Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Le groupe SNCF face à la concurrence et la libéralisation


Messages recommandés

Elle peut faire du transport terrestre d'eau loll .

L'eau C'est quand même la plus grosse arnaque de l'ère moderne, tu fais payer un truc super cher qui appartient aux habitants .

Roukmoute : que la sncf soit bien accueillie franchement quesque ça peut lui faire ???tu crois que les EF privées se sont posées la question de savoir si les agents sncf seraient gentils avec eux ? seuls les contribuables qui verront baisser leur facture aimeront énormément la sncf .

Que la sncf se concurrence elle-même dans certains domaines je veux bien le croire mais là elle est toute vierge et pourrait redorer son image sans beaucoup se fatiguer .

Ne perdez pas de vue ce que je voulais montrer au départ c'est concurrencer ceux qui nous concurrence et avertir ceux qui seraient tenté de nous concurrencer, on est pas plus con que mal habillé et on peut les toucher aussi là où ça leur rempli énormément le porte-feuille.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

triste comme perspective en 2019.

Cela ne va pas commencer en 2019 mais bien au mois juin avec un projet pour le FRET.

DIXIT Mr AUBIN:"En guise de conclusion de cette interview à Sud Ouest, le point de vue du Président de la SNCF sur l'avenir de l'Activité Fret : « Avec la crise économique, il y a une chute du volume transporté, entre - 20 et - 30 %, qui touche aussi bien la route que le fer. C'est une situation dramatique, mais la SNCF a les reins solides et nous travaillons sur les stratégies. Nous serons prêts dans le courant du mois de juin à mettre nos propositions sur la table. L'année dernière, nous n'avions pas réussi à convaincre les syndicats de la nécessité d'une réforme sociale du fret. Nous ne lâchons pas l'affaire, le fret ferroviaire le vaut bien ».

En clair, le CE de l'Activité fret de juin sera particulièrement chaud avec l'annonce de chiffres catastrophiques et de mesures drastiques. Depuis le début de l'année, les bruits de couloir se multiplient à ce sujet."

Il n'y a plus de bruit de couloir le projet existe: Projet de Deal social Combi express.

A suivre....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cela ne va pas commencer en 2019 mais bien au mois juin avec un projet pour le FRET.

DIXIT Mr AUBIN:"En guise de conclusion de cette interview à Sud Ouest, le point de vue du Président de la SNCF sur l'avenir de l'Activité Fret : « Avec la crise économique, il y a une chute du volume transporté, entre - 20 et - 30 %, qui touche aussi bien la route que le fer. C'est une situation dramatique, mais la SNCF a les reins solides et nous travaillons sur les stratégies. Nous serons prêts dans le courant du mois de juin à mettre nos propositions sur la table. L'année dernière, nous n'avions pas réussi à convaincre les syndicats de la nécessité d'une réforme sociale du fret. Nous ne lâchons pas l'affaire, le fret ferroviaire le vaut bien ».

En clair, le CE de l'Activité fret de juin sera particulièrement chaud avec l'annonce de chiffres catastrophiques et de mesures drastiques. Depuis le début de l'année, les bruits de couloir se multiplient à ce sujet."

Il n'y a plus de bruit de couloir le projet existe: Projet de Deal social Combi express.

A suivre....

Que disent les syndicats sur cette affaires ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cela ne va pas commencer en 2019 mais bien au mois juin avec un projet pour le FRET.

* L'ouverture de la concurrence au fret, c'est fait ... et fret SNCF doit se positionner dans ce contexte. Une compagnier ferroviaire ne peut pas être fiable sur la seule activité voyageur ; l'activité fret est donc nécessaire à la SNCF.

* L'ouverture à la concurrence des relations transfrontalières voyageurs, c'est imminent

* Pour l'ouverture à la concurrence des réseaux domestiques, le 3eme paquet ferroviaire est moins précis (il n'y a pas qu'en France que ça coince ...). Ce serait effectif en 2019 et le gouvernement Français en rajoute par rapport aux décisions de Bruxelles en anticipant par des possibilités d'"expérimentation" l'ouverture des TER à la concurrence.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

* L'ouverture de la concurrence au fret, c'est fait ... et fret SNCF doit se positionner dans ce contexte. Une compagnier ferroviaire ne peut pas être fiable sur la seule activité voyageur ; l'activité fret est donc nécessaire à la SNCF.

