Aller au contenu
www.cheminots.net

Grève contre la réforme du ferroviaire 2018

A PARTIR DU 3 AVRIL 2018, LES SYNDICATS MAJORITAIRES AURONT POSÉ LEURS PRÉAVIS DE GRÈVE POUR LUTTER CONTRE LA RÉFORME DU FERROVIAIRE IMPOSÉ PAR LE GOUVERNEMENT D'EMMANUEL MACRON...   

148 membres ont voté

  1. 1. Comptez-vous vous mettre en grève au moins 1 fois à partir du 3 Avril ?

    • Oui
      123
    • Non
      25
  2. 2. Quelle modalité de grève pensez-vous suivre ?

    • Non concerné, je ne ferais pas grève
      24
    • Modalités de grève 2 jours sur 5 pendant 3 mois du préavis CGT - UNSA - CFDT
      73
    • Modalités de grève illimité du préavis SUD-Rail
      8
    • Modalités de grève autres à ma guise, sur un ou plusieurs préavis
      43


Messages recommandés

Il y a 4 heures, jackv a dit :

«Un an après la grève, les conditions de travail se sont dégradées»

Du côté des anciens grévistes, on ne peut que constater que la défaite a donné «tous les droits à la direction»........ le rythme imposé par la direction affecte durablement le travail des cheminots sur le terrain. «Il y a eu un virage incroyable pris l’année dernière par la direction, là on n’est plus dans la même boîte. Ils n’en ont plus rien à faire de la réglementation, du code du travail, ils sont passés à l’offensive.» Même ressenti pour un commercial sur la ligne B, à Paris. «Ce que je vois un an après, c’est que les conditions de travail se sont dégradées.» «On va être transférés dans une entreprise privée, pour l’intérêt du capital et non pour le service public. Ce n’est pas pour ça qu’on est entrés à la SNCF à la base», dit Rémy Hours, délégué CGT à Marseille.

https://www.liberation.fr/france/2019/04/03/sncf-un-an-apres-la-greve-les-conditions-de-travail-se-sont-degradees_1719235

Non mais franchement...combien sont véritablement entré à la sncf pour le service public ?

faut arrêter avec les propos démagogiques et changer de disques.

intégrer un EPIC et parler de service public ?

mieux aurait valu entrer dans une mairie pour tenir l'état civil ou à la sécurité civile qui sont (encore) de véritables services publics.

SNCF fait bien 30,ans que ça n'est plus un service public....

la CGT ferait bien de revoir sa rhétorique qui hélas commence à dater, si elle veut peser très lourd demain ....

et après on s'étonne que les gens ne se syndiquent plus, sauf à vouloir souscrire "une assurance" en cas de pépin disciplinaire....

Quand je lis des truc comme ça les bras m'en tombent..... ;)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ne néglige pas le passage d'un EPIC même mal géré et pas assez porté sur le service au public à une SA bien gérée (avec les critères de SA) et  portée frénétiquement sur les économies pour maximiser les profits. On en verra très vite les effets quand elle sera là de plein droit (ça commence aujourd'hui comme dirait Tavernier)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Bibloc a dit :

ne néglige pas le passage d'un EPIC même mal géré et pas assez porté sur le service au public à une SA bien gérée (avec les critères de SA) et  portée frénétiquement sur les économies pour maximiser les profits. On en verra très vite les effets quand elle sera là de plein droit (ça commence aujourd'hui comme dirait Tavernier)

je ne néglige rien du tout.....mais je ne suis pas non plus responsable de ce changement.

Après en tant qu'usager ou citoyen la nature de l'entreprise m'importe peu...du moment que le service rendu est efficace, abordable et répond au cahier des charges.

SA ou pas, ça ne concerne que les salariés de l'entreprise....car c 'est leur statut qui est en jeu donc leur carrière, rémunération, avancement etc....

Mais le citoyen lambda non engagé, il s'en fiche un peu, non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, Blofeld a dit :

Plus, 36 ans. C’est depuis le 1er janvier 1983.

merci d'avoir rectifié raison de plus pour arrêter de qualifier de service public ce qui n'en n'est plus un depuis 36 ans.

les militants et autres communicants,  une fois de plus devraient cesser les discours hors d'age et se mettre à la page en matière de com....avec un auditoire qui n'est plus celui d'il y a 37 ans ....

