Aller au contenu
BB4100

Le "Mastrou", chemin de fer du Vivarais

Messages recommandés

La météo ne s'est pas trompée, le soleil brille ce dernier jour d'Août. En début d'après midi, me voilà débarquant à Tournon sur Rhône, armé d'un reflex et de cartes IGN, bien décidé à immortaliser ce train à voie métrique de l'ancienne compagnie du CFD Vivarais, plus connu sous le nom de « Mastrou ».

Le train à vapeur descendant, au lieu dit « Le Grand pont »

La ligne part de la gare de Tournon, accolée à la ligne SNCF Lyon- Nîmes par la rive droite, où s'effectuait autrefois le transbordement des marchandises et des voyageurs entre les CFD et le PLM. Maintenant, seule la gare du CFV, nom actuel de la compagnie qui exploite le Mastrou, reçoit encore des voyageurs.

A la sortie de la gare, la ligne à voie métrique s'imbrique dans celle à voie normale grâce à un troisième rail pour parcourir les deux premiers kilomètres comprenant un tunnel et un pont sur le Doux, bien large au niveau du confluent avec le Rhône.

Mais aussitôt passé le pont, à St Jean-de-Muzols, la voie métrique bifurque vers l'Ouest, quittant l'artère PLM pour s'enfoncer vers la haute Ardèche, en direction de Lamastre.

L'autorail Billard au niveau de l'avertissement annonçant le carré protégeant le tronc commun.

Autrefois, la ligne continuait au-delà de Lamastre, jusqu'à St Agrève et Dunières, via le Cheylard où se situait le grand dépôt de la compagnie.

La partie haute de la ligne est exploitée en touristique en St Agrève et Dunières par le Chemin de Fer du Haut Velay. Un projet de raccordement des deux trains touristiques est en projet.

Mais revenons à la partie basse où le Doux à l'air d'une paisible rivière coulant dans une large vallée.

L'autorail du soir, à composition renforcée par une remorque à bogies, peu après le tronc commun.

Le train à vapeur dans la basse vallée du Doux.

Mais quatre kilomètres plus haut, les pentes se redressent et le vallée se rétrécit en de profondes et sinueuses gorges au fond desquelles le chemin de fer se fraye un chemin. Les ouvrages d'art se succèdent, la voie surplombe souvent le vide au dessus d'un mur.

Le train serpente dans la campagne ardéchoise

Le paysage devient vite vertigineux

Le pont des Etroits est un bon point de vue:

Les rampes atteignent les 25‰ par endroits. Si l'autorail les avale sans coup férir, il n'en est pas de même pour le train à vapeur dont la vénérable 030+030 Mallet s'époumone devant sa rame.

Le train se hisse au fond de la gorge

Mais à mi-parcours, la vallée s'élargit et voici le village de Boucieu-le-Roi.

Le train à vapeur entre en gare…

… où le mécanicien fait le plein d'eau pour affronter les dernières rampes avant Lamastre.

La vallée reste ouverte quelque temps avant de se refermer sur la deuxième partie du parcours.

Le matin, l'autorail descendant approche de Boucieu (souvenez vous de la pub pour le TGV où un homme est monté de force dans un train où se trouvait Jean Rochefort, eh bien c'est là !)

Le paysage est moins impressionnant que dans les gorges, mais il a fallu recourir à la maçonnerie pour couper les méandres serrés du Doux. Deux viaducs enjambent la rivière pour s'affranchir de courbes trop serrées.

A la descente, le train à vapeur passe sur le viaduc d'Arlebosc

Sur la fin du parcours, le relief s'adoucit et la voie se perd dans la campagne.

L'autorail Billard dans les méandres de la voie.

Dans la cour d'une ferme Vivaroise typique

La route offre de jolis belvédères pour admirer la ligne:

Peu avant Lamastre, la voie fait une dernière boucle dans la campagne avant d'entrer dans la ville.

Le Mastrou, comme autrefois:

Enfin, voici Lamastre, avec son BV qui n'a rien perdu de son charme d'antan

La machine arrive en gare, puis elle est dételée pour être virée sur la plaque.

Lamastre, terminus, tout le monde descend !

