Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Les trains de déchets nucléaires


Messages recommandés

pour finir, les zones rendues inhabitables par déforestation, dépôts miniers par millions de tonnes, guerres et destructions en tous genres, chasse aux autochtones et autres avatars, ce n'est pas ça qui manque

Les dernières en date : les régions entières de Bolivie et d'Equateur transformées en déserts par l'extraction des métaux rares du genre lithium pour la fabrication des batteries des voitures électriques non polluantes.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 86
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Publications qui font réagir

Et dire que jadis, on promenait dse wagons chateux dans les trains sans le savoir et personne n'en faisait tout un plat, je rigolerai que ces convois ne soient qu'un leurre destiné à amuser les média

Euh... concrètement, tu critiques quoi dans l'analyse et les mesures (voir le lien) de la CRIIRAD ? Si le centre de stockage de la Marne recevait il y a quinze ans la moitié de ses colis p

Tandis qu'aucun élu français n'a la moindre relation d'intérêt avec les acteurs économiques du nucléaire, et que l'extraction de l'uranium (en France autrefois, en Afrique aujourd'hui) se déroule dans

sur les cas de thyroïde, j'ai quelquepart un papier de deux médecins de Gustave Roussy. Le nombre de cas n'a pas dépassé quelques milliers et aucun n'a tourné au drame.

C'est un avis, il y en a d'autres (voir le lien ci-dessous). Les cancers n'interviennent qu'au bout de plusieurs années et il n'y a jamais de preuve formelle qu'un cancer est imputable à telle cause, donc la controverse est sans fin.

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

le papier dont je parle faisait en quelque sorte un bilan après plusieurs années. Il tient donc compte du décalage dans l"apparition des lésions qui concernent d"ailleurs une classe d"âge particulière. Le problème est donc bien cerné, malgré les difficultés de suivi que j"ai évoquées plus haut.

sur ce, je pars au dodo, parce que le trop-plein d"activité nuit aussi sûrement à la santé qu"un train complet de wagons de transport de déchets nucléaires ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les dernières en date : les régions entières de Bolivie et d'Equateur transformées en déserts par l'extraction des métaux rares du genre lithium pour la fabrication des batteries des voitures électriques non polluantes.

Celles-là même qui sont promues par EDF ?

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut. ne t'en fait pas, il y en en as beaucoup plus qui passe par la route dans des camions bâchés ordinaires, et personne ne dit rien.

de plus, mettre la presson sur le moyen de transport le plus sûr est une idiotie totale. Ils devraient plutôt exiger une mesure de bon sens, c'est-à dire une voie ferrée desservant directement la Hague sans transbordement.

Des réponses ici :

http://www.criirad.o...r-transport.pdf

Selon le CEA, « chaque année environ 400 000 colis de matières radioactives circulent en

France ce qui représente 2 % du trafic des matières dangereuses ». Ces colis sont destinés « pour

2/3 à un usage médical, pharmaceutique ou industriel et pour 1/3 au domaine électronucléaire ».

La société Cis Bio (fabricant de radionucléides destinés au secteur médical) précise qu’en 2005,

elle a expédié 215 000 colis dont plus de 90 % sont des colis radioactifs au sens de la

réglementation. Ces colis ont été expédiés à 81 % par la route.

Selon l’ANDRA (Agence Nationale pour la Gestion des Déchets Radioactifs), les centres de

stockage de déchets radioactifs de l’ANDRA à Morvilliers et Soulaines dans l’Aube ont reçu « ces

3 dernières années 60 000 colis de déchets radioactifs. A l’origine, le partage des flux entre

transport ferroviaire et transport routier était équilibré. Depuis 1998 la part du transport ferroviaire

n’a cessé de diminuer pour atteindre en 2005 un niveau marginal de 15 % du volume total ». Par

conséquent 85 % de ces déchets sont transportés par la route (les derniers bilans communiqués

par l’ANDRA font état de 90 %).

