Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Messages recommandés

Pour les aides diverses, si les gens ne peuvent plus se loger car loyer trop cher, les propriétaire seront obliger de les baisser s'ils veulent trouver preneur sinon ils resteront vide. ces aides entrainent aussi une hausse ou un mainteint de prix plus eleves dans d'autres domaines.

la France est l'un des pays les plus cher d'europe, il y a bien une raison....

Donc si je comprend bien, les propriétaires comptent sur les allocs pour louer

Et ou est le principe de la concurrence dans la location justement ????? parce que là y en a pas , puisqu'ils se basent sur le marché

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 650
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Publications qui font réagir

Certes, mais encore faut il ne pas décourager les bonnes volontés. Dans une cité près de chez moi un groupe de jeunes (et moins jeunes) gens ont décidé de monter un commerce d'extraits de plantes. I

"Le problème avec les citations sur internet, c'est qu'on n'est jamais sûr de leur origine. " Victor Hugo

Oui, mais ... jusqu'à quand

Images publiées

La raison est peut-être le no-limit ? Par contre le "no-limit" ne marche pas dans les deux sens ! Déjà lu un proprio qui avait une conscience et qui louait son bien moins cher que les prix du marché........eh bien le fisc s'en est mêlé et le proprio a casqué la différence lotrela

Je serais fortement favorable à ce que l'Etat ait la main-mise sur les prix, quelque soit le domaine. Je trouve fortement anormal par exemple qu'une personne qui travaille (donc qui fait tourner le pays !) n'arrive pas à s'en sortir.

Plutôt que de filer des aides diverses qui coûtent un pognon fou, si les prix étaient régulés.......peut-être n'y aurait-il pas besoin d'autant d'aides pour vivre.

Alors là, tu m'épates. Tu vas virer gauchiste, Kris!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors là, tu m'épates. Tu vas virer gauchiste, Kris!

lotrelanonmais Aucun risque ! Tu sais Audrey, je suis à 100% pour le socialisme................sauf que j'ai ma définition bien à moi de ce que doit être le socialisme, et il est bien éloigné de ce qui est prôné par par le PS, PC & Cie.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toute politique salariale qui se veut liée à la situation financière de l'entreprise est à rejeter. Cela voudrait dire accepter des années noires, comme celle qui s'annonce avec la récession en marche, dont les travailleurs ne sont nullement responsables, avec à la clé baisses de salaires, licenciements et suppressions de postes. Les travailleurs de General Motors à Strasbourg ont eux aussi besoin d'augmentations de salaires et je ne vois pas pourquoi ils paieraient la crise dont sont responsables leurs dirigeants, sous prétexte que GM a fait des pertes ces dernières années.

Et les années bonnes, éventuellement une prime, la plus petite que possible, qui ne rentrera pas en compte dans le calcul de la retraite et sur laquelle l'entreprise n'aura pas à verser de cotisations sociales pour faire marcher la Sécurité sociale, les caisses de retraites etc.

Cela voudrait également dire que la tache d'une entreprise publique de service public soit de dégager des profits et non pas de satisfaire des besoins sociaux comme se soigner, se déplacer, s'éduquer, communiquer avec des tiers.

A La Poste comme à la SNCF, comme dans toutes les entreprises, il faut rejeter cette politique de "participation".

Un SMIC à 1500 € net, une augmentation de 300 € pour tous les salariés du public comme du privé, voila ce qu'il nous faut. Pas de la "participation". Contre l'incessante augmentation des prix, échelle mobile des salaires. Les salaires doivent augmenter automatiquement dès que les prix de consommation augmentent (alimentaire, loyers, énergie, carburant etc.)

La somme nécessaire pour ces augmentations est largement inférieure aux bénéfices engrangées par les entreprises françaises, sans oublier les centaines de milliards déversées par les Banques centrales et les plans de soutiens des différents gouvernements destinées aux banquiers, et non pas aux salariés. L'argent, il y en a pour aller soutenir les banquiers, les riches, tous les parasites qui sont responsables de cette crise, mais pas pour les travailleurs du rang.

De tout cela, Bernard Thibault ne dit pas mot. Il fait très fort en ne prononçant pas le mot salaire une seul fois dans l'interview!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:Smiley_32::Smiley_35: Aucun risque ! Tu sais Audrey, je suis à 100% pour le socialisme................sauf que j'ai ma définition bien à moi de ce que doit être le socialisme, et il est bien éloigné de ce qui est prôné par par le PS, PC & Cie.

