Aller au contenu
Le Web des Cheminots

[CC1100] Sujet officiel


Messages recommandés

Sauf erreur, ce furent les premières vicitmes de cette phobie dingue de l'amiante alors qu'elles tournaient avec un hacheur auxilaire de courant de TGVA (d'après ce que j'ai compris, le courant était haché à la fréquence des collecteurs, si bien qu'il semble bien qu'il n'y avait plus d ecommutation entre lâmes sous tension, donc plus d'étincelles et plus d'usure ni du collecteur ou des charbons... Par contre, je ne sais pas si ce système unique depuis leur modernisation des années 1990 avait amené une amélioration réelle des conditions d'utilsation des moteurs à courant continu...

...

J’ai connu les CC1100 utilisées au débranchement à Villeneuve-Saint-Georges.

En tant qu'exploitant, je les ai connues un peu avant et beaucoup après leur modernisation. Avant, elles étaient vraiment polyvalentes pour les manœuvres, très puissantes : elles montaient 2500 tonnes par la bosse en pente de 30/1000 sans problèmes, elles pouvaient même s’arrêter dans la pente et repartir, mais elles tombaient en panne tous les jours, sinon à chaque service.

Après leur modernisation, nous avons été très déçus. De polyvalente, elle s’est retrouvée à avoir des restrictions de manœuvres à cause du fait qu’elle ne pouvait pas se mettre sur l’erre. Plus possible « d’appuyer » les voies, plus possible d’aller à la « pêche », plus possible de tirer des rames démaillées par les courbes, contre-courbes du faisceau et monter la pente à 30/1000 ; on devait utiliser les évite-bosses, qui c’est vrai étaient fait pour ça.

Lorsqu’on demandait au conducteur de s’arrêter sans lui avoir préalablement annoncé de ralentir, l’arrêt était tellement brutal qu’on pouvait être sûr qu’il y avait un mariage de tampons ou un essieu dans le « sable » dans la rame qu’il tirait. Il fallait être très vigilant à ça où alors ne faire que du débranchement.

De même, un accostage un peu brutal et c’était le déraillement assuré.

Par contre pour le débranchement pur, il n’y avait pas de problèmes, sauf la télécommande qui n’a jamais été fiable à 100 %.

Je me souviens qu’une fois, toutes les CC1100 étaient en panne, et la feuille nous avait donné une BB7200 pour débrancher. C’était du pur bonheur : une régularité dans la cadence de débranchement jamais vue (très important pour le bon fonctionnement du « tir au but »).

À la fin du service, j’ai dit (en plaisantant) au dépôt que je gardais la 7200 définitivement et que je leur laissais les CC1100. Le surlendemain, je suis averti qu’il y en avait un dans la hiérarchie à qui ça n’avait pas plu parce les BB7200 étaient interdites de bosse, à cause de l’arrondi, qu’on allait en entendre parler et on n’a rien entendu.

Je crois me souvenir que la fin des CC1100 était due aussi parce qu’il y avait dans les années 2000 des ruptures de bielles chroniques (j’en ai vu une plantée dans l’entre-voie), qu’il n’y en avait plus en remplacement, et qu’il fallait les commander sur mesure dans une fonderie en Pologne et donc que ça coûtait très cher.

À ce moment-là (2002/3), les CRMV étaient particulièrement surveillés par leur CTRA pour être sûrs qu’ils vérifiaient les niveaux des burettes de graisse des bielles à chaque service.

Modifié par VSG
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourtant elles avaient été équipées d 'automates tous neufs nonmais

Ces machines ne faisaient que de la manœuvre. Limitées à 30 (si je ne me trompe pas) à cause des bielles.

Pour ma part je ne les ai vu qu'à Villeneuve St George, c'était assez bizarre de les voir rouler, je trouvais le mouvement des bielles assez lobotomisant et scotchant

J'étais fasciné par le gras de la bielle et le bel ajustage.

On voit la petite burette de graisse qui devait être vérifiée et complétée à chaque service.

Qu'est-ce que je regrette de ne pas avoir pris assez de photos ; heureusement qu'il y avait les passionnés et les spotter.

Modifié par VSG
  • J'aime 1
  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je crois me souvenir que la fin des CC1100 était due aussi parce qu’il y avait dans les années 2000 des ruptures de bielles chroniques (j’en ai vu une plantée dans l’entre-voie), qu’il n’y en avait plus en remplacement, et qu’il fallait les commander sur mesure dans une fonderie en Pologne et donc que ça coûtait très cher.

À ce moment-là (2002/3), les CRMV étaient particulièrement surveillés par leur CTRA pour être sûrs qu’ils vérifiaient les niveaux des burettes de graisse des bielles à chaque service.

C'est tout à fait vrai, on nous demandait de vérifier à chaque RS le niveau d'huile et compléter avec les burettes ad hoc que je n'ai vues nulle part ailleurs qu'à la SNCF. On nous avait bien dit en 2003 que la prochaine bielle dans le sable serait la mort de la CC1100 qui restait. On ne voulait plus les changer.

