Aller au contenu

Messages recommandés

L'article d'aujourd'hui de La République des Pyrénées :

Le conseil général veut prendre en charge le petit train de la Rhune

Le conseil général veut prendre en charge le petit train de la Rhune

Lors de sa prochaine session, la majorité du conseil général va proposer à l'assemblée de prendre en charge l'exploitation du petit train de la Rhune, jusqu'alors assurée par Veolia.

http://memorix.sdv.f...272?pays-basque

C'est une proposition qui sera soumise aux élus lors de la prochaine session du conseil général, les 2 et 3 février. Sous réserve d'adoption - ce qui ne fait guère de doutes - l'exploitation du petit train de la Rhune, au Pays basque, va basculer dans le giron public. Et devrait être confiée à l'EPSA, l'établissement public des stations d'altitudes, présidé par le conseiller général d'Aramits Jean-Claude Coste et dirigé par Laurent Dourrieu. Rappelons que l'EPSA, qui du coup va changer d'envergure, emploie 65 salariés (plus 220 saisonniers) et exploite les stations de ski de Gourette et la Pierre-Saint-Martin.

Depuis 1994 par Véolia

Propriété du conseil général, le petit train est lui exploité depuis 1994 par une filiale de Veolia, la CFTA (chemin de fer et transport automobile). Mais la délégation de service public prenant fin en octobre prochain, Georges Labazée et son équipe souhaitent confier cet outil à l'EPSA. « Ce n'est pas un choix politicien ou idéologique, indique le président du conseil général. C'est le fruit d'une longue démarche, avec des consultations, des études, un cheminement de plusieurs mois. » Notons que les élus locaux, comme le maire de Sare ou le conseiller général d'Espelette Vincent Bru, dans l'opposition départementale, ont été associés à cette démarche.

Par ailleurs, l'EPSA s'engage à reprendre les 17 salariés qui travaillent à temps plein à la Rhune, aux mêmes conditions salariales que celles qu'ils ont actuellement. Cette « reprise en main », permise par la fin du contrat de concession, est aussi une belle opportunité économique pour le conseil général. A la Rhune, en accueillant chaque année 330 000 voyageurs (2e train touristique de France), la CFTA dégage un chiffre d'affaires de 4,2 millions d'euros. Objectif du département, « garantir la poursuite de l'exploitation mais aussi son développement. »

===> Un groupement avec la Navarre

Parallèlement à l'intégration du petit train de la Rhune dans le giron de l'EPSA, le conseil général devrait mettre en place un groupement européen de coopération transfrontalier (GECT) avec la Navarre, à l'image de ce qui a été fait récemment pour le déneigement et l'aménagement du col du Pourtalet. Le GECT avec la Navarre permettra aux collectivités de s'accorder sur plusieurs projets comme l'organisation des secours mais aussi les projets touristiques.

Avec ses quatre trains comptant chacun deux voitures, le petit train de la Rhune accueille chaque année 330 000 voyageurs.

Modifié par kerguel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Merci de l'info, pour une surprise, c'est une vraie surprise. Puis sortie avec l'annonce de la perte du triple A, ça a du passer inaperçu.

Je pense qu'on est même dans une situation inédite (reprendre en régie la distribution d'eau ou des cantines ça se fait, mais des lignes touristiques). Nul doute que la rentabilité de cet équipement a pesé dans la décision, ainsi que le bon état d'entretien. Peut être que les annonces répétées de Veolia de cesser son activité ferroviaire ont inquiété aussi, d'autant que là aussi ça a été brutal et "surprise"...

Aprés y a un sacré défi sur ce site dont la fréquentation s'accroit toujours et dont le matériel est centenaire cette année !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux caténaires? Ce n'est pas du monophasé. C'est quoi comme alimentation? Triphasé?

Modifié par aldo500

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Du trihasé me semble t'il.....

voir ici

Du triphasé 3000 volts il me semble. Une photo ; pas mal les pantos !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'article d'aujourd'hui de La République des Pyrénées :

Le conseil général veut prendre en charge le petit train de la Rhune

Selon le lien wikipedia cité plus haut: "L'ensemble du parc, motrices et voitures, a été complètement restauré, contrôlé et mis aux normes peu après le changement de concessionnaire en 1996, par des entreprises spécialisées, certaines disposant des plans d'origine."

