Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Messages recommandés

Bonjour à tous,

Je cherche à stabiliser mes talus à l'aide de barres d'ancrages nervurées... mais je me pose une question concernant la sécurité du dispositif : lorsque le courant retourne à la sous station, ça se fait par le rail (courant de retour traction dans les circuits de voie), quelle est la distance mini. entre mes barres et le rail pour éviter qu'un bel arc ne se forme ? :)

Merci par avance de votre aide...

Philippe

Modifié par Philippe 44
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Je cherche à stabiliser mes talus à l'aide de barres d'ancrages nervurées... mais je me pose une question concernant la sécurité du dispositif : lorsque le courant retourne à la sous station, ça se fait par le rail (courant de retour traction dans les circuits de voie), quelle est la distance mini. entre mes barres et le rail pour éviter qu'un bel arc ne se forme ? nonmais

Merci par avance de votre aide...

Philippe

Il ne peut pas y avoir d'arc entre le rail et des éléments métalliques tel que ce que tu cites.

Il y a des règles lorsque des éléments métalliques sont parallèles à la caténaire. Il y a des mises à la terre à réaliser pour cause de courants induits.

Help ! mister raez ou Soupeaulait ou Croque odile :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne peut pas y avoir d'arc entre le rail et des éléments métalliques tel que ce que tu cites.

Il y a des règles lorsque des éléments métalliques sont parallèles à la caténaire. Il y a des mises à la terre à réaliser pour cause de courants induits.

Help ! mister raez ou Soupeaulait ou Croque odile :)

Ce serait surtout un problème d'électrolyse entre mon rail et ma barre d'ancrage dans mon remblai en zone boueuse... rouillée au fil du temps. nonmais

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a des mises à la terre à réaliser pour cause de courants induits.

Uniquement en 25 kV si je ne m'abuse. Pas besoin d'une telle mesure en 1,5 kV

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Je cherche à stabiliser mes talus à l'aide de barres d'ancrages nervurées... mais je me pose une question concernant la sécurité du dispositif : lorsque le courant retourne à la sous station, ça se fait par le rail (courant de retour traction dans les circuits de voie), quelle est la distance mini. entre mes barres et le rail pour éviter qu'un bel arc ne se forme ?

Merci par avance de votre aide...

Philippe

Salut Philippe

Ce que je ne comprends pas dans tous tes post, c'est qu'étant simple "apprenti DPX" tu sois obligé de prendre de telles initiatives ! Conforter un talus ne se fait pas à la légère et il y a des spécialistes qui doivent s'occuper de ça. La réponse ne se trouve surement pas dans ce forum puisque une analyse doit être menée sur le terrain.

Si tu constates des désordres dans un talus, tu dois avertir immédiatement ton DU voire l'AOAP. Eux, ensuite, contacteront le Chargé Ouvrages en Terre du PRI. La mesure conservatoire qui est de ton niveau de responsabilité c'est de suivre l'évolution du nivellement de la voie (en classant la zone en Z.E.R par exemple...) et assurer le suivi des tes interventions (cumulées de nivellement).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Je cherche à stabiliser mes talus à l'aide de barres d'ancrages nervurées... mais je me pose une question concernant la sécurité du dispositif : lorsque le courant retourne à la sous station, ça se fait par le rail (courant de retour traction dans les circuits de voie), quelle est la distance mini. entre mes barres et le rail pour éviter qu'un bel arc ne se forme ? controleursncf

Merci par avance de votre aide...

Philippe

salut !

je ne sais pas s'il y a des regles pour ce genre d'installation. comme dit kerguel le cas est different pour les installations s'approchant de la caténaire !

sinon ,sauf plus ample information le risque est une électrlyse comme tu dit !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Philippe

Ce que je ne comprends pas dans tous tes post, c'est qu'étant simple "apprenti DPX" tu sois obligé de prendre de telles initiatives ! Conforter un talus ne se fait pas à la légère et il y a des spécialistes qui doivent s'occuper de ça. La réponse ne se trouve surement pas dans ce forum puisque une analyse doit être menée sur le terrain.

Si tu constates des désordres dans un talus, tu dois avertir immédiatement ton DU voire l'AOAP. Eux, ensuite, contacteront le Chargé Ouvrages en Terre du PRI. La mesure conservatoire qui est de ton niveau de responsabilité c'est de suivre l'évolution du nivellement de la voie (en classant la zone en Z.E.R par exemple...) et assurer le suivi des tes interventions (cumulées de nivellement).

Salut Kareeboo,

A ce qui parait, c'est plus visible sur de la Voie Ferrée Urbaine (tramway). Les courants vagabonds peuvent détériorer les nombreuses canalisations (écaillement du métal - piqures) en ville... Concernant la voie ferrée classique, c'est beaucoup plus rare (je n'ai pas obtenu de témoignage au boulot).

Sinon, pour Karreboo : je ne suis plus stagiaire DPX Voie mais à l'IG (régénération des voies).

a+

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Arf pas mal de réponses à formuler :

1/ effectivement, le courant induit se voit principalement en courant alternatif (donc même en 1,5kV si présence d'une ligne HT parallèle aux éléments métalliques), cependant, pas d'apparition de tension dangereuse, puisque les structures métalliques seront enterrées, et donc de fait à la terre.

