Aller au contenu

Messages recommandés

(Le Mans) Bifur de la Petite-Croix - Vivoin-Beaumont - Alençon

Jeudi 30 avril.

Inauguration de la halte de La Guierche en présence notamment de Corinne Orzechowski,
préfète, Dominique Le Mèner, député de la 5ème circonscription de la Sarthe, et Président
du nouveau Conseil départemental de la Sarthe, du "Roi Soleil" (Jean-Claude Boulard),
Sénateur-Maire de la ville du Mans, et Président du Mans Métropole.

 

Aménagement du territoire. La halte TER de la Guierche est inaugurée

Rarement on a vu autant d'élus à La Guierche! Pas banale non plus, leur arrivée en compagnie de la
préfète, par le train de 9h13. Histoire de marquer l'événement.

L'aménagement est achevé depuis décembre, mais c'est ce jeudi matin, que le ruban d'inauguration
a été coupé à la halte TER de La Guierche. Et cela en présence de nombreuses personnalités : le
maire, Eric Bourge ; le président de la communauté de communes des Portes du Maine, David Chollet ;
le président du Pays du Mans, Jean-Claude Boulard (également sénateur) ; la conseillère départementale,
Véronique Cantin ; le président du conseil départemental, Dominique Le Mèner (également député) ; le
conseiller régional, Gilles Bontemps ; le sénateur, Jean-Pierre Vogel. Et la préfète, Corinne Orzechowski.

La suite dans Ouest-France

Inauguration pluvieuse... | Ouest-France

Gare de La Guierche (PK 15 + 100)

Elle a été mise en service en mars 1856, en même temps que la section : (Le Mans) Bifur de la Petite-Croix - Alençon.

La gare à l'époque de l'Administration des Chemins de fer de l'Etat.

Modifié par IGS4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ligne Caen- Le Mans-Tours. Les présidents de région haussent le ton

Les présidents des régions Pays de la Loire, Basse-Normandie et Centre-Val de Loire s’inquiètent pour l’avenir de la ligne de train.

« Il faut préserver la ligne Caen - Le Mans - Tours ! » Dans un communiqué commun, Jacques Auxiette, président de la région Pays de la Loire, Laurent Beauvais, président de la Basse- Normandie et François Bonneau, président de Centre-Val de Loire s’inquiètent de l’avenir de la liaison TET (Train d’équilibre du territoire).

La suite dans Ouest-France

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

​oui on a lu ça dans le ouest France...les régions peuvent bien hausser le ton, de toutes façons ceux qui seront aux affaires dans 6 mois ne seront peut être plus les mêmes....alors les effets de manche....hormis nourrir la PQR....

Suis certains que TET attendra les résultats des régionales pour avancer ou reculer ses pions...bref faire des choix et hiérarchiser tout ça....

en attendant tout le monde tourne la manivelle....sachant qu'à droite comme à gauche les points de vues sur le ferroviaires et son avenir son comment dire ?

kifkif bourricot ?

Qui plus le regroupement des régions devant entrer en vigueur à l'issue de ces élections......les choses devraient ensuite rapidement être tranchées.

Mais avant.....il ne faut rien attendre !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Fabr

Ne nous ont ils pas dit que la crise ne faisait que debuter ???? et qu'il fallait s'attendre à bien pire...

On regarde la rail, normal sur ce forum, mais tous les pans de la Société vont être touchés, le "vivre ensemble" va en prendre un très sérieux coup dans la tronche...

Les trains, ou ce qu'il va en rester, seront probablement aussi importants aux yeux de la population, que l 'Ecologie....

....ce sera la lutte, simplement pour les besoins primaires, se nourrir, se loger.......

Fabrice

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Le Mans - Arnage - Ecommoy - Mayet - Aubigné-Racan - Château-du-Loir

Mise en service par la Compagnie du PO : le 19 juillet 1858

Point culminant : PK 313 + 500 situé entre Ecommoy (PK 312 + 200) et
Arnage (PK 325 + 800). Point le plus bas : Arnage (PK 325 + 800).

