Aller au contenu

Recommended Posts

Il y a 22 heures, jackv a dit :

Certaines petites lignes de train sont remplacées par des bus.

C'est le cas depuis quatre ans entre Verdun (Meuse) et Châlons-en-Champagne (Marne). Certains usagers ne l'ont toujours pas digéré. "Le temps de déplacement a été allongé de 30 minutes. On paie le même tarif que le train. Pour nous ce n'est pas normal". Depuis que les bus ont remplacé les trains, la fréquentation de la ligne a été divisée par deux.Pourtant, la région et la SNCF ont fait un effort : cinq aller-retour de bus par jour entre Verdun et Châlons-en-Champagne, c'est un de plus que le train.

De nombreux usagers se reportent sur la voiture, pour eux les horaires ne sont pas adaptés.  Pour la région, cela coûte dix fois moins cher de faire rouler des bus par rapport au train. 40 millions d'euros étaient aussi nécessaires pour rénover la ligne de chemin de fer. Une facture que les élus de la région n'ont pas voulu payer.

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/transports-quand-le-car-remplace-le-train_2630608.html

Cet exemple parmi tant d'autres illustrant la substitution des cars aux trains sur des lignes toujours ouvertes MAIS nécessitant de lourds investissements en travaux constituent un contre argument sur les propos du gouvernement annonçant la main sur le cœur "Non, les petites lignes ne seront pas fermées..."

Ainsi, le schéma est classique, interruption de toutes circulations ferroviaires, remplacement par des cars aux horaires pas forcément adaptés et temps de transports rallongés, aux tarifs inchangés. Les voyageurs sont contraints d'utilisés leur propre véhicule ou covoiturage, et la ligne se meurt progressivement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans les territoires gérés par des majorités pro UE, les concurrents européens de SNCF devraient pouvoir faire le job sans trop de difficultés linguistiques. Par exemple en PACA Côte d'Azur, où Thello sait déjà faire circuler des trains avec des locomotives SNCF, pourquoi ne pas imaginer des Nancy-Metz par ECR-DB, les prolonger s'il le faut sur Luxembourg, terre européenne s'il en est, avec l'apéro payé à l'arrivée par JC. Drunker.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 17 minutes, zorba a dit :

Par exemple en PACA Côte d'Azur, où Thello sait déjà faire circuler des trains avec des locomotives SNCF,

Akiem.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, zorba a dit :

Dans les territoires gérés par des majorités pro UE, les concurrents européens de SNCF devraient pouvoir faire le job sans trop de difficultés linguistiques. Par exemple en PACA Côte d'Azur, où Thello sait déjà faire circuler des trains avec des locomotives SNCF, pourquoi ne pas imaginer des Nancy-Metz par ECR-DB, les prolonger s'il le faut sur Luxembourg, terre européenne s'il en est, avec l'apéro payé à l'arrivée par JC. Drunker.

sans histoire de majorité pro UE les ADC français  vont Bruxelles depuis  60ans (idem pour les belges vers la France).... ils vont a Londres (qui n'a rien de pro UE) depuis plus de 23 ans et thalys depuis 20ans.. et les penetrations d'ADC français  au Luxembourg en Allemagne et en suisse n'a rien de nouveau

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Akiem ou SNCF, c'est juste une invention de cadre supérieur pour créer un poste de cadre supérieur et promouvoir un copain de promotion. Dans les faits, Akiem est le département "Locomotives" de SNCF, tout le reste est du bla bla et une porte ouverte pour privatiser le parc des locomotives, qui pourront ensuite être relouées au client SNCF si SNCF a encore besoin de ce genre d'engins.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, zorba a dit :

Akiem ou SNCF, c'est juste une invention de cadre supérieur pour créer un poste de cadre supérieur et promouvoir un copain de promotion. Dans les faits, Akiem est le département "Locomotives" de SNCF, tout le reste est du bla bla et une porte ouverte pour privatiser le parc des locomotives, qui pourront ensuite être relouées au client SNCF si SNCF a encore besoin de ce genre d'engins.

on s'éloigne mais akiem n'est pas un département SNCF , loin de là...  c'est une SA. crée en 2007..c'est donc autonome en gestion et comptabilité

Akiem est une société anonyme au capital de 195 527 060 euros . Akiem SA est une filiale du Groupe Ermewa lui-même appartenant à la société Transport et Logistique Partenaires SA, qui à son tour est une filiale à 100 % de SNCF Logistique. 50 % du capital d'Akiem a été cédé à un fonds d'investissement  Cette cession doit permettre  d'accélérer le développement d'Akiem, tant en France qu'en Europe. L'apport en capital doit va permettre d'ici 10 ans de doubler la flotte de locomotives.