* L'ouverture à la concurrence des relations transfrontalières voyageurs, c'est imminent

* Pour l'ouverture à la concurrence des réseaux domestiques, le 3eme paquet ferroviaire est moins précis (il n'y a pas qu'en France que ça coince ...). Ce serait effectif en 2019 et le gouvernement Français en rajoute par rapport aux décisions de Bruxelles en anticipant par des possibilités d'"expérimentation" l'ouverture des TER à la concurrence.

Effectivement car la notion d'experimentation est une notion trés encadrée, il ne s'agit pas d'une OSP sous la forme classique..

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce qui est inquiétant avec ce morcellement des TER est que le service public va encore en prendre un coup (un coût...)

Une seule entreprise peut pratiquer la péréquation économique sur ses lignes (les lignes les plus rentables "payent" les moins rentables) et ainsi diminuer le coût pour les usagers. Plusieurs entreprises vont chacune devoir tirer le maximum de bénéfice de la ligne qui leur est concédée et les lignes les moins rentables ne vont plus intéresser personne et c'est la SNCF qui va en hériter (les bénéfices sont privés, les coûts publics).

Bien sûr, les régions vont en partie uniformiser le coûts, mais j'ai peur que ça ne mette en péril certains sillons (surtout en extrême journée) voire certaines lignes, avec encore les passagers qui vont en pâtir...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce qui est inquiétant avec ce morcellement des TER est que le service public va encore en prendre un coup (un coût...)

Une seule entreprise peut pratiquer la péréquation économique sur ses lignes (les lignes les plus rentables "payent" les moins rentables) et ainsi diminuer le coût pour les usagers. Plusieurs entreprises vont chacune devoir tirer le maximum de bénéfice de la ligne qui leur est concédée et les lignes les moins rentables ne vont plus intéresser personne et c'est la SNCF qui va en hériter (les bénéfices sont privés, les coûts publics).

Bien sûr, les régions vont en partie uniformiser le coûts, mais j'ai peur que ça ne mette en péril certains sillons (surtout en extrême journée) voire certaines lignes, avec encore les passagers qui vont en pâtir...

Bien des élus régionaux et nationaux, et pas que de droite, considèrent que toute activité économique "rentable" doit rapporter des dividendes aux investisseurs privés, et donc que le service public constitue un gaspillage de richesse potentielle...

Beaucoup d'électeurs se sont laissé séduire et ont contribué par à démanteler le bien commun que représentaient l'énergie, la santé, les transports, les télécoms ...

Mais tous comprendont un jour qu'une entreprise privée peut disparaitre du jour en lendemain en laissant derrière elle un désert, des ardoises et des chômeurs ...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Ce qui est inquiétant avec ce morcellement des TER est que le service public va encore en prendre un coup (un coût...)

Une seule entreprise peut pratiquer la péréquation économique sur ses lignes (les lignes les plus rentables "payent" les moins rentables) et ainsi diminuer le coût pour les usagers. Plusieurs entreprises vont chacune devoir tirer le maximum de bénéfice de la ligne qui leur est concédée et les lignes les moins rentables ne vont plus intéresser personne et c'est la SNCF qui va en hériter (les bénéfices sont privés, les coûts publics).

Bien sûr, les régions vont en partie uniformiser le coûts, mais j'ai peur que ça ne mette en péril certains sillons (surtout en extrême journée) voire certaines lignes, avec encore les passagers qui vont en pâtir...

Pour le moment la tendance du trafic regional est en pleine expension...

la region confiera les memes missions a un nouvel operateur....

Elle regardera le cout, et ,le service rendu.... Tout cela sera contractualisé...

