Jump to content
Sign in to follow this  
BryanScalp

Mon processus de recrutement. CRL

Recommended Posts

il y a 3 minutes, jybert a dit :

 

Après, si il y avait 1 ou 2 échecs sur 12, ok, mais ici 8/12, il y a un comme un problème...

Non, il n'y a pas de problème, cela veut dire qu'on ne permet pas à n’importe qui de conduire un train

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, jybert a dit :

Ben perte de temps + perte d'argent = gâchis selon moi.

Après, si il y avait 1 ou 2 échecs sur 12, ok, mais ici 8/12, il y a un comme un problème...

c'est vrai 3 gâchis

gâchis pour le candidat qui n'a pas su faire le nécessaire ( a première vue si les tests étaient bons c'est qu'il était capable)

 gâchis pour un autre candidat qui lui n'a pas été pris bien que capable car les quotas d’embauche étaient atteint avec les candidats qui n'ont pas reussi

gâchis pour l'entreprise qui a perdu du temps en formation et qui va être obligée de remettre en marche un processus d'embauche...

 et oui la sécurité a un a coût élevé

Edited by jackv

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, ADC01 a dit :

Non, il n'y a pas de problème, cela veut dire qu'on ne permet pas à n’importe qui de conduire un train

Cela va sans dire mais pour cette session de recrutement précisément, ça me laisse pensif sur le recrutement en amont.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, jybert a dit :

Cela va sans dire mais pour cette session de recrutement précisément, ça me laisse pensif sur le recrutement en amont.

On a pris non pas les meilleurs pour cette formation mais les moins mauvais, ce qui est radicalement différent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Puis les entretiens ce n'est rien par rapport aux situations perturbées et par conséquent stressantes auxquelles tu peux faire face que ce soit en tant que Mécano ou bien même dans un poste d'aiguillage.

Il y a quelques semaines j'ai eu un dérangement sur un itinéraire et en même temps j'avais 2 trains voyageurs qui étaient arrêter à un carré en pleine voie en attendant que je traite le dérangement, le téléphone qui n'arrête pas de sonner, toi qui traite le dérangement, le risque que des voyageurs en aient marre et descendent du train sur voie principale etc.. Au final les deux trains ont pris +30 minutes mais au moins la procédure de sécurité a été appliquer. Ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres mais les formateurs s'ils recalent une personne pendant la formation c'est aussi pour la sécurité du candidat, il ne faut pas oublier que si l'on commet une faute de sécurité c'est nous qui allons devant le juge.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour tout le monde c'est agréable de lire vos retours d expériences et de trouver des réponses aux questions que l'on est amené à se poser !

J'ai passé mon entretien avec chargé de recrutement hier et honnêtement il m'est impossible d'en tirer la moindre conclusion...

Il ne reste donc plus qu'à attendre mais j'ai été sérieusement bousculé pendant 1 bonne heure sans temps mort alors quand je lis que bryanscalp a passé cet entretien en 20 minutes j'en déduis que ce n'est pas de bonne augure pour moi!

Je reste content de mon parcours, j'ai une expérience professionnelle qui n'a absolument rien avoir avec le monde du ferroviaire ces entretiens m'ont vraiment apporté un regard différents sur le métier de CRL.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, jybert a dit :

Après, si il y avait 1 ou 2 échecs sur 12, ok, mais ici 8/12, il y a un comme un problème...

Ça ne va certainement pas faire plaisir à certains commentateurs ici, ça va même sans doute en faire hurler certains, mais on ne peut pas totalement exclure un problème aussi de pédagogie du côté des... formateurs.

Il est parfois constaté que certains formateurs ont des taux d'échec hors du commun dans les sessions qu'ils encadrent. C'est d'ailleurs surveillé comme le lait sur le feu car c'est effectivement un gâchis... et un problème ! 

Cela dit, je n'en fais pas une généralité. Je dis simplement qu'on doit aussi l'envisager. Ayant siégé dans des instances de représentation du personnel où on débattait à l'occasion avec la direction des difficultés à mettre en place les ressources nécessaires, j'ai entendu des représentants agents de conduite ne pas hésiter à dénoncer nominativement tels ou tels formateurs pour leur défaillance à favoriser et accompagner le transfert de leur savoir.

Il y a 12 heures, ADC01 a dit :

On a pris non pas les meilleurs pour cette formation mais les moins mauvais, ce qui est radicalement différent.

