Jump to content
Sign in to follow this  
DIDIERD

Thalys Entreprise Ferroviaire

Recommended Posts

​Oui moi je comprends qu'il faut un certificat de sécurité par EF d'où ma question : il est où celui de Thalys ?

​Je crois que j'ai trouvé : ce doit être le certificat de l'EF THI Factory (26 novembre 2014).

Sinon, côté personnel, un peu plus d'informations ici (merci aux cheminots belges ;) ) :

http://paroledecheminot.be/Telechargement/Annee_2014/Documentation/ThiFactoryNews_04.pdf

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour rejoindre CRL COOL nous sommes devenus mono engin mono ligne a l inverse des EF privées qui sont polyvalent comme nous fut une époque.

Share this post


Link to post
Share on other sites

​La pratique antérieure était de tolérer l'exercice d'activités ferroviaires sous couvert d'un titre détenu par un tiers. 

Solennellement alerté et mis devant ses responsabilités sur cette question au travers de la négociation de la convention collective (car ne pas avoir un titre de sécurité en propre allait aussi, mine de rien, conduire à exclure ces entreprises du champ d'application de la CCN), le Secrétaire d'Etat a  rappelé les règles qui auraient dû rester en vigueur : "les entreprises qui exercent une activité de transport ferroviaire de voyageurs ou de marchandises comprenant nécessairement la traction, constituent des entreprises ferroviaires soumises à l'obligation de détention d'un certificat de sécurité". Et le Secrétaire d'Etat de confirmer que : "l'application de cette règle aux entreprises dont l'activité est caractérisée par l'assemblage de moyens en vue d'effectuer un transport ferroviaire". Alain Vidalies a ainsi demandé à l'EPSF de se rapprocher des entreprises concernées pour : "qu'elles régularisent leur situation dans les meilleurs délais".

 

 

​Je ne comprends pas en quoi ça pose problème qu'une entreprise logistique utilise des conducteurs certifiés et sous couvert du certificat d'une  EF.Elle devient tributaire de l'EF titulaire du certificat; mais ça ça la regarde et ça ne devrait pas regarder le ministre...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest 5121

​Je ne comprends pas en quoi ça pose problème qu'une entreprise logistique utilise des conducteurs certifiés et sous couvert du certificat d'une  EF.Elle devient tributaire de l'EF titulaire du certificat; mais ça ça la regarde et ça ne devrait pas regarder le ministre...

​à quoi sert le certificat, sinon à (en principe) s'assurer des compétences de l'entreprise en exploitation ferroviaire, en particulier pour  gérer les conducteurs selon les règles de l'art  ?   Tant qu'à être tributaire d'une EF certifiée, autant profiter aussi de ses compétences.

Share this post


Link to post
Share on other sites

​à quoi sert le certificat, sinon à (en principe) s'assurer des compétences de l'entreprise en exploitation ferroviaire, en particulier pour  gérer les conducteurs selon les règles de l'art  ?   Tant qu'à être tributaire d'une EF certifiée, autant profiter aussi de ses compétences.

​Tu crois sincèrement que le certificat sert à gérer les conducteurs ? Je me gausses, tout le monde s'en fout de la gestion des conducteurs et autres employés, le certificat donne plutôt ou fait plutôt supposer que toutes les règles de sécurité seront appliquées.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Sinon, côté personnel, un peu plus d'informations ici (merci aux cheminots belges ;) ) :

 

​Les agents SNCF ont reçu les mêmes, mais y a longtemps que j'ai viré tout ca. Pas envie de lire la propagande comme quoi "ca va etre tout beau tout neuf que tout le monde est gentil ( et serviable et corvéable )".

C'est clair les agents qui font tourner le Thalys depuis le début ( avec tous les soucis de mise au point de l'ERMTS par exemple ) n'ont rien foutu pour que ca roule.

Ca m'énerve, bref. On n'est que des ouvriers qualifiés, on exécute, on discute pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

​La pratique antérieure était de tolérer l'exercice d'activités ferroviaires sous couvert d'un titre détenu par un tiers. 

Solennellement alerté et mis devant ses responsabilités sur cette question au travers de la négociation de la convention collective (car ne pas avoir un titre de sécurité en propre allait aussi, mine de rien, conduire à exclure ces entreprises du champ d'application de la CCN), le Secrétaire d'Etat a  rappelé les règles qui auraient dû rester en vigueur : "les entreprises qui exercent une activité de transport ferroviaire de voyageurs ou de marchandises comprenant nécessairement la traction, constituent des entreprises ferroviaires soumises à l'obligation de détention d'un certificat de sécurité". Et le Secrétaire d'Etat de confirmer que : "l'application de cette règle aux entreprises dont l'activité est caractérisée par l'assemblage de moyens en vue d'effectuer un transport ferroviaire". Alain Vidalies a ainsi demandé à l'EPSF de se rapprocher des entreprises concernées pour : "qu'elles régularisent leur situation dans les meilleurs délais".

