Aller au contenu

Leter

Membre
  • Compteur de contenus

    6
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

7 Doux

À propos de Leter

  • Rang
    Aérotrain

Visiteurs récents du profil

1 139 visualisations du profil
  1. Bonjour, Quitter la SNCF pour rejoindre une entreprise ferroviaire spécialisée en TTX... c'est assez audacieux. J'évolue depuis quelques années dans le domaine de la traction des trains-travaux et c'est pour le moins spécial. Il faut partir du principe que les chantiers se font à l'échelle nationale et se dire que l'on va être en grand déplacement à l'année. Cela signifie qu'en une année, on peut se retrouver quelques semaines à Lille puis un mois à Strasbourg, redescendre sur Montpellier et remonter sur Paris... D'où une voiture de service pour pouvoir faire le trajet entre la résidence et le lieu de travail. C'est vrai qu'on peut virtuellement habiter n'importe où vu qu'il s'agit de grand déplacement mais mieux vaut une résidence à un point central: Tours ou Dijon par exemple, permettent de rayonner vers le sud ou le nord plus commodément que de vivre en étant excentré à Cannes, en Bretagne ou à Mont de Marsan. La conduite des TTX c'est vraiment pas excitant de mon point de vue: 20 km entre la base arrière où tu as formé le TTX et le lieu du chantier (le domaine fermé) et sur ce domaine fermé, c'est marche restrictive (MàV ou MeM), un peu de balastage à 2 km/h et souvent 2 ou 3 heures d'attente immobilisé à rien faire et en fin de planche, on retourne à la base arrière. Selon moi, on est plus proche de la conduite d'engin que de la conduite de trains. En termes de missions, l'autre facette est l'acheminement du matériel de travaux (bourreuses, locos, stab, etc...) d'un chantier à un autre. C'est ce qui me parle le plus personnellement. Cela se fait avec le machiniste de l'engin et on reste proche du métier de conducteur ligne. Les gens viennent aux travaux généralement pour l'argent: avec les indemnités de dép, les heures supp, etc.. les salaires sont gonflés. C'est important je ne le nie pas mais l'impact sur la vie personnelle, surtout si on a femme et enfants est non négligeable. Bien choisir également l'entreprise où l'on souhaite aller: il existe des petites EF familiales détenues par un actionnaire personne physique et d'autres qui sont des filiales de grands groupes de BTP. La taille joue sur l'ambiance et la culture de l'entreprise. Attention également aux accords de non débauchages entre les patrons de ces EF, d'où l'importance de bien choisir.
  2. Bonjour Jybert, Le profil psychologique des candidats compte beaucoup pour les recruteurs SNCF. Le savoir-être dont tu dois faire preuve est essentiel. Tel que tu nous décris l'entretien, tu as eu affaire à un interlocuteur que tu as estimé, je cite, "pleine de dédain". C'était peut être une posture pour voir comment tu réagis face à un interlocuteur désagréable? Perds-tu tes moyens? Conserves-tu ton sang-froid? Dans la pratique d'un métier de sécurité, il ne doit y avoir aucun doute. La question sur la période de chômage est peut être difficile mais c'est un moyen de voir comment tu as mis ce temps à profit: définition d'un projet professionnel, bilan de compétences qui laisse apparaître des aptitudes à une fonction de sécurité, ... Tout peut se justifier mais il faut savoir mettre cela en valeur. Loin de moi l'idée de dire que tu n'as pas été convaincant mais ce sont les aléas du recrutement. Nous sommes toujours déçus, moi le premier, de recevoir une réponse négative à un emploi. Il est tentant de se dire que c'est la faute du recruteur qui n'a pas su déceler notre potentiel mais il faut peut-être considérer cela comme une remise en cause. J'ajoute enfin que les réponses types "malgré tout l'intérêt de votre candidature, bla bla bla" n'aident pas le candidat: nous indiquer "voici la raison pour laquelle vous ne correspondez pas est XXX" serait plus pertinent. Les recruteurs SNCF doivent recevoir des dizaines de milliers de candidatures par an, il est très difficile dans ces conditions d'apprécier pleinement chaque profil et des erreurs sont toujours possibles... Bon courage à toi,
  3. Bonsoir à tous, Je vous remercie de vos réponses. Je suis conducteur de trains depuis quatre ans. Dernièrement, avec une machine BR186 qui venait juste d'être livrée, j'ai eu des soucis avec le KVB: à plusieurs reprises, sur voies de service (non équipées KVB) et sur voie principale, j'ai été pris en charge par FU KVB sans aucune raison apparente. Cela s'est produit au niveau de Dijon/Gevrey. A chaque fois, j'avais ce code 934 qui montait au visu auxiliaire... Après avoir appelé la Hotline Bombardier, le technicien m'a indiqué qu'il fallait isoler le KVB. J'ai cherché en interne à savoir, pour ma culture personnelle et parce que j'aime comprendre, ce que signifiait ce code mais personne dans l'entreprise n'a su ou voulu me répondre. Merci des informations que vous saurez m'apporter et cordialement,
  4. Bonjour Necroshine, Merci pour ta réponse mais je ne saisis pas très bien. 934 veut dire guide de dépannage?? Je précise que nous n'avons pas de guide de dépannage sur cette machine mais une Hotline (EM Bombardier BR186).
  5. Bonjour à Tous, Je suis à la recherche de la signification d'un code erreur KVB. Il s'agit du code "934". A quel type d'anomalie du KVB cela peut-il bien correspondre? Merci d'avance et cordialement,
×
×
  • Créer...