Aller au contenu

PLANONYME

Membre
  • Compteur de contenus

    1 634
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

PLANONYME a gagné pour la dernière fois le 18 juillet 2016

PLANONYME a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 967 Explosif

2 abonnés

À propos de PLANONYME

  • Rang
    Train Bleu

Infos Métier

  • Entreprise
    -
  • Service
    En retraite
  • Métier & Lieu
    toute la carrière à PARIS MONTPARNASSE

Visiteurs récents du profil

6 502 visualisations du profil
  1. PLANONYME

    discrimanation

    C'est de la discrimination, si tu dis que ça en est. Dans une procédure prud'homale, c'est celui qui engage l'action (le demandeur) qui choisit et qualifie le terrain juridique sur lequel il se situe et va se battre. Mais il faudra ensuite étayer par des comparaisons, des démonstrations, des preuves, des réclamations motivées et restées sans suite à l'occasion des opérations annuelles de notation, des témoignages, des interventions des délégués des organisations syndicales qui n'ont pas pu rester indifférents à ça (quand on sait tout le folklore qu'il y a autour des notations), etc. Et pour l'entreprise (qui va se défendre de telles accusations), bien entendu ça n'en est pas de la discrimination ! C'est le déroulement de carrière et de salaire tel qu'il est codifié au Statut. Une partie au choix, une partie à l'ancienneté et l'appréciation de l'aptitude à tenir l'emploi de qualification supérieure (il faut avoir des états de service satisfaisants sur le niveau déjà occupé mais l'appréciation se fait quant à elle sur les capacités futures). Et le retard (ou l'absence même de déroulement de carrière) semble peu ou prou surtout lié ici à une inaptitude médicale à certaines fonctions. Et donc, un motif objectif. Voilà, poser une question c'est prendre le risque de la réponse. C'est à dessein que je suis volontairement assez (trop) direct.
  2. PLANONYME

    Document carte fip

    Si on me dit que ça se fait, je ne vais pas contredire... Je me suis référé à deux référentiels : RH00400 (facilités de circulation des actifs) qui n'évoque le retrait des F.C. de l'ayant-droit qu'en cas d'attitude anormale (fraude et autre bien entendu) de sa part. Et le RH00246 (facilités de circulation des retraités) qui lui contient un barème plus conséquent et plus détaillé de sanctions administratives (et pour cause puisqu'il ne saurait y avoir de mesures disciplinaire au cas d'espèce) tant envers l'ouvrant droit que l'ayant droit. Mais il me semble évident que chacun ne puisse être comptable et redevable que des fautes et des fraudes qu'il commet ou qu'il favorise le cas échéant (quand on voit le détail des "sanctions" ainsi listées et référencées, ça semble bien d'ailleurs être l'esprit du texte).
  3. PLANONYME

    Document carte fip

    Ça c'est un mythe (qui a la vie dure) mais si la peur peut inciter à ne pas commettre d'infraction, c'est finalement tant mieux. Je vais d'ailleurs me garder de publier ici le barème des sanctions (administratives puisque pour un retraité il n'est pas possible de faire du disciplinaire). Il y a bien des cas de retrait définitif (ou provisoire) des facilités de circulation mais pas envers l'ouvrant droit pour une infraction de l'ayant droit. C'est assez heureux finalement.
  4. PLANONYME

    Document carte fip

    Sur le site https://services-aux-retraites.sncf.com/ (c'est l'agence famille des retraités), le document (original !) est téléchargeable. Dans le menu du site : facilités de circulation. Puis : réglementation. Si la question est posée à l'agence famille, c'est sans doute ce qu'elle répondra. image écran / lien inactif EDIT : oups, je n'avais pas vu qu'ADC01 avait déjà apporté cette information.
  5. Les intéressé(e)s parleront sans doute plutôt d'opportunités. J'ai souvenir d'un Directeur du matériel partant chez le plus gros constructeur de... matériel. J'ai souvenir d'un Directeur commercial partant dans une compagnie aérienne intérieure (intégrée aujourd'hui à un groupe) qui était à l'époque le concurrent désigné du TGV (ou vice-versa). J'ai souvenir d'un Directeur des ventes partant dans une gros réseau d'agences de voyages. Liste non exhaustive.
  6. PLANONYME

