 3 € sur Internet, à 4 € ou 5 € sur un automate, à 6€ ou 7 € à distance par téléphone et à 10 € en face à face à un guichet de gare ou au comptoir d'une boutique. Ce qui coinçait c'est qu'il fallait "vendre" ça à la tutelle qui a son mot à dire sur les conditions générales de vente et de service (puisque texte homologué). Et que ladite tutelle n'était pas enthousiaste à subir l'inévitable fronde des voyageurs, de leurs représentants, des élus, des médias et tutti quanti. Je me demande si les annonces répétées de fermeture des points de vente, de vente uniquement sur rendez-vous et autres joyeusetés ne visent pas à faire pression sur la tutelle pour qu'elle donne son feu vert à une tarification différente selon le mode de distribution. Après tout l'aérien (puisque c'est le modèle) ne se gêne pas. Des frais ancillaires que ça s'appelle.
  7. Cf. Statut (chapitre 7, cessation de fonctions) Attention à une éventuelle clause de dédit formation !
  8. Un autre moyen de calculer. Source bilan social 2017 : 1 548 600 heures d'heures de délégation utilisées en 2017 (tous les délégués et représentants n'utilisent pas la totalité de leur crédit d'heure mais ça c'est un autre débat). Allez, si on calcule à la louche (durée légale annuelle de travail, base 35 heures = 1607 heures), ça nous donne un petit millier (963) d'équivalents plein temps exerçant une fonction de représentation du personnel. Pour un effectif de 146 800, toujours selon le même bilan social. Un délégué ou représentant pour 150 agents en gros... 10 fois moins que le chiffre annoncé par la direction (ou que BFM lui prête).
  9. Ce qui est sûr et constant c'est que le cumul d'emplois salariés est prohibé (sauf quelques exceptions dans le domaine de l'éducation, des arts, de la culture, de la garde d'enfants). Mais, à mon avis, une activité d'auto-entrepreneur ne saurait être visée par cet interdit. Et, sauf à être informée directement, je ne vois pas comment la SNCF pourrait avoir connaissance de cette activité de nature commerciale et libérale. Je n'ai pas une confiance absolue dans la compétence des acteurs RH sur ce sujet et je crains que leur poser la question c'est s'opposer à un refus sans que celui-ci ne soit étayé par aucune réglementation. Il est par nature vain de chercher une réglementation qui... n'existe pas ! (elle existe pour le cumul d'emplois salariés mais, à ma connaissance, pas pour un autre type d'activité). Il me semble tout juste, mais c'est dans le domaine de la déontologie, qu'il y a un interdit tout relatif pour ne pas se mettre en affaires et relations commerciales avec un fournisseur de la SNCF avec lequel l'agent est susceptible de travailler ou de contractualiser dans le cadre de ses fonctions SNCF. Cela-dit, j'ai quelques réserves à ce que le type d'activité décrit (collaboration avec une régie immobilière qui gère, pour le compte de propriétaires, des appartements en location) puisse être réalisé dans le cadre de l'auto-entreprise. Il va bien y avoir un lien de subordination entre l'agent et la régie immobilière qui va lui passer des ordres de travail. Ce lien de subordination caractérise le contrat de travail, quel que soit le nom que les deux parties donnent à leur relation contractuelle. Un truc à avoir un jour ou l'autre des ennuis, de part et d'autre, pour travail dissimulé. Sous toutes réserves.
  10. PLANONYME

