Aller au contenu
Walouze

Traitement médiatique des grèves

Messages recommandés

Il y a 2 heures, jackv a dit :

j"ai bien aimé ce passage... ". Alors que les premiers sondages montraient un soutien à la réforme d’Emmanuel Macron, aujourd’hui je constate que de plus en plus de Français témoignent leur sympathie pour cette grève."

https://www.letemps.ch/suisse/benedikt-weibel-france-cest-monarchie-barricades

Oui, mais attendons les ponts du mois de mai, le Français déteste qu'on lui perturbe ses week-ends et ses vacances.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, cc27001 a dit :

Oui, mais attendons les ponts du mois de mai, le Français déteste qu'on lui perturbe ses week-ends et ses vacances.

oui d'ailleurs tous les medias sont "en train" de reprendre ce titre des Français gênés pour leur congé ou weekend ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, jackv a dit :

oui d'ailleurs tous les medias sont "en train" de reprendre ce titre des Français gênés pour leur congé ou weekend ...

Et nous on perd du pognon par plaisir juste pour emmerder ceux qui partent en vacances ?.....on ne changera décidément rien aux médias...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, Tophe a dit :

Et nous on perd du pognon par plaisir juste pour emmerder ceux qui partent en vacances ?.....on ne changera décidément rien aux médias...

ça y est cela arrive ...

Grève SNCF: «Nos vacances sont gâchées»

https://www.20minutes.fr/societe/2253935-20180412-greve-sncf-vacances-gachees

De nombreux voyageurs ont dû annuler leurs vacances à cause de la grève des salariés de la SNCF.

Si certains sont fatalistes voire soutiennent le mouvement de grève, d'autres ne cachent pas leur colère. 

 si tout le monde soutenait les cheminots les genes dureraient sûrement moins longtemps ..ils sont aussi en parti responsable de la durée du mouvement..

 

 sans oublier que demain je dois prendre la voiture a cause des cheminots...ça sert a quoi d'avoir des FC ?

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 14 minutes, jackv a dit :

 sans oublier que demain je dois prendre la voiture a cause des cheminots...ça sert a quoi d'avoir des FC ?

Personnellement, je la prends aussi pour aller travailler, mais je sais que c'est pour la bonne cause okok :Smiley_26::Smiley_04:

***

Corinne Masiero, actrice, incarnant le Capitaine Marleau, était l'invité de C à Vous, à coté de G. Pépy, où elle arborait un t-shirt très évocateur et en a profité pour délivrer un message au président de la république :biggrin:

 

Modifié par Greg4546

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, Tophe a dit :

Et nous on perd du pognon par plaisir juste pour emmerder ceux qui partent en vacances ?.....on ne changera décidément rien aux médias...

pas plus qu'on ne changera les français toujours prêts à ronchonner....surtout quand ça ne va pas dans leur sens.

De ce point de vue CC27001 a raison...tant que les ponts ne sont pas impactés la gréve des cheminots...bof bof

mais si les "pov cheris" ne peuvent pas partir 4 jours vers la belle bleue ou la campagne en mai comme par hasard ils vont devenir solidaires (au moins en apparence).

Éternelle ambivalence on ne le dira jamais assez .... ;)

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, Tophe a dit :

...on ne changera décidément rien aux médias...

le problem que je me pose de plus en plus est

est ce que certains français deviennent comme certains medias ou l'inverse est ce que ce sont certains medias qui deviennent comme certains français..faut pas trop généraliser non plus...

 et je n'ai fais que des comparaisons pas des evaluations de niveau 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 55 minutes, jackv a dit :

le problem que je me pose de plus en plus est

est ce que certains français deviennent comme certains medias ou l'inverse est ce que ce sont certains medias qui deviennent comme certains français..faut pas trop généraliser non plus...

 et je n'ai fais que des comparaisons pas des evaluations de niveau 

les médias sont à l'image de leur lectorat...car il en va de leurs recettes publicitaires....entre autres !