Point de système mécanique, mais de l'huile de coude !

Moment de répit pour le matériel pendant le pause de midi

Plus loin, la ligne n'existe plus, la plateforme est toujours là, mais la végétation a pris le dessus, si ce n'est la route, voire des maisons !

Le voyage s'arrête là, il faut songer au retour. Mais je reviendrai, promis !!!

Merci au personnel salarié et bénévole du Mastrou qui a répondu à toutes mes questions et conseillé sur certains points photos. okok

La bonne tenue du forum m'interdit de dire ce que je pense aux okok de « parisiens » qui ne savent pas conduire sur les petites routes !!! mdrmdr

Enfin, merci à ma Twingo qui a eu le bon goût de ne pas m'abandonner en route, malgré ce que je lui ai fait endurer mdrmdr(avec une pensée émue pour les pneus…)

Modifié par BB4100

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout simplement fabuleux ! helpsoso

:)

Je l'ai pris il y a presque 10 ans de celà, à l'arrivée à Tournon, je me rappelle avoir attendu le passage de 3 ou 4 trains de fret qui remontaient !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir ,

L'expression est quelque peu désuette et faible pour ce spendide reportage :

Chapeau (très) bas Sylvain lapleunicheuse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à vous tous pour tous ces compliments lapleunicheuse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

l'a fait un énorme oubli le Sylvain :

le mastrou c'est ici

à faire avec le vélo dans le train (à l'aller) et à vélo au retour (ça descend !) pour les photos de loin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité ____

Les murs noircis par le charbon, les mains des ouvriers enduites d'une matière noire et graisseuse, Marc Faure le reconnaît lui-même en poussant la porte de l'atelier du chemin de fer du Vivarais : on se croirait dans un roman de Zola.

Là, avenue de la Gare, des dizaines de trains datant de la première moitié du XXe siècle sont parqués les uns derrière les autres. Chaque année, ils foulent les voies en acier reliant Tournon à Lamastre, emportés par une locomotive à vapeur vrombissante. À bord, des touristes assoiffés de beautés ardéchoises aussi historiques que les bancs en bois sur lesquels ils sont installés. C'est le fameux Mastrou.

Une opération colossale

Mais voilà, avec un siècle dans le châssis, les machines avaient besoin d'être décrassées, rénovées voire totalement refaites. « C'est aussi pour absorber l'augmentation de la fréquentation de 8,3 % en 2007», indique Marc Faure, directeur général de la société d'économie mixte en charge du chemin de fer du Vivarais.

D'où l'importante opération de réfection menée actuellement et qui comprend également une restauration du rail et du ballast. « Il y a 33 kilomètres de voie à refaire et on réalise 1,5 à 2 kilomètres par an. »

À cela, il faut ajouter les locomotives et voitures en cours de réparation. «Sur les six locomotives à vapeur, l'objectif est d'en avoir trois qui fonctionnent. Et sur les 149 véhicules, je voudrais en faire bien entre 60 et 80. »

«1000 heures de travail» pour une seule voiture...........................

http://www.ledauphine.com/chemin-de-fer-du...4&chaine=21

Modifié par ____
Pour plus de lisibilité merci de ne pas mettre tout votre titre en majuscules.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les murs noircis par le charbon, les mains des ouvriers enduites d'une matière noire et graisseuse, Marc Faure le reconnaît lui-même en poussant la porte de l'atelier du chemin de fer du Vivarais : on se croirait dans un roman de Zola.

Là, avenue de la Gare, des dizaines de trains datant de la première moitié du XXe siècle sont parqués les uns derrière les autres. Chaque année, ils foulent les voies en acier reliant Tournon à Lamastre, emportés par une locomotive à vapeur vrombissante. À bord, des touristes assoiffés de beautés ardéchoises aussi historiques que les bancs en bois sur lesquels ils sont installés. C'est le fameux Mastrou.

Une opération colossale

Mais voilà, avec un siècle dans le châssis, les machines avaient besoin d'être décrassées, rénovées voire totalement refaites. « C'est aussi pour absorber l'augmentation de la fréquentation de 8,3 % en 2007», indique Marc Faure, directeur général de la société d'économie mixte en charge du chemin de fer du Vivarais.