Donc pas de chamboulement sur les sillons, en revanche sur les personnels, c'est plus delicat,

l'EF remportant l'appel d'offre pourrait ne pas reprendre tous les cheminots afin de reduire ses couts.

Le RH0077 sautera bien entendu, et, se sera la convention collective qui s'appliquera...

Les personnels seront les memes, le materiel sera le meme, on retirera l'autocollant SNCF pour y mettre Transdev, Keolis, Veolia, Aldi ou Lidl.... Et les conditions de travail risquent d'etre bien moins "avantageuses"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce qui est inquiétant avec ce morcellement des TER est que le service public va encore en prendre un coup (un coût...)

Une seule entreprise peut pratiquer la péréquation économique sur ses lignes (les lignes les plus rentables "payent" les moins rentables) et ainsi diminuer le coût pour les usagers. Plusieurs entreprises vont chacune devoir tirer le maximum de bénéfice de la ligne qui leur est concédée et les lignes les moins rentables ne vont plus intéresser personne et c'est la SNCF qui va en hériter (les bénéfices sont privés, les coûts publics).

Bien sûr, les régions vont en partie uniformiser le coûts, mais j'ai peur que ça ne mette en péril certains sillons (surtout en extrême journée) voire certaines lignes, avec encore les passagers qui vont en pâtir...

Vu que l'exemple et la reference de tous les politiques est l'Angleterre, je pense qu'ils appliqueront ce qui a été fait là bas.

Un lot, une ligne avec beaucoup de potentiel, une autre beaucoup moins rentable.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 mois plus tard...
Invité necroshine

Liberalisation des trafics régionnaux...

Un petit apercu des nouveautés :

http://aubin.blogs.nouvelobs.com/

Sans doute dopé par le succès des candidats UMP aux dernières élections européennes, le Gouvernement se sent pousser des ailes… ce qui n'est pas vraiment de bon augure en ce moment. Dominique Bussereau avait adressé un courrier le 7 mai à Alain Rousset, Président de l'Association des Régions de France (ARF). Objet : examiner, avec les Régions « les modalités concrètes, à la fois techniques et juridiques » d'une ouverture anticipée des TER à la concurrence.

Le courrier est paru tardivement sur la place publique. Il fait froid dans le dos. Surtout à quelques jours des annonces faites en Conseil d'Administration sur l'avenir de Fret SNCF… et lorsque l'ouverture du trafic Voyageurs international devient réalité d'ici la fin 2009, succédant à l'arrivée de la concurrence marchandises en 2006. S'ajoutent les interrogations sur la propriété des gares, et l'inquiétude des cheminots des 14 000 chargés de l'exploitation sur leur avenir au sein de la SNCF.

De « rampante », pour reprendre une expression chère à certains, la privatisation ou plutôt l'explosion de l'entreprise publique devient désormais une réalité tangible. Surtout lorsque le Secrétaire d'Etat aux Transports évoque les conséquences de l'évolution qu'il préconise. Avec les Régions, il souhaite traiter au plus vite les dégâts collatéraux de sa politique :

« Il s'agit notamment de la propriété et de l'éventuelle mise à disposition du matériel roulant, le transfert du personnel affecté à ces services, l'utilisation, par les nouveaux entrants des gares, des services d'entretien et de maintenance du matériel roulant actuellement assurés par la SNCF, le calendrier et le cas échéant, la modification des conventions actuelles, le périmètre des services concernés ».

Pour justifier sa démarche, Dominique Bussereau glorifie l'exemple allemand. L'ouverture de la concurrence des transports régionaux est effective depuis 1993 outre-Rhin. Et selon le Secrétaire d'Etat « cette ouverture à la concurrence n'a pas empêché l'opérateur historique…de se développer ». Dans cette approche aussi partielle et partiale, le Secrétaire d'Etat jette délibérément le voile sur la réussite incontestable de la régionalisation « à la française » pourtant lancée 10 ans plus tard. De même, il omet de préciser qu'à chaque appel d'offre, la DB perd irrémédiablement des parts de marché.