    Démission formation

    "Après échec à la formation". Qui est-ce qui rompt le contrat de travail à cause de cet échec ? L'employeur. C'est donc un licenciement. Or il est constant qu'une clause de dédit formation est caduque en cas de rupture du contrat de travail à l'initiative de l'employeur (licenciement quoi). "Avant la fin de la formation". Si le salarié démissionne, il doit le dédit formation. Mais s'il est licencié en raison de résultats insuffisants avant la fin de la formation c'est encore une circonstance exclusive de tout dédit formation. Pour moi, la clause de dédit formation ne s'applique bien qu'en cas de démission.
  11. PLANONYME

    l'actu ferroviaire en Algérie Tunisie Maroc

    https://www.lesinfos.ma/article/885668-Deraillement-dun-train-entre-Rabat-et-Kenitra-Un-bilan-humain-lourd.html Avec un bad-buzz qui rappellera des choses qu'on connait : (...) Sur les réseaux sociaux, les plaintes se multiplient et les insultes fusent sur la page officielle de l’ONCF et pourtant, le train-train quotidien fait son petit bonhomme de chemin sur les rails défaillants de l’incompétence. Oui, ils sont incompétents avec le « petit peuple », entendez-le. Ils construisent des gares modernes, gèrent des hôtels de renommée internationale et maltraitent – oui, c’est de la maltraitance – leurs voyageurs. https://www.lesinfos.ma/article/886010-Accident-de-train-Quand-lONCF-se-cache-les-Marocains-grent-la-crise.html?utm_source=NL_lesinfos.ma&utm_medium=email&utm_term=Soci%C3%A9t%C3%A9&utm_campaign=
  12. PLANONYME

    Démission formation

    Je pense qu'il manque la négation : ne peut s'appliquer. Merci de rectifier car ça change tout (erreur dans le copié/collé je pense).
  13. PLANONYME

    Démission formation

    Je ne suis pas de cet avis. Ce sont seulement les frais de formation qui peuvent faire l'objet d'un remboursement en cas de dédit. Pas les salaires payés pendant la formation. En montant, cela ne change pas grand chose ici. Par ailleurs, ce calcul ne saurait être aussi simple que le coût annoncé de la formation au prorata de la durée écoulée. Il faut que ce soient des dépenses dûment calculées et justifiées, pas une estimation au doigt mouillé. C'est là que commencent les discussions. Et les souvenirs que j'en ai, c'est que l'entreprise n'a jamais trop su (ou voulu) chiffrer. Mais elle a peut-être fait des progrès depuis.
  14. PLANONYME

    Démission formation

    800 € de rémunération de base, ça ressemble à de l'alternance (contrat de professionnalisation). Dans ce cas, aucun dédit formation ! Puisque ce n'est pas directement l'employeur qui finance la formation. Il cotise ce que de droit sur sa masse salariale et l'organisme collecteur finance ensuite les formations. Schématiquement, la SNCF se débrouille pour que ce qu'elle verse en cotisations lui revienne. Dans un tel cas, pas de dédit formation. Qu'on se le dise. Sinon, les règles de base du dédit formation sont celles-ci : Pour être valable, la clause de dédit-formation doit indiquer la date, la nature, la durée de la formation et son coût réel pour l’employeur, ainsi que le montant et les modalités du remboursement à la charge du salarié. L’employeur ne peut pas tenir compte des frais assumés, directement ou non, par un organisme collecteur ou par l’État. Pour ce qui concerne l’indemnité du dédit demandée au salarié, l’employeur doit veiller à ce que son montant soit proportionné aux frais de formation. Il peut, par exemple, fixer un montant réduit prorata temporis en fonction de la durée de collaboration du salarié. La clause de dédit-formation doit impérativement être signée par l’employeur et le salarié avant le début de la formation. À défaut, la clause n’est pas valable. En pratique, elle figure dans le contrat de travail initial ou dans un avenant ultérieur. Cela fait longtemps que je n'ai pas eu sous les yeux une clause de dédit formation (puisque plus en activité) mais je me souviens que souvent elles étaient rédigées de bric et de broc et ne résistaient pas toujours à un examen critique sur la proportionnalité entre le montant de dédit réclamé et le coût de la formation. La SNCF n'aimant, en tout état de cause, pas dévoiler ses coûts. C'est quand même dommage tout ça alors que les candidats ont été sans doute nombreux et qu'il y a eu peu d'élus, réputés avoir été détectés pour pouvoir suivre sans encombre ce parcours de formation.
×