La maintenance des machines louées est effectuée par Mastéris,(mais pas materiel SNCF)  filiale du groupe SNCF.

Le siège d'Akiem est à Clichy,en general une SA est dirigée par un conseil d'administration.. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Akiem

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cette cession doit permettre  d'accélérer le développement d'Akiem, tant en France qu'en Europe. L'apport en capital doit va permettre d'ici 10 ans de doubler la flotte de locomotives.

D'accord, c'est du montage financier, dans les faits Akien est dirigée par des cadres supérieurs SNCF comme sont dirigés des départements de SNCF, jusqu'au jour où de meilleures opportunités se présentant pour eux et leurs profits, Akiem sera abandonnée au privé en douceur et sans que personne ne puisse réagir. C'est une structure pour faire de la vente par appartements, à l'abri des regards des complotistes ou de ceux qui ne comprennent rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 20 heures, Greg4546 a dit :

Cet exemple parmi tant d'autres illustrant la substitution des cars aux trains sur des lignes toujours ouvertes MAIS nécessitant de lourds investissements en travaux constituent un contre argument sur les propos du gouvernement annonçant la main sur le cœur "Non, les petites lignes ne seront pas fermées..."

Ainsi, le schéma est classique, interruption de toutes circulations ferroviaires, remplacement par des cars aux horaires pas forcément adaptés et temps de transports rallongés, aux tarifs inchangés. Les voyageurs sont contraints d'utilisés leur propre véhicule ou covoiturage, et la ligne se meurt progressivement.

Et après on dit qu'on doit respecter la COP 21 , supprimer le diesel .... 

Une éternelle non-sens .:Smiley_32:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 01/03/2018 à 16:08, jackv a dit :

j'ai fait mon petit decoupage personnel mais je crois en avoir laissé un peu trop

Rectification : voilà le rêve mouillé de Spinetta (et Wauquiez), ça fait (très) vide, surtout dans le sud-Ouest (et froid dans le dos)

5a9e70aa9ec50_LerseauferroviairervemouilldeSpinetta.png.c4a0d75972f85f6cdbe4b168c654b3e3.png

Edit : une version encore plus radicale (sans Cévenol) :

5a9e745cdcfd5_LerseauferroviairervemouilldeSpinetta.png.fa2721bc3828f23da45a94bab4818149.png

Modifié par Inujust R.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎05‎/‎03‎/‎2018 à 05:09, zorba a dit :

Cette cession doit permettre  d'accélérer le développement d'Akiem, tant en France qu'en Europe. L'apport en capital doit va permettre d'ici 10 ans de doubler la flotte de locomotives.

D'accord, c'est du montage financier, dans les faits Akien est dirigée par des cadres supérieurs SNCF comme sont dirigés des départements de SNCF, jusqu'au jour où de meilleures opportunités se présentant pour eux et leurs profits, Akiem sera abandonnée au privé en douceur et sans que personne ne puisse réagir. C'est une structure pour faire de la vente par appartements, à l'abri des regards des complotistes ou de ceux qui ne comprennent rien.

.Akiem,..Société mère ERMEWA (Groupe SNCF) ,et Deutsche Asset Management ,n'est pas dirigé par un CS sncf tu as du mal a voir le vérité et la realité tues un peu trop dogmatique akien ne peut pas etre abandonné eu prive c'est déjà une filiale SA sous gestion privée, organisation ,finance etc ....il faut te l'écrire comment ?

