Aller au contenu
Le Web des Cheminots

l'apprentissage SNCF ,le votre et plus generalement...


jackv

Messages recommandés

bonjour

dans un post,

M gnafron 1 évoque l'apprentissage SNCF ce sujet a déjà été évoqué dans plusieurs autres post...

pourquoi ne pas s'assembler ici nos idées nos anecdotes , nos ressentis .

.Voici de plus qq éléments complémentaires repris dans le cahier de IHS CGT cheminot N° 40-41

une jolie pub qui rappelle celle qq dizaines années plus tard pour "devenez pilotes du rail"

A l'entrée un concours assez sélectif comme l'écrivait gnafron 1

et après 3 années d'apprentissage avec, pour moi, 47 h par semaine les premiers années et 3 semaines de congé l'été..

à suivre

Modifié par jackv
  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

99 centres ou écoles en 1948 (dont 1 école voie et 5 écoles service électrique et signalisation)

voici qq éléments particuliers de cette période..et bien sur par de jeans mais l'uniforme...j'ai "sauvé "un de mes écussons

on peut qualifier la discipline des centre de discipline militaire

je rassemble mais idées pour vous raconter ce que nous faisions pendant nos 47h hebdomadaires...

mais déjà matin et soir 1/2 à 3/4 H de vélo pour se rendre au centre d'apprentissage

Modifié par jackv
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Heu , moi ce n'était pas avant guerre mais c'était comme cela !

Etablis , lampes , atelier soudure ...comme sur les photos

L'atelier soudure ...pile poil ...et pourtant en 75

Modifié par Gnafron 1er
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Heu , moi ce n'était pas avant guerre mais c'était comme cela !

Etablis , lampes , atelier soudure ...comme sur les photos

L'atelier soudure ...pile poil ...et pourtant en 75

c'était pareil pour moi environ 15 ans plutôt que toi c'est pour cela que je l'ai mise et c'était en sous sol..

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les cours, en moyenne hebdomadaire..

EP + piscine l'été = 4 à 5h

formation generale : math ,geo,histoire,morale et civisme algèbre,physique,mécaniq,électricité, hygiène,ps9, == 12h et 11h la 3éme année

Formation technique /dessin/techno generale /techno professionnelle techno chemin de fer === 6h et 7h la 3ém année

formation pratique au centre puis au centre et dans le dépôt a partir de la fin d la 1ére année === 25 h

Pas de congés a noël et pâque, 3 semaines au mois d'aout ,mais possibilité de "camps d'été" avec congé sans solde

Pendant les périodes habituelles de congé scolaire ,travaux d'atelier et au dépôt.. Très agréable à 16 ans de travailler la semaine de noel dans une rotonde à 0° voir moins pour démonter des bielles de 141r ou de G8 (040 D) ou de roder des robinets de façade..

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Moi, c'était le centre de La Garenne, dépendant des ateliers de La Folie... 30 ans (1981/83)... Je regrette pas, car j'y ai appris à bosser et ça me sert encore pas mal aujourd'hui... Et puis rien que la tête de mes supérieurs lorsque je prends une lime pour faire une pièce comme un contact de contacteur... J'en fais taire encore plus d'un...

Dommage, cette èpoque n'existe plus car on savait faire quelque chose en sortant de là... Maintenant, ce n'est plus la même chose avec les apprentis de maintenant (je précise juste que je suis tuteur opérateur depuis une quinzaine d'années...). Maintenant, ils savent faire un dossier sur informatique... Dommage...

Sinon, pour donner une envie à certains jeunes qui s'offusquent lorsqu'on leur fait les gros yeux: Si on arrivait en retard, on nous faisait mettre le belu et on était parti pour une ou deux heures de lime... Sauf que pour montrer que c'était idiot, on nous donnait un bout de rail à descendre... Et dès le lendemain, l'instructeur vérifiait que le cours était copié et on passait généralement au tableau pour corriger le travail qu'il avait fallut faire sans assister au cours...

Généralement, il y avait peu de retards, je ne comprends pas pourquoi...