Déclivités maximales des rampes et pentes : 5 ‰. Longueur : 49,800 km

Gare de Mayet (PK 304 + 900)

Autrefois Mayet était une gare permanente (ouverte au service de la circulation jour et
nuit). Depuis septembre 1991 la gare de Mayet est fermée au service de la circulation,
depuis cette époque elle est donc devenue un établissement PL (de pleine ligne).

Conformément aux dispositions de la D.C. 1 de l'article 104 du règlement S2A, l'absence d'installations
de sécurité ne permet pas à cet établissement PL de redevenir "momentanément" un gare.

La gare en janvier 2013.

Dans le fond la direction d'Ecommoy, d'Arnage et du Mans.

Photo : Wikipédia.

1024px11.jpg

La gare est à présent une propriété de la municipalité de Mayet.

Inauguré en septembre 2007, le bâtiment est devenu la maison des associations.

Photo : Wikipédia.

1024px12.jpg

La gare à l'époque de la Compagnie du PO.

Dans le fond la direction d'Aubigné-Racan, Château-du-Loir et Tours.

gare5910.jpg

Modifié par IGS4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Montbizot. Le conseil municipal refuse la diminution des trains

Le conseil municipal de Montbizot a adopté une motion lors de sa dernière réunion, pour réagir
face aux grilles horaires des TER présentées en mai dernier par la région Pays de la Loire.

Les élus indiquent que « la gare est un élément décisif pour choisir notre village » et qu’« il est
inconcevable d’envisager une diminution du nombre d’arrêts, avec de nouveaux horaires moins
adaptés aux besoins des utilisateurs ». 

La suite dans Le Maine Libre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Il est excellent ce maire......!

le conseil municipale peut bien dire et penser tout ce qu'il veut...il n'a aucune compétence pour décider.

ce titre est racoleur et l'article qui va avec tout autant.....

qu'un maire et un conseil s'émeuvent  ok

qu'ils demandent des explications aux conseil régional et lui demande d'infléchir sa position ok

 

mais qu'il refuse la diminution des arrêts.....c'est galvauder la réalité.

 

une fois encore la PQR surf sur la vague.....

tiens au fait qui connait cette gare de Montbizot...? sans doute une poignée d’utilisateurs locaux !

combien d’utilisateurs /jour ? 1750 h ça m’étonnerait qu'il y ait foule...mais je peux me tromper ;)

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Fabr

Il est excellent ce maire......!

le conseil municipale peut bien dire et penser tout ce qu'il veut...il n'a aucune compétence pour décider.

ce titre est racoleur et l'article qui va avec tout autant.....

qu'un maire et un conseil s'émeuvent  ok

qu'ils demandent des explications aux conseil régional et lui demande d'infléchir sa position ok

 

mais qu'il refuse la diminution des arrêts.....c'est galvauder la réalité.

 

une fois encore la PQR surf sur la vague.....

tiens au fait qui connait cette gare de Montbizot...? sans doute une poignée d’utilisateurs locaux !

combien d’utilisateurs /jour ? 1750 h ça m’étonnerait qu'il y ait foule...mais je peux me tromper ;)

 

 

Bah c'est sûr...

à quelques encablures de l'agglomeration Mancelle, il n'y a aucun besoin de transports pour aller au taf ou au bahut....

Suis je bien bête, quelquefois........

Fabrice

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah c'est sûr...

à quelques encablures de l'agglomeration Mancelle, il n'y a aucun besoin de transports pour aller au taf ou au bahut....

Suis je bien bête, quelquefois........

Fabrice

ne galvaude pas mon propos principal....qui était de dire que le maire d'une ville n'avait aucun pouvoir de faire arrêter ou d'empêcher l'arrêt de train dans sa gare....cela ne relève pas de son pouvoir. il serait donc bon que la PQR soigne sa formulation....

mon second propos était de poser la question  :  combien d'arrêt pour combien de voyageurs par sens et par jour...car c 'est là l'intérêt du probléme !

autre question  :

quelles alternatives  pour la desserte de ce bourg ? cars du conseil général à 2 € ?

bus de l'agglomération mancelle ?

la moindre des choses serait de faire un exposé de la situation actuelle avant de crier au loup.....

perso j'aime bien les choses mesurables quantifiables présentées de manière impartiale.....pour que le lecteur ait une vision objective de la situation, et non ramassis de cris d'orfraie....