Donc pas étonnant qu'ils sélectionnent et interprètent l'info en fonction de leur lectorat.

sinon adieu pub, communiqués de presse officiels et abonnements..... :)

 

Modifié par capelanbrest

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, capelanbrest a dit :

les médias sont à l'image de leur lectorat...car il en va de leurs recettes publicitaires....entre autres !

Donc pas étonnant qu'ils sélectionnent et interprètent l'info en fonction de leur lectorat.

"sur le papier" oui, mais en fait les médias sont biberonnés aux subventions et dans la presse écrite ils ont de moins en moins besoin de lecteurs pour vivre :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aides_à_la_presse_en_France : Aides diverses à la presse écrite papier et en ligne en 2010 : plus de 1 milliard d'euros
https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/aides-a-la-presse-classement-des-titres-et-groupes-de-presse-aides/#_ : montant des aides par titre de presse (exemple : 5.8 millions d'euros pour ouest-france en 2016) https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/dae/doc/Plaquette_abt_presse.pdf : abonnements presse des services de l'etat : 16.7 millions d'euros par an (certains titres en quasi faillite se retrouvaient chaque matin en double ou triple exemplaire sur le bureau de chaque conseiller dans les ministères... petite subvention déguisée)

Donc l'information critique envers le gouvernement ne se trouvera pas là.:Smiley_42:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avis de la modération : certains messages ont été supprimés car n'apportant rien à la discussion.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, cc27001 a dit :

"sur le papier" oui, mais en fait les médias sont biberonnés aux subventions et dans la presse écrite ils ont de moins en moins besoin de lecteurs pour vivre :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aides_à_la_presse_en_France : Aides diverses à la presse écrite papier et en ligne en 2010 : plus de 1 milliard d'euros
https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/aides-a-la-presse-classement-des-titres-et-groupes-de-presse-aides/#_ : montant des aides par titre de presse (exemple : 5.8 millions d'euros pour ouest-france en 2016) https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/dae/doc/Plaquette_abt_presse.pdf : abonnements presse des services de l'etat : 16.7 millions d'euros par an (certains titres en quasi faillite se retrouvaient chaque matin en double ou triple exemplaire sur le bureau de chaque conseiller dans les ministères... petite subvention déguisée)

Donc l'information critique envers le gouvernement ne se trouvera pas là.:Smiley_42:

moi je ne parle pas de gouvernement je te parle du lectorat....et de l'attention que les médias peuvent avoir vis à vis de celui ci et notamment de lui tricoter du sur mesure..sinon pas besoin de presse !!

après tous les journaux autant subventionnés qu'ils soient sont dans le même cas.....L'Huma ou le Figaro ne voient pas leurs subventions faiblir s'ils tirent à boulet rouge sur le gouvernement.

Quant aux achats/abonnements à la presse nationale/locale c'est un Etat de fait depuis au moins...70 ans, ceci étant ça diminue....

dans certaines collectivités territoriales réputée dépensières, on a mis fin aux multiples abonnements et réservés ceux si à ceux qui en ont "besoins".....

D'une centaine d'exemplaires jours on est passé à 30....

L'exemplaire papiers ne voulait plus rien dire avec l'arrivée de la dématérialisation c 'est bien sur al ligne budgétaire consacrée à ce genre de poste que l'on constate une baisse drastique....y compris pour la presse localo regionale.

Modifié par capelanbrest

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me pose une question. Si l’on supprime le régime spécial pour les nouveaux embauchés, on supprime donc de nouveaux cotisants. On arrête donc d’alimenter le régime spécial pour les retraités et actifs au statut actuellement et on éteint le régime. La péréquation actuelle nécessite 3,5 millards d’euros de l’état pour équilibrer le régime ( à cause de la diminution d’effectifs à la sncf et du différentiel retraités /actifs) . Donc demain , cette somme devait considérablement augmenter .... cette réforme devrait donc coûter plus chère au contribuable ? Vue que l’etat devra forcément suppléer au manque de cotisations pour les 40 prochaines années pour 120000 personnes....  mais comme personne n’en parle , peut être que je me trompe. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 22 minutes, Mamy nova a dit :