National ....... peut être ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toute politique salariale qui se veut liée à la situation financière de l'entreprise est à rejeter. Cela voudrait dire accepter des années noires, comme celle qui s'annonce avec la récession en marche, dont les travailleurs ne sont nullement responsables, avec à la clé baisses de salaires, licenciements et suppressions de postes. Les travailleurs de General Motors à Strasbourg ont eux aussi besoin d'augmentations de salaires et je ne vois pas pourquoi ils paieraient la crise dont sont responsables leurs dirigeants, sous prétexte que GM a fait des pertes ces dernières années.

Et les années bonnes, éventuellement une prime, la plus petite que possible, qui ne rentrera pas en compte dans le calcul de la retraite et sur laquelle l'entreprise n'aura pas à verser de cotisations sociales pour faire marcher la Sécurité sociale, les caisses de retraites etc.

Cela voudrait également dire que la tache d'une entreprise publique de service public soit de dégager des profits et non pas de satisfaire des besoins sociaux comme se soigner, se déplacer, s'éduquer, communiquer avec des tiers.

A La Poste comme à la SNCF, comme dans toutes les entreprises, il faut rejeter cette politique de "participation".

Un SMIC à 1500 € net, une augmentation de 300 € pour tous les salariés du public comme du privé, voila ce qu'il nous faut. Pas de la "participation". Contre l'incessante augmentation des prix, échelle mobile des salaires. Les salaires doivent augmenter automatiquement dès que les prix de consommation augmentent (alimentaire, loyers, énergie, carburant etc.)

La somme nécessaire pour ces augmentations est largement inférieure aux bénéfices engrangées par les entreprises françaises, sans oublier les centaines de milliards déversées par les Banques centrales et les plans de soutiens des différents gouvernements destinées aux banquiers, et non pas aux salariés. L'argent, il y en a pour aller soutenir les banquiers, les riches, tous les parasites qui sont responsables de cette crise, mais pas pour les travailleurs du rang.

De tout cela, Bernard Thibault ne dit pas mot. Il fait très fort en ne prononçant pas le mot salaire une seul fois dans l'interview!

J'aime... :Smiley_32: votre( parceque tu n'es pas seul ) vision du monde patronal, et de sa grande homogénéité....ainsi que ce cours sur l'économie dirigée.

J'ai un ami qui avait repris une petite boite, avec 4 salariés..je peut assurer qu'il se degagait comme salaire moins que ses salariés.

Il était patron et éthique..., bien plus humain que votre discours qui "transpire" la haine des classes, qui en definitive, n'attise que la violence générale.

Fabrice

Modifié par Fabr
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime... :Smiley_32: votre( parceque tu n'es pas seul ) vision du monde patronal, et de sa grande homogénéité....ainsi que ce cours sur l'économie dirigée.

J'ai un ami qui avait repris une petite boite, avec 4 salariés..je peut assurer qu'il se degagait comme salaire moins que ses salariés.

Il était patron et éthique..., bien plus humain que votre discours qui "transpire" la haine des classes, qui en definitive, n'attise que la violence générale.

Fabrice

Le patronat n'est effectivement pas un bloc monolithique dans sa structure financière et organisationnelle.

Il y a d'un côté les grosses boîtes multinationales et les groupes internationaux côtés en bourse et donc soumis aux pressions de leurs actionnaires (surtout les gros)

et à l'autre bout de l'échelle les Très Petites et Petites entreprises (souvent artisans et commerçants)

Mais il ne faut pas oublier que si la vie de ces dernières est difficile

il n'en demeure pas moins que l'entreprise en question est un bien qui appartient à son propriétaire

et qui a une valeur que ce propriétaire réalisera le jour il vendra sa (petite) société (fond de commerce et/ou les murs).

Alors petit salaire oui certainement, mais il y a aussi une part revenu en patrimoine souvent non négligeable.

Après on n'enlèvera pas non plus la part travail souvent très importante, dans la réalisation finale.

Bien entendu il y a toujours des risques

mais il y en a autant pour un salarié (licenciement, accident du travail, maladie...) même dans une grande boîte.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

National ....... peut être ?

Ach, très fin Heer Boo ( j'ai mis quelques secondes à capter la feinte :Smiley_32::Smiley_35: )

Le socialisme tel que je le perçois :

-tu as besoin d'aide ? Tiens, prends.

Ma définition du socialisme:

-tu as besoin d'aide, est-ce que tu le mérites?

-on t'aide temporairement à remettre un pied à l'étrier, mais le deuxième pied, tu le mets tout seul.

Modifié par krisamv
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un SMIC à 1500 € net, une augmentation de 300 € pour tous les salariés du public comme du privé, voila ce qu'il nous faut. Pas de la "participation". Contre l'incessante augmentation des prix, échelle mobile des salaires. Les salaires doivent augmenter automatiquement dès que les prix de consommation augmentent (alimentaire, loyers, énergie, carburant etc.)

