Aller au contenu
Walouze

Traitement médiatique des grèves

Recommended Posts

Bonjour, bonsoir

J'observe avec étonnement le déferlement constant de clichés sur le monde des cheminots lorsqu'il y a grève. Je me passerai ici de vous donner la nature se ces commentaires (prime charbon, fainéants, j'en passe...)

Ma question est la suivante: comment sont reçus ces espèces de dévalorisation du métier par le grand public au sein de la communauté?

Merci et bon courage à vous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Perso, à plusieurs occasions, j'ai eu l'insigne honneur de pouvoir démonter point par point l'argumentaire de mes détracteurs. Il se trouve que je suis persuadé que je n'ai malgré tout pas réussi à les convaincre car leur réponse se bornait "oui, mais àlatéléyzondikeu..." (je suis médisant, certains avaient lu des articles de journaux... Enfin bref)

Du coup, quand on se croise, au lieu de se dire bonjour, on se dit "Alors encore en grève ? - Non, c'est les congés de l'année dernière !"

Et en général, l'opinion trucmuche gavée par les médias mainstream, RAF.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le mode opératoire des médias est identique selon les dossiers :

1- Service commandé par le Ministère, Secrétariat d'Etat en charge du dossier (ici les Transports), sous l'égide de Matignon voire l'Elysée, aux médias pour réaliser des reportages bien polémiques, mais surtout empreints d'une polémique suffisamment forte pour susciter l'indignation (privilégiés...)

2- Réactions triés sur le volet avec les plus virulents dans l'opposition et édulcoration des rares sympathies

3- Jouer sur la corde sensible et surtout créer la division (voyez comment vous "trimez", constatez ces nantis...)

4- Aujourd'hui, avec l'effet TPMG, le nombrilisme effreiné, il est beaucoup plus facile d'attiser des jalousies, des réactions agressive

5- Trouver des syndicats adeptes du co-acompagnement, de la go-gestion pour contrer les os qui sont en lutte en compagnie du personnel, les afficher partout à contrario des autres contestataires qu'il faut dénigrer en apportant une image rétrograde au public

Plus les années passent, plus cette trame se confirme et se retrouve partout...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le mode opératoire des médias est identique selon les dossiers :

1- Service commandé par le Ministère, Secrétariat d'Etat en charge du dossier (ici les Transports), sous l'égide de Matignon voire l'Elysée, aux médias pour réaliser des reportages bien polémiques, mais surtout empreints d'une polémique suffisamment forte pour susciter l'indignation (privilégiés...)

2- Réactions triés sur le volet avec les plus virulents dans l'opposition et édulcoration des rares sympathies

3- Jouer sur la corde sensible et surtout créer la division (voyez comment vous "trimez", constatez ces nantis...)

4- Aujourd'hui, avec l'effet TPMG, le nombrilisme effreiné, il est beaucoup plus facile d'attiser des jalousies, des réactions agressive

5- Trouver des syndicats adeptes du co-acompagnement, de la go-gestion pour contrer les os qui sont en lutte en compagnie du personnel, les afficher partout à contrario des autres contestataires qu'il faut dénigrer en apportant une image rétrograde au public

Plus les années passent, plus cette trame se confirme et se retrouve partout...

Et donc, en tant que cheminot, tu en conclus quoi ?

Ah ben non, je suis bête...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi, les à priori sur les cheminots, ça me gave car ce sont des a priori.

Je suis contre les a priori.

Combien de journalistes tués, cette année parce qu'il essayaient de nous informer de la noirceur de nos semblables?

L'engagement de mon beau-père et de son journal contre la torture en Algérie lui ont valu un plastiquage par l'OAS et la mise ne danger de sa famille.

Les a priori sur le journalistes me gavent tout autant, surtout quand ils viennent de moi.

Mais parfois, j'essaye de garder la tête froide et d'aller voir un peu plus loin. (Pas tout le temps, c'est trop fatigant).

Quoiqu'on en dise, pas de démocratie sans la presse.