:Smiley_27:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ne galvaude pas mon propos principal....qui était de dire que le maire d'une ville n'avait aucun pouvoir de faire arrêter ou d'empêcher l'arrêt de train dans sa gare....cela ne relève pas de son pouvoir. il serait donc bon que la PQR soigne sa formulation....

mon second propos était de poser la question  :  combien d'arrêt pour combien de voyageurs par sens et par jour...car c 'est là l'intérêt du probléme !

autre question  :

quelles alternatives  pour la desserte de ce bourg ? cars du conseil général à 2 € ?

bus de l'agglomération mancelle ?

la moindre des choses serait de faire un exposé de la situation actuelle avant de crier au loup.....

perso j'aime bien les choses mesurables quantifiables présentées de manière impartiale.....pour que le lecteur ait une vision objective de la situation, et non ramassis de cris d'orfraie....

:Smiley_27:

Oui et non quand même ! Le maire est un magistrat et un homme politique, en tant que représentant ses administrés il est bien dans son rôle de porte parole des habitants.

En tant qu’homme politique, il fréquente d’autres homme politiques, députés, sénateurs (si lui-même n’est pas député maire), ministres, militants influents de son parti, des industriels influents (et parfois donateurs),etc..

Dans ces conditions on peut dire, ça dépend : un petit maire sans étiquette et sans influence ne peut faire grand-chose, mais certains maires peuvent faire jouer leur réseau ….

 

"tiens au fait qui connait cette gare de Montbizot...? sans doute une poignée d’utilisateurs locaux !

combien d’utilisateurs /jour ? 1750 h ça m’étonnerait qu'il y ait foule...mais je peux me tromper "

Je réside souvent dans une ville de 2000 h , en gros c’est entre 20 et 5 personnes qui montent, descendent dans chaque train s’arrêtant.

Avec le matériel moderne  le rapport inconvénients/avantages semble être en faveur de la desserte d’une ville de 1500 habitants par rapport à la solution « avion sur rails » qui ne va pas faire gagner grand-chose en temps de parcours…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Carte ferroviaire du département de la Sarthe

Le Mans - Arnage - Mayet - Château-du-Loir

Un petit rappel historique :

Juin 1854 - Mise en service de la gare du Mans.

Le 19 juillet 1858 - Mise en service par la Compagnie du PO de la ligne : Le Mans
(bifur du Parc) Arnage - Écommoy - Mayet - Aubigné-Racan - Château-du-Loir.

Le 19 juin 1871 - Mise en service par la Compagnie du PO de la ligne
à voie unique : Aubigné-Racan - Le Lude - Luché-Pringé - La Flèche.
Le 15 mai 1938 - Fin du service voyageurs

Le 31 mars 1879 - Mise en service par l'Administration des Chemins de fer de l'État de
la ligne à voie unique : Château-du-Loir - Bessé-sur-Braye (Courtalain-Saint-Pellerin).
Le 26 octobre 1971 - Fin du service voyageurs : mise en place d'un service
de substitution par autocars à tarification SNCF.

Le 11 juillet 1886 - Mise en service par l'Administration des Chemins de fer de l'État de
la ligne à voie unique : Château-du-Loir - Château-la-Vallière - Vernantes - Saumur.
Entre 1895 et 1897 - Mise en double voie par sections successives .
En 1900 - Mise en service du block de type Etat.
En 1954 - Remise en voie unique.
Le 6 avril 1970 - Fin du service voyageurs : mise en place d'un service
de substitution par autocars à tarification SNCF.

Source : Centre des Archives Historiques de la SNCF.

Gare d'Aubigné-Racan (PK 295 + 900)

Elle était autrefois gare de bifurcation de l'ancienne ligne : Aubigné-Racan - Le Lude - La Flèche
mise en service par la Compagnie du PO le 19 juin 1871.

La gare à l'époque de la Compagnie du PO. 

Un train en provenance de Tours et Château-du-Loir.

Sur la gauche à côté du BV l'ancienne buvette.

Le dimanche 13 juin 2010 (à 9h00) - Suppression officielle du BLU : Block manuel de
double voie type Lartigue uniformisé (application du Règlement S5B - Chapitre 2), entre
Arnage (aval) et La Membrolle-sur-Choisille (amont). Mise en service du BAPR et du BAL.