Le concessionnaire qui a financé la remise aux normes du matériel il y a 15 ans est surement ravi !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Selon le lien wikipedia cité plus haut: "L'ensemble du parc, motrices et voitures, a été complètement restauré, contrôlé et mis aux normes peu après le changement de concessionnaire en 1996, par des entreprises spécialisées, certaines disposant des plans d'origine."

Le concessionnaire qui a financé la remise aux normes du matériel il y a 15 ans est surement ravi !

Avec plus de 300 000 passagers par an, le retour sur investissement s'est fait dès les premières années. Pas fou le concessionnaire qui est CFTA donc Veolia Transdev :Smiley_63: .

Par ailleurs comme l'a rappelé DU94 LGV, Veolia Transdev lâche la branche Transport.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut !

D'ailleurs, ça ne veut pas dire que Veolia a financé toute la rénovation avec ses petits sous à elle...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nouvel article de La République des Pyrénées sur la reprise de la gestion par un établissement public sous maîtrise du CG 64.

La Rhune : Altiservice voulait aussi le train

La Rhune : Altiservice voulait aussi le train

Le réseau Altiservice, qui exploite Artouste et donc aussi son train touristique (100 000 voyageurs annuels), s'était positionné pour « récupérer » la gestion du petit train de la Rhune. Mais, comme nous l'écrivions dès samedi, l'exploitation de ce dernier passera prochainement dans le giron public.

Le conseil général va en effet proposer au vote, lors de la prochaine session les 2 et 3 février, l'exploitation de cet outil touristique qui accueille chaque année 330 000 voyageurs pour un chiffre d'affaires dépassant les 4 millions.

Le train de la Rhune était jusqu'à présent opéré, et depuis près de 20 ans, par la CFTA (Chemin de fer et transport automobile), filiale du groupe Véolia. Cette délégation de service public devait prendre fin en octobre.

Voyant là une belle opportunité économique, la nouvelle majorité départementale a l'intention de confier cette mission à l'Epsa. Pour mémoire, l'Etablissement public des stations d'altitude exploite déjà les sites de Gourette et la Pierre Saint-Martin. A noter que les 17 salariés à temps plein de la Rhune seront tous conservés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut !

D'ailleurs, ça ne veut pas dire que Veolia a financé toute la rénovation avec ses petits sous à elle...

Salut,

en fait si, la remise en état de la dernière motrice rachetée en 1979 par le SHEM à l'ancien chemin de fer de Superbagnères a été financé par CFTA, tout comme la reconstruction de deux voitures et l'achat de deux voitures suisses. CFTA a beaucoup apporté au CdF de la Rhune depuis 1994 (agrandissement des dépôts- ateliers, mise en service d'un 4e train)

Ou Wikipédia se trompe c'est sur le fait que l'ensemble du parc n'a pas été remis à neuf: il y a eu de "grandes révisions générales" sur les tracteurs mais pas sur les voitures. D'ailleurs les GRG font parties de la maintenance planifiée.

Aprés dans le cadre d'une fin de DSP, il y a toujours des biens de retour et des biens de reprise (biens nécessaires à l'exploitation acquis par l'exploitant et dont le propriétaire reprend généralement la propriété à la valeur nette comptable).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Fabr

Une ligne de ce type necessite t'elle un entretien aussi lourd qu'une VU à ecartement standard, sachant qu'il n'y a pas de Fret...

Le gain pour Veolia a peut être reposé sur ce point...

Fabrice

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité 5121

Du triphasé 3000 volts il me semble. Une photo ; pas mal les pantos !

ça me paraît beaucoup, si on regarde d'isolation des caténaires et des pantos. Pour comparer, le Gornergrat à Zermatt au pied du Cervin fonctionne en triphasé 800 V, et grimpe beaucoup plus raide et haut, avec des rames beaucoup plus lourdes

Modifié par 5121

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une ligne de ce type necessite t'elle un entretien aussi lourd qu'une VU à ecartement standard, sachant qu'il n'y a pas de Fret...

Le gain pour Veolia a peut être reposé sur ce point...