Un problème qui était déjà constaté quand j'étais encore en activité, à la sortie de leur cursus scolaire, de nombreux jeunes se satisfont par habitude d'une note de 12 à 14 sur 20 (au bac, c'est une mention !). 

En matière de sécurité des circulations, ça revient à connaitre 3 règles sur 4 et s'en contenter en faisant l'impasse sur un quart des connaissances non seulement nécessaires mais indispensables.

J'en sais quelque chose, j'ai encore deux jeunes adultes étudiants à la maison !

Edited by PLANONYME

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, PLANONYME a dit :

Ça ne va certainement pas faire plaisir à certains commentateurs ici, ça va même sans doute en faire hurler certains, mais on ne peut pas totalement exclure un problème aussi de pédagogie du côté des... formateurs.

Il est parfois constaté que certains formateurs ont des taux d'échec hors du commun dans les sessions qu'ils encadrent. C'est d'ailleurs surveillé comme le lait sur le feu car c'est effectivement un gâchis... et un problème ! 

Cela dit, je n'en fais pas une généralité. Je dis simplement qu'on doit aussi l'envisager. Ayant siégé dans des instances de représentation du personnel où on débattait à l'occasion avec la direction des difficultés à mettre en place les ressources nécessaires, j'ai entendu des représentants agents de conduite ne pas hésiter à dénoncer nominativement tels ou tels formateurs pour leur défaillance à favoriser et accompagner le transfert de leur savoir.

Un problème qui était déjà constaté quand j'étais encore en activité, à la sortie de leur cursus scolaire, de nombreux jeunes se satisfont par habitude d'une note de 12 à 14 sur 20 (au bac, c'est une mention !). 

En matière de sécurité des circulations, ça revient à connaitre 3 règles sur 4 et s'en contenter en faisant l'impasse sur un quart des connaissances non seulement nécessaires mais indispensables.

J'en sais quelque chose, j'ai encore deux jeunes adultes étudiants à la maison !

Pour les instructeurs, il y a plusieurs cas de figure. 

Déjà s 'ils sont volontaires ou désignés d 'office dans le deuxième cas sauf si la vocation lui vient ce n'est jamais une merveille. 

Après il y a parfois deux types de formations en centre (lorsqu'il n'y a pas trop de formations) et en établissement en cas de besoins urgent. 

En centre, généralement, les instructeurs maîtrisent bien leur sujet et pédagogiegénérale , le probleme vient d'un éloignement avec les pratiques propres à chaque établissements de chaque candidat lorsqu'il y a des candidats de différents ET dans un même groupe... L'examen se faisant dans les ET,le plus souvent. 

Pour les formations en ET, pendant de grandes périodes il n'y a plus eu de formations en ET, avec donc perte d'un savoir-faire... Et en général un instructeur, même s'il a suivi un cycle complet en double (se qui est assez rare) et s'il est volontaire n est pas à 100% de sa pédagogie,de sa connaissance profonde du contenu et de son articulation ni surtout de comment aider ou sélectionner les candidats en fonction de leurs résultats aux modules décisifs (c'est sûrement un des points le plus délicat). 

Certains formateurs sont plus doués que d'autres mais en cas de besoins la maison ne s embarrasse pas trop de ces détails. 

Sans oublier qu'une formation est une grosse charge de travail avec rarement une reconnaissance derrière 

Edited by jackv

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vais généraliser... On est dans "l'à peu près" à tous les étages... "L'à peu près" du candidat, recruté "à peu près", formé "à peu près"... D'où de nombreux échecs dans certaines sessions de formation...

J'espère qu'au niveau national, les résultats sont plus positifs ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites

On est surtout dans des sessions de recrutement très compliquées à terminer dans les temps faute de candidats qui correspondent. On décale sans arrêt les sessions de formation en fonction de ces recrutements qui galèrent, ce qui posent de gros problème de planning derrière. Parfois, soyons honnête, pour remplir une session de formation, on fait passer des personnes qui n'ont rien à faire là (ou qui ont juste vu de la lumière).

Derrière, tu peux mettre les meilleurs formateurs du monde, quand ça forme un mauvais groupe… Même de bons éléments ne se retrouvent plus en bonnes conditions pour travailler et se retrouvent en échec. C'est de la simple logique : On ne devient pas conducteur en bossant tout seul, il y a un minimum de travail de groupe. Même les "têtes" qui arrivent à réviser en solo ont besoin des questions posées par les autres en cours.