Le risque pourrait être considérablement diminué par 1/ la révision à la baisse des limites

d’irradiation fixées pour les chargements, limites qui sont aujourd’hui excessivement laxistes ; 2/

l’amélioration de l’information avec des panneaux indiquant clairement «chargement irradiant - ne

pas stationner à proximité » ; 3/ l’aménagement d’aires réservées aux transports dangereux ; 4/

concernant les risques d’accident, la priorité donnée au rail par rapport à la route.

Modifié par Cyril83
  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

si tu te contentes de ce blabla, je ne peux plus rien pour toi. La 2° citation est l'exemple même de la mouche-du-cocherie qui caractérise cette organisation.

Les sources transportées par la route répondent aux besoins des appareils médicaux, systèmes d'inspection des structures etc ... qui ne seront jamais embranchées fer !!!

dans les labos qui s'occupent de ce genre de choses, les scientifiques travaillent justement sur des appareils plus performants qui permettent de diminuer les intensités. On n'a pas besoin de la CRIIRAD pour ça. Quant à l'affichage, je ne connais pas un seul camion sortant d'une installation de production de CISBIO qui ne soit muni du trèfle avec l'inscription : radioactive ... Le transport de ces sources affecte en premier lieu le conducteur. Sa protection est déjà une raison suffisante pour prendre les précautions qu'il faut pour rendre le niveau de radiations compatible avec sa présence sur l'engin. Quitte à charger un colis composé de deux tonnes de plomb pour 1 gramme de cource ....

Maintenant, crois ce que tu veux et écoute tes guignols, c'est ton droit. Je reviens au rail ....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La 2° citation est l'exemple même de la mouche-du-cocherie qui caractérise cette organisation.

si tu te contentes de ce blabla, je ne peux plus rien pour toi.

Euh... concrètement, tu critiques quoi dans l'analyse et les mesures (voir le lien) de la CRIIRAD ?

Les sources transportées par la route répondent aux besoins des appareils médicaux, systèmes d'inspection des structures etc ... qui ne seront jamais embranchées fer !!!

Si le centre de stockage de la Marne recevait il y a quinze ans la moitié de ses colis par le rail, c'est que ça devait être possible. Sinon je n'ai pas lu que la CRIIRAD demandait l'interdiction du transport par route.

On n'a pas besoin de la CRIIRAD pour ça.

C'est vrai que tout allait mieux avant la création de la CRIIRAD, quand le regretté professeur Pellerin était seul à pouvoir communiquer sur la question.

Quant à l'affichage, je ne connais pas un seul camion sortant d'une installation de production de CISBIO qui ne soit muni du trèfle avec l'inscription : radioactive ...

Sauf que personne ne se doute de ce que ça signifie exactement. Avant de lire le doc ci-dessus, j'aurais dit que la radioactivité au voisinage de ces convois était faible ou négligeable tant que l'emballage n'était pas éventré en cas d'accident ou autre. Ce sujet a eu le mérite de me faire rechercher de la documentation.

Maintenant, crois ce que tu veux et écoute tes guignols, c'est ton droit.

C'est facile d'insulter, c'est plus difficile de critiquer de manière argumentée. Apparemment ça ne te pose aucun problème que des gens reçoivent des radiations faibles mais inutiles parce que par ignorance, ils vont se garer juste à côté d'un tel camion au lieu d'aller un peu plus loin. C'est ton droit le plus strict, mais tu pourrais quand même admettre qu'on a le droit de ne pas être d'accord sans être taxé de "guignol" ?

Sur leur site, on apprend que la CRIIRAD a pour clients les amis des fleurs et des petits oiseaux que sont Veolia, la Sita, Thalès et quelques autres. Sans doute des gens qui donnent de l'argent aux guignols pour le plaisir :

http://www.criirad.org/laboratoire/ref.labo.pdf

Sur le site d'une asso similaire, on apprend que ces guignols-là ont été conviés à faire leurs mesures en même temps que l'IRSN :

http://www.acro.eu.org/CP111122.html

De sacrés guignols, les gens de l'IRSN : eux aussi s'approchent des wagons sans grande protection avec un compteur Geiger...

Notons que les résultats de mesures obtenus par l’ACRO sont en très bonne concordance avec ceux de l’IRSN.