 

 

 

Euh document là, nous, on circule en Suisse sous BLS , gaffe au retour de manivelle ( quoi qu'ici avec la DB on a malheureusement l'habitude de ces retours)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest 5121

​Tu crois sincèrement que le certificat sert à gérer les conducteurs ? Je me gausses, tout le monde s'en fout de la gestion des conducteurs et autres employés, le certificat donne plutôt ou fait plutôt supposer que toutes les règles de sécurité seront appliquées.

​jusqu'au jour où ça cogne et qu'on s'aperçoit que tous les taquets ont été enfoncés .....

au passage, si quelqu'un pouvait expliquer les capacités demandées à une entreprise pour l'obtention d'un certificat ? S'il n'y a pas la gestion du personnel, ni celle du matériel roulant (en contrat location/entretien), que reste-t-il ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

​jusqu'au jour où ça cogne et qu'on s'aperçoit que tous les taquets ont été enfoncés .....

au passage, si quelqu'un pouvait expliquer les capacités demandées à une entreprise pour l'obtention d'un certificat ? S'il n'y a pas la gestion du personnel, ni celle du matériel roulant (en contrat location/entretien), que reste-t-il ?

http://www.securite-ferroviaire.fr/ espace réglementation dernier lien en bas.​

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest JLChauvin

​jusqu'au jour où ça cogne et qu'on s'aperçoit que tous les taquets ont été enfoncés .....

au passage, si quelqu'un pouvait expliquer les capacités demandées à une entreprise pour l'obtention d'un certificat ? S'il n'y a pas la gestion du personnel, ni celle du matériel roulant (en contrat location/entretien), que reste-t-il ?

http://www.securite-ferroviaire.fr/espaces-professionnels?shs_term_node_tid_depth_1=28

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest 5121

merci les gars, je vais lire ça à tête reposée, pour me faire une idée

Share this post


Link to post
Share on other sites

​La pratique antérieure était de tolérer l'exercice d'activités ferroviaires sous couvert d'un titre détenu par un tiers. 

Solennellement alerté et mis devant ses responsabilités sur cette question au travers de la négociation de la convention collective (car ne pas avoir un titre de sécurité en propre allait aussi, mine de rien, conduire à exclure ces entreprises du champ d'application de la CCN), le Secrétaire d'Etat a  rappelé les règles qui auraient dû rester en vigueur : "les entreprises qui exercent une activité de transport ferroviaire de voyageurs ou de marchandises comprenant nécessairement la traction, constituent des entreprises ferroviaires soumises à l'obligation de détention d'un certificat de sécurité". Et le Secrétaire d'Etat de confirmer que : "l'application de cette règle aux entreprises dont l'activité est caractérisée par l'assemblage de moyens en vue d'effectuer un transport ferroviaire". Alain Vidalies a ainsi demandé à l'EPSF de se rapprocher des entreprises concernées pour : "qu'elles régularisent leur situation dans les meilleurs délais".

 

 

​Le tir à la balle dans le pied et la course à l'augmentation du chômage continue !

Cette " pratique antérieure" a permis à des opérateurs qui n'avaient pas les moyens ou le temps de se lancer dans les formalités de création d'EF, de démarrer leur activité.

En interdisant les partenariats avec des EF détenant un certificat, on empêche la création d'entreprises et on crée du chômage.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest 5121

création d'entreprises, tu parles .... pour bouffer une partie de ce qui reste de gâteau sur la part des autres....  qui  plus est, ces entreprises se vantent d'être beaucoup plus efficaces en employant moins de personnel qu'il n'en fallait à la SNCF. Donc ......   CQFD

Edited by 5121

Share this post


Link to post
Share on other sites

​.

En interdisant les partenariats avec des EF détenant un certificat, on empêche la création d'entreprises et on crée du chômage.

 

​On empêchera aussi peut être des licenciements ou à n'importe quel clampin de se déclaré EF.

Share this post


Link to post
Share on other sites

​Le tir à la balle dans le pied et la course à l'augmentation du chômage continue !

Cette " pratique antérieure" a permis à des opérateurs qui n'avaient pas les moyens ou le temps de se lancer dans les formalités de création d'EF, de démarrer leur activité.

En interdisant les partenariats avec des EF détenant un certificat, on empêche la création d'entreprises et on crée du chômage.