J'ai lu des choses dans la presse aujourd'hui qui m'on fait penser que cette grève valait le coup et qui me faisait espérer un vrai gros mouvement,

Celui-ci, en particulier:

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui m'étonne, c'est cet acharnement qu'ont les gens vis à vis des cheminots, j'essaie en vain de comprendre qu'elles en sont les raisons. Certes je pense que le fait que les transports en commun sont la base de la vie des usagers et qu'une grève va les toucher directement, mais de la à tenir des propos du style

"est ce que c'est "cliché" de dire que ces privilégiés qui, pour la plupart, se branle le manche toute la journée et touche encore, grace au sacro-saint acquis social Français, la prime de charbon...."

Il y a j'ai l'impression une réelle fracture entre le "grand public" et le monde des cheminots...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Traitement médiatique des grèves des cheminots : Il y a 20 ans (1995) l'internet n'existait pas et les chaînes d'info à sensation type BFM TV non plus mais c'était déjà pareil avec un discours populo démago sur les privilèges supposés desdits cheminots et interview dans la rue de badauds qui assurent être pris en otage par ces salauds de grévistes...

Sur le terrain, la situation était assez différente mais pour trouver d'autres points de vue que le discours rabâché par les médias officiels il fallait chercher un peu !

En 2014 on remet ça, avec les mêmes, les représentants des OS SNCF tiennent un discours incompréhensible pour le grand public, les pseudo spécialistes pullulent, les quelques vrais bons connaisseurs du dossier hors monde cheminot sont invisibles.

Modifié par NEMO94

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Mais tu as beau écrire un article de fond, les lecteurs ne lisent que ce qu’ils veulent. Et comme c’est Le Monde-pardon-madame, ils en tirent une légitimité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'en ai pas entendu parler aujourd'hui , si j'en entends parler demain au resto ouvrier je vous dirai, mais tres peu de personnes ( par rapport à la population active est impactée par la grève.

Je connais une personne qui faisait le trajet Argenteuil St Lazare en train qui était contente les jours de grève car il y avait des trains qui circulaient et moins de monde car beaucoup de personnes prenaient leur journée ou allaient travailler en voiture, je ne l'ai jamais entendu critiquer les grèves.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi, les à priori sur les cheminots, ça me gave car ce sont des a priori.

Je suis contre les a priori.

Tu sais,les à priori,même les cheminots en ont sur d'autres cheminots:les cadres et les gens des bureaux qui soit disant n'en "branlent pas une.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'en ai pas entendu parler aujourd'hui , si j'en entends parler demain au resto ouvrier je vous dirai, mais tres peu de personnes ( par rapport à la population active est impactée par la grève.

Je connais une personne qui faisait le trajet Argenteuil St Lazare en train qui était contente les jours de grève car il y avait des trains qui circulaient et moins de monde car beaucoup de personnes prenaient leur journée ou allaient travailler en voiture, je ne l'ai jamais entendu critiquer les grèves.

et c 'est bien le principal soucis des gréves cheminotes à échelle de l’hexagone....si on caricature un peu on peut dire que :

le francilien qui habite au fin fond de la banlieue, sera contre cette gréve et trouvera tous les noms d'oiseaux pour la critiquer.....car lui, sera de plein fouet pénalisé.....

le parisien lui en semaine s'en foutra car il y a le métro le bus......tout juste râlera t 'il, car il ne pourra pas utiliser son billet à 29€ pour se rendre à Marseille ou Bordeaux passer le week end rallongé d'une RTT....

le périurbain de province râlera mais sans plus, car avant l’ère TER il se démerdait autrement et ce sera l'occas de sortir Titine un autre jour que pour les après vaisselle du dimanche....et les courses du vendredi dés 15h.....,35h obligent.

après restent les retraités, les voyageurs au long court qui ont pris les billets à l'avance, mais qui au final ne sont pas forcément à un jour prés.....