Je me pose une question. Si l’on supprime le régime spécial pour les nouveaux embauchés, on supprime donc de nouveaux cotisants. On arrête donc d’alimenter le régime spécial pour les retraités et actifs au statut actuellement et on éteint le régime. La péréquation actuelle nécessite 3,5 millards d’euros de l’état pour équilibrer le régime ( à cause de la diminution d’effectifs à la sncf et du différentiel retraités /actifs) . Donc demain , cette somme devait considérablement augmenter .... cette réforme devrait donc coûter plus chère au contribuable ? Vue que l’etat devra forcément suppléer au manque de cotisations pour les 40 prochaines années pour 120000 personnes....  mais comme personne n’en parle , peut être que je me trompe. 

C'est le cas pour tous les régimes particuliers dont les effectifs diminuent jusqu'à ce que le dernier bénéficiaire ait disparu et qui "s'éteignent" naturellement.
Au fur et à mesure que les actifs deviendront des retraités le déséquilibre continuera à croître et il deviendra total lorsqu'il n'y aura plus que des retraités.
Et c'est à la mort du dernier retraité que  la caisse de prévoyance et de retraite du personnel de la SNCF soldera ses comptes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais n’est il pas envisagé l’nn prochaine d’en finir avec les régimes spéciaux de retraite ? ( enfin presque tous on s’en doute bien que certain ou un certain restera , faut pas faire dans la démagogie)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personne ne sait encore les évolutions de la futur loi retraite pour l ’année prochaine , en attendant on vend à l’opinion publique une réforme plus coûteuse sur le papier à moyen terme. Hors aucuns médias ou même syndicats n’en parlent.  Je ne suis pas sûr que les français seraient autant « pour » cette réforme en sachant cela. Et l'état ne peut pas encore sortir du bois sur la futur réforme des retraites pour argumenter. Le gouvernement est un très bon communiquant , les grévistes beaucoup moins en ce moment. Il faut parler € aux français. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

SNCF : comprendre le boulet de la dette

Il existe deux dettes SNCF : celle de l’opérateur ferroviaire, soutenable, et celle de SNCF Réseau, abyssale… et en hausse de 3 milliards par an. C’est à l’envolement de celle-ci que l’État veut dire « stop » avant de mettre la main au pot. Que faire de la dette de la SNCF ? Même le gouvernement a du mal à répondre précisément : d’un montant abyssal, elle constitue un problème depuis… près d’un siècle. 

https://www.ledauphine.com/social/2018/04/13/sncf-comprendre-le-boulet-de-la-dette

il semble que certain médias commencent a décanter le problème de la dette

SNCF : « Le débat sur l’“emploi à vie” agite un fantasme destiné à justifier le démantèlement en cours »

Le « statut » de la SNCF ne l’empêche pas de se séparer de ses salariés, ni plus ni moins que toute entreprise, explique, dans une tribune au « Monde », le juriste Vincent Bonnin

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/13/sncf-le-debat-sur-l-emploi-a-vie-agite-un-fantasme-destine-a-justifier-le-demantelement-en-cours_5284908_3232.html#3TXxXlUyfTDjVekW.99

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il existe deux dettes SNCF : celle de l’opérateur ferroviaire, soutenable,

rire-%C3%A0-larmes-et-pointage-emoticon-

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, jackv a dit :

SNCF : « Le débat sur l’“emploi à vie” agite un fantasme destiné à justifier le démantèlement en cours »

Le « statut » de la SNCF ne l’empêche pas de se séparer de ses salariés, ni plus ni moins que toute entreprise, explique, dans une tribune au « Monde », le juriste Vincent Bonnin

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/13/sncf-le-debat-sur-l-emploi-a-vie-agite-un-fantasme-destine-a-justifier-le-demantelement-en-cours_5284908_3232.html#3TXxXlUyfTDjVekW.99

Tout est dit dans cette phrase :  " Pourtant, un agent statutaire de la SNCF peut perdre son emploi, à des conditions qui ne sont pas si éloignées du droit commun. La différence réside moins dans le statut que dans les pratiques de l’entreprise. "

c'est exactement la même choses que pour les fonctionnaires le terme exact étant révocation pour tous ceux qui sont au statut (fonctionnaires ou cheminots) licenciement concerne ceux qui sont de droit privé donc par essence non titulaires donc contractuels.