D'où l'importante opération de réfection menée actuellement et qui comprend également une restauration du rail et du ballast. « Il y a 33 kilomètres de voie à refaire et on réalise 1,5 à 2 kilomètres par an. »

À cela, il faut ajouter les locomotives et voitures en cours de réparation. «Sur les six locomotives à vapeur, l'objectif est d'en avoir trois qui fonctionnent. Et sur les 149 véhicules, je voudrais en faire bien entre 60 et 80. »

«1000 heures de travail» pour une seule voiture...........................

http://www.ledauphine.com/chemin-de-fer-du...4&chaine=21

Et surtout l'abandon du tronçon Tournon (SNCF)--- St jean de Muzols (Redevances trop chères ???)Les 3 files de rails vont disparaître !!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que le journaliste ne semble pas savoir, c'est que ce CFT existe depuis presque 40 ans, et ce, grâce à pas mal de bénévoles... C'est seulement depuis peu que la société a un statut de SEM avec le Conseil Général comme actionnaire majoritaire. Les premiers exploitants avaient obtenu une autorisation de circuler à condition de ne toucher aucune subvention du CG... Ce qu'ils ont fait pendant 35 ans...

Enfin bref, le Mastrou est un des plus beau CFT de France, et ses machines => okok okok :cool: :cool: :cool::wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub:

Modifié par Roukmoute

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et surtout l'abandon du tronçon Tournon (SNCF)--- St jean de Muzols (Redevances trop chères ???)Les 3 files de rails vont disparaître !!!!

Ca va faire environ 40000€ d'économies par an, c'est à dire le péage réclamé par RFF. C'est à la fois beaucoup, et peu. Beaucoup car il s'agit tout de même d'une somme d'argent conséquente. Peu car un train touristique engloutit beaucoup de fonds, surtout avec 30 km de voies et un parc roulant colossal.

J'espère que ça leur permettra de mener à bien tous leurs projets de rénovations controleursncf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LA FIN DE LA VAPEUR AU CFV ?

D'après le journal de TAIN-TOURNON aucune loco à vapeur ne sera disponible au moins jusqu'à juillet 2008 ( version optimiste ) les trains sont assurés en autorail ( 80 places seulement ) et l'autorisation d'exploitation a été donnée à titre provisoire car les travaux de voie ne sont pas terminés ( 2 millions d'euros sont recherchés pour remettre le réseau à niveau ) Des contacts sont en cours pour trouver une loco diesel de 400 Ch ( Roumanie ) : La saison 2008 s'annonce plutôt sombre !! lotrela

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Extrait du Dauphiné Libéré du 10/04/2008

Une réunion de crise, initiée par le conseil général, est prévue jeudi 10 avril en fin d'après-midi. Objectif : trouver des

solutions financières pour sauver le train touristique du Mastrou. Car de nombreux investissements, liés notamment à la sécurité, ne peuvent pour l'instant pas être assumés par la Société des chemins de fer touristique et de montagne (acteurs publics et privés). Actuellement, avec aucune locomotive à vapeur en état de fonctionnement, le début de saison marche au ralenti. Pour les maires des communes concernées (Tournon, Saint-Jean-de-Muzols, Lamastre et Boucieu-le-Roi) et les autres actionnaires de la société, l'enjeu est d'agir rapidement. Autrement dit, chacun aura à mettre la main à la poche pour que le Matrou puisse avancer à pleine vapeur.

Il semblerait ( radio sacoche metrique ) que la réunion aie debouché ce soir sur le licenciement du personnel et

donc la fin potentielle du Mastrou .

Quelqu'un a des infos plus précises , pour confirmer ou infirmer la rumeur ?

Reprise du réseau sous une autre forme juridique ?