Et puis reste l'immense majorité de la population, qui s'est affranchie du train depuis 3/4 décennies( voiture et permis de conduire obligent.....)

ceux là s'en foutent royalement et orienteront leur voiles (leurs opinons) en fonctions de la tournure du conflit.....

s'ils sentent que ce mouvement peut entrainer un mouvement de fond qui pourrait leur servir .....ils acquiesceront ....sinon point de salut à attendre de cette majorité de la population complétement désabusée et qui souhaitent au final un nivellement pars le bas au non de l'équité ...ou de la jalousie.

La faiblesse de ce genre de conflit c'est que le train n'est plus le moyen number one de se déplacer.....et sorti des très grosses agglos(au final très peu nombreuses en France) trains ou pas trains la vie suit son court.....

Pour moi et ça n'engage que moi, la réussite de ce mouvement sera liée à son "efficacité" sur la RP et les très grosses agglos....et j'ai bien peur qu'avec la jeunesse des forces vives de sncf, ce soit peine perdue au vu de leur train de vie, constitué essentiellement de dettes.....et emprunt de TPMG, dés leur plus jeune âge.....

Attendons seulement la fin week end pour mesurer la réussite du mouvement et voir si une éventuelle "reconductibilté" sera toujours d'actualité.....et quelles seront les propositions (ou pas) de votre ministre de tutelle....

Pour moi cette période de l'année n'est pas propice : elle arrive trop tard(les ponts de mai sont terminés) ou trop tôt(les départs en vacances ne sont pas encore montés en puissance pour peser vraiment)....

J’espère me tromper, mais vu de l'extérieur, c'est un peu les impressions que je ressens....

Voila ce ci dit bon courage à ceux qui s'engageront dans ce combat...passée la seule journée du 11

Modifié par capelanbrest

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les JT de France 2 de 1995 sont sur dailymotion, 19 ans après peut-être que certains se reverront dans les manifs, il sera aussi possible de comparer le JT de France 2 du premier jour de grève de 1995 et celui de demain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour moi cette période de l'année n'est pas propice : elle arrive trop tard(les ponts de mai sont terminés) ou trop tôt(les départs en vacances ne sont pas encore montés en puissance pour peser vraiment)....

Si on revoit ses classiques, l'objectif d'une grève n'est pas d'exercer une pression sociale sur les autres catégories de... travailleurs et travailleuses (au risque de l'impopularité). Mais plutôt de mettre à mal le système productif (capitaliste).

Dans les grands conflits de ces dernières dizaines d'années à la SNCF, celui de décembre 1986 / janvier 1987 était à cheval sur les fêtes de fin d'année. La pression, les embêtements, les contraintes sur la population furent à leur maximum. Et la grève dura, dura... car l'impact sur l'économie du pays n'était pas si important que ça car "trêve des confiseurs" oblige, le pays tournait au ralenti.

Ce n'est que vers les premiers jours de janvier 1987 que l'affaire se décanta rapidement pour, comme par hasard, répondre aux besoins de l'appareil de production. La nouvelle grille de salaire, motif principal de la grève, fut retirée le 31 décembre à minuit ! Et le travail reprit progressivement dès le 2 ou 3 janvier au grand soulagement des acteurs économiques.

Il est donc a priori erroné de penser que la période soit moins propice au motif que les ponts sont terminés, que les départs en vacances n'ont pas encore commencé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En 1986, les cheminots reconnurent à l'écran sous couvert d'usagers mécontents... certains de leurs chefs !

Mémorable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma question est la suivante: comment sont reçus ces espèces de dévalorisation du métier par le grand public au sein de la communauté?

marre d'instruire les cons.

pour ceux qui cherchent à savoir un peu plus que ce que les médias en disent en posant des questions non chargées de préjugés, je suis ravi d'y répondre. pour les autres, je me fais un plaisir de les ignorer complètement.

la justice sociale... merveilleuse idée donnée aux pauvres d'esprit pour faire baisser le niveau de tous pour le profit d'une petite caste de puissants.