Dans la fonction publique on ne révoque pas facilement bien que les choses évoluent fortement.idem à la SNCF pour les agents statutaires.

Mais il s'agit bien de pratiques et non de "non de révocation ou de non  licenciement de droit". c'est un choix des institutions pour tout un tas de raisons historiques et sociales que chacun connait ici....

il faudrait d'avantage l'expliquer au grand public.....

De ce point de vu l'explication du juriste interrogé par le monde est parfaite.

Ceci tout ce petit monde est train de changer et encore une fois, révocations et licenciements sont en nette hausse notamment pour tout ce qui concerne le disciplinaire proprement dit....les syndicats pourront en attester puisqu'ils ont les chiffres exacts.

(toutes centrales syndicales confondus) ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La comparaison doit se faire sur la "flexibilité" de la masse salariale, moins sur des considérations disciplinaires.
Dans le cas de la fonction publique la sécurité de l'emploi est tout de même assurée pour les postes peu qualifiés. Pour les cadres, il existe la placardisation pour mettre à l'écart certains postes lors d'une réorganisation, alors que dans le privé ça passe très souvent par le licenciement des salariés.
Cela dit, nous sommes dans une période où les cadres du privé peuvent encore tirer un bénéfice financier de la précarisation de leur situation (indemnités transactionnelles, plans de restructuration, accords de réemploi prioritaire par d'autres entreprises), mais sur le plan du déroulement de carrière c'est très aléatoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'ai trouvé le meilleur résumé de l'ambiance autour de la réforme ferroviaire dans un titre de Médiapert:

Réforme SNCF: quand Macron montre le rail, l'idiot regarde les cheminots

tout est dit...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, capelanbrest a dit :

Dans la fonction publique on ne révoque pas facilement bien que les choses évoluent fortement.idem à la SNCF pour les agents statutaires.

Mais il s'agit bien de pratiques et non de "non de révocation ou de non  licenciement de droit". c'est un choix des institutions pour tout un tas de raisons historiques et sociales que chacun connait ici....

il faudrait d'avantage l'expliquer au grand public..... okok

 

Pour info, la procédure de révocation pour un fonctionnaire peut légèrement différer selon le corps d'appartenance. Le début de procédure est identiques pours les 3 fonctions publiques : la sanction disciplinaire est provoquée par une faute du fonctionnaire qui doit être établie. Les fautes reprochées au fonctionnaire doivent être matériellement exactes et prouvées. L’existence d’un document écrit peut se révéler utile notamment en cas d’instance contentieuse ultérieure ; c’est ainsi qu’un rapport  disciplinaire doit être rédigé. L'agent en est informé et dispose d'un droit à la communication du dossier personnel.

- Fonctionnaire Territorial :

La révocation ne concerne que la faute grave pour l'insuffisance professionnelle, l'inaptitude physique, la suppression d'emploi et la fin de stage, il s'agit d'un licenciement, avec des conditions clairement édictées

Il existe 4 groupes de sanctions, selon le degré, allant de l'avertissement à la révocation, celles du groupe 1 sont de la responsabilité de l'autorité territoriale, pour les groupes 2, 3 et 4, la tenue du conseil de discipline, du centre de gestion de rattachement, est alors saisie par l'autorité territoriale.

Le conseil de discipline est composé d'un magistrat de l'ordre administratif, des représentants des élus (employeurs) de la Commission Administrative Paritaire est effectué un tirage au sort afin de désigner les membres titulaires et suppléants. Les représentants du personnel sont membres de la CAP (catégorie A, B ou C) appartenant au même groupe hiérarchique que le fonctionnaire déféré.

En cas de recours gracieux ou hiérarchique, le fonctionnaire devra saisir le conseil de discipline de recours du centre de gestion compétent

- Fonctionnaire Hospitalier :

Le pouvoir disciplinaire est exercé par l’AIPN - Autorité Investie du Pouvoir de Nomination - par l’intermédiaire du directeur de l’établissement ou de son représentant disposant d’une délégation de signature.