Le vendredi après midi, on faisait les poubelles et on passait le balais dans tout l'atelier... Mais on en est pas mort...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bien sur nous aussi grand nettoyage et graissage des étaus , marbre etc.. en fin de matinée le samedi. l'eté on repeignait les fenêtres du centre au vert wagon..en septembre on rentrait quelques tonnes de patates en sac , à la cave pour la cantine... toutes l'intendance était a la charge des app.,même le débouchage des wc

voici le contrat d'apprentissage.

et les salaires sur les 3 années sans oublier la pfa

60 à 80Nf la 1ere année variable suivant les résultats à l'examen semestriel

88 à 120 NF la 2éme année " """""""

130à 190NF la 3éme année """""""

plus une PFA commençant à 60NF jusque 105NF

mais il fallait payer les livres , cela état retenu sur la paie en plusieurs fois en général les paies d fin d'année étaient sacrifiées

Modifié par jackv
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

bien sur nous aussi grand nettoyage et graissage des étaus , marbre etc.. en fin de matinée le samedi. l'eté on repeignait les fenêtres du centre au vert wagon..en septembre on rentrait quelques tonnes de patates en sac , à la cave pour la cantine... toutes l'intendance était a la charge des app.,même le débouchage des wc

voici le contrat d'apprentissage.

et les salaires sur les 3 années sans oublier la pfa

60 à 80Nf la 1ere année variable suivant les résultats à l'examen semestriel

88 à 120 NF la 2éme année " """""""

130à 190NF la 3éme année """""""

plus une PFA commençant à 60NF jusque 105NF

mais il fallait payer les livres , cela état retenu sur la paie en plusieurs fois en général les paies d fin d'année étaient sacrifiées

En 75 , les document étaient les mêmes .....

Le paiement des bouquins mais aussi le compa , le pied à couilles-lisses

Je mets tout chez Jackv......

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Le début de cette grande aventure....

Donc , me voilà en 3 éme en 1975 . Plutôt bon élève mais assez indiscipliné malgré la pédagoogie des chers curés ....Travaillant selon ce qui m'interresse et pour avoir les résultats qu'il faut pour ne pas inquiéter les parents .Mais bordel , que faire ? Bon , les trains , c'est sympa . Travailler pour un vrai patron , j'ai déjà conscience que ça ne le fera pas....enfin je l'entend quand mes parents parle de moi à la famille !

Le sport , voilà un truc qui me réussit . Mon prof de Judo en parle à mes parents . Bref , c'est parti là dedans , les tests = les doigts dans le nez , le niveau scolaire correspond mais aille ouille , "ils " demandent ce que père gagne ou presque.Ce sont les 1er a être mis en place (hébergement, repas , etc.... ! Déception ....

Finalement , commençé dans la vie active pourquoi pas . L a SNCF recrute des apprentis mais sur concours . Ma grand mère me dit :

"ne mentionne pas que ton gran père était cheminot , ils vont t'enlever des points "

Gentil papy , mais il fout la merde ......Hé oui , en 53 , il a fait le con !On lui fera comprendre gentillement d'aller bosser ailleurs.

Arrivé le jour du concours , : oh la vache , quel monde !

Mon père ne me dit même pas "MERDE" .

Les feuilles d'épreuves défilent , ça ne me parait insurmontable .A la maison , le soir , je vois des interrogations ...et je suis plutôt optimiste .Les épreuves de maths , après vérification en rentrant , je dois avoir le maximum . Le français , ce sera moyen , comme d'habitude .Bref , je reçois le résultat , je suis pris .Et en plus , je serai payé . Bon , ça c'est le 1er concours pour le matériel .Il reste l'autre ...celui de l'équipement . Et pareil .Merde , , lequel choisir .Prenons celui qui paie et qui est plus près . C'est parti .....roule ma poule pour être cheminot .

J'ai bien compris ensuite que je ne manquerais aux curés .Car , ni chaud , ni froid .

Le jour de la rentrée est là .

Drôle d'ambiance ...je quitte des curés en bérets pour récupérer des cheminots en blouse grise et bérets sur la tête .

Je découvre que je devrai aimer la marche à pieds :

- matin debout 6 h00 pour aller à la cantine qui est à 20 mn , aller ensuite à la gare .Si on loupait la navette .Une 1/2 h de footing avec le cartable .Pas le choix .