Donc oui il y a une part de loterie malheureusement, tout commence au recrutement. Et ce n'est pas pour blâmer les recruteurs, ils ne peuvent rien faire face au manque de candidats.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Gom a dit :

On est surtout dans des sessions de recrutement très compliquées à terminer dans les temps faute de candidats qui correspondent. On décale sans arrêt les sessions de formation en fonction de ces recrutements qui galèrent, ce qui posent de gros problème de planning derrière. Parfois, soyons honnête, pour remplir une session de formation, on fait passer des personnes qui n'ont rien à faire là (ou qui ont juste vu de la lumière).

Derrière, tu peux mettre les meilleurs formateurs du monde, quand ça forme un mauvais groupe… Même de bons éléments ne se retrouvent plus en bonnes conditions pour travailler et se retrouvent en échec. C'est de la simple logique : On ne devient pas conducteur en bossant tout seul, il y a un minimum de travail de groupe. Même les "têtes" qui arrivent à réviser en solo ont besoin des questions posées par les autres en cours.

Donc oui il y a une part de loterie malheureusement, tout commence au recrutement. Et ce n'est pas pour blâmer les recruteurs, ils ne peuvent rien faire face au manque de candidats.

il est clair que si la direction de l'entreprise ne prend pas en compte cette problématique  ......rie ne changera.

pas ou moins de candidats sans doute cela mérite t'il de se poser les bonnes questions....

peut être la rigidité salariale lié à l'ex statut ? les histoires de grilles figées ad vitam éternam ?

peut être serait il temps de revoir tout cela....car on attrape pas des mouches avec du vinaigre surtout quand la demande  est inférieure à l'offre (tant sur le plan quantitatif que que sur le plan qualitatif).

au final SNCF s'en fiche un peu lorsqu'il n'y aura plus assez de conducteurs fiables motivés et disponibles on fermera les lignes ou on concédera (n'est ce pas au final ce qui est recherché...sans le dire?).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les recruteurs font avec ce qu'ils ont devant eux en essayant d'avoir un niveau requis et avec un nombre de candidats qui permettrait de faire le job

Les formateurs font avec les candidats qu'ils ont avec la motivation et les habitudes qu'ils ont et ils essayent d'en amener le maximum possible à l'examen pour remplir les quotas nécessaire. 

Les examinateurs essaient de maintenir de recevoir des ADC avec un niveau de compétences permettant d'assurer la sécurité et de ne pas d'évaluer le métier.. 

Mais depuis qq décennies le nombre de candidats motivés semble se restreindre et pas seulement pour les embauches à la traction, cela ressemble à une évolution des mentalités et des motivations pour certains heureusement pas tous.. 

Nous sommes dans l'habituel problème de gestion prévisionnel et de difficultés de formation si la sncf avait voulu réduire pour fermer le plus simple et le plus économique était la fermeture des embauches 

Edited by jackv

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, jackv a dit :

Les recruteurs font avec ce qu'ils ont devant eux en essayant d'avoir un niveau requis et avec un nombre de candidats qui permettrait de faire le job

Les formateurs font avec les candidats qu'ils ont avec la motivation et les habitudes qu'ils ont et ils essayent d'en amener le maximum possible à l'examen pour remplir les quotas nécessaire. 

Les examinateurs essaient de maintenir de recevoir des ADC avec un niveau de compétences permettant d'assurer la sécurité et de ne pas d'évaluer le métier.. 

Mais depuis qq décennies le nombre de candidats motivés semble se restreindre et pas seulement pour les embauches à la traction, cela ressemble à une évolution des mentalités et des motivations pour certains heureusement pas tous.. 

Nous sommes dans l'habituel problème de gestion prévisionnel et de difficultés de formation si la sncf avait voulu réduire pour fermer le plus simple et le plus économique était la fermeture des embauches 

Mais non pas du tout....je te sens bien naïf sur le sujet.

la méthode est connue et a été appliquée dans bien des boites....faire "en vue de" sans l'avouer ..."donner l'impression de" alors que mine de rien on fait le contraire..... surtout dans des entreprises où les syndicats sont hyper représentés.

si SNCF n'arrive pas à recruter c 'est bien qu'il y a un ou des trucs qui ne fonctionnent plus...peut être à commencer par les rémunérations et les déroulements de carrières...

on retrouve exactement les mêmes problématiques dans la fonction publique où au final les modalités d'avancement et de rémunération, ne sont plus en phase avec la société.