Fabrice

Le rail 20 kg/m est d'origine ; il reste très peu de traverses métalliques d'origine. La caténaire a été remplacée il y a moins de 20 ans. Apparemment la maintenance de l'infra a toujours été soutenue.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité 5121

les caténaires triphasées italiennes étaient en 3.6 KV, et l'isolation était assez semblable...

exact, d'ailleurs la Bible (YMT) indique bien que la Rhune et Bagnères étaient en 3 kV. Un peu exceptionnel, las autres réalisation de trains à crémaillère triphasés étant plutôt basse tension.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

Si je me rappelle bien ce que j'ai lu dans "l'histoire de la traction électrique", ce système de traction fut et reste un prototype unique dans son fonctionnement... Par contre, je ne sais plus exactement en quoi il était si particulier si ce n'est sa tension d'alimentation... Je ne me rappelle plus non plus pourquoi la tension était si haute... j'avoue que les explications étant en langages techniques anciens, j'ai eu un peu de mal à comprendre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si je me rappelle bien ce que j'ai lu dans "l'histoire de la traction électrique", ce système de traction fut et reste un prototype unique dans son fonctionnement... Par contre, je ne sais plus exactement en quoi il était si particulier si ce n'est sa tension d'alimentation... Je ne me rappelle plus non plus pourquoi la tension était si haute... j'avoue que les explications étant en langages techniques anciens, j'ai eu un peu de mal à comprendre...

Bonsoir,

Cette tension était la "marque" de Brown Boveri and Co qui a largement contribué aux débuts de la traction à crémaillère. Les autres locomotives de types semblables et destinées à la JungFrauBahn étaient alimentées sous une tension supérieure à 1500 Volts.

La particularité concernant Luchon et la Rhune est l'utlisation dès l'origine de courant alternatif à fréquence industrielle en 25 puis 50 Hz (le 50 Hz avant l'heure ^^).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

Il ya un autre train ferroviaire touristique célèbre qui pourrait bien repasser "public"... La Mure... Mais chut, je n'ai pas le droit d'en dire plus...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ya un autre train ferroviaire touristique célèbre qui pourrait bien repasser "public"... La Mure... Mais chut, je n'ai pas le droit d'en dire plus...

Alors faut rien dire.....sinon ça s'appelle faire courir une rumeur....mdr!

:Smiley_58:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Fabr

Faut il donc considerer que ce qui arrive à la Rhune est une succession heureuse, et où l'opérateur privé aurait vraiment pris en compte les réalités de cette petite exploitation ferroviaire ??? (entendons par là, pas uniquement sous l'aspect des profits...)

Au delà des dogmes, publics et privés, il y a donc encore des hommes... si celà est le cas, celà meritait d'être souligné.

Fabrice

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut il donc considerer que ce qui arrive à la Rhune est une succession heureuse, et où l'opérateur privé aurait vraiment pris en compte les réalités de cette petite exploitation ferroviaire ??? (entendons par là, pas uniquement sous l'aspect des profits...)

Au delà des dogmes, publics et privés, il y a donc encore des hommes... si celà est le cas, celà meritait d'être souligné.

Fabrice

L'échéance de la concession intervient en octobre 2012. C’est ce qui fait qu’une décision est d’ores et déjà prise dès le début de cette année.

L’Etablissement Public des stations d’altitude (EPSA) présidé par le conseil général des Pyrénées reprend la gestion du chemin de Fer de La Rhune qui est déjà propriété du Conseil Général. Des investissements par le Conseil Général sur les infrastructures et sur le matériel roulant sont d’ailleurs déjà en étude. Une structure pour préparer tout ça va être mise en place prochainement.

L'activité actuelle de l'EPSA dans ce lien : http://www.cg64.fr/a...epartement.html

Il élargit son domaine en somme ! :Smiley_63:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut il donc considerer que ce qui arrive à la Rhune est une succession heureuse, et où l'opérateur privé aurait vraiment pris en compte les réalités de cette petite exploitation ferroviaire ??? (entendons par là, pas uniquement sous l'aspect des profits...)

Au delà des dogmes, publics et privés, il y a donc encore des hommes... si celà est le cas, celà meritait d'être souligné.

Fabrice

Salut,

Réponse: oui sans ambiguité,

il y a donc bien encore des hommes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...