1er matin : grand coup de savate dans la porte et un beuglement et la lumière en pleine tronche.

ça met de bonne humeur et au moins ça réveille ! wouharf

On commence par de l'atelier . Déjà , je vois Mr Hulot arrivé avec sa blouse , modèle 1937 , et son béret modéle 1924 . Le gars parait sympa mais il sourit quand il se brûle .....avec le chalumeau .

Au moins , les curés rigolaient quand il sortaient de table ...un peu bourrés mais c'était marrant .

Fallait le voir arrivé avec son solex , modèle 1951 ...., le béret et déjà la blouse sous l'imper .Il était prêt ...mr Hulot

On fait les présentations . Donc , son parcours est simple . Maquisard , FFI et meilleur ouvrier de France . C'est vite fait pour lui = 6 mots .

J'ai comme l'impression que ça va être drôle.....l'ambiance !

1 ére journée = limé un bout de ferraille sans l'user...si....si , on peut!ça a duré la semaine !

Ils boivent aussi ici ?Bon , ça n'a pas fait rire tout le monde .

Après l'atelier , une heure de math ....avec un garçon qui avait la voix de claude Piéplu . Les maths vu par lui .....c'est indescritible .

Le cours commençait dans la minute de notre arrivé en salle et il s'asséyait éssouflé " la dernière minute du cours = je n'avais rien compris . 3 pages de notes illisibles pour ma pomme . Mais lui avait fait son marathon sur l'estrade . Et dire qu'il va faire la techno , la géométrie . Accroche toi Gnafron !

Arrive le cours de Français .On était Lundi . Là , c'est Darry cowl qui nous fait le cours . Par contre , 15 mn de commentaires sur les résultats de foot .Je m'en fout mais ça détend .Tous les Lundis , j'avais l'impression que son club favori (Troye , ça ne s'invente pas , si ?)avait été champion du monde .

Par contre , notation spéciale .En 2 temps , l'épreuve , elle même et la correction .Donc , même un illéttré arrivait à avoir la moyenne....Enfin , des notes correctes en Français .

On finit par aller manger .Navette partie ....une demi heure de footing en pleine pampa = c'est sympa ....ici!

Cantine , même pas la peine d'en parler . Une infection !

Le repas baclé .Direction le foyer pour faire le lit au carré . Mais pour cela encore 20 mn de marche et rebellotte , ne pas louper la navette pour le dépôt.....On a déjà marché au moins 10/12 kms depuis le matin......Re atelier et Mr Hulot .Après -midi , "burin " mais sans buriner ....non non , on burine mais sans faire de copeaux = fallait y penser ? Non ?

Où suis je tombé ?

On fait des trucs mais sans les faire....et nettoyage en fin d'atelier alors qu'on a rien salit !

C'est une maison de fou ...à 16 ans , ça laisse des traces .

Et puis , premier rappel à l'ordre . Devant mon étau , je suis mord de rire car , il y a de tout .Des petits , des gros , des grands , des minces mais personne avec un bleu de travail qui lui va .Où alors si le bleu "va " c'est la casquette qui cloche .

Et du haut de son "bureau -mirador ", Mr Hulot qui nous surveille en piquant du nez et son beret qui tombe .

Donc , 1ére journée , premier avertissement , ça démarre fort !

Avec le premier commentaire du directeur = au 3éme avertissement , j'avise tes parents !

Ha bon , ma foi , ils sont rôdés .Je l'ai pensé tellement fort qu'il a dû l'entendre ......vu sa mou .

Avant le lendemain , il y a eu le 1er soir....

Donc , 19 hoo , fin de l'étude surveillée et déjà 13 h00 debout .

Retour au foyer des apprentis . Et sa surprise . Le bizutage ...... . Il consistait que chaque 1ére année donnent 50 frs (75)aux 2éme année .

Bien que pas d'accord , le plus courageux me fait comprendre que l'année allait être longue.....La phrase terminée.....il a terminé les 4 fer en l'air dans l'armoire du voisin . Un peu véxé . Et sans mes 50 frs .Là dessus arrive le surveillant du foyer et qui prend nos noms pour le donner au directeur le lendemain .