 

​Mouais... et c'est rassurant comme idée ? Je travaille sous le certificat de sécurité d'une autre boîte : ou est la contrainte de travailler en sécurité ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

​Mouais... et c'est rassurant comme idée ? Je travaille sous le certificat de sécurité d'une autre boîte : ou est la contrainte de travailler en sécurité ?

La contrainte de travailler en sécurité est identique, même peut être plus forte quand on travaille sous le certificat de sécurité d'une autre boîte. Il faut savoir que si les salariés de la boite qui loue le certificat à une autre EF, commettent des fautes de sécurité c'est le certificat de l'EF détentrice qui est en jeu. l'EF qui "loue" son certificat se fait rétribuer pour ça , mais elle n'est pas prête à perdre son certificat et elle reste très vigilante.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La contrainte de travailler en sécurité est identique, même peut être plus forte quand on travaille sous le certificat de sécurité d'une autre boîte. Il faut savoir que si les salariés de la boite qui loue le certificat à une autre EF, commettent des fautes de sécurité c'est le certificat de l'EF détentrice qui est en jeu. l'EF qui "loue" son certificat se fait rétribuer pour ça , mais elle n'est pas prête à perdre son certificat et elle reste très vigilante.

​Elle est bonne celle là : c'est bien connu, la vigilance sécu est renforcée à mesure qu'on dilue les responsabilités ...  :Smiley_29:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Nipou,

Des fautes de sécurité répétées constituent, plus encore que pour une EF classique, un danger de mort pour l'entreprise "locataire" du certificat :à tout moment l'entreprise titulaire du certificat peut rompre pour non respect des consignes de sécurité le contrat.

C'est imparable et dans ce cas tout s'arrête du jour au lendemain.

Donc croit moi, ça c'est un argument que même un patron voyou prend en considération !

Idem pour l'entreprise titulaire du certificat, qui peut aussi perdre son client  (l'entreprise "locataire" du certificat ), à tout moment  si l'entreprise titulaire du certificat n'est pas sérieuse, avec le risque pour cette dernière d'être caftée à l'EPSF et de perdre son certificat: dans ce cas c'est fin des haricots...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

et le client final qui a choisit le mode de transport ferroviaire dans tout cela?

Même avec un accident spectaculaire, ou une situation dangereuse, j'ai de grand doute d'une interdiction même temporaire d'autorisation de circulation ferroviaire car au final, vous coulez les entreprises clientes.

Tout est beau sur le papier mais le jour d'un accident nul doute que des bataillons d'avocats sauront retarder une éventuelle application des règlements, et cela s'arrangera à l'amiable, loin des médias, comme pour Veolia qui a renoncé à cette branche imposée par NS1er après l'accident évité à Montauban.

L'intérêt du client final sera plus important que les règlements du monde ferroviaire et c'est ainsi dans tous les pays.

Rappelez-vous la catastrophe du train de pétrole au Canada: les trains de pétrole circulent toujours...

Share this post


Link to post
Share on other sites

On est déjà plus dans le "peut être plus forte quand on travaille sous le certificat de sécurité d'une autre boîte" ...

Au mieux, dans le monde de oui-oui, la sécu sera au même niveau dans l'entreprise sous certificat d'une autre. Mais par expérience, je constate que ce n'est que dans le monde de oui-oui car quand on fait une filiale c'est pour faire moins cher, et hélas, la sécu est toujours à la fin, une variable d'ajustement. Ce que tu penses être du très haut niveau de veille sécu, est une adaptation de ce qui doit être fait.

Plus tu rajoutes des niveaux, plus tu te mets en position d'avoir de la perte au feu, même non intentionnelle, et ça quelque soit la pression qu'on vient mettre au dessus.

Donc oui, il n'y a que dans le concept que ton principe fonctionne et c'est ainsi qu'il a été pensé, car dans la réalité, c'est tout autre chose. Ce n'est que l'argument marketing qui a permis de vendre ce principe.On le constate déjà à la SNCF, en interne, dès que la traction (ou matériel pour sa partie, ou infra pour sa partie ou ...) n'est plus aux manettes de ce qui concerne les trains (infra, activités ... par exemple), on se retrouve avec des dérives qui a elles seules, mettraient un certificat en suspend (à minima) et ça, sans aller chercher bien loin.

Je ne dénigre pas les autres, chacun est à même de faire bien s'il s'en donne les moyens, mais non, jamais le fait de déléguer n'arrange la sécu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On est déjà plus dans le "peut être plus forte quand on travaille sous le certificat de sécurité d'une autre boîte" ...