Modifié par km315

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Extrait du Dauphiné Libéré du 10/04/2008

Une réunion de crise, initiée par le conseil général, est prévue jeudi 10 avril en fin d'après-midi. Objectif : trouver des

solutions financières pour sauver le train touristique du Mastrou. Car de nombreux investissements, liés notamment à la sécurité, ne peuvent pour l'instant pas être assumés par la Société des chemins de fer touristique et de montagne (acteurs publics et privés). Actuellement, avec aucune locomotive à vapeur en état de fonctionnement, le début de saison marche au ralenti. Pour les maires des communes concernées (Tournon, Saint-Jean-de-Muzols, Lamastre et Boucieu-le-Roi) et les autres actionnaires de la société, l'enjeu est d'agir rapidement. Autrement dit, chacun aura à mettre la main à la poche pour que le Matrou puisse avancer à pleine vapeur.

Il semblerait ( radio sacoche metrique ) que la réunion aie debouché ce soir sur le licenciement du personnel et

donc la fin potentielle du Mastrou .

Quelqu'un a des infos plus précises , pour confirmer ou infirmer la rumeur ?

Reprise du réseau sous une autre forme juridique ?

Le MASTROU qui est gèré depuis 3 ans par une SEM où le conseil général détient plus de 50% des parts vendues par les fondateurs des CFTM a annoncé officiellement par un communiqué de presse ce matin ( voir sur le site web du CFV ) l'arrêt de l'exploitation pour 2008 ( aucune mention concernant le personnel ) : il aura roulé 35 ans avec les passionnés et 3 ans avec la SEM !! :Smiley_47: lotrela

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je penses que la situation etait plus complexe que cela , et que la résumer a ce constat des faits

est un raccourci un peu rapide , mais c'est en effet dommage de voir disparaitre ce réseau et le travail

de bénévoles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'espère moi aussi un dénouement heureux à cette affaire.

C'est à ce demander comment ce touristique est géré... La fréquentation augmente chaque année, la réputation du Mastrou est très solide et rien ne va plus.

Enfin, pour une fois que ce n'est pas la SNCF qui est en cause!(rappelez vous de Quercyrail qui était lui aussi bien solide)

Bon courage à toutes les personnes concernées!

Je vous mets en lien le reportage que j'avais fait en Aout dernier sur ce train touristique:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

l'a fait un énorme oubli le Sylvain :

le mastrou c'est ici

à faire avec le vélo dans le train (à l'aller) et à vélo au retour (ça descend !) pour les photos de loin

Le reportage de Sylvain est vraiment très incitatif au voyage... L'ambiance, hors le cadre montagnard, me fait penser au CFBS en baie de Somme, autre monument de la voie étroite.

Envisager de mette fin à une telle aventure en Ardèche dépasse l'entendement...

Le lien ICI de cyclodocus ne semble plus fonctionner...

Modifié par michael02

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'espère moi aussi un dénouement heureux à cette affaire.

C'est à ce demander comment ce touristique est géré... La fréquentation augmente chaque année, la réputation du Mastrou est très solide et rien ne va plus.

Enfin, pour une fois que ce n'est pas la SNCF qui est en cause!(rappelez vous de Quercyrail qui était lui aussi bien solide)

Bon courage à toutes les personnes concernées!

Je vous mets en lien le reportage que j'avais fait en Aout dernier sur ce train touristique:

Salut à tous, il est " top " ton reportage, on en demande encore.

J'éspère que ce patrimoine ne va pas disparraître, y a pas une compagnie capable de reprendre? même si cela ne sera jamais plus comme avant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir , j'étais dans la region de Valence vendredi soir et sur france 3 ils ont dit que l'exploitation s'arrétait dés lundi car il faut tout refaire et qu'il n'y a pas de sous .

Aprés la fermeture du réseau de l'Ardèche Miniature à Oisson il y a deux ans , maintenant arret du Maistrou , oû vat on ? cartonrougerevoltages cestachier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

sur la publication du massifcentralferroviaire de ce mois, cette info est aussi confirmée, l'un des plus vieux trains touristiques de France ferme, qui plus est en Ardèche, le département le plus faché de France, avec ses anciennes emprises férroviaires... Une fois l'association qui gérait le mastrou finie, la gestion de la société n'a rien prévu sur l'avenir; comme dans le réseau RFF régional, pendant des années; du coup, lorsque survient la grosse réparation, il n'y a pas de marge de financement tellement cette réparation est chère...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...