L'autre avait un joli bleu et la paumette égratignée , pauvre chou !

Donc , dirlo le lendemain ....et cette phrase = encore toi !

Hé bien oui .....il m'a emmerdé et voilà .

Donc , ces premières 24 h furent plutôt chaudes....mais j'étais à peu près sûr qu'on allait me laisser tranquille . Déjà ça de pris!

Et des exercices de "lime" , il y en a eu....au point que ça constitue pour certains un traumatisme .

La lime :

Donc ,

Le commencement , pendant plusieurs semaines ( 2/3 ?) .Prenez un morceau de ferraille de 40 mn de large environ , , 15 mn d'épaisseur , serrer le dans un étau . L'instructeur passe avec une craie sur sur les bord , en longueur , il fait un trait de craie .Et pendant des heure , vous devez limer ce morceau de fer ....sans toucher les traits de craie et en faisant un creux au centre de ce morceau. Si on enlevais de la craie , l'instructeur en re dessinait un autre et rebellotte jusqu'à assimilation .par gavage , comme les oies !

Le summum de cet art est atteind un peu plus tard lorsque que vous devez faire la même chose avec une lime énorme ....quitte s'appelle la lime d'allemagne . Pendant des semaine , on la voit au fond du tiroir , sans jamais y toucher ...mais le jour où on doit la prendre , on regrette d'être venu ici .

La pièce métallique est la même sauf que l'outil est 2 à 3 fois plus grand .......et beaucoup plus lourd .........

Et le Nirvana est atteint lorsque devient " Maitre és lime" .

On change de pièce métallique , on garde le même outil . Et , la pièce a usiner consiste en un cube de fonte de 35 mn environ avec des angles droits nickel et des surface plane ....

Essayer de limer de la fonte .....un régal !

http://menuiserie-mo...e-15447414.html

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour moi, promotion 1979/1981, centre d'apprentissage de Rennes,

Quelques anecdotes dont l'arpet qu'on a fait courrir dans tous les ateliers matériel de Rennes pour aller chercher "la lime à epaissir"

@+nelsonlink

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour moi, promotion 1979/1981, centre d'apprentissage de Rennes,

Quelques anecdotes dont l'arpet qu'on a fait courrir dans tous les ateliers matériel de Rennes pour aller chercher "la lime à epaissir"

@+nelsonlink

Ou le marteau à bomber le verre à Vitry/Seine.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Ou, la boîte d'étincelles bleues, le bon de saillie à aller chercher au secrètariat, la rallonge de manche de marteau, quelques mètres de ligne de visée, le bon pour un sceau d'eau chaude...

Il y aquelques années un "ancien" a tenu à me faire ce genre de conneries... Seul problème pour lui, c'est que j'avais 3 fois plus d'ancienneté que lui... Il s'est retrouvé tout con avec sa connerie...

Ah, et puis, j'oubliais le moyen pour reconnaître les électrodes rutiles des basiques: Il suffit de les sentir (de préférence, il faut prendre celles passées au noir de fumée d'acéthylène, la différence d'odeurs se fait plus sentir...).

Pour les électriciens, la capacité juste un tout petit peu chargée rapelle aux jeunes qu'il ne faut pas laisser traîner ses doigts... Merci le mégohmmètre 500V...

AH! Et puis j'oubliais le tube plein de talc... Une bonne soufflette à l'autre bout et il y a un beau nuage...

Et les classiques, comme un bref coup de sifflet et un doigt d'honneur à celui qui se retourne... Ou un gros "O" et lorsque la victime se retourne, on continu par un un "...rangina" ou même chose avec un grand "E" suivi par un "...toile des neiges...".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Question bizutage au CFA, il y avait aussi le "Jésus" où le première année se retrouvait avec les 2 poignets coincés dans 2 étaux, les bras en croix, ou le "Christ" où il se retrouvait accroché au palan de l'atelier, les bras accrochés dans le dos.