Au mieux, dans le monde de oui-oui, la sécu sera au même niveau dans l'entreprise sous certificat d'une autre. Mais par expérience, je constate que ce n'est que dans le monde de oui-oui car quand on fait une filiale c'est pour faire moins cher,

​"quand on fait une filiale c'est pour faire moins cher" Je connais très bien le cas d'un transporteur travaillant sous le certificat de sécu d'une EF et ce sont deux entreprises distinctes sans aucun lien capitalistique.

Et non le transporteur ne paye pas moins cher que s'il était EF, la prestation de l'EF titulaire du certificat, il la paye lourdement, à tel point que ce transporteur souhaite obtenir son certificat pour se libérer de cette tutelle, des contraintes, des coûts et des risques d'être lâché qui vont avec...

La motivation des entreprises qui sont sous le certificat d'une EF tierce, n'est pas de "faire moins cher", mais de démarrer tout de suite, sans effectuer les lourdes formalités d'obtention du certificat...

Edited by Mak
correction ponctuation

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ahhhh, c'est pour aller plus vite ...

Désolé, nous ne sommes pas dans la même philosophie.

Pour rouler il faut un certificat. Mais vu qu'il faut montrer patte blanche pour l'avoir et que les OFP et autres EF exotiques étaient loin de savoir le faire sans investissements massifs, on a biaisé le système en créant la possibilité de rouler sous certificat d'un autre. Ou comment s’asseoir sur les normes pour accélérer l'ouverture à la concurrence.

Alors oui, on a gagné du temps, de temps sur la sécu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention les plus grosses utilisatrices de cette modalité sont les EF "historiques", spécialement dans le cadre des accords de coopération UIC.

La DB, la SNCB, la RENFE, les CFF, etc n'ont pas de certificat de sécurité en France - et la SNCF pas de certificat de sécurité en Allemagne, Belgique, Espagne, etc

A la frontière tous les trains en coopération passent sous la responsabilité de l'entreprise nationale (et relèvent de son certificat de sécurité), quelles que soient l'emplyeur du personnel et le propriétaire du matériel roulant....

La circulation sous le "certificat de sécurité" d'une EF est en fait de la sous-traitance.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest JLChauvin

En fait, c'est un joyeux bordel, très loin de toutes considérations sur la sécurité des personnes et des circulations. C'est l'explosion du chemin de fer européen et de son expérience durement gagnée par des générations et des générations de cheminots, qu'ils soit dirigeants ou manœuvres, quel que soit leur pays d'origine. Un gigantesque bras d'honneur à l'histoire qu'il fa bien finir par devoir assumer un jour ou l'autre au prix fort. On marche à la voile... mais en plus on y fout le feu... c'est le génie des "élites" dans toute sa monstrueuse splendeur

Même chez nos amis suisses, les règlements et la cohésion ferroviaire ont été désintégrés...

Une seule chose nous reste à faire: compter les points en espérant ne pas être impliqués ni/ou subir les catastrophes annoncées. Ah, il y a aussi lire les rapports du BEA-TT...

Pour en revenir à THALYS, comme déjà écris, encore une occasion de créer des pantouflages et de se débarrasser des contraintes (sociales?) en filialisant. Le rêve de GP: une holding qui délègue tout mais qui encaisse, de préférence basée dans un paradis fiscal...

Edited by JLChauvin

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait, c'est un joyeux bordel, très loin de toutes considérations sur la sécurité des personnes et des circulations. C'est l'explosion du chemin de fer européen et de son expérience durement gagnée par des générations et des générations de cheminots, qu'ils soit dirigeants ou manœuvres, quel que soit leur pays d'origine. Un gigantesque bras d'honneur à l'histoire qu'il fa bien finir par assumer un jour ou l'autre au prix fort. On marche à la voile... mais en plus on y fout le feu... c'est le génie des "élites" dans toute sa monstrueuse splendeur

Même chez nos amis suisses, les règlements et la cohésion ferroviaire ont été désintégrés...

Une seule chose nous reste à faire: compter les points en espérant ne pas être impliqués ni/ou subir les catastrophes annoncées. Ah, il y a aussi lire les rapports du BEA-TT...

Pour en revenir à THALYS, comme déjà écris, encore une occasion de créer des pantouflages et de se débarrasser des contraintes (sociales?) en filialisant. Le rêve de GP: une holding qui délègue tout mais qui encaisse, de préférence basée dans un paradis fiscal...

​hélas le rêve de tous ces pdg à la tête d'une entreprise (multinationale) ...

je serais tenté de dire :  lui pas plus qu'un autre (ou autant qu'un autre) puisque les règles du jeu ont ainsi été définies....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...