Elle fait parti du holding et n'est pas plus dirigée par  un CS  sncf que  Effia, Altameris, Arep, cariane, de toute manière tous les cadres dirigeants d'entreprise (meme sncf) et directeurs de filiales sortent de 2 ou 3 grandes écoles et on de fait une certain consanguinité 

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Inujust R. a dit :

Rectification : voilà le rêve mouillé de Spinetta (et Wauquiez), ça fait (très) vide, surtout dans le sud-Ouest (et froid dans le dos)

5a9e70aa9ec50_LerseauferroviairervemouilldeSpinetta.png.c4a0d75972f85f6cdbe4b168c654b3e3.png

Edit : une version encore plus radicale (sans Cévenol) :

5a9e745cdcfd5_LerseauferroviairervemouilldeSpinetta.png.fa2721bc3828f23da45a94bab4818149.png

 

le gros problème a la SNCF c'est que bien souvent la seule culture pour rentabiliser qq chose c'est de tailler dedans, de supprimer, meme lorsque l'on a des moyens inoccupés..

 en Allemagne , la concurrence aurait  permis d'améliorer la desserte  des petites lignes "

La concurrence aurait obligé les EF  à se poser la question du service rendu au passager et donc d'améliorer la qualité de service en plus il y aurait eu une réduction du coût pour la collectivité. le coût de l'exploitation atteint 15  euros par train-kilomètre,contre 23  euros en France.

 transdev  en  1999 a repris une ligne dans la région de Düsseldorf elle était fréquentée par 500  passagers par jour,actuellement  plus de 23 000 personnes l'empruntent quotidiennement car il y a eu amélioration du service rendu, davantage d'amplitude horaire, du matériel neuf, plus de fréquence…

la concurrence est encadrée pour les prix, contrairement au système existant en Angleterre ou le nouvel opérateur décide des fréquences et des prix et aux trains non subventionnés comme le TGV
Pour les trains régionaux subventionnés c'est la région qui fixe le prix des billets et décide de ce qu'elle fait de la baisse des coûts induite par la concurrence.

Le  transfert des personnels exploitant la ligne  se fait avec les éléments du contrat de travail : même rémunération, même garantie d'emploi, même système de prévoyance ce qui   change c'est l'organisation du travail. Les salariés sont polyvalents.

 résumé de     http://lemonde.fr/economie/article/2018/03/05/thierry-mallet-en-allemagne-la-concurrence-a-permis-la-revitalisation-des-petites-lignes_5265790_3234.html

 

c'est beau comme tout..on évoque que ce qui est positif le reste est passé sous silence

 

 

 

 

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, jackv a dit :

 

le gros problème a la SNCF c'est que bien souvent la seule culture pour rentabiliser qq chose c'est de tailler dedans, de supprimer, meme lorsque l'on a des moyens inoccupés..

 en Allemagne , la concurrence aurait  permis d'améliorer la desserte  des petites lignes "

La concurrence aurait obligé les EF  à se poser la question du service rendu au passager et donc d'améliorer la qualité de service en plus il y aurait eu une réduction du coût pour la collectivité. le coût de l'exploitation atteint 15  euros par train-kilomètre,contre 23  euros en France.

 transdev  en  1999 a repris une ligne dans la région de Düsseldorf elle était fréquentée par 500  passagers par jour,actuellement  plus de 23 000 personnes l'empruntent quotidiennement car il y a eu amélioration du service rendu, davantage d'amplitude horaire, du matériel neuf, plus de fréquence…

la concurrence est encadrée pour les prix, contrairement au système existant en Angleterre ou le nouvel opérateur décide des fréquences et des prix et aux trains non subventionnés comme le TGV
Pour les trains régionaux subventionnés c'est la région qui fixe le prix des billets et décide de ce qu'elle fait de la baisse des coûts induite par la concurrence.

Le  transfert des personnels exploitant la ligne  se fait avec les éléments du contrat de travail : même rémunération, même garantie d'emploi, même système de prévoyance ce qui   change c'est l'organisation du travail. Les salariés sont polyvalents.

 résumé de     http://lemonde.fr/economie/article/2018/03/05/thierry-mallet-en-allemagne-la-concurrence-a-permis-la-revitalisation-des-petites-lignes_5265790_3234.html

 

c'est beau comme tout..on évoque que ce qui est positif le reste est passé sous silence

 

 

 

 

ben justement  le RESTE c 'est quoi et comment...?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 9 minutes, capelanbrest a dit :

ben justement  le RESTE c 'est quoi et comment...?

que des lignes ont tout de mem étaient fermées ou transférées sur la route , que les land subventionnent aussi ..pas de recettes miracles

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Saint-Claude - Molinges - Oyonnax (31 km)
 
Région Bourgogne-Franche-Comté (Jura).
Région Auvergne-Rhône-Alpes (Ain).
 