Preuve sans doute de la totale guignolade de l'IRSN...

La valeur de la limite réglementaire de 1 mSv/an est souvent évoquée comme une référence. D’une part, il s’agit d’un maximum dont il faut s’éloigner (principe d’optimisation de la radioprotection) et, d’autre part, c’est une limite censée couvrir toutes les sources d’exposition auxquelles une personne est soumise. Lorsqu’il s’agit d’une exposition à une seule source (comme c’est le cas avec ce convoi), la Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR) recommande de retenir la valeur de 0,3 mSv/an comme valeur de référence. En clair, cette valeur serait dépassée pour un cheminot (qui est assimilé à une personne du public) qui passerait une dizaine d’heures par an à 2 m de tels wagons. Cette valeur de référence est trop souvent oubliée dans les commentaires habituels.

On discutait plus haut du seuil au-delà duquel la dose reçue n'est plus négligeable. Ici on parle du seuil réglementaire applicable aux travailleurs, si je ne me trompe pas. Soyons généreux, retenons la valeur limite de 1 mSv : elle est atteinte en une trentaine d'heures, soit à peu près 45 minutes par semaine, ce qui n'a rien d'invraisemblable pour un agent de manoeuvre par exemple. Mais tout va bien, les autorités veillent, surtout, aucune formation, aucun contrôle et aucun suivi :

Il est apparu que plusieurs arrêts non programmés ont eu lieu pour des problèmes techniques lors de ce trajet. Un cheminot qui a remonté tout le convoi en le longeant constate que les forces de l’ordre portent des dosimètres individuels alors que lui-même n’a aucun suivi dosimétrique et n’a reçu aucune formation particulière.

  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il me semble que j"ai consacré pas mal d"énergie à débattre avec toi .!!!!

Certes, pour en revenir au départ, c'est-à-dire de taxer de guignols des gens qui ont pour seul tort de réaliser des mesures indépendantes (qui parfois et peut-être même souvent, confirment les mesures officielles, donc tout le monde devrait être content...) et d'en analyser la portée.

Tu as tout à fait le droit d'être pour le nucléaire et ses différentes applications (qui oserait être contre le nucléaire médical, d'ailleurs ?), il y a d'ailleurs matière à débat sérieux (on trouve sur internet de la doc intéressante sur les ravages du charbon), mais en t'écoutant on a l'impression que le simple fait de réaliser des mesures est une remise en cause radicale de la politique énergétique de la France...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Simplement je pense que ce n'est pas le fait de faire des mesure qui agace mais simplement l’interprétation et la limite des ces mesures !

Même si cela parait simple de mesurer quelque chose cela nécessite un minimum de préparation et de connaissance. Le "lambda" est bien loin de se douter de tout ça.

Et après on vient faire des conclusions sur des mesure tendancieuses sur des sujet encore moins maitrisé ...

Su ce coup la le téléphone arabe est plus efficace !

Tout dépend du point de vue du lecteur, et de la personne qui a écrit ...

Ça me rappelle un adage d'un ami médecin, un bon rhume se guérit en 3 jours, alors qu'un mauvais rhume il faut 72 heures ...

Pour revenir au nucléaire, oui il faut absolument des organisme indépendant pour s'assurer que tout est OK, mais faut arrêter de dramatiser le tout ! 2mSv c'est une radio à l'hosto ... et pourquoi cette limite basse simplement pour se garder une marge de manœuvre du fait de l'inconnu. Les chocs des bombes, et aussi des accident (tree miles, techernobyl, Fukushima, St Laurent des eaux ...) ont fortement impacté l’inconscient collectif ...

Le nucléaire est surveillé plus que tout autres ce qui entraine un accroissement de bulletin "alarmant" et d’où une incompréhension. De ce que l'on a pas l'habitude ou comprend pas, par réflexe on en a peur ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Simplement je pense que ce n'est pas le fait de faire des mesure qui agace mais simplement l’interprétation et la limite des ces mesures !

Même si cela parait simple de mesurer quelque chose cela nécessite un minimum de préparation et de connaissance. Le "lambda" est bien loin de se douter de tout ça.