Après on s'étonne que les salariés n'aillent plus se syndiquer.....encore faudrait il s'adapter à la population actuelle et non pas rester sur des schémas datant des années 80.

je n'ai absolument rien contre la CGT et les autres c'est juste que s'ils veulent perdurer, il va falloir faire vite pour conserver les adhérents (qui soient motivés) et qui ne viennent pas juste chercher un appui pour s'en sortir à moindre frais,

en cas de mauvais pas relevant de la discipline par exemple....et attendre que ça se passe le restant du temps. (rendant très confortable la situation pour les dirigeants lorsqu'ils avancent à pas de loups pour reformer).

allez revenons au sujet

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Détrompez-vous, la notion de service public est encore très largement ancrée chez les cheminots, du moins jusqu'à l'année dernière. Nombre des missions effectuées au sein de la SNCF relève du service public, ne vous en déplaise.

Lorsqu'une desserte permet à un nombre considérable de personnes de disposer d'un moyen de transport adapté à leurs attentes et besoins, qu'elle n'est malgré tout non rentable mais reste maintenue, c'est du service public pur. De même lorsque des trains circulent à des heures ou périodes où le taux de remplissage ne peut être de 100 %. Pareil lorsque les dessertes TGV sont proposées à des prix qui ne permettent pas d'assurer l'entier financement de l'entretien des matériels roulants et des infrastructures. Et bien d'autres exemple en France. 

Dans leurs missions, nombre de cheminots exercent leurs activités professionnelles avec cette exigence en toile de fond. Ce qui rend acceptable aussi les frustrations et complications occasionnées par les travail de nuit, des Week-end ou pire des jours fériés tels que Noël. C'est pourquoi, malgré toutes les désorganisations imposées au transport par chemin de fer, celui-ci continue à fonctionner, dans des conditions que nombre de profanes jugent dégradées mais pourtant encore acceptables pour les personnes qui connaissent le fonctionnement du transport ferroviaire. 

Seulement cette fois, cette dernière désorganisation est celle de trop. Elle scelle de fait la fin de la SNCF en tant qu'établissement public. Elle en fait une Société Anonyme, pour l'instant publique à 100 %, mais fonctionnant selon les principes d'une SA. Plus de nécessité donc d'assurer des missions de service public en priorité, mais par contre une absolue nécessité de rentabilité sur tous ces segments d'activités. Et quand on sait que les deux SA démarrent leur existence avec une dette colossale à éponger, on ne peut que s'attendre au pire pour le transport ferroviaire. Ne rêvons pas non plus en pensant que de nouveaux opérateurs vont sauver la situation. Regardez la part du ferroviaire dans le transport de marchandises au début des années 2000 lorsque la SNCF était le seul transporteur. Elle pouvait donc encore se permettre des missions de service public, en récupérerant de l'argent sur certains trafics quand d'autres ne pouvait être que déficitaires (mais tellement bénéfiques au tissu économique,  aux territoires, et à l'environnement). Regardez maintenant quelle est cette part actuellement, toutes entreprises de transports ferroviaires confondues. Vous aurez alors une idée de ce que sera le transport de voyageurs dans un futur imminent.

Rappelons aussi qu'avant 1983, puisque vous semblez faire référence à la LOTI de 1982 sans en connaitre tous les tenants et aboutissants, la SNCF n'était pas non plus une administration, mais une société nationale fonctionnant sur le principe d'une société d'économie mixte dont la propriété revenait à 51 % à l'état, le reste aux anciennes compagnies qui détenait autrefois le réseau ferré. De 1937 à nos jours, les cheminots n'ont donc jamais été des fonctionnaires, et pourtant, tous employés de la Société Nationale des Chemins de Fer français. Ils se sont toujours engagés pour le service public. Le service public faisait jusqu'à aujourd'hui encore sens au sein de cette profession, que nombre de personnes voient comme des gens peu concernés par leur métier et surtout disposant de beaucoup trop d'avantages. Trop de personnes s'y sont trompées, ont assimiler leur billet de train à l'achat d'un service marchand, sur le modèle "je paye donc j'en attend pour mon argent", le reste on s'en fout. Vos propos d'ailleurs l'illustrent parfaitement " Après en tant qu'usager ou citoyen la nature de l'entreprise m'importe peu...du moment que le service rendu est efficace, abordable et répond au cahier des charges.

SA ou pas, ça ne concerne que les salariés de l'entreprise....car c 'est leur statut qui est en jeu donc leur carrière, rémunération, avancement etc....

Mais le citoyen lambda non engagé, il s'en fiche un peu, non ?