Comment valoriser la portion de ligne entre Saint-Claude et Oyonnax ? Donnez-nous votre avis
 
Ls deux Régions, Bourgogne Franche-Comté et Auvergne Rhône-Alpes, verraient bien une véloroute voie verte à la place de la ligne de train entre Saint-Claude et Oyonnax. Ligne SNCF qui ne voit plus passer de trains depuis le 10 décembre 2017, jour de sa fermeture.
 
Sauf qu’à la mairie de Saint-Claude, on grince des dents car le maire ne souhaite pas voir les rails retirés.
 
La suite dans Le Progrès de ce jour.
 
pourqu10.jpg
 
Pourquoi pas une voie verte qu’on pourrait emprunter à vélo, à pied, à ski roues… Photo Laetitia COURTI.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il aurait été sans doute trop simple de revitaliser cette ligne avec une offre sérieuse avec des horaires pratiques et des temps de parcours réalistes et non pas obérés par des limitations de vitesse...

Une (petite) lueur d'espoir c'est que le gouvernement refile totalement les lignes "d'intérêt local" aux régions qui seraient responsables de leur entretient et pourraient le faire effectuer par les entreprises ferroviaires après un appel d'offres alimenté par une expertise (autre que SNCF ou assimilé). Que la concurrence commence là me paraît être le prérequis pour une économie réelle sur les charges pesant sur le contribuable. Ensuite l ne faut pas perdre de vue que certaines de ces lignes sont en fait d'intérêt sinon national du moins inter-régional : je pense à la ligne de Moulins Paray le Monial Lozanne  Lyon partagée entre la Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne Rhône-Alpes et aussi Livron-Veynes et Grenoble-Veynes sous la coupe de la région PACA. Dans ce type de situations il faudrait pouvoir contraindre les régions à s'entendre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, black5 a dit :

Il aurait été sans doute trop simple de revitaliser cette ligne avec une offre sérieuse avec des horaires pratiques et des temps de parcours réalistes et non pas obérés par des limitations de vitesse...

Une (petite) lueur d'espoir c'est que le gouvernement refile totalement les lignes "d'intérêt local" aux régions qui seraient responsables de leur entretient et pourraient le faire effectuer par les entreprises ferroviaires après un appel d'offres alimenté par une expertise (autre que SNCF ou assimilé). Que la concurrence commence là me paraît être le prérequis pour une économie réelle sur les charges pesant sur le contribuable. Ensuite l ne faut pas perdre de vue que certaines de ces lignes sont en fait d'intérêt sinon national du moins inter-régional : je pense à la ligne de Moulins Paray le Monial Lozanne  Lyon partagée entre la Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne Rhône-Alpes et aussi Livron-Veynes et Grenoble-Veynes sous la coupe de la région PACA. Dans ce type de situations il faudrait pouvoir contraindre les régions à s'entendre.

à conditions que

les régions fassent le choix de faire exploiter ces lignes dites d'intérêt local....

les régions trouvent les budgets pour les rvb et consort.....

bien avant ces propositions,  les départements et autres régies, avaient jeté l'éponge entre les années 50 et 70 ...

J'ai bien peur que bon nombre de région ne veulent pas s'emmerder avec ça....et les contribuables encore moins ! ;)

on verra lors des prochaines régionales qui proposent quoi en la matière...... ;)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La région Occitanie va signer dans quelques jours une nouvelle convention TER pour 8 ans. Elle prévoit la réouverture de 6 lignes actuellement fermées dont Alès-Bessèges et Montréjeau - Luchon .

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/a-toulouse-la-sncf-rouvre-des-petites-lignes-1392220.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎08‎/‎01‎/‎2018 à 13:52, IGS4 a dit :
 
Section :  Arches - Bruyères (Vosges) - Saint-Dié-des-Vosges.
 
 
Section : Épinal - Bains-les-Bains.
 