Et après on vient faire des conclusions sur des mesure tendancieuses sur des sujet encore moins maitrisé ...

Explique moi en quoi les mesures sont tendancieuses dans les deux cas ci-dessus (le camion sur l'aire d'autoroutes, le wagon à Valognes).

mais faut arrêter de dramatiser le tout ! 2mSv c'est une radio à l'hosto ...

Ce qui est en cause c'est le caractère inutile de ces radiations (on ne peut pas toujours échapper aux radiations, mais quand on peut y échapper sans grand effort, on ne doit pas s'en priver).

On envoie des travailleurs (d'ailleurs plus souvent des sous-traitants que des salariés d'EDF, ce qui n'est sans doute pas un hasard mais c'est un autre débat) pour les opérations de maintenance dans les centrales parce qu'on ne sait pas faire autrement, et en échange de quoi la centrale va pouvoir fonctionner et le salarié l'intérimaire sera rémunéré.

On ne réalise pas des radios pour le plaisir.

Par contre, dans le cas du camion garé sur l'aire d'autoroute, n'importe qui va pouvoir se garer à côté et se retrouver exposé "gratuitement" à des doses de radiation. Bien sûr il y a des chances infimes que ces radiations aient des conséquences sur la santé (personne n'a dit le contraire), mais ce qui est certain est que se garer un peu plus loin (ce qui suppose d'avoir reçu un minimum d'information), ce qui ne coûte strictement rien, permet d'écarter tout risque.

Modifié par Cyril83
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par contre, dans le cas du camion garé sur l'aire d'autoroute, n'importe qui va pouvoir se garer à côté et se retrouver irradié "gratuitement". Bien sûr il y a des chances infimes que ces radiations aient des conséquences sur la santé (personne n'a dit le contraire), mais ce qui est certain est que se garer un peu plus loin (ce qui suppose d'avoir reçu un minimum d'information), ce qui ne coûte strictement rien, permet d'écarter tout risque.

je commence à me demander si tu prends la peine de réfléchir ou si la trouille te sert de repère .... en tous cas, j'abandonne ..

juste une chose : en 38 ans de carrière, je n'ai jamais rencontré le moindre Dr Mengele ... tout le monde se préoccupe avant tout de la protection des personnes susceptibles d'être exposées. Point barre !!!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je commence à me demander si tu prends la peine de réfléchir ou si la trouille te sert de repère .... en tous cas, j'abandonne ..

Ne joue pas sur les mots. Irradier signifie effectivement "soumettre à un rayonnement intense", mais tu sais très bien que ce n'est pas dans ce sens que je l'ai employé (cf. la phrase de mon post qui suit celle que tu cites).

Modifié par Cyril83
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Explique moi en quoi les mesures sont tendancieuses dans les deux cas ci-dessus (le camion sur l'aire d'autoroutes, le wagon à Valognes).

Par contre, dans le cas du camion garé sur l'aire d'autoroute, n'importe qui va pouvoir se garer à côté et se retrouver exposé "gratuitement" à des doses de radiation. Bien sûr il y a des chances infimes que ces radiations aient des conséquences sur la santé (personne n'a dit le contraire), mais ce qui est certain est que se garer un peu plus loin (ce qui suppose d'avoir reçu un minimum d'information), ce qui ne coûte strictement rien, permet d'écarter tout risque.

Les mesures j'ai vu des "ecolos" en faire pour les diffuser largement devant france 3. Aucun calibrage, aucune formation, aucun contrôle ... Et pour les mesures en passif, je crois plus a une mesure faite pour faire plaisir plutôt qu'a une réelle utilité de la chose. La sur-information nuit à l'information. Cela reste applicable au transport. Savoir que des transport de fret "nucléaire" existe c'est le nécessaire (pas non plus tout cacher), savoir quand il part, où il passe, où potentiellement il va s’arrêter, combien de Km il va parcourir, cela ne sert uniquement qu'a entretenir la "peur". Je laisse le travail de contrôle a des personnes beaucoup plus compétente que moi, et je n'ai pas besoin de savoir tout pour me rassurer car je sais que cela n'est pas a ma portée (je ne possède pas de bagage suffisant dans la physique nucléaire) ...