Juste pour dire également que les CRMV étaient des CRMP et les CTRA des CTT, appellations qui ont encore changé de nos jours...

Pas pensé, merci.

La transformation n'aura pas été une réussite question pupitre.

Je ne suis pas d'accord avec toi car avec les pupitres centraux, les places des anciens pupitres étaient libres..... Combien de fois je me suis assoupi en mode télécommande, réveillé en fin de débranchement par le freinage à l'arrêt de la télécommande!!!

Modifié par juv5345
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Très belles tes photos, Juv !!! Ou est faite la tof de la 1111??? Elle était basée à Toulouse après modernisation....

c'est Toulouse ...

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas moi qui ai pris ces photos. Rendons à César ce qui est à César (que je ne connais pas). S'il se reconnait... Je les ai prises sur le net , elles étaient libres de droit...

Mais j'aurais pu prendre les 3 premières à VSG début des années 2000, avant qu'ils refassent cette voie à côté du foyer (pour la 1ère).

Par contre, si quelqu'un avait une tof des banquettes remplaçant les pupitres, ça me rappellerait des souvenirs...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 années plus tard...
Invité technicentre

Tiens, je ne savais pas qu'il y avait un pont bascule à cet endroit là... Remarquez, maintenant, c'est mieux et plus sécurité: Y'a un beau trou bien casse gueule

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 semaines plus tard...

... le problème de casse récurrent des pieds de bielles, j'en avais eu connaissance déjà en 97 lorsque j'ai bossé à l'EMT de villeneuve, à l'atelier rotonde ...

Je ne sais pas les dates précises des rénovations des 1100, mais le problème a dû apparaitre dès le début de leur rénove ... le fait d'avoir revu complètement la chaine du hacheur même avec les mêmes moteurs continu a sûrement impliqué des couples sinon plus importants, peut être plus violents ... perso, je n'en ai jamais conduit, les ADC pourront en parler mieux que moi ...

Maintenant je vois le même genre de chose à la RATP sur le MF77, car les 10 derniers trains de la série ( les 7èmes tranche ) ont une chaine de hacheur de courant complètement différente ... cela entraine des démarrages un peu plus violents, plus canons, alors que les moteurs sont presque les mêmes ... pourtant, quelle différence lors des démarrages, c'est au point qu'un MF77 de 7ème tranche avec 2 motrices actives sur les 3 que compose une rame (de 5 éléments : 3 motrices + 2 remorques) accélère presque comme un tranche 1 à 6 ayant ses 3 motrices actives ...

En tout cas, pour en revenir à nos moutons de CC1100, j'aimais bien ces machines, tout droit sorties du temps de la vapeur au milieu des 26000 ... lol

Modifié par superpooky
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 5 années plus tard...

Un petit descriptif sur les locomotives de butte CC 1100 surnommées "mille pattes". Plus de 60 ans de service pour ces emblématiques machines de triage dont les deux premiers prototypes E 1001 et 02 ont commencé leurs essais à Juvisy butte Nord pour le premier et à Vierzon Butte Sud pour le second. Les 12 exemplaires construits feront une partie de leur carrière sur le Sud Ouest (Les Aubrais, Vierzon, Saint Pierre des Corps, Puy Imbert, Saint Jory) avant de se répartir entre le SE (Villeneuve triage, Sibelin Miramas) et le SO (Saint Jory et Saint Pierre des Corps) à la fin des années 70. Après rénovation au début des années 90 (photo ci-dessous) on les retrouvera surtout à Toulouse où ils prendront une retraite bien méritée en 2005. La CC 1101 aura été active de 1938 à 2003 soit 65 ans!

https://cheminot-transport.com/2021/09/les-locomotives-de-butte-cc-1100-mille-pattes.html

Photo de JL Tosque publiée avec son aimable autorisation

CC 1100   240302095_10218734107774797_6930221578917201438_n.jpg

  • J'aime 3
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sacré engin, pour ne pas dire sacré dinosaure.
Une en état d'origine ça aurait été pertinent au musée du chemin de fer.

Je crois qu'une rénovée (puisqu'elles le furent toutes) a été mise de côté.
C'était une rénovation lourde donc pas possible de la remettre en état d'origine j'imagine.

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 28/10/2015 à 22:57, superpooky a dit :

Je ne sais pas les dates précises des rénovations des 1100

C'était à partir de la fin des années 80, vers 89 pour le début et ça s'était étalé sur environ quatre ans.

 

Puisqu'on parle de ces locomotives, j'avais dans mon vivier à publications une photo rapprochée d'un pupitre de l'une d'entre elles, non modernisée, faite au dépôt de Saint-Pierre-des-Corps en 1990, j'en profite pour la publier maintenant.

Boris.Deshayes.2605-05-366.jpg

  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...