Modifié par dilidou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si on revoit ses classiques, l'objectif d'une grève n'est pas d'exercer une pression sociale sur les autres catégories de... travailleurs et travailleuses (au risque de l'impopularité). Mais plutôt de mettre à mal le système productif (capitaliste).

Dans les grands conflits de ces dernières dizaines d'années à la SNCF, celui de décembre 1986 / janvier 1987 était à cheval sur les fêtes de fin d'année. La pression, les embêtements, les contraintes sur la population furent à leur maximum. Et la grève dura, dura... car l'impact sur l'économie du pays n'était pas si important que ça car "trêve des confiseurs" oblige, le pays tournait au ralenti.

Ce n'est que vers les premiers jours de janvier 1987 que l'affaire se décanta rapidement pour, comme par hasard, répondre aux besoins de l'appareil de production. La nouvelle grille de salaire, motif principal de la grève, fut retirée le 31 décembre à minuit ! Et le travail reprit progressivement dès le 2 ou 3 janvier au grand soulagement des acteurs économiques.

Il est donc a priori erroné de penser que la période soit moins propice au motif que les ponts sont terminés, que les départs en vacances n'ont pas encore commencé.

merci pour l'éclairage....j'aurais toutefois tendance à penser que la perturbation de l'appareil productif du à l'impact de cette gréve de 86/87 était plus important que celui qui pourrait résulter du mouvement actuel.....ne serait ce que par la baisse de la part fret dans la balance, réduite de nos jours....mais je comprends bien ta théorie.

Peut on par ailleurs comparer une situation vieille de 30 ans avec la situation actuelle....?

Tant mieux si l'histoire se répète dans ce cas. :Smiley_04:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Autres types de témoignages relevés : ce n'est jamais le moment de faire la grève :

- en janvier "ha non il y les soldes"

- en février et mars "ça va pas je vais skier"

- en avril "et comment je vais en Normandie, Bretagne pour Pâques"

- en mai "hors de question, il y a les viaducs qui me permettent un séjour sympa à Palavas"

- en juin "il y a les examens, nos pauvres gamins déjà hyper stressés risquent de se rater ou ne pas participer aux examens"

- en juillet/août "empêcher les français qui ont trimé toute l'année de prendre quelques jours pour se reposer, c'est un scandale"

- en septembre/octobre "période de rentée scolaire et universitaire, rajouter du stress au stress, c'est intolérable"

- en novembre "il y les vacances, les ponts, fériés"

- en décembre "avec les fêtes de fin d'année, les cadeaux, les repas en famille...."

Auxquels, il faut ajouter tout au long de l'année un autre argument :

"Paul, salarié dans les travaux publics est parvenu à se rendre à son travail aujourd'hui après une galère de 5h et en aura autant ce soir pour rentrer, de plus, il doit s'arranger avec sa cousine pour récupérer le petit à la crèche et qu'il ne pourra pas voir aujourd'hui, vu qu'il sera renté à 23h30. Demain, il ne pense pas se rendre au travail, il sait qu'il perdra une journée de travail, et es galériens comme Paul, ils sont des millions pris en otages..."

Source : ce qui tourne en boucle partout depuis hier 20h

Modifié par Greg4546

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité JLChauvin

Faut savoir se blinder... et enfin accepter de voir la réalité en face.

Il vous arrive ce qui est arrivé aux cheminots britaniques dans l'immédiat post-privatisation: le lynchage médiatique systématiquement organisé. Là bas çà a marché, même si les grands-bretons s'en mordent maintenant les doigts. Je vais encore faire mon vieux con: remontez un peu ce forum et posez vous les bonnes questions.

Maintenant vous avez toujours le choix de capituler en rase campagne... ou pas. Les temps ont changé depuis les années 80, les résultats faramineux du libéralisme tatchérien relayé par le non moins libéralisme de Blair sont bien visibles à qui veut bien se donner la peine de regarder plus loin que le bout de son nez. Le malaise est très profond en France et en Europe, et pas que chez les cheminots, qui sait de quoi demain sera fait? Seuls ceux qui ne combatent pas sont surs de perdre...