300 euros d'augmentation et un smic à 1500 euros, ça ne m'intéresse pas du tout.....

A quoi bon ces augmentations puisqu'on sait pertinemment que ce serait un appel d'air pour voir se profiler des hausses de prix. Au final, je ne suis pas sûr du tout qu'on pourrait parler d'augmentation du pouvoir d'achat ; le proprio se dirait qu'il peut augmenter ses loyers, les gens gagnent plus, le commerçant idem, etc.

Augmenter les salaires, oui, mais tant que derrière on laisse faire n'importe quoi avec les prix, on reste dans le cercle vicieux du "gagner plus pour payer plus"..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beaucoup d'aides viennent en appoint et sont nécéssaires .

C'est vite analysé .Actuellement , un couple au SMIC a vite fait d'avoir la fin du mois arrivé le 18 plutôt que le 30 sans pour cela faire de conneries !

Je lisais ce week-end dans le journal local un article intitulé "10 euros par jour pour vivre".

Un mari qui bosse sur les chantiers, 2 enfants, une mère au foyer qui ne touche pas d'allocation parentale parce que son ancienne activité ne lui permet pas de rentrer dans les critères.

Conclusion de l'article par la mère "Il y a certaines aides auxquelles on n'a pas le droit justement parce que mon mari travaille".

C'est quand-même effarant et ça en dit long sur le système de distribution des aides sociales !

Modifié par krisamv
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ach, très fin Heer Boo ( j'ai mis quelques secondes à capter la feinte :Smiley_32::Smiley_35: )

Le socialisme tel que je le perçois :

-tu as besoin d'aide ? Tiens, prends.

Ma définition du socialisme:

-tu as besoin d'aide, est-ce que tu le mérites?

-on t'aide temporairement à remettre un pied à l'étrier, mais le deuxième pied, tu le mets tout seul.

Le socialisme peut-il se résumer à la seule notion "d'aide" (à priori si je te lis bien pour ceux en difficultés quelqu'en soit l'origine) ?

Le socialisme est-il antinomique avec la notion de responsabilité (notion différente de mérite) ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le socialisme peut-il se résumer à la seule notion "d'aide" (à priori si je te lis bien pour ceux en difficultés quelqu'en soit l'origine) ?

Le socialisme est-il antinomique avec la notion de responsabilité (notion différente de mérite) ?

Pas à la seule notion d'aide, plutôt à la notion de solidarité..............mais encore une fois, pas à la solidarité sans limite.

Pour te donner un exemple très local bien de chez moi, les jeunes connes à peine sorties de l'adolescence qui passent leurs journées à déambuler en centre-ville avec leur poussette (je te laisse le soin de trouver combien ça nous coûte), je ne me sens pas solidaire du tout de leur situation. Elles ne méritent en aucun cas la solidarité de la communauté car elles sont tout simplement irresponsables...et ce n'est pas à l'Etat de payer les pots cassés.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

300 euros d'augmentation et un smic à 1500 euros, ça ne m'intéresse pas du tout.....

A quoi bon ces augmentations puisqu'on sait pertinemment que ce serait un appel d'air pour voir se profiler des hausses de prix. Au final, je ne suis pas sûr du tout qu'on pourrait parler d'augmentation du pouvoir d'achat ; le proprio se dirait qu'il peut augmenter ses loyers, les gens gagnent plus, le commerçant idem, etc.

Augmenter les salaires, oui, mais tant que derrière on laisse faire n'importe quoi avec les prix, on reste dans le cercle vicieux du "gagner plus pour payer plus"..

La revendication d'augmentation générale des salaires ne peut pas être découplée de la revendication d'une échelle mobile des salaires, comme je le précise dans ma phrase que tu cites.

L'échelle mobile des salaires, c'est un mécanisme qui commande l'augmentation obligatoire des salaires en parallèle à l'évolution des prix des produits de consommations et de première nécessité, à savoir les loyers, le carburant, l'alimentation, l'énergie, les transports.

Une ancienne revendication du mouvement ouvrier qui revient plus que jamais d'actualité en ces temps ou une des façons par laquelle le patronat veut faire payer la crise aux travailleurs prend la forme d'une augmentation incessante des prix.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La revendication d'augmentation générale des salaires ne peut pas être découplée de la revendication d'une échelle mobile des salaires, comme je le précise dans ma phrase que tu cites.

L'échelle mobile des salaires, c'est un mécanisme qui commande l'augmentation obligatoire des salaires en parallèle à l'évolution des prix des produits de consommations et de première nécessité, à savoir les loyers, le carburant, l'alimentation, l'énergie, les transports.