    Contractuels

    Document en pièce jointe. Comme tous les accords de ce type, c'est une boite à outils. Accord_TH_2018-21.pdf On y lit notamment : C'est peut-être ce qui ne demande que 5 minutes pour dire qu'on va faire. Mais qui demande plus d'un mois pour être mené à bonne fin. Normalement, dans l'esprit de l'accord, la recherche spécifique d'une solution de reclassement aurait dû être menée avant la mise en oeuvre de la réorganisation (quand elle était encore à l'état projet).
  7. Ce sujet est initialement consacré aux délégués et représentants du personnel faisant l'objet d'une procédure pouvant aller jusqu'au licenciement. Parfois, le sujet déborde un peu du cadre de son titre puisque les militants syndicaux ne sont pas forcément des salariés protégés s'ils n'ont pas de mandat électif en cours ou récent et n'ont pas été non plus candidats récemment. Ces précisions car le cas que je cite ci-dessous ne se situe pas dans un cadre syndical mais concerne néanmoins un salarié protégé s'il s'agit, comme il est revendiqué, d'un lanceur d'alerte (art. L.1132-3-3 du Code du travail). http://www.sudrailpse.org/site/nouvelle-plainte-dans-laffaire-des-trucages-dappels-doffres/
  8. Une autre affaire qui émerge sur le réseau social "Je bosse à la SNCF et j'assume" (groupe fermé Facebook). Il semble que l'affaire a été traitée discrètement jusqu'à présent. A part ce qui suit (qui révèle qu'un autre salarié devait également comparaître au même conseil de discipline) je n'ai rien trouvé : http://ulnancy.reference-syndicale.fr/2018/10/situation-gravissime-a-la-sncf/ Ce précédent communiqué syndical ne fournissait aucune indication ni sur la nature, ni sur le contexte des faits reprochés faisant l'objet de ce conseil de discipline. Sur Facebook, le comité de soutien constitué évoque ceci : comportement anormal émaillé de cris. Jean-Michel, hors temps de travail, s’est adressé vivement à des collègues en tentant de faire valoir son point de vue mais il n’y a eu ni violences, ni injures, ni insultes vis-à-vis de ses collègues, ni vis-à-vis de qui que ce soit. A notre connaissance, plainte a été déposée mais le dossier d’accusation est vide. Il est inenvisageable que le Procureur puisse lui donner suite tant elle est vide de sens et d’actes délictueux. Effectivement, tel que présenté, ça semble disproportionné. Et ça interroge donc pour savoir ce qui a réellement pu se passer. Peut-être plus grave que ce qui est communiqué ? Accessoirement, il me semble que le comité de soutien se méprend par rapport aux droits à la retraite. De mémoire, la révocation faisait perdre les droits au régime spécial me semble-t'il. Révocation qui n'existe plus dans l'échelle des sanctions. La plus haute étant la radiation. Et comme il suffit je crois bien d'avoir travaillé un an à la SNCF pour percevoir ce que de droit du régime spécial de retraite pour cette période, le comité de soutien se méprend sans doute ou fait dans l'approximation. Sous toutes réserves.
  9. http://www.sudrailpse.org/site/une-repression-sans-limites-des-patrons-dangereux/
  10. PLANONYME

    Agence famille débordée

    Depuis plusieurs jours en effet. Le problème est toujours de savoir si les services concernés sont au courant... C'est embêtant car c'est notamment sur ce site que les retraités déposent les justificatifs concernant leurs toujours ayants droits éventuels (étudiants de plus de 21 ans) pour le renouvellement annuel des facilités de circulation. Pour ma part, j'avais largement anticipé (dès septembre).
  11. PLANONYME

    délocalisations

    L'intéressé calcule différemment : Son véhicule est un Renault Kangoo (ou similaire) d'après la photo illustrant un article de la presse locale. Possible que son véhicule soit vieux et qu'il n'ait pas les moyens de le remplacer mais l'usure dans ce cas est à mettre au compte de l'utilisation qu'il en a faite avant cette "délocalisation". (16 novembre) http://www.aisnenouvelle.fr/81253/article/2018-11-16/tergnier-le-greviste-de-la-faim-dit-stop
  12. PLANONYME

    TGV au Maroc .

    https://www.yabiladi.com/articles/details/71175/maroc-caisse-compensation-bis-train-inegalites.html?fbclid=IwAR3XXOLt7tDaGFcS5MPyicNIGWf6U-dHhOiBwrwbrpLCKGmVNkHM0-qoUwE
  13. PLANONYME

    Avis au spécialiste RH :-)

    Au-dessus de ce qui plait ou pas aux recruteurs, il y a l'intérêt supérieur de l'entreprise. Laquelle a engagé sa signature dans un accord collectif d'entreprise ! Demander à la RH de l'écrire ça que ça ne plaira pas aux recruteurs. Elle oserait ? Elle ne fera pas car effets collatéraux garantis. Si on lit bien l'accord collectif, ce n'est d'ailleurs pas à la RH ordinaire de gérer ça mais aux spécialistes désignés dans l'accord d'entreprise.
  14. PLANONYME

    Avis au spécialiste RH :-)