Selon les lois françaises, et plus particulièrement la loi SRU de 2002, la SNCF conserve le monopole sur les Transports Régionaux de Voyageurs. Une loi qui comme la LOTI (Loi d'Orientation des Transports Intérieurs) devrait être modifiée pour autoriser l'arrivée des nouveaux entrants. Cette « évolution » ne semble pas être du goût des diverses Régions françaises, à l'exception de l'Alsace. L'ARF emboitera-t-elle le pas du Gouvernement ?

Rien n'est moins sûr. Le Vice-Président délégué aux grandes infrastructures de la Région Centre a très récemment invité le Président de l'ARF à ne pas « se prêter à cette opération de libéralisation du transport public régional » et à réaffirmer « clairement sa posture sur le service public ». Un service public décidément de plus en plus malmené par le Gouvernement et l'Europe libérale, à la SNCF comme ailleurs.

Dans un contexte où le désintérêt de l'Etat pour le Fret SNCF impliquera des mesures draconiennes et douloureuses dès la rentrée, le projet de Bussereau prend l'allure d'une véritable provocation. Il faudrait être naïf pour croire que cet acharnement contre une entreprise et son personnel relève de la seule bonne gestion des intérêts du contribuable. Il s'agit bien d'un règlement de comptes. Les cheminots n'ont pas fini de payer le conflit de 1995.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

On peut faire le rapprochement avec cette officialisation :

http://www.lemonde.fr/economie/article/200...l#xtor=RSS-3208

La Caisse des dépôts (CDC) va entrer en négociations exclusives avec Veolia en vue de fusionner sa filiale de transport public, Transdev, avec Veolia Transport, a confirmé, mercredi 22 juillet, le président de la commission de surveillance de la CDC, Michel Bouvard.

Les propositions du groupe dirigé par Henri Proglio ont été préférées à celles de Keolis, filiale de la SNCF qui avait présenté une offre concurrente.

Cette décision, annoncée par Le Monde le 20 juillet, ouvre donc la voie à une fusion qui pourrait, en cas d'accord, aboutir d'ici la fin de l'année et donnerait naissance au numéro un mondial des transports urbains.

Le comité d'investissements de la CDC a donné un avis favorable à ce rapprochement, qui se fera à parité au niveau de l'actionnariat et de la gouvernance.

Le nouvel opérateur né de ce rapprochement serait ainsi détenu à 50 % par la CDC, qui détient actuellement 69,6 % de Transdev, et à 50 % par Veolia. La RATP, actionnaire à 25,6 % de Transdev, serait "dédommagée" par des actifs en provenance de Transdev comme de Veolia Transport.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Rappelons egalement que selon des sources cités il y a quelques jours,

l'Elysée aurait été au coeur des négociation CDC Véolia...

Cheminots exerçant sur les trafics régionaux, voici peut etre votre futur employeur !!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rappelons egalement que selon des sources cités il y a quelques jours,

l'Elysée aurait été au coeur des négociation CDC Véolia...

Cheminots exerçant sur les trafics régionaux, voici peut etre votre futur employeur !!!!

Que ne ferait pas l'Elysée pour mettre la France sous l'égide de ses amis de Vivendi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Qu'on se souvienne bien que le 4eme paquet ferroviaire ne demande rien avant 2019 ...

Dans bien d'autres pays, l'engouement pour l'ouverture généralisée du marché voyageur national ne fait pas l'unanimité ...

Si on y va, c'est de la seule volonté de nos politiques.

Avec cela le Projet de Loi est toujours en file d'attente dans le b... législatif.

assnat transports

Sans compter l'avancement laborieux de la CCN ferroviaire ...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Qu'on se souvienne bien que le 4eme paquet ferroviaire ne demande rien avant 2019 ...

Dans bien d'autres pays, l'engouement pour l'ouverture généralisée du marché voyageur national ne fait pas l'unanimité ...

Si on y va, c'est de la seule volonté de nos politiques.