De même avec la bande de casse couille qui existe (et en bien car il ne faut jamais rester sur des acquis, c'est ce qui conduirai a des accident) les risques sont "calculé" (et dans le bon sens c'est a dire pour éviter tout problème, et non pas faire courir des risques inutiles bénéfices/inconvénient... et non pas pour faire des économies ...)

Ce qui est en cause c'est le caractère inutile de ces radiations (on ne peut pas toujours échapper aux radiations, mais quand on peut y échapper sans grand effort, on ne doit pas s'en priver).

On ne réalise pas des radios pour le plaisir.

Perso je ne les considère pas inutile mais nécessaire, car il vaut mieux traiter les déchets que de les laisser tels quels, donc là l’intérêt commun prend le pas (bien sur je préférerai être sans nucléaire, mais une solution viable n'existe pas encore ...).

On envoie des travailleurs (d'ailleurs plus souvent des sous-traitants que des salariés d'EDF, ce qui n'est sans doute pas un hasard mais c'est un autre débat) pour les opérations de maintenance dans les centrales parce qu'on ne sait pas faire autrement, et en échange de quoi la centrale va pouvoir fonctionner et le salarié l'intérimaire sera rémunéré.

Ça c'est un autre problème principalement du a la perte des compétences et a la migration des savoir vers des structure de prestation lors des vagues de défiances envers le nucléaire (1986), ou malgré le choix que nous avions fait du nucléaire (année 60 ...) nous avons volontairement tué la filière pour mieux la distribuer (ou faciliter le marchandage des savoir ...). Cela a eu un cout, humain et financier, et un impact sur les consigne de sécurité. Là nous (la société dans sa globalité est responsable) sommes monté dans un bateau, et nous avons refusé de faire avancer le bateau suite à des problèmes rencontrés, au lieu de comprendre et réparer on préfère lever les bras et dire c'est pas nous. Lorsque l'on fait un choix on s'y tient on fait tout pour que cela soit le mieux lorsqu'il y a des problèmes (et non pas tout arrêter au prétexte de la peur ...).

Le problème du nucléaire est a prendre dans sa globalité et non pas a des point de vue individuels. Oui il y a un très faible risque contrôlé de recevoir une radiations lors de transports de déchets. La grille d’évaluation de ce risque est établi en fonction des connaissance, et de la technique. Les protection sont prise en connaissance de cause (et les concepteur sont le premiers exposées aux risques car ils testent leur produits, donc ils n'ont aucun intérêt à s'irradier ...). Mais faut il laisser sur place du matériel dangereux ou le traiter à minima ? Donc le traitement est fait (au passage nous sommes un des rare pays a le faire, donc au moins nous assumons la responsabilité et les conséquence du choix nucléaire), et proposons a nos voisins de le faire a leur place (ce qui financièrement permet aussi de diminuer le cout du traitement de nos déchets ...).

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les mesures j'ai vu des "ecolos" en faire pour les diffuser largement devant france 3. Aucun calibrage, aucune formation, aucun contrôle ...

ça existe sûrement, après tout n'importe qui peut acheter un compteur. Cela m'étonnerait que cela concerne la CRIIRAD qui n'est pas là pour s'opposer au nucléaire mais uniquement pour s'occuper des radiations (voir ci-dessus la liste de ces clients).

Perso je ne les considère pas inutile mais nécessaire, car il vaut mieux traiter les déchets que de les laisser tels quels, donc là l’intérêt commun prend le pas (bien sur je préférerai être sans nucléaire, mais une solution viable n'existe pas encore ...).

La question de l'utilité du transport n'a rien à voir avec le cas du chauffeur routier qui s'arrête à côté du camion de déchets, parce qu'il ne sait pas qu'autant que possible il faut s'éloigner un peu.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ça existe sûrement, après tout n'importe qui peut acheter un compteur. Cela m'étonnerait que cela concerne la CRIIRAD qui n'est pas là pour s'opposer au nucléaire mais uniquement pour s'occuper des radiations (voir ci-dessus la liste de ces clients).