    Expert, c'est vite dit ! Un peu d'expérience de cas connus de plus ou moins loin (en tant que secrétaire de CHSCT notamment). Je ne vais d'ailleurs pas avoir toutes les réponses. Je n'ai jamais été très connaisseur du sujet qui est vraiment complexe et j'aurais d'ailleurs pour une fois fait davantage confiance à un acteur RH qualifié qu'un représentant du personnel lambda au CHSCT pour les mesures et conséquences financières de l'inaptitude, hormis la question du suivi du reclassement qui est bien des prérogatives du CHSCT. J'essaye quand même de tracer quelques pistes. Dans la mesure où il s'agit d'un accident du travail, c'est la meilleure des protections sociales qu'on puisse imaginer, que ce soit en maintien de salaire ou en durée. Je suis surpris par le temps partiel thérapeutique s'il n'est justifié que parce qu'il fallait libérer du temps pour la rééducation. Le temps partiel thérapeutique c'est pour préparer la reprise, c'est à dire que celle-ci est déjà visible à échéance mais que médicalement il est estimé qu'elle ne peut pas se faire du jour au lendemain. Et que pour hâter le rétablissement définitif, il est bon que cette reprise se fasse partiellement dans un premier temps. C'est le plus souvent pour des raisons psychologiques. A ma connaissance, ce n'est pas fait pour faciliter la gestion des rendez vous médicaux de rééducation. Un arrêt de travail est alors requis (surtout en accident du travail). Sur le fond effectivement, mener à bonne fin un reclassement est toujours plus difficile tant que l'agent n'est pas prêt à reprendre aussi normalement que possible dans un emploi. Par expérience, lorsqu'un agent est toujours en arrêt de travail, les acteurs RH attendent que la fin de cet arrêt se profile. Il est en fait vain de reclasser tant que l'agent ne reprend pas, ce qui ne signifie pas qu'il ne faille pas y réfléchir déjà un peu avant mais seulement en termes d'hypothèses. C'est un peu pareil pendant un temps partiel thérapeutique (qui n'est d'ailleurs pas forcément un mi temps). Ce temps partiel thérapeutique s'arrêtera au maximum à l'issue du délai d'un an. Licencier (lire: réformer) un agent victime d'un accident du travail signifierait qu'il soit inapte définitif à tout emploi dans l'entreprise. Alors qu'il existe toutes sortes de métiers et que l'entreprise continue d'embaucher, bon an, mal an, 3000 à 5000 personnes. Il faut oser... En général, pour un accidenté du travail, sauf à ce qu'il soit hélas gravement handicapé, la réforme ne vient que parce qu'il l'accepte et que c'est, tous comptes faits, finalement pour lui une meilleure solution. Il est vrai que le chaud et le froid que souffle parfois l'entreprise sur le reclassement ou son impossibilité selon elle peut avoir un effet quelque peu épuisant qui fait que l'agent préfère qu'un terme soit mis au contrat de travail. Pour les modalités (compliquées) de calcul de la pension de réforme (c'est un pension de retraite à jouissance immédiate), lire le règlement du régime spécial : https://www.cprpsncf.fr/documents/20182/24214/Règlement+du+régime+spécial+de+retraite+du+personnel+de+la+SNCF/813cd6a4-6a64-4cc9-b171-269174717d57?version=1.3 Les règles de cumul avec les rentes attribuées au titre des accidents du travail sont citées dans ce règlement. Il y est fait également état du RH0131 sur le maintien de rémunération en cas de mutation dans un autre grade (et d'autres fonctions) à la suite d'un accident du travail. Il s'agit bien alors de mutation (terme utilisé à tort par beaucoup de collègues pour évoquer les changements de résidence). Réponse de première intention pour débroussailler un peu le sujet. Je place aussi en pièce jointe l'accord collectif en faveur de l'emploi des travailleurs handicapés du groupe public ferroviaire pour la période 2018 -2021 (nouvel accord tout récent) qui contient des précisions sur le rôle et ce qui est attendu des différents acteurs. Et j'envoie en message privé le Statut (RH0001) qui contient plusieurs dispositions concernant les accidentés du travail. Je ne le place pas ici en pièce jointe car s'agissant d'un document estampillé à diffusion interne seule autorisée je crains de me faire houspiller par les administrateurs et autres modérateurs. Bien que ce texte, à valeur réglementaire (au sens droit administratif et non pas seulement référentiel RH de l'entreprise) soit par nature public puisque c'est la loi du contrat de travail entre un cheminot du cadre permanent et le groupe public ferroviaire (au même titre qu'une convention collective qu'une entreprise quelconque ne pourrait pas interdire de diffuser publiquement). Accord_TH_2018-21_signé.pdf
×