Avec cela le Projet de Loi est toujours en file d'attente dans le b... législatif.

assnat transports

Sans compter l'avancement laborieux de la CCN ferroviaire ...

pour le dernier point, tu peux toujours t'accrocher maintenant qu'ils pensent avoir la haute main sur le système !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les Echos du 14/11/2008 :

Selon le blog de B. AUBIN (http://aubin.blogs.nouvelobs.com/archive/2...ion-des-tr.html), le Gouvernement aurait sollicité les Régions pour accéler l'ouverture des TER à la concurrence.

Quelqu'un aurait-il la lettre que Bussereau a envoyé à l'ARF dont parle Aubin sur son blog ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Après deux accidents récents et plusieurs incidents depuis l'an dernier, la CGT et la CFTC

redoutent que la progression des opérateurs privés dans le transport de marchandises ne

provoque davantage d'accidents ferroviaires.

La libéralisation du transport ferroviaire provoque-t-elle davantage d'accidents ? Oui, répond

la CGT-cheminots, qui affirme avoir observé «une recrudescence d'incidents et d'accidents»

mettant «en cause les opérateurs ferroviaires privés chez qui la réduction des coûts et

l'abaissement des conditions sociales sont la règle». De son côté, la CFTC se demande aussi

«comment les opérateurs privés peuvent être compétitifs sans rogner sur la sécurité ?».

Pour soutenir leur affirmation, les syndicats s'appuient sur des exemples récents.

Le 20 mai, le trafic entre Paris et Bordeaux se retrouvait paralysé après le choc près d'Angoulême

entre un train de fret SNCF et un train d'Euro Cargo Rail (ECR), dont le chargement de tractopelles

se serait déplacé. Le week-end dernier, un autre train ECR déraillait, arrachant 350 mètres

de voies à Forbach (Moselle), interrompant les circulations fret, TER et TGV. Selon la CGT,

un train Colas Rail a fait de même dans la Marne, «avec arrachement de la voie et des caténaires».

En 2008, le syndicat majoritaire de la SNCF avait déjà relevé une série de franchissements de feux

rouges par d'autres opérateurs privés de fret, et surtout le «train fou» de Veolia qui avait traversé

en avril la gare de Montauban à 60-70 km/h en raison de l'absence d'un frein.

http://www.lefigaro.fr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

jetez un oeil sur les commentaires des lecteurs de ce torchon si vous en avez le courage. J'ai tenu 14 messages. Une haine à toute épreuve contre les syndicats (on s'en doutait), les cheminots complètement notés comme ne foutant rien (contrairement aux lecteurs, j'imagine)

il y en a même un qui a eu le culot d'écrire que les trains privés avaient des accidents parce que eux , ils roulaient ! cartonrouge

enfin, je passe sur Tchernobyl. Heureusement pour eux que c'est arrivé, avec ça on peut TOUT privatiser ...

on attend vos investisements dans les PPP, lecteurs obtus d'un journal de classe .... pas la mienne ! revoltages revoltages

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Affligeant comme d'hab...

Pourtant ça fait longtemps qu'il n'y a pas eu une bonne grève pour remonter le moral des troupes de l'UMP et du MEDEF ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tiens, en photo c'est le Paris Maubeuge qui avait déraillé à Busigny à presque 160km/h car il y avait des travaux sur la (mauvaise) voie.

Sinon, pour en revenir à l'article, bah... c'est du Figaro quoi...

C'est le même journal qui avait fait une page entière de pub sur le Colonel Khadaffi, pour le brosser dans le sens du poil et que Dassault arrive à lui refourguer ses joujous. En gros, le contenu c'est du creux.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il serait souhaitable que la CGT ajoute une liste complete des incidents ou accident, quelques soit les E.F (SNCF y compris) afin que cela plus justifié depuis la mise en place des EF privées.

A mon niveau, je ne veux pas défendre les E.F privées, mais 2 exemples ou on prend ECR ou Colas en exemple, n'est certainement pas représentatif.

Les incident n'arrivent-il pas aussi aux cheminots de la SNCF ?

Donc la cégété, construisé un vrai historique toutes EF pour que votre avis soit bien écouté, car là, c'est du vent.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...