Par contre, en 1,5kV, le risque d'électrolyse est beaucoup plus important avec disparition progressive de matière. Il ne s'agit pas de rouille, mais bien de disparition de métal, charrié par le courant circulant entre 2 éléments métalliques (en général de composition différente).

Des canalisations complètes ont disparues ainsi. En général, afin de contrôler le phénomène (on ne peut empêcher cette circulation de courant), on pose des plaques métalliques sur certaines canalisations, créant ainsi un "point privilégié d'électrolyse" (j'me souviens plus du terme exact, mais l'idée est là) ensuite on surveille cette zone afin de le remplacer avant perçage complet de la structure.

Concernant le retour du courant de traction, il emprunte en général les rails et connexions de retour, mais le courant étant de nature fainéant, il empruntera de préférence le chemin le plus "facile" (offrant le moins de résistance). Donc si ce chemin "facile" est une canalisation, bingo, on se retrouve avec du "jus" dans la canalisation.

Donc, raccordement des structures isolées, pour créer un maillage limitant les courants de fuites, sans perturber les éventuels circuits de voie et autres.

Mais avant tout : comme le dit Kareeboo, avise ta hiérarchie, les spécialistes locaux, les experts nationaux.

Un confortement de talus ne se fait pas à la légère, ça se réfléchi, ça s'étudie.

Idem pour la mise à la terre de structures, ça ne s'improvise pas.

Modifié par Soupeaulait
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble que la technique des terres armées, très utilisée pour les autoroutes n'est pas acceptée à la SNCF, pour cause d'électrolyse (anode soluble ??)

peut-être que RFF accepte:blink: c'est bien possible !!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En général, afin de contrôler le phénomène (on ne peut empêcher cette circulation de courant), on pose des plaques métalliques sur certaines canalisations, créant ainsi un "point privilégié d'électrolyse" (j'me souviens plus du terme exact, mais l'idée est là)

Ce ne serait pas par hasard des "anodes sacrificielles" ? Je sais que ce terme existe en OA. Ces anodes servent à protéger les armatures métalliques du béton armé lorsque celles-ci sont apparentes.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Je cherche à stabiliser mes talus à l'aide de barres d'ancrages nervurées... mais je me pose une question concernant la sécurité du dispositif : lorsque le courant retourne à la sous station, ça se fait par le rail (courant de retour traction dans les circuits de voie), quelle est la distance mini. entre mes barres et le rail pour éviter qu'un bel arc ne se forme ?

Merci par avance de votre aide...

Philippe

Bonsoir à toi,

Je me permets d'intervenir étant actuellement en stage d'assistant- ingénieur et connaissant un peu les questions de retour de courant. Je bosse sur une exploitation alimenté en triphasé avec une phase à la terre au rail de roulement (pas de neutre distribué), et je te rassure avec de très bonne prise de terre qui jalonne mon parcours il n'y a aucune chance de voir apparaitre une différence de potentiel entre rail et terre ou donc entre rail et pièces métalliques. J'ai des appareils de voie avec leviers, tringles, tout de métallique et aucune tension entre eux et le rail! Alors oui, certes je suis d'accord la même intensité qui passe dans le rail que dans mes conducteurs aérien mais tant que mes terres sont correctes (en fait elles sont excellentes: inférieures à 1 ohm!) pas de soucis. Tu n'auras donc jamais d'amorçage car pour cela il te faudrait une ddp. Au contraire même, il ne faut pas voir en distance mini: si tu places des pièces métalliques près des rails et si tu as un soucis d'isolement ta ddp sera forcèment moins grande que si tu éloignes un peu ta pièce. Bref dans tonc cas, je ferai appel à un gars qui se connait un peu en retour et mise à la terre. Pose des plaques de cuivre, en plus tu améliores tes prises de terre et tu te prémuniras de tout problème.

Pour les barres d'ancrage et la stabilisation des talus, je ne suis pas compétent. je peux juste te dire de ne pas faire d'injection de béton, si t'as un plan de glissement => catastrophe assurée.

Cordialement

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...
Invité technicentre

Merci à tous pour ces renseignements !

a+

Moi, je peux juste te préciser que les anodes moteur diesel in board et ligne d'hélice doivent être changées tout les ans sur le bateau de mes parents (de toute façon, y'en a plus au bout d'un an)... Il passe sa vie dans l'eau de mer. Les anodes sont en galva et autres métaux et servent aussi à protéger les bateaux et pontons en aluminium qui seraient bouffés par l'électrolyse. Le port ne se trouve pas en Rance (EDF balance volontairement un faible potentiel pour protéger ses turbines de l'usine marée motrice) mais si tu mets en présence différents métaux dans une solution non neutre, tu obtiens des couples electrolithiques qui s'apparentent à ce qui se passe dans une batterie... Y'a pas besoin de beaucoup de volts pour faire beaucoup de dégats, mais à la longue et de manière pernicieuse... Voilà pourquoi ce système n'est peut être pas répandu au chemin de fer. Que la voie soit électrifiée ou non ne change pas le tableau sauf éventuellement en l'agravant puisque les régimes de terre sont moins rigoureux... Modifié par technicentre
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...