Gare d'Aubigné-Racan (PK 295 + 900)

Depuis le dimanche 13 juin 2010 (à 9h00) Aubigné-Racan n'est plus une gare temporaire,
mais un établissement PL (de pleine ligne). Cet établissement PL peut redevenir une gare
conformément aux dispositions de la DC 1 de l'article 104 du Règlement S2A.

Cette ancienne gare temporaire était ouverte au service de la circulation (application de l'avis régional S2A n° 5) :

- dans les années 80 de 5h30 à 19h30 sauf DF (dimanches et fêtes)
en service 2 x 8 (5h30 - 13h30/11h30 - 19h30).
Les DF en service 1 x 8 (avec coupure). Reprise du service de la
circulation uniquement de 14h00 à 18h45.

- dans les années 2000 de 12h00 à 20h00 sauf SDF (samedis, dimanches et fêtes).

En 1993 - Suppression de la vente voyageurs (gare équipée d'une machine de type "Mirabelle").

Juin 2003 - Suppression de la desserte de l'EP de la papeterie Allard assurée par les trains
403672 (Château-du-Loir - Aubigné-Racan) et 403673 (Aubigné-Racan - Château-du-Loir).

La gare d'Aubigné-Racan en juin 2013.

Source photo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures , IGS4 a déclaré:

Le 31 mars 1879 - Mise en service par l'Administration des Chemins de fer de l'État de
la ligne à voie unique : Château-du-Loir - Bessé-sur-Braye (Courtalain-Saint-Pellerin).
Le 26 octobre 1971 - Fin du service voyageurs : mise en place d'un service
de substitution par autocars à tarification SNCF.

Bonsoir,

Merci pour ces études. Sauf erreur de ma part, cette section ait été mise en service en voie unique par le PO de Château du Loir à St Calais par Bessé sur Braye en 1879 puis insérée dès 1885 dans la ligne à double voie Chartres - Bordeaux par le réseau de l'Etat. La portion Bessé sur Braye à St Calais est ainsi devenu une antenne restée à voie unique. Aujourd'hui la portion Château du Loir à Bessé sur Braye existe toujours en voie unique (depuis 1954) et tout le reste est déferré depuis 1991 vers Chartres (jusqu'à Mondoubleau) et bien antérieurement vers St Calais.

Modifié par BUDD

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gare de Conlie (PK 234 + 700)

Avant la mise en service du PRG (Poste d'aiguillage tout relais à câblage géographique)
de Sillé le Guillaume, le 19 février 1989, cet établissement PL (de pleine ligne) était une
gare ouverte au service de la circulation en permanence (application de l'avis S2A n° 5).

Avant la mise en service du PRG de Sillé le Guillaume le 19 février 1989.

Avant cette date, Conlie était une gare de rupture de block (BAL/BMU).

Le cantonnement (espacement des trains) en direction de Rennes était assuré par le block
manuel de double voie type SNCF (BMU) -  (Application du Règlement S 5 B).
En matinée (5h00/13h00) par un AMVPH (Ex. niveau 4) remplissant les fonctions de Chef de gare.    
En soirée (13h00/21h00) et nuit (21h00/5h00) par des AMVP (Ex. niveau 3).

Gare de Conlie l'époque de la Compagnie des Chemins de fer de l'Etat (1928).

Dans le fond la direction de Domfront-en-Champagne et du Mans.

Gare de Conlie en 1965.

Dans le fond la direction de Crissé et Sillé-le-Guillaume (Laval et Rennes).

Un autorail X 2400 en 1984.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gare de Sillé-le-Guillaume (PK 246 + 500)

Elle a été mise en service par la Compagnie des Chemins de fer de l'Ouest en août 1855,
en même temps que la section : Le Mans - Conlie - Sillé-le-Guillaume - Evron - Laval.
Reprise de l'exploitation par l'Administration des Chemins de fer de l'État : le 1er janvier 1909.

L'intérieur de la gare à l'époque de l'Administration des Chemins de fer de l'État.

Source de la CPA

s310.jpg

La place de la gare à l'époque de l'Administration des Chemins de fer de l'État.