Pas sur que tout le monde puisse acheter un compteur aussi facilement, et encore moins un calibré et contrôlé ... j'ai comme un doute la. Vu comment on nous casse les c**** pour un simple mètre, j'imagine que les appareil de mesure de la radioactivité sont beaucoup plus complexe à obtenir et surtout hors de porté du public. Pour anecdote/info, à la Hague après chaque soubresaut galactique d'une étoile ou tout autre corps céleste (soleil par ex ...) l’équipe mesure doit recalibrer tous les appareils de mesure de radioactivité ambiante ... Alors une détection de matériel dangereux devrais encore plus dérégler ces appareils ...

Pour le CRIIRAD et IRSN, je ne met pas en doute leur compétences, mais plutôt l’interprétation que fait "l'ecolo" des rapport réguliers qu'ils publient. Après sous couvert d'une source officiel il est tres facile de faire dire ce que l'on veut. Après on a raison de poser des questions, mais la réponse n'est pas forcement accessible a notre compréhension. Et pour revenir au ferroviaire, il est pas normal de ne pas fournir des réponse a un agent (ou autre) travaillant a proximité en l'envoyant bouler, mais au moins l'orienter vers une personne qui a une réponse a lui apporter.

La question de l'utilité du transport n'a rien à voir avec le cas du chauffeur routier qui s'arrête à côté du camion de déchets, parce qu'il ne sait pas qu'autant que possible il faut s'éloigner un peu.

Si cela a voir. Le transport est nécessaire, donc il faut bien choisir une voie. Le routier n'est pas optimal, il est en contact avec du public. Je conçois que cela peut etre dangereux lorsque le camion s’arrête, mais cela arrive t'il ?

Pour les déchets faiblement radioactif venant du médical, l’écart entre deux camions est suffisant pour protéger, car le produit est faiblement radioactif, au pire la carcasse métallique du camions de transport fait office de panneau de protection (tant pour le conducteur que pour le voisin ...). Après le non affichage est surement volontaire pour ne pas "paniquer" le quidam. De même des mesures sont surement existante (et que nous ne connaissons pas ...) en cas de problème.

Pour les déchets vraiment radioactifs, ils sont transporté par caisson (les fameux châteaux ...) par train (la on rejoins notre sujet, et heureusement vu le niveau de sécurité de rail), et par camion (entre Valognes et La Hague, ineptie au lieu de les faire directement partir de la Hague ou jusqu’à la Hague ...). On a donné les niveau de radiations à 1 m du wagon de transport, ils sont inférieur aux limites imposée (limites déduites de l’expérience et d'un certain coef de sécurité). A moins que l'agent de manœuvre reste a coté du wagon pour fumer une clope, et discuter le temps d'attendre un autre wagon, ce qui est du suicide a mon avis (comme le bruit, j’évite de rester a coté de la source de bruit qui me gênerait ..)... Et pour le conducteur vu la longueur de sa locomotive les matériel disposé dedans, il est loin de recevoir la "dose". Donc pas de problèmes, il faut arrêter de soulever la poussière ! Aucun organisme reconnu et fiable a trouver une faille. On ne les entend quasiment pas. Et lorsqu'il y a une déviation sur les règles de sécurité cela est corrigé de suite.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le CRIIRAD et IRSN, je ne met pas en doute leur compétences, mais plutôt l’interprétation que fait "l'ecolo" des rapport réguliers qu'ils publient.

Euh... l'IRSN n'est pas pas une association, et il n'a pas à être plus "écolo" qu'autre chose...

http://www.irsn.fr/FR/Pages/Home.aspx

Je conçois que cela peut etre dangereux lorsque le camion s’arrête, mais cela arrive t'il ?

Relis le document dont j'ai cité des extraits plus haut.

A moins que l'agent de manœuvre reste a coté du wagon pour fumer une clope, et discuter le temps d'attendre un autre wagon, ce qui est du suicide a mon avis (comme le bruit, j’évite de rester a coté de la source de bruit qui me gênerait ..)...

Encore faut-il que les cheminots soient correctement informés.