Les groupes de sanctions sont identiques que pour la Territoriale et l'AIPN est légitime pour arrêté les décisions relevant du groupe 1

Le conseil de discipline se tient au sein de la Commission Administrative Paritaire. Elle comprend de façon paritaire des représentants de l’administration et du personnel. Quand elle se réunit, elle ne comprend en aucun cas des fonctionnaires d'un grade inférieur à celui du fonctionnaire déféré devant lui, à l'exception des fonctionnaires d'un grade hiérarchiquement équivalent. Elie comprend au moins un fonctionnaire du grade de ce dernier ou d'un grade équivalent.

En cas de recours gracieux ou hiérarchique (non suspensif), le fonctionnaire devra saisir le Conseil Supérieur de la Fonction Publique Hospitalière

- Fonctionnaire d'Etat :
Le pouvoir disciplinaire est exercé par l’autorité investie du pouvoir de nomination, après consultation et avis de la Commission Administrative Paritaire qui siège en conseil de discipline.

Les groupes de sanctions sont identiques que pour la Territoriale et l'hospitalière à contrario, quelque soit le degré de sanction, la tenue du conseil de discipline au sein de la Commission Administrative Paritaire est impérative

Le conseil de discipline est composé des membres de la CAP représentant le grade du fonctionnaire poursuivi, et ceux du grade immédiatement supérieur, ainsi qu'un nombre égal de représentants de l'administration.

Le fonctionnaire poursuivi peut présenter devant le Conseil de discipline des observations écrites ou orales, citer des témoins et se faire assister par un ou plusieurs défenseurs de son choix. Le droit de citer des témoins appartient également à l’administration. L’agent et son ou ses défenseurs, doivent être invités à présenter d’ultimes observations avant que le conseil ne commence à délibérer.

En cas de recours gracieux ou hiérarchique (non suspensif), le fonctionnaire devra saisir le Conseil Supérieur de la Fonction Publique d'Etat

Dans les 3 corps, indépendamment des recours gracieux ou hiérarchique propres à chaque Fonction Publique, l'agent peut saisir la juridiction administrative  En cas de recours contentieux (non suspensif), concernant les 3 corps, la saisine devra être réalisée dans les 2 mois suivant la notification de sanction.

Pour plus d'infos :

Etat : https://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/publications/hors_collections/discipline-FPE.pdf

Territoriale : http://www.cdg59.fr/fileadmin/services/admincarrieres/discipline/guide_de_procedure_disciplinaire.pdf

Hospitalière : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000517933

 

 

 

 

Modifié par Greg4546

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si on pouvait ne pas trop s'éloigner du sujet qui est "traitement médiatique des grèves".... (sous-entendu : grèves Sncf, pas des fonctionnaires...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hier dans On n'est pas couché, L. Ruquier recevait F. Ruffin député, ils sont longuement revenu sur le contexte économique actuel. En fin de séquence, 2 salariés se sont exprimés dont un Cheminot, agent de réserve à Melun

 

Modifié par Greg4546

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 14/04/2018 à 15:11, r2d2 a dit :

j'ai trouvé le meilleur résumé de l'ambiance autour de la réforme ferroviaire dans un titre de Médiapert:

Réforme SNCF: quand Macron montre le rail, l'idiot regarde les cheminots

tout est dit...

oui tres bon cela date du 5 mars

 

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chers tous, salut !

Je me permets de vous transmettre un lien sur un article un peu hors sujet, mais qui peut éclairer le grève SNCF sous un oeil un peu plus large.

"Et si la France, cinquante ans après Mai 68, cédait de nouveau aux colères? Lors de son débat télévisé dimanche, Emmanuel Macron a rejeté cette hypothèse. SNCF, Notre-Dame-des-Landes, universités, hôpitaux… Plongée dans ces luttes sociales, carburant de la nouvelle journée d’action prévue jeudi" (https://www.letemps.ch/monde/mai-2018-lautre-printemps-revolte).

En espérant que le mandat d'Emmanuel Macron ne laisse pas trop de monde sur le carreau...

Bonne journée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...