Source de la CPA

s210.jpg

Modifié par IGS4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sur 2 décembre 2015 21:50:46 , BUDD a déclaré:

Bonsoir,

Merci pour ces études. Sauf erreur de ma part, cette section ait été mise en service en voie unique par le PO de Château du Loir à St Calais par Bessé sur Braye en 1879 puis insérée dès 1885 dans la ligne à double voie Chartres - Bordeaux par le réseau de l'Etat.

Petite erreur de ma part, en 1885 ce n'était pas l'Etat mais les Chemins de fer de l'Ouest. L'Etat c'est après 1909 je crois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

TER : le Département ne financera pas la halte à l'hôpital du Mans

Une enveloppe de 1 million d'euros était initialement prévue pour la halte TER l'hôpital du Mans. Le conseil départemental fait machine arrière.

Le Conseil départemental est réuni en session budgétaire, ce lundi matin, à l'abbaye de l'Epau. Dans un contexte de baisse des dotations et de non compensation des dépenses de solidarité, le Département serre la vis à ses dépenses de fonctionnement et revoit certains investissements.

Une des conséquences est la remise en cause du financement de la halte TER pour l'université et l'hôpital du Mans.

La suite dans Ouest-France

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sur 2/12/2015 at 21:50 , BUDD a déclaré:

Juste un mot sur la desserte routière de substitution : celle-ci était empreinte d'un certain folklore qui serait impensable sous l'ère MACRON. Il y avait trois AR quotidiens (en semaine) Saumur - Courtalain via Château du Loir, assurés en dernier ressort par des Renault S 53 en livrée Corail. Le trajet de 150 km prenait quand-même 3 heures, avec un premier départ de Saumur avant 5 heures du matin : il fallait vraiment avoir envie de voyager ! Cette desserte permettait tout de même à chaque village traversé d'être relié à Paris Montparnasse via Courtalain et Chartres. L'autocar "montant" croisait l'autocar "descendant" à Sargé sur Braye, mais il arrivait que le conducteur "montant" tire un peu plus : le croisement se faisait alors sur la place de la gare de Mondoubleau, et les deux conducteurs pouvaient souffler quelques minutes autour d'un café pris au bistrot d'en face, et sous l'oeil goguenard des rares passagers. C'était vraiment une autre époque !

Cette desserte a été supprimée en 1987 entre Château du Loir et Bessé-sur-Braye, puis en 2010 entre Château-du-Loir et Saumur. Reste aujourd'hui une navette routière entre Courtalain et Droué. En 1996, une ligne routière de rabattement, labellisée "TER Centre" a été créée entre Mondoubleau et les gares de Vendôme TGV et Vendôme Ville.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Trois heures pour 150 km cela fait une moyenne de 50 km/h §

Ce qui est très rapide pour un autocar omnibus.

Malgré les apparences, c'est une très bonne moyenne, car en général un autocar omnibus effectue plutôt une moyenne de 30 km/h contre 60 km h pour l'autorail  omnibus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Mans - Arnage - Mayet - Château-du-Loir

Le 19 juillet 1858 - Mise en service par la Compagnie du PO de la ligne : Le Mans
(bifur du Parc) Arnage - Écommoy - Mayet - Aubigné-Racan - Château-du-Loir.

Gare d'Écommoy (PK 312 + 300)

La gare à l'époque de la Compagnie du PO.

gare3310.jpg

La gare à l'époque de la Compagnie du PO.

gare3311.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne faut-il pas dire plutôt Château du Loir - Le Mans compte tenu que les PK vont de Paris Austerlitz au Mans (de mémoire, la pancarte PK 333 est situé au niveau du dépôt de Ponlieue) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Le Mans - La Suze-sur-Sarthe - Sablé-sur-Sarthe - Angers-Saint-Laud

Longueur (du Mans-Voyageurs à la bifur d'Angers-Maître-École) : 95,200 km,
dont environ 57 km dans la Sarthe, et 38,200 km dans le Maine-et-Loire.

La gare de Sablé-sur-Sarthe a été mise en service par la Compagnie des
Chemins de fer de l'Ouest en mars 1863, en même temps que la section :
Le Mans - La Suze-sur-Sarthe - Sablé-sur-Sarthe (48 km).