On a été plusieurs de ma promo a refuser de faire subir ce genre de trucs à "nos"premières années... Faut dire qu'il y avait 16 filles pour 12 garçons... Du coup, on s'est tapé pas mal de corvées normalement réservées aux premières années même en deuxième...

Mais, je sais encore manier une bouteille de gaz, faire de la plomberie (nous avons fait les vestiaires des filles)...

On en chiait mais on avait aussi de sacrés moments de rigolades...

Je ne regrette décidément pas cette période, même si les règles de sécurité à la perceuse copiées 5 fois à l'encre de Chine sur du papier Canson, ça occupait le dimanche... Mais lorsqu'on a eu à citer celles à la meuleuse pour le CAP, on les connaissait tous par coeur et dans l'ordre du manuel...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Moi, c'était le centre de La Garenne, dépendant des ateliers de La Folie... 30 ans (1981/83)... Je regrette pas, car j'y ai appris à bosser et ça me sert encore pas mal aujourd'hui... Et puis rien que la tête de mes supérieurs lorsque je prends une lime pour faire une pièce comme un contact de contacteur... J'en fais taire encore plus d'un...

Dommage, cette èpoque n'existe plus car on savait faire quelque chose en sortant de là... Maintenant, ce n'est plus la même chose avec les apprentis de maintenant (je précise juste que je suis tuteur opérateur depuis une quinzaine d'années...). Maintenant, ils savent faire un dossier sur informatique... Dommage...

Sinon, pour donner une envie à certains jeunes qui s'offusquent lorsqu'on leur fait les gros yeux: Si on arrivait en retard, on nous faisait mettre le belu et on était parti pour une ou deux heures de lime... Sauf que pour montrer que c'était idiot, on nous donnait un bout de rail à descendre... Et dès le lendemain, l'instructeur vérifiait que le cours était copié et on passait généralement au tableau pour corriger le travail qu'il avait fallut faire sans assister au cours...

Généralement, il y avait peu de retards, je ne comprends pas pourquoi...

Le vendredi après midi, on faisait les poubelles et on passait le balais dans tout l'atelier... Mais on en est pas mort...

Tu as raison nous n'en sommes pas mort bien que l'on appréciait pas trop a l'époque..avec le recul je suis pret à y revenir avec l'age en moins

Dans les années 80 des post apprentis suivaient les formations pour la conduite T3.

A cette époque je n'ai pas eu le même ressenti que toi pour ces jeunes ,ils étaient assez décontractés mais bossaient bien et avaient bon esprit..

Par contre les réunions avec les formateurs matériel n'étaient pas géniales ,ils avaient gardé une drôle de mentalité ..il y avaient toujours les notes " cotes d'amour, de camaraderie.." qui ne reposaient sur aucun critère bien net mais plutôt a la tête du client...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et oui gnafron ,la D2 ou la batarde en y pensant je sens encore la cloque ,dans le creux de la main droite ,du début de 1ére année.

bonne nuit a demain

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Le cours de dessin industriel :

D'abord , le prof , c'était Jo Dassin , il plaisait aux filles mais il n'y en avait pas ! wouharf Jeune , plutôt sympa .Il a dû être premier en tout , car il avait des rillettes sous les bras . On n'avait qu'un seul bouquin , pas épais.J'ai pensé que ça allait être cool .

En fait , ce bouquin , servait à nous faire réaliser des lignes de "a" (que dis je ....des pages ) des "b" , bref tout l'alphabet .Le tout à la plume et l'encre de chine .Quelle joyeuseté !

En effet , le but étant d'écrire les cartouches de dessin en écriture normalisée .Fichtre , et le stylo , c'est pour qui ? :Smiley_53:

En fait , il y avait une pièce et fallait deviner tout ce qu'on ne voyait pas derrière en les représentant de différentes manières . ..pointillé etc.....En fait , fallait jouer à "ma sorcière bien aimée ".

L'anecdote qui me revient :

En fin de 1ére année , mon tube d'encre s'est déversé sur ce foutu cahier donc rendu illisible . J'en parle à Jo Dasssin qui me dit ......d'aller voir sur la colline :Smiley_59: , non daller en acheter un autre et de tout refaire pour le lundi suivant .

