Aller au contenu
mikko

Propositions salariales 2014

Messages recommandés

Bonjour

La position de la CFDT qui a signé avec des réserves :

http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_53c676fe634ab.pdf

signer avec des réserves......c'est pathétique !

soit on signe, soit on ne signe pas !

si on signe avec des réserves on prend le risque de devoir louvoyer et de se faire enfler....!

c'est somme ces gens qui disent "tout.... sauf" .....ben si c'est tout, c'est pas sauf et si c'est sauf ben c'est pas tout ! !

j’insiste sur la sémantique, car elle permet souvent d'enfumer les moins cultivés en la matière..... :Smiley_16:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

La position de la CFDT qui a signé avec des réserves :

http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_53c676fe634ab.pdf

Rien que le titre est affligeant de bêtise! j'ai même relu 2 fois pensant que c'était une blague. (je parle du papier de la CFDT of course, si on peut encore appeler ça un papier) Ca donne envie de jouer à: "qui sortira le titre le plus débile aura 0.5% de plus d'augmentation". ahahahahah

Modifié par mexwell

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A mon avis le plus simple pour chaque OS est de demander à tous ses adhérents, comme le fait SUD rail, et que la position finale soit l'addition des avis engrangés. Cela à le mérite d'être simple et d'impliquer les adhérents au processus de décision, qui est parfois confisqué par les "politiques" à l'intérieur des OS.

Effectivement, la consultation directe des adhérent(e)s est l'idéal. Je ne sais pas comment pratique SUD exactement mais je sais comment pratique (ou essaye de pratiquer) mon organisation.

Le tout premier problème, c'est que le nombre d'adhérent(e)s, même dans les plus grosses organisations, ce n'est hélas pas grand monde !

Et puis, le faire à la manière d'un référendum oui / non n'est pas satisfaisant si une analyse de l'organisation et donc une orientation vers la signature ou non de l'accord n'est pas proposée aux adhérent(e)s lors de leur consultation. Et cet avis préalable vient nécessairement du sommet de l'appareil syndical. Qui, le Secrétariat Général, le Bureau, le Conseil, qui un échange ad hoc entre militants et responsables (téléconférence par exemple)... chaque organisation pratique selon ses usages et ses moyens voire ses Statuts.

Même consulté, l'adhérent(e) est donc au final invité à confirmer ou à infirmer la position des responsables nationaux qu'il a élus, pas directement non plus, mais par l'intermédiaire de diverses structures syndicales (section syndicale, syndicat, union régionale (la CGT dit "secteur régional")...

J'ai parfois vu la structure nationale menacer de démissionner si sa position devait être remise en cause. Cela se comprend. Personnellement, en tant qu'adhérent (mais je n'ai pas été que ça) j'avais plutôt tendance à faire confiance à l'avis de la délégation qui avait négocié (qu'on avait envoyé au charbon) et de faire mien son avis autorisé.

Qu'on le veuille ou non, nous sommes dans un système de représentation qui repose d'abord sur la confiance dans les gens désignés ou élus sachant qu'en général ça ne se bouscule pas trop au portillon pour prendre des responsabilités.

Et puis la consultation des adhérent(e)s se heurte aussi au fait que ça va très vite. Et que sitôt la question posée il faut pratiquement déjà avoir leur réponse. Or, pour l'avoir pratiqué, sur certains sujets où on avait le temps, il m'est arrivé de devoir attendre deux ou trois mois avant d'avoir une quantité de réponses suffisamment représentative pour en tirer une position collective au nom des adhérent(e)s. Si trop peu d'adhérent(e)s s'expriment, mieux vaut encore que ce soit les responsables syndicaux qui décident en leur âme et conscience.

Aujourd'hui, les nouvelles techniques de communication et d'information facilitent a priori bien les choses. On peut envoyer à l'adhérent rapidement et droit au but la masse d'informations utiles et nécessaires. Mais faut-il qu'il la lise ! Pas seulement le texte de l'accord salarial comme dans un cas comme celui-ci mais aussi toute l'analyse syndicale qui va avec. Au-delà du cercle des militants, ce n'est pas gagné !

Lorsque la structure nationale de mon organisation dit qu'elle consulte les adhérent(e)s, il faut lire qu'elle consulte ses structures régionales, à charge pour elles de décliner ensuite vers les structures locales mais avant que ça n'arrive aux adhérent(e)s individuellement, il faut beaucoup d'efforts et d'énergie pour finalement (hélas) pas grand chose de pas grand monde.

Un souvenir très ancien (plusieurs dizaines d'années). Accord salarial proposé à la signature. Mon organisation hésite. C'était dans une période somme toute faste (si, si il y en a eu). Mais bien sûr, c'était encore très éloigné des revendications. La délégation nationale, favorable à la signature, sent que ça risque de ne pas passer dans une réunion nationale qui doit valider ou pas car la fronde des opposants prend de l'ampleur. Le chef de file de la délégation qui négocie en fait part à la direction. Et obtient in extremis une amélioration du texte de l'accord sur la promesse qu'avec ça l'organisation signera. Patatras ! Même avec ce surplus, l'organisation ne signa pas ! Organisation et négociateurs grillés pendant plusieurs années dans toutes les négociations qui ont suivi !

Modifié par PLANONYME

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

La position du syndicat SUD :

http://www.sudrail.fr/IMG/pdf/14-08-01_Salaires.pdf

A noter que ce syndicat regrette la position des dirigeants CGT qui appliquent, aux salariés du CCE, les mesures dites "scandaleuses" de la direction SNCF.

Eh oui, lorsque l'on devient patron, la vision des choses change forcement.

Modifié par mikko

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

La position du syndicat SUD :

http://www.sudrail.fr/IMG/pdf/14-08-01_Salaires.pdf

A noter que ce syndicat regrette la position des dirigeants CGT qui appliquent, aux salariés du CCE, les mesures dites "scandaleuses" de la direction SNCF.

Eh oui, lorsque l'on devient patron, la vision des choses change forcement.

Sauf que SUD dirige aussi des CER. Regrettent-t-ils leur propre position ? :rolleyes:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'adore ce sentiment d'être obligé de chier sur les autres quand on vient annoncer une nouvelle, d'où qu'elle vienne d'ailleurs...

Effectivement SUD gère ou du moins co-gère dans plusieurs CE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Soit l'assertion de SUD dans son tract est fausse et la CGT se doit de la dénoncer,

soit elle est vrai et alors, pourquoi les revendications de cette OS ne sont-elles pas mises en œuvres lorsqu'elle est patron elle même ?

Pourquoi ce double langage ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Soit l'assertion de SUD dans son tract est fausse et la CGT se doit de la dénoncer,

Oui, c'est sûr : les syndicats n'ont que ça à faire que de relever les conneries perles des tracts des autres OS et leur répondre. C'est super constructif en plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...