Reprise de l'exploitation par l'Administration des Chemins de fer de l'État : le 1er janvier 1909.

Gare de Sablé-sur-Sarthe (PK 258 + 900)

La gare à l'époque de l'Administration des Chemins de fer de l'Etat.

gare8410.jpg

Avant la mise en service du BAL (Block automatique lumineux ordinaire) entre Le Mans (ex. Poste 11)
et Écouflant, cette gare temporaire était ouverte en permanence au service de la circulation.

Le cantonnement (espacement des trains) était assuré en 3 x 8 (5h00/13h00/21h00).
A l'ex. Poste 2 (situé côté Le Mans) par un aiguilleur.
A l'ex. Poste 1 (situé côté Angers) par un AC (agent-circulation).

L'AC du Poste 1 était Chef de ligne de la VUTR Sablé-sur-Sarthe - Château-Gontier, et
de l'ancienne VUTR Sablé-sur-Sarthe - Louailles (Ex. EP de la défense nationale) en
application de l'article 1 du Règlement des lignes à voie unique à trafic restreint de 1939.

Le block manuel de type Regnault était interrompu à la traversée de la gare. A présent la
gare de Sablé-sur-Sarthe est doté d'un PRG (Poste tout relais à câblage géographique)

Avant la mise en place des DPX la gare de Sablé-sur-Sarthe était gérée par un CG2
(Chef de gare de deuxième classe - Ex. niveau 7).

Modifié par IGS4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Mans - Arnage - Mayet - Château-du-Loir

Le 19 juillet 1858 - Mise en service par la Compagnie du PO de la ligne : Le Mans
 (bifur du Parc) Arnage - Écommoy - Mayet - Aubigné-Racan - Château-du-Loir.

Gare de Château-du-Loir

Compagnie du PO : PK 283 + 800.
Administration des Chemins de fer de l'État : PK 217.

La gare à l'époque de la Compagnie du PO et de
l'Administration des Chemins de fer de l'État.

3707410.jpg

14684810.jpg

Dans le fond les directions du Mans et de Vivy (Saumur).

731_0010.jpg

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sur 06/10/2016 at 11:52 , IGS4 a déclaré:

 

Le Mans - La Suze-sur-Sarthe - Sablé-sur-Sarthe - Angers-Saint-Laud

Longueur (du Mans-Voyageurs à la bifur d'Angers-Maître-École) : 95,200 km,
dont environ 57 km dans la Sarthe, et 38,200 km dans le Maine-et-Loire.

La gare de Sablé-sur-Sarthe a été mise en service par la Compagnie des
Chemins de fer de l'Ouest en mars 1863, en même temps que la section :
Le Mans - La Suze-sur-Sarthe - Sablé-sur-Sarthe (48 km).

Reprise de l'exploitation par l'Administration des Chemins de fer de l'État : le 1er janvier 1909.

Gare de Sablé-sur-Sarthe (PK 258 + 900)

La gare à l'époque de l'Administration des Chemins de fer de l'Etat.

gare8410.jpg

Avant la mise en service du BAL (Block automatique lumineux ordinaire) entre Le Mans (ex. Poste 11)
et Écouflant, cette gare temporaire était ouverte en permanence au service de la circulation.

Le cantonnement (espacement des trains) était assuré en 3 x 8 (5h00/13h00/21h00).
A l'ex. Poste 2 (situé côté Le Mans) par un aiguilleur.
A l'ex. Poste 1 (situé côté Angers) par un AC (agent-circulation).

L'AC du Poste 1 était Chef de ligne de la VUTR Sablé-sur-Sarthe - Château-Gontier, et
de l'ancienne VUTR Sablé-sur-Sarthe - Louailles (Ex. EP de la défense nationale) en
application de l'article 1 du Règlement des lignes à voie unique à trafic restreint de 1939.

Le block manuel de type Regnault était interrompu à la traversée de la gare. A présent la
gare de Sablé-sur-Sarthe est doté d'un PRG (Poste tout relais à câblage géographique)

Avant la mise en place des DPX la gare de Sablé-sur-Sarthe était gérée par un CG2
(Chef de gare de deuxième classe - Ex. niveau 7).

angers  (archives SNCF)

angers.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...