J'ai pensé :

"Monte là dessus tu verras Montmartre ....." Mais ma pensée finit , il ajouta que ma note trimestrielle en dépendait !

Merci M'sieur

Donc , se trouver à 16/17 a écrire des "a" ou b"b" à la plume.....alors que la trousse est pleine de stylo ! En , plus c'était noté

:Smiley_56:

L'atelier :

Tout comme sur la photo de Jackv . Mais disposé perpendiculaire au mur le plus long.A une extrémité et en face,sur son bureau-mirador, Mr Hulot :Smiley_63: avec son beret , modèle 1920 . Dans le dos , Jo Dassin qui voyait tout .

Il y avait aussi des machine outils..............mais qui n'ont pas eu le temps de s'user car on faisait tout à la main .

En plus , seuls les tout bon , pouvaient s 'en servir .Et puis , j'étais bien derrière mon étau.

Le vendredi , grand nettoyage et cirage du revêtement recouvrant l'établi . Nettoyage également des machines outils et inspection générale avant de retourner chez nos parents

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

moi, j'étais élève transport quand j'étais minot. Je suis rentrée le jour de mes dix sept ans.

Première année à caen, au foyer de l'école Transport qui était au bout d'un chemin (je crois que c'était rue du Chemin Vert) ou dormaient les clodos. ils brulaient des pneus l'hiver.Derrière le matin, c'étaient les turbos qui étaient dégarrés....et ca fumait tout autant.

Après je suis allée à Nantes la deuxième année.

Mon souvenir que j'en ai, c'est d'avoir eu droit à une divagation de dahues sur les voie.....

et aussi d'avoir à prendre la "clef des champs" pour aller graisser les aiguilles en plaine....... ce coup là je l'ai vu venir.

Sinon, les aiguilleurs et les chefs circulation de l'époque n'étaient pas trop sympas avec les filles, ils nous regardaient de travers. J'ai eu droit "à la place d'une fille, c'est élever ses gosses".Déjà, quand on arrivait dans les postes (on était majoritairement des filles reçues au concours), ils planquaient vite leurs revues -c'était pas de l'automobile-!

Déjà que sur les murs, on avait les posters et les calendriers. Par contre, contrairement aux garçons, nous les filles, on nous forçait pas à prendre l'apéro, on nous foutait la paix avec la gnole.

Par contre, j'aimais bien aller en desserte, avec l'équipe de manoeuvre. Là, j'étais traitée comme une princesse....le CRLO me faisait conduire le loco..

Après, une fois mon examen d'AMV obtenu, on m'a mise au commercial (parce que les postes d'AMV n'étaient pas pour les filles!!). De toute façon, si je m'entêtais, mon RH m'avait dit que ce serait le tri des porte-autos à l'RNUR (les Mureaux) en trois huit! Quand je lui ai demandé pourquoi cette discrimination, il m'a répondu que le personnel féminin n'était pas fiable, ...les gamins à récupérer à la nounou, à l'école, toujours malades, les grossesses......

Je me rappelle lui avoir répondu qu'il préférait des gens alcolos (à l'époque, il y en avait pas mal), il m'a dit qu'au moins, ils étaient prévisibles et qu'on pouvait toujours les sanctionner. Mais sanctionner une femme parce qu'elle attend un môme et ne peut plus faire les aiguilles à pied d'oeuvre....

C'est un peu dégueu, parce que les gars de ma promo ont été très vite TTMV, puis cadre transport.

Nous les filles, on a planté au guichet, on ressortait 2A à l'époque ce qui correspond à B1-5, on ne pouvait même pas passer l'examen de maitrise. J'ai planté au commercial 23 ans (dont 17 ans qualif B)

Dieu merci, çà a évolué dans le bon sens.

voilà

Lamicahouette

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

J'ai trouvé cela :

- j'aime bien le bruit de fond ...http://www.apprentis...centre_APP.html

Celuic- , pas eu le temps de tout lire :

- http://www.lrpresse.fr/trains/viewtopic.php?t=32389

Mais lisez le témoignage , d'un militant syndical ....en 1ére page .Et pourtant , si nous sommes libres , c'est grâce à eux ...et pourtant quels remerciements ?