Modifié par Cyril83
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Déchets nucléaires : le convoi italien est arrivé en évitant les manifestants

Parti mardi 24/07/2012 d'Italie, le convoi de déchets nucléaires est arrivé mercredi 25/07/2012 peu après midi, sans encombre à son terminus de Valognes, à proximité de l'usine de retraitement Areva de La Hague (basse-Normandie) ...

A lire ici :

http://www.leparisien.fr/environnement/dechets-nucleaires-le-convoi-italien-est-arrive-en-evitant-les-manifestants-25-07-2012-2101668.php

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 mois plus tard...

Un convoi est parti hier après midi de Valognes (près de Cherbourg) direction la Suisse. Apparemment pas de remue ménage pour ce convoi.

La presse Suisse en parle :

France: départ d'un convoi de déchets radioactifs vers la Suisse

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut !

Comme déjà dit, 'vaut mieux un train de déchets nucléaires pour lequel on sait à peu près comment réagir en cas de souci (en gros se barrer et alerter les techniciens), qu'un train de citernes dont le code danger signifie "spontanément inflammable"...

Ou quelques wagons d'acide fluorhydrique...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et dire que jadis, on promenait dse wagons chateux dans les trains sans le savoir et personne n'en faisait tout un plat, je rigolerai que ces convois ne soient qu'un leurre destiné à amuser les médias et les anti nucléaires pendant que le vrai convoi, anonyme lui lui passe complétement innaperçu.

J’ai vu ces wagons pour la première fois en 1976 ; ils passaient sur la GC Noisy pour la Hague.

1976, c’était l’époque des grandes manifs contre la construction des centrales nucléaires ; il y a eu des blessés graves, même 1 ou 2 morts, je crois.

Nous traitions ces wagons quasiment comme les autres. On m’a même montré qu’on pouvait passer le wagon château de 130 t. à la bosse, c’est-à-dire à la gravité, pour éviter de perdre du temps à le passer par l’évite-bosse quand ont était « coulé ».

Et puis tout d’un coup, dans les années 90, c’est devenu dangereux.

J’ai le souvenir qu’il y a 2 types de wagons-châteaux : 80 et 130 t à 3 bogies.

Celui de 80 tonnes à un chargement de 5 tonnes d’éléments combustibles irradiés ou déchets contaminés (les combinaisons, gants…) pour 50 tonnes d’emballage et 25 tonnes de châssis/bogies.

L’emballage de 50 t est constitué de diverses couches dont du plomb, du béton…Il résiste, entre autres, au tir de LRAC (lance-roquette antichar).

J’avais confiance.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les mesures j'ai vu des "ecolos" en faire pour les diffuser largement devant france 3. Aucun calibrage, aucune formation, aucun contrôle ... Et pour les mesures en passif, je crois plus a une mesure faite pour faire plaisir plutôt qu'a une réelle utilité de la chose. La sur-information nuit à l'information. Cela reste applicable au transport. Savoir que des transport de fret "nucléaire" existe c'est le nécessaire (pas non plus tout cacher), savoir quand il part, où il passe, où potentiellement il va s’arrêter, combien de Km il va parcourir, cela ne sert uniquement qu'a entretenir la "peur". Je laisse le travail de contrôle a des personnes beaucoup plus compétente que moi, et je n'ai pas besoin de savoir tout pour me rassurer car je sais que cela n'est pas a ma portée (je ne possède pas de bagage suffisant dans la physique nucléaire) ...

Lors de la circulation du fameux convoi CASTOR entre Valognes et l’Allemagne, qui avait mobilisé des milliers de militants écolos (surtout en Allemagne), je me souviens avoir vu à la TV qu’un écologiste avait détecté une boîte chaude avec un thermomètre infrarouge à visée laser lorsque le train était passé dans sa gare, et il avait réussi à faire arrêter le train sur ordre de la préfecture.

Quand on sait toute l’expérience qu’il faut pour l’exploitation des DBC (il y a un sujet très instructif sur le forum), on peut se poser des questions sur la véritable compétence des écologistes qui s’amusent avec un compteur Geiger ; c'est du même ordre.

Modifié par VSG
  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...