Dans une boite si on veut de bons éléments, il faut y mettre le prix et ne pas lisser en "moyennant moins"....

ça veut dire pouvoir recruter de bons éléments avec une rémunération correcte ...(mais aussi pouvoir s'en séparer lorsque rien ne va plus....ou lorsque ça ne va pas professionnellement et que c 'est démontré factuellement).

or que ce soit dans l'administration ou à la SNCF, tout ça est tellement lourd à mettre en œuvre qu'au final ça ne se pratique pas...sauf à multiplier les procédures et les contre procédures aux résultats incertains.

Y a surement côté rémunération et fonctionnement des pistes à rechercher pour "attirer les bons candidats" avec le bon profil et sans aucun doute des procédures d'embauche à revoir...

un travail titanesque compte tenu de la culture, mais nécessaire si on en veut pas voir l'entreprise de demain, devenir inaudible sur le marché de l'emploi.

Prenons un jeune conducteur de banlieue quand bien même il aurait 2000 € de salaire à la fin du mois il fait quoi avec ça dans le contexte actuel ? (pression immobilière éloignement des logements conditions de travail liées aux "incivilités" et à la foule etc....).

Le même conducteur avec le même salaire  en région brestoise ou dans la creuse....pourra s'en sortir correctement.

Sauf que, l'offre ne se situe pas là et que ceux qui sont en place ne veulent en général pas bouger.... contribuant ainsi à diminuer l'intérêt des métiers.

c'est idem dans nos collectivités territoriales où les gens ne bougent pas, parceque la fameuse prime de territorialité est variable en fonction des agglos et que la différence est souvent significative au point de ne pas avoir envie, d'aller prendre l'air ailleurs.

Sans parler des moyens et de l'attractivité des tâches qui n'ont rien à voir entre une petite collectivité et une grosse collectivité...pour le coup chacun calcule et se retrouve parfois, à ne pouvoir juste que changer de bureau ou de service, sans pour autant progresser.

Les fameux accords locaux que l'on retrouve chez nous contribuent également à la sédentarisation forcée des agents.(ce qui est complétement anormal dans des boites censément unifiées que ce soit SNCF ou la fonction publique).

l'attractivité pour le boulot s'en ressent et c 'est ainsi que l'on arrive aux caricatures tellement entendues...sur les fonctionnaires.

c'est aussi comme ça que les vocations se font rares, parceque les plus jeunes ne veulent plus de ce système.

on met en avant la mobilité possible mais dans les faits elle est vite irréalisable....parceque non attractive...et cette tendance ne date pas d'hier.

Perso je serais bien rentré aux chemins de fer il y a 40 ans, (et j'ai failli le faire ça c 'est joué à 3 jours) mais aujourd'hui franchement ça ne me tenterait plus du tout....

J'ai eu il y a peu l'occasion de pouvoir partir dans le sud est sur une grosse agglo....mais toujours dans le cadre de la fonction publique ...sauf qu'avec mon grade mon échelon et malgré l'intérêt du boulot ben c 'était pas possible financièrement sauf à aller habiter dans un "hlm cages à poules" à 30 bornes de l’Hôtel de Métropole dans un envirronnement dégradé.

peut être que si on m'avait donné 1000€ de plus j'aurais accepté la proposition même à 2 ans de la fin de carrière...j'aurais m^me fait peut être 1 ans de plus j'en sais rien si les conditions étaient attractives et le projet sympa ...

ben au final je finirai ma carrière à Brest....où mon salaire me permet de vivre correctement et agréablement.

combien seraient dans mon cas à SNCF  où à métier équivalent, grade équivalent, fonctions équivalentes ou semblables, à être coincés sans pouvoir bouger voir évoluer ?

Pas étonnant que les candidats se fassent rares...(et on a là évoqué, que le minima...on pourrait écrire des pages entières sur ces systhémes qui ont fait leur temps et qui n'ont pas sur évoluer avec le temps et les changements de mentalités et les attentes des candidats futurs salariés).... ;)

 

Edited by capelanbrest

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'avais pas évoqué la rémunération et quand je vois les faibles revenus proposés face un métier contraignant et à responsabilité comme celui de conducteur, je me dis qu'en élevant un peu ce curseur, peut-être que les choses pourraient s'améliorer.