Mais bon, moi, ce que j'en dis... les conseilleurs ne sont pas les payeurs, ce qui s'applique parfaitement à mon cas dans le contexte de ce mouvement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, bonsoir

J'observe avec étonnement le déferlement constant de clichés sur le monde des cheminots lorsqu'il y a grève. Je me passerai ici de vous donner la nature se ces commentaires (prime charbon, fainéants, j'en passe...)

Ma question est la suivante: comment sont reçus ces espèces de dévalorisation du métier par le grand public au sein de la communauté?

Merci et bon courage à vous.

Il y aura toujours les personnes qui diront qu'elles s'en fichent, l'habitude etc.

Derrière, je ne pense pas qu'on s'en fiche totalement, même si on ne tombera pas jusqu'a la deprime pour cela.

Non, car on regarde toujours du coin de l'oeil ces commentaires, ces reflexions, on les commente ici même.

Après nous savons tous aussi que la politique des masses est faite, et que quoi qu'il arrive, critique il y aura.

Si tout les trains demain étaient à l'heure, propre etc; on prendrait quand même des remarques, alors tout en les entendant, il faut les relativiser.

Nous savons tous aussi que la majorité ne lira même pas les réponses qui pourraient être donné à leur questions ou affirmations. Que la recherche de l'information n'est pas interressante, l'affirmation populaire est plus facile.

Le but est de deverser son fiel, ca soulage.

Pour la foule est plus facil de crier "tuez les tous"; que demander des explications ou chercher à comprendre -qui ne veux pas dire être d'accords ou accepter-

Nombreux sont les discours ultra radicaux, virez les, supprimer les syndicats, le droit de grève etc. Ces même gens qui vont dire devant le fond de leur canapé que les installation anti sdf c'est un scandale, que Mittal etait une ordure, ho les pauvres de chez Electrolux. Politique de comptoir sur fond de candycrush.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma question est la suivante: comment sont reçus ces espèces de dévalorisation du métier par le grand public au sein de la communauté?

C'est aussi dans la nature humaine, on aime se comparer, se plaindre, se faire des idées sans réfléchir, sans analyser, sans comprendre.

Pas plus tard que ce matin, je faisais comprendre à une personne que c'était bien beaux de voter FN pour faire chier le gouvernement et le système mais nous cheminot SNCF, on préfère descendre dans la rue et montrer notre colère à visage découvert ! Les petites révoltes de salon et glisser son bout de papier dans l'isoloir n'a pas franchement de courage...

En enchainant justement sur cette manipulation médiatique du fameux cheminot gréviste et fainéant, j'ai fait remarqué qu'a de nombreuse époques de notre histoire on aimait tant trouver des coupables et les dénoncer haut et fort, ceci a causé des millions de mort... Fin de la conversation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Bonjour, bonsoir

J'observe avec étonnement le déferlement constant de clichés sur le monde des cheminots lorsqu'il y a grève. Je me passerai ici de vous donner la nature se ces commentaires (prime charbon, fainéants, j'en passe...)

Ma question est la suivante: comment sont reçus ces espèces de dévalorisation du métier par le grand public au sein de la communauté?

Merci et bon courage à vous.

Au final, je me demande si je n'aurai pas du être officier CRS:

c'est mieux respecté et moins haï que cheminot SNCF.

:jesuisdehors:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

on finit par ressentir à l'égard du public ce que les media les conditionnent à ressentir au nôtre.......

marre de dire que puisqu'on est si privilégiés, z'ont qu'à venir, la boîte embauche....

tiens, Bourdin l'a dit hier matin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon une image qui va tout le monde d'accord :Smiley_05:

69718_434190939970552_1477409735_n.jpg

Ps : le Cheminot représenté n'est pas ADC01 nonmais

Quoique, il y a comme un air de ressemblance, je vais demander des droits d'image.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×