Modifié par Gnafron 1er
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour moi, l'apprentissage à Vitry/Seine fût synonyme de liberté, car je fus logé en foyer de célibataires avec le reste de la promo qui venait de province donc à l'écart de toute surveillance, je ne vous raconte pas les soirées d'une bande d'ados livrée à eux même :Smiley_60: , avec pour conséquence une tête de déterré pour chacun le lendemain et une journée bien longue, autrement pareil que mes collègues pour les cours de lime au départ et puis ma fois on s'y fait.

Tout ce j'ai appris à cette période me sert non pas professionnellement car je suis passé du CFA directement à la route, en second, dés 83 mais dans ma vie de tous les jours et je reste persuadé qui si la SNCF avait maintenu l'apprentissage tel que nous l'avons connu, ou presque (Il faut s'adapter avec le temps),l'entreprise aurait moins de problème de recrutement.

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonsoir

si vous recherchez des anciens de votre promo voici un site assez complet fait par un ancien ADC

http://gparam.free.fr/index2.html

Bien "ton bruit de fond" gnafron cela me rappelle que notre promo 59/62 sur le nord a été la dernière à apprendre les principes de la locomotive à vapeur en TCF (technologie chemin de fer) et bien sur en fin d'année les stages au dépôt c'était, rotonde , ajustage de segments ,rodage de robinets,nettoyage des circuits d'huile et des graisseurs (connaissez vous la VOLGALINE) ,débiellage ,ajustage de coussinets j'en passe et des meilleurs...Les rotondes c'est comme une cathédrale ,il fait aussi froid et il faut avoir la foie pour travailler sur ces engins, c’était très gras , très sale, plein de poussière de charbon mélangée à l'huile ou aux cendre..ou alors c'était plutôt brulant... A l'époque à par les chaudronniers et les soudeurs , on n'utilisait pas de gants,rien pour se protéger vous voyez l'état des mains, même la pierre ponce dans le savon n'arrivait pas à décrasser et en 2 ou 3 jours les bleus tenaient debout tout seul..

Après en TCF sur les 2 dernières années nous avons eu droit aux autorails , ABJ , standart, unifier x3800 et pour finir 040DE (63000) 030xx (c61000) et la découverte des BB12000(paris lille venait d’être électrifié)

je ne vous parle pas des doses d'amiante sur ces engins

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour moi, l'apprentissage à Vitry/Seine fût synonyme de liberté, car je fus logé en foyer de célibataires avec le reste de la promo qui venait de province donc à l'écart de toute surveillance, je ne vous raconte pas les soirées d'une bande d'ados livrée à eux même :Smiley_60: , avec pour conséquence une tête de déterré pour chacun le lendemain et une journée bien longue, autrement pareil que mes collègues pour les cours de lime au départ et puis ma fois on s'y fait.

Tout ce j'ai appris à cette période me sert non pas professionnellement car je suis passé du CFA directement à la route, en second, dés 83 mais dans ma vie de tous les jours et je reste persuadé qui si la SNCF avait maintenu l'apprentissage tel que nous l'avons connu, ou presque (Il faut s'adapter avec le temps),l'entreprise aurait moins de problème de recrutement.

je suis d'accord avec toi surtout que la SNCF en a les moyens

Sur ce tableau sur la taxe d'apprentissage (127MF) que doit payer ou utiliser la SNCF on constate que seulement 33,8MF étaient consacrés aux dépenses des centres SNCF .on peut dire que l'ensemble de la taxe d'apprentissage permettrait un recrutement d'environ 350 app en plus.Pourtant l'apprentissage comme la formation continue ,et un investissement pour l'avenir de l'entreprise.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ahhhh l'apprentissage, certes pour moi ce n'était il n'y a pas si longtemps ( 4 ans) mais que de bons souvenirs, ce n'est qu'en sortant de l'apprentissage que l'on regrette de ne plus y être ! merci pour ce sujet ! je me rappelle encore partir de chez mes parents à 17 ans pour monter sur la capitale à 17 ans, c'est quelque chose ! et puis la découverte des ateliers :) de BONS souvenirs !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...