Mais c'est sans compter le contexte actuel : la politique d'économie en vigueur, la lourde dette...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, jybert a dit :

Je n'avais pas évoqué la rémunération et quand je vois les faibles revenus proposés face un métier contraignant et à responsabilité comme celui de conducteur, je me dis qu'en élevant un peu ce curseur, peut-être que les choses pourraient s'améliorer.

Mais c'est sans compter le contexte actuel : la politique d'économie en vigueur, la lourde dette...

N'exagérons rien. A combien placerais-tu ce curseur ? Ne serait-ce pas plutôt la variabilité de ce salaire et donc les inquiétudes qui en découlent pour un externe qui posent problème ? Si on te dit, en salaire d'embauche 2400€ plus primes de nuits / Dimanche & fêtes, ça te parait léger pour quelqu'un qui a "seulement" le bac ? Par contre c'est sûr que si on dit "alors c'est variable, ça dépend de plein de truc, tu as un fixe de 1600€ mais avec les primes tu devrais être autour de 2400€"... pas sûr que ça mette en confiance. Un jeune embauché retient "1600€".

Je pense que ce serait déjà par là qu'on devrait commencer, il y a du ménage à faire dans les EVS (et je ne vais certainement pas me faire que des amis en le disant). Après on pourra discuter du salaire. Bien sûr, tout le monde est pour une augmentation, moi y compris. Mais à un moment faut aussi rester réaliste.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je parle de rémunération juste. Bien sûr avec des contreparties. On ne va pas balancer l'argent par les fenêtres tout de même ! :Smiley_15: Il y a d'autres curseurs à bouger certes. Rien n'est simple !

Mais que veut la direction au final ? Plutôt des conducteurs d'élite ou plutôt des précaires ? L'excellence ça se paie. Si on se contente de faire le dos rond quand il y a 66% d'échec dans une session de formation, alors fin de l'histoire.

Pour le métier de conducteur, la SNCF recrutait avant de CAP/BEP jusqu'à BAC toutes spécialités. Ensuite elle s'est mise à recruter jusqu'à BAC+2/3. Aujourd'hui elle recrute chez la concurrence. Crise de vocation ? baisse de QI ? Que sais-je encore ?

Avec le statut de cheminot en moins et la retraite universelle, comment cela va-t-il évoluer ? Wait and see...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Gom a dit :

Je pense que ce serait déjà par là qu'on devrait commencer, il y a du ménage à faire dans les EVS

Tout à fait mais à part dans le calcul de la prime traction, qui est une véritable usine à gaz il n'y a pas trop d'EVS à nettoyer, les autres comme les heures de nuit, de DF,  de déplacement....... sont payés comme dans plein d'autres secteur du privé.

il y a 8 minutes, jybert a dit :

Plutôt des conducteurs d'élite ou plutôt des précaires ?

Ni l'un, ni l'autre juste des conducteurs, je hais ce terme de "conducteurs d'élite". Il ne faut pas se prendre pour ce qu'on n'est pas, il y en encore trop qui prennent la grosse tête.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, ADC01 a dit :

Tout à fait mais à part dans le calcul de la prime traction, qui est une véritable usine à gaz il n'y a pas trop d'EVS à nettoyer, les autres comme les heures de nuit, de DF,  de déplacement....... sont payés comme dans plein d'autres secteur du privé.

Nous sommes d'accord. Mais poser la question aux élus semble s'apparenter à un sacrilège...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Gom a dit :

Nous sommes d'accord. Mais poser la question aux élus semble s'apparenter à un sacrilège...

peut etre aussi parce que dés qu'il y a un changement cela se traduit plutot par du moins plutot que du plus  ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour je suis convoqué pour une journee d entretien pour un poste de cadre mais j ai eu un entretien avec un dirigeant d un technicentre donc je voulais savoir comme  sa doit se passe 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 23/01/2020 à 08:49, jybert a dit :

Oh la vache 4 sur 12, quel gâchis !

Comme quoi il ne suffit pas d'être bon et convaincant en entretien. Il faut aller au charbon, sans mauvais jeu de mot...

De ce que j’en sais ils ont fini à 3.

on s’était croisés à Tours sans le savoir

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...