À la fin 2018, les usagers TER de la ligne Épinal - Saint-Dié pourraient ne plus monter dans des trains en gare d’Arches. Comme ceux d’Épinal - Belfort en gare de Bains-les-Bains. SNCF Réseau envisagerait d’affecter des bus en remplacement.
 
SNCF Réseau s’apprêterait à « neutraliser » deux portions de lignes dans les Vosges. Neutraliser ? Un terme qui signifie que la circulation des trains serait suspendue. L’échéance ? Ce serait la fin 2018 pour les usagers des TER Arches - Saint-Dié-des-Vosges (ligne 18 Épinal - Strasbourg) et ceux d’Épinal - Bains-les-Bains (ligne 16 Épinal - Belfort). Les habituels passagers de ces trains devraient alors monter dans des bus. Un non-sens pour les deux cheminots qui désapprouvent l’augmentation du trafic sur les départementales à laquelle participe SNCF Réseau en mettant en place du transport routier en lieu et place du ferroviaire, comme cela est le cas sur une partie de la ligne 14 Nancy - Merrey par exemple (portion Vittel-Xeuilley).
 
Un article de Vosges Matin :
 
 
Le collectif s’opposant à la fermeture de la ligne SNCF Épinal-Strasbourg et œuvrant pour la réouverture de la ligne Épinal-Gérardmer, regroupant Adele-S, TG2V, CGT et BPR, a été reçu en préfecture ce vendredi. « David Valence, maire de Saint-Dié et vice-président de la Région Grand Est nous avait incités à solliciter l’État », explique Gérard Coinchelin, l’un des porte-parole. « Nous avons donc écrit à la préfecture de Région, à la préfecture des Vosges ainsi qu’à la SNCF. » Seul le préfet des Vosges a répondu et invité le collectif à venir exprimer ses doléances.
 
« C’est le directeur de cabinet, Imed Bentaleb, qui a reçu la délégation et a indiqué transmettre nos revendications », indique Gérard Coinchelin. Qui était, pour l’occasion, accompagné de Raphaël Thomassin, le directeur de l’établissement scolaire Jeanne-d’Arc de Bruyères. « 150 élèves de l’établissement prennent le train. Ils vont être impactés si la ligne SNCF reliant Épinal à Strasbourg est fermée », estime Gérard Coinchelin. « On nous parle de mettre des bus. C’est inadmissible. Ceux qui mettent des bus ne sont pas ceux qui les prennent ! »
 
Un article de Vosges Matin de ce jour
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, gilles_tagada a dit :

La région Occitanie va signer dans quelques jours une nouvelle convention TER pour 8 ans. Elle prévoit la réouverture de 6 lignes actuellement fermées dont Alès-Bessèges et Montréjeau - Luchon .

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/a-toulouse-la-sncf-rouvre-des-petites-lignes-1392220.html

Citation

Pour le moment, l’Occitanie est la seule région à avoir refuser la concurrence pour négocier d’importants avantages auprès de la SNCF. La Bretagne pourrait suivre

Aller Gégé, les Bretons comptent sur toi okok

Illustration de la ligne Rennes-Lison (Caen) menacée et ardemment défendue par la région et son représentant, vice-président en charge des transports, fervent défenseur du service public

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ligne de Limoges-Bénédictins à Angoulême

La SNCF suspend Angoulême-Limoges au moins un mois!

Coup dur pour une ligne en déshérence où les trains devaient déjà ralentir, parfois jusqu'à 50 km/h pour "raisons de sécurité". La SNCF vient d'annoncer la suspension de la circulation des trains sur la ligne Angoulême-Limoges jusqu'à mi-avril... au moins.

En cause, un problème de "géométrie des voies" entre Angoulême et Saillat-sur-Vienne. De lourds travaux sont nécessaires avant de rétablir la circulation.

La suite dans Charente Libre du mardi 13 mars.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 16/03/2018 à 14:31, IGS4 a dit :

Le Limousin devient un désert ferroviaire en ce début d'année avec déjà pas moins de 2 lignes d'interrompues... L'avenir s'annonce sombre pour cette ex région..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 36 minutes, X 2219 a dit :

Le Limousin devient un désert ferroviaire en ce début d'année avec déjà pas moins de 2 lignes d'interrompues... L'avenir s'annonce sombre pour cette ex région..

cela suit aussi le desert des autres activités professionnelles et commerciales 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...