 

Seulement cette fois-ci, cette réforme soit disant salutaire, imposée dans les conditions que l'on connait, avec une profonde humiliation des cheminots dans leur ensemble (engagés ou non engagés) par la classe politique dirigeante (qui a d'ailleurs pu compter à cette occasion sur nombres d'autres formations pourtant classées dans "l'opposition"), les médias et pire, les différentes directions de leur propre entreprise, signe bel et bien la mise à mort de l'entreprise de service public SNCF. Et vous avez bien tort de ne pas vous soucier de la nature de l'entreprise qui vous rend votre service et du sort de ses salariés. Là ou des choses étaient acceptables pour satisfaire le service public, elles ne le seront plus pour satisfaire les exigences d'une SA, fusse-t-elle publique ou non. Ou alors, à des conditions qu'une SA ne sera pas prête à concéder, d'autant plus si elle a une dette à amortir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le texte de BB 27000 est argumenté et très intéressant. Mais, à mon avis, il oublie une chose : si, aujourd'hui, des dessertes déficitaires sont maintenues, ce n'est pas grâce à la SNCF, mais bien aux différentes AOT (état et régions) qui en assurent le financement.
Il suffit de voir la rapidité avec laquelle la SNCF supprime les services déficitaires lorsqu'il n'y a pas de convention de financement : les auto-trains sont déficitaires? Hop, supprimés. Les TGV au départ ou à destination de certaines "petites" gares sont déficitaires? Hop, desserte réduite voire supprimée...
SNCF n'est pas, et n'a probablement jamais été, une entreprise de service public : elle n'a fait qu'appliquer les décisions, à condition d'être payée pour cela.
Autre point sur lequel il se trompe : une SA peut être chargée par la loi d'assurer une mission de service public. C'est le cas d'Orange qui de part la loi doit assurer des missions de service public, en particulier l'entretien du réseau cuivre, et plus généralement l'accès au réseau téléphonique pour le même prix quel que soit l'endroit où on habite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

la SNCF n'a pas toujours été ce que tu décris. Avant d'être supprimées, les dessertes TGV dont tu parles ont été créées ...  Il est absolument exact que depuis quelque temps (années), c'est une équipe chargée du sabotage de la boutique qui est en place, dans le but de laisser la place au privé.

faut-il rappeler le comportement de Véolia dans l'aventure de Thello ?  Ils allaient tout casser ! Ils n'ont cassé que le Paris-Rome qui a tenu 6 mois. Avant que Véolia se retire pour de bon .... pas rentable, le maître mot qui régit une SA ! Maintenant, cette société privée est une filiale à 100 % des chemins de fer ... italiens, c'est-à-dire en fait, publique 

maintenant, s'il faut absolument que les régions prennent le pouvoir sur le réseau, qu'elles le fassent en régie, comme ça commence à se faire pour l'eau à la place de .... Véolia !!

Modifié par Bibloc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pour compléter Trénitalia est un EPIC..... qui chapeaute   le transport de voyageurs à moyenne et longue distances (services Intercity, Express) ;le transport régional ,le transport de marchandises et logistique ;,la division « Matériel roulant ..

comme SNCF avant que RFF ne disparaisse..

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a une heure, jackv a dit :

pour compléter Trénitalia est un EPIC..... 

Non, Trenitalia est une société par actions.

Modifié par Blofeld

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 6 heures, Bibloc a dit :

faut-il rappeler le comportement de Véolia dans l'aventure de Thello ?  Ils allaient tout casser ! Ils n'ont cassé que le Paris-Rome qui a tenu 6 mois. Avant que Véolia se retire pour de bon .... pas rentable, le maître mot qui régit une SA ! Maintenant, cette société privée est une filiale à 100 % des chemins de fer ... italiens, c'est-à-dire en fait, publique 

Véolia Transdev exactement. Qui est détenu par? Derrière toutes ces sociétés de droit privé on retrouve souvent des entreprises publiques....

il y a 18 minutes, Blofeld a dit :

Non, Trenitalia est une société par actions.

Non trenitalia est bien un epic, filliale a 100% des FS qui eux sont bien une société par action détenues a 100% par l'état

Modifié par zobos

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est exact, et très visible dans les PPP - LGV. Ils sont  presque toujours adossés à la CDC. Raison de plus pour ne pas accepter cette propagande de l'efficacité du privé par rapport au secteur public !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Trenitalia et SNCF mobilité  c'est quif quif ce sont tous les deux des EPIC ..pour l'instant...

 

mais thello ne fait pas parti directement de trenitalia ... c'est une genre de filiale qui n'a pas le meme statut que trenitalia .. c'est meme une société par action simplifié "SAS" ..c'est un peu comme euros-star... thello a meme son certificat de sécurité pour circuler sur le réseau belge,

En juin 2018, la société thello   a effectué  une recapitalisation en fond propre( donc sans l'aide de trénitalia) , le capital social passant de 1,5 M€ à 10,5 M€...ce n'est pas spécifiquement une entreprise publique.. le mieux serait de voir les statuts ...