Une ancienne revendication du mouvement ouvrier qui revient plus que jamais d'actualité en ces temps ou une des façons par laquelle le patronat veut faire payer la crise aux travailleurs prend la forme d'une augmentation incessante des prix.

Tu oublies un peu rapidement que c'est la gauche au debut des années 80 (avec Mitterrand au pouvoir) qui a cassé ce systeme qui existait....Comme quoi la gauche nous veut du bien....

Je n'ai pas entendu beaucoup de monde se lever contre cette decision a l'epoque, mais il est vrai que c'etait au debut des années Mitterrand, donc c'etait pour notre bien....et dire qu'il y a des gens qui y croient encore... tandis qu'avec la droite il n'y a pas de surprise, on sait où on va....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu oublies un peu rapidement que c'est la gauche au debut des années 80 (avec Mitterrand au pouvoir) qui a cassé ce systeme qui existait....Comme quoi la gauche nous veut du bien....

Je n'ai pas entendu beaucoup de monde se lever contre cette decision a l'epoque, mais il est vrai que c'etait au debut des années Mitterrand, donc c'etait pour notre bien....et dire qu'il y a des gens qui y croient encore... tandis qu'avec la droite il n'y a pas de surprise, on sait où on va....

Quelle analyse. Ca transpire l'intelligence tout ça.

A l'époque on estimait que l'inflation était indirectement un facteur de croissance. Mais les difficultés économiques de l'état ont conduit à changer complètement notre comportement face à l'inflation (tu as peut-être connu l'inflation sous Giscard...et la croissance exponentielle également, on pensait à l'époque que ce serait éternel avant le choc pétrolier)

La désidexation est une erreur oui. Mais pourquoi ça a été fait ? Pour stopper la logique inflationniste.

Tu augmentes les salaires > tu augmentes les prix > donc tu augmentes les salaires > donc tu augmentes les prix...

On en finit jamais, et c'est pour sortir de cette logique qu'on l'a désindéxé les salaires et pensions.

La plus grosse connerie, c'est de l'avoir fait pour les pensions, car c'est le seul levier immédiatement efficace pour les retraités.

Et un petit mot sur une de tes nombreuses imbécilités. Tu dis que personne ne s'est levé contre cette décision à l'époque. Et tu aimes parler de la voix des urnes quand on critique ton nain.

Je te rapellerais donc que la gauche a pris une branlée lors des cantonales de 82, et des municipales de 83 (où Chirac a fait le grand chelem à Paris).

J'espère que tu comprendras tout ce que j'ai écrit parce que je sais que tu préfères les discussions du bar des sports...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelle analyse. Ca transpire l'intelligence tout ça.

A l'époque on estimait que l'inflation était indirectement un facteur de croissance. Mais les difficultés économiques de l'état ont conduit à changer complètement notre comportement face à l'inflation (tu as peut-être connu l'inflation sous Giscard...et la croissance exponentielle également, on pensait à l'époque que ce serait éternel avant le choc pétrolier)

La désidexation est une erreur oui. Mais pourquoi ça a été fait ? Pour stopper la logique inflationniste.

Tu augmentes les salaires > tu augmentes les prix > donc tu augmentes les salaires > donc tu augmentes les prix...

On en finit jamais, et c'est pour sortir de cette logique qu'on l'a désindéxé les salaires et pensions.

La plus grosse connerie, c'est de l'avoir fait pour les pensions, car c'est le seul levier immédiatement efficace pour les retraités.

Et un petit mot sur une de tes nombreuses imbécilités. Tu dis que personne ne s'est levé contre cette décision à l'époque. Et tu aimes parler de la voix des urnes quand on critique ton nain.

Je te rapellerais donc que la gauche a pris une branlée lors des cantonales de 82, et des municipales de 83 (où Chirac a fait le grand chelem à Paris).

J'espère que tu comprendras tout ce que j'ai écrit parce que je sais que tu préfères les discussions du bar des sports...

tu est donc en train de nous dire qu'il ne faut pas indexer les salaire sur les prix pour eviter que l'inflation ne reparte, c'est bien ça ?

Donc en ce moment, tu devrais etre satisfait puisque les salaires augment moins vite que les prix.....

J'aimerai aussi un peu plus de respect lorsque tu parles d'une personnalité politique, "le nain", ça me gene un peu lorsque je parle de Miterrand ou d'une autre personne je l'appelle par son nom. Je fais tout de même une execption (c'est la seule et elle n'a pas de responsabilité au gouvernement, heureusement pour nous) pour la pintade qui est en train d'exploser le PS.....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...