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a 13 minutes, jackv a dit :

Trenitalia et SNCF mobilité  c'est quif quif ce sont tous les deux des EPIC ..pour l'instant...

Non, Trenitalia S.p.A ne l’a jamais été. C’est une société par actions, comme je l’ai indiqué précédemment. Wikipédia n’est pas une référence.....

Modifié par Blofeld

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a 22 minutes, Blofeld a dit :

Non, Trenitalia S.p.A ne l’a jamais été. C’est une société par actions, comme je l’ai indiqué précédemment. Wikipédia n’est pas une référence.....

tes références ?

mais cela ne change rien pour thello

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

il vaut mieux remonter à la source (site Trenitalia) :

image.png.b13f381a514be0d5b30dce23f261af6f.png

 

image.png.5dffb2b83df09c467de28c8a59d98753.png

image.png.1fa94cea7481805e2c809c8839f6c43c.png

Parmi les divisions, on peut noter

Nel Settore Infrastruttura opera principalmente Rete Ferroviaria Italiana SpA la cui mission prevede il ruolo principale di Gestore nazionale della infrastruttura ferroviaria.

le gestionnaire du réseau est donc lui-même une société par actions

Modifié par Bibloc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a 14 minutes, jackv a dit :

tes références ?

Le site de Trenitalia, tout simplement. Et SNCF a des contrats avec Trenitalia, donc on sait bien que c’est une S.p.A. Et puis, EPIC c’est une spécificité française, donc pas de risque d’en trouver en Italie.

Modifié par Blofeld

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

exact en approfondissant  , trenitalia est une  spa 

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 26 minutes, jackv a dit :

mais cela ne change rien pour thello

Thello est de toute façon une société française, tout comme Eurostar est une société anglaise. Il ne faut pas confondre le statut juridique d’une entreprise avec son actionnaire principal ou unique (cas de Thello).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a 8 minutes, Blofeld a dit :

Thello est de toute façon une société française, tout comme Eurostar est une société anglaise. Il ne faut pas confondre le statut juridique d’une entreprise avec son actionnaire principal ou unique (cas de Thello).

je voulais dire que... trenitalia soit une EPIC  ou une SPA ne change rien pour le statut de thello qui est une SAS..

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, jackv a dit :

je voulais dire que... trenitalia soit une EPIC  ou une SPA ne change rien pour le statut de thello qui est une SAS..

Absolument 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jours de repos retenus, la direction de la SNCF condamnée en appel

Durant le mouvement de 2018 contre la réforme du pacte ferroviaire, la SNCF avait décidé de retenir les jours de repos situé en dehors des périodes de grève. En référé, elle avait été sommée par la justice de rétrocéder les retenues de ces journées jugées illégales.

Hier, la Cour d'Appel a confirmé cette décision

Citation

a SNCF vient d'être condamnée en appel à payer les jours de repos des cheminots grévistes du printemps 2018. L'entreprise souhaitait éviter ce paiement, car elle estimait que les 36 jours non consécutifs de la grève perlée du printemps de l'année dernière constituaient au final un seul et même mouvement de grève. Comme en première instance, la cour d'appel de Paris a écarté l'"allégation" de la SNCF de "mouvement unique de grève" et balayé du même coup le "cumul de chaque période de grève pour le calcul des retenues sur salaire"

La Cour d'Appel a également estime que la direction de la SNCF avait porté atteinte au droit de grève par son argument de "mouvement unique".

Citation

La SNCF a également porté « atteinte au droit de grève », estime la cour, en diffusant aux personnels une note d'information relayant son interprétation d'un mouvement unique, dans le « but de dissuader les agents de faire grève », selon les syndicats.

La régularisation des jours retenus à tort ayant été réalisé en Juillet 2018, la direction de la SNCF se réserve le droit de se pourvoir en cassation.

Citation

La SNCF « se réserve la possibilité de se pourvoir en cassation », a-t-elle dit à l'Agence France-Presse

https://www.lepoint.fr/societe/cheminots-grevistes-la-sncf-condamnee-en-appel-a-payer-les-jours-de-repos-16-05-2019-2313126_23.php

Résultat de recherche d'images pour "guillaume pépy énervé"

Source : Capital

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bin oui , une gréve est et a toujours été une épreuve de force ente 2 parties..pas une partie avec des Bisounours.. avec toutes les conséquences que cela entraîne des 2 cotés il ne faut pas l’oublier..chacun défend sa cause ou ce pour quoi il est payer et chacun veut aller jusqu’au bout , logique....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...