Aller au contenu
Le Web des Cheminots

La gare de Nanterre-Université : un blog de recherche


Messages recommandés

Toujours passionnant ces archives oubliées du passé ! Smiley_01.gif

Félix réfléchit donc à une technologie par variation de fréquence, mais le hâcheur n'est pas encore prêt techniquement (les 7200 et BB22200, qui sont les premières à l'utiliser de manière, sortent 4 ans plus tard, et sont autrement plus lourde qu'un aérotrain!).

(on est 2 ans avant la BB7003, première machine à hâcheur par thyristor)

Précision de compteur de rivets : la 7003 n'est pas la première machine à utiliser des thyristors, la DETE a fait des essais probants dès 1968 : http://bpcv.free.fr/hacheur.html

La 7003 est un proto de développement des 7200 (déja bien avancées en 74), qui perfectionne les montages condensateurs/thyristors et qui exploite la variation du temps d'activation du thyristor (rapport cyclique) pour une fréquence fixée.

Il en serait probablement de même pour le moteur linéaire car il était à l'époque plus facile de piloter une variation du rapport cyclique que de la fréquence sur des circuits de puissance (moins d'effets parasites d'impédances diverses).

Et pour la question du poids de l'équipement, ce n'est pas un bon argument, car les nez-cassés ont été conçues pour exploiter au maximum l'adhérence, donc en se rapprochant de la limite des 22,5t à l'essieu.

Bertin lui-même avait dit: "le principe du chemin de fer impose que les trains soient lourds pour avancer, alors que l'aerotrain peut chercher l'allègement maximal comme en aéronautique".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci CC! C'est important, de compter les rivets quand on en fait l'Histoire :)

En ce qui nous concerne, l'équipement embarqué était trop lourd pour l'aérotrain, qui, effectivement, était dans une recherche aéronautique de perte de poids.

Alors, pour continuer dans le suspens : il y aura sous très peu, une réactualisation de la carte proposée dans un message précédent, indiquant le tracé prévu dans l'étude par l'entreprise GTM-Travaux Publics, les Grands Travaux de Marseilles (sise alors rue Jules Quentin à Nanterre, et aujourd'hui à Chevilly Larue, là où il y avait la base d'essai de l'aérotrain).

Il y aura aussi : un dossier complet du projet de RER vers Cergy-Pontoise, accompagnée d'une lettre (hélas dactylographiée et non autographe) du grand Jacques Ségalat, resté directeur de la SNCF de 58 à 75, et adressée au ministre des transports en réponse à sa demande d'information sur le sus-dit projet.

Un dossier de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise et de l'Ets d'Aménagement de la Défense (EPAD), comprenant une grande carte du tracé prévu de l'Aérotrain. On y voit notamment l'emplacement proposée de la "Station P", qui a fait couler tant d'encre et de touches de claviers. Elle aurait été à l'intersection du viaduc vers Cergy et de l'a86 à Nanterre, là où se trouve aujourd'hui un collège.S'y seraient croisés les lignes de Montesson et de St-Germain.

Le tracé proposé pour la branche Saint-Germain comprenait un raccord vers les voies du triage de la Folie au droit de la gare "M" (de Nanterre-Préfecture), passage par le triangle de raccordement de la Garenne-Colombe, courbe pour longer pendant quelques centaines de mètres l'A86. La ligne de St-Germain (pour répondre à la question de CC27001 un peu plus haut) aurait rejoint la ligne SNCF peu avant la gare de Nanterre ville.

La ligne de Montesson aurait au contraire emprunté le tunnel se trouvant sous l'université, pour décrire un S vers la gare P, puis traverser la Seine. Ce sera plus clair avec une carte :)

A ma grande surprise, le tracé de la "branche de montesson" est indiquée comme continuant jusqu'à Courdimanche, à l'ouest de Cergy Pontoise, et aurait été un accès par le sud-ouest de la ville nouvelle. Un RER vers Cergy était prévu, mais à partir de la gare du Nord probablement puisque le projet SNCF indique un dépôt aux Joncherolles, et une grande partie du tracé empruntant la ligne Saint-Denis - Serqueux Dieppe.

Question prix : les études pour l'aérotrain prévoit un billet pour Cergy entre 4.90 et 7F, ce qui a l'air de bien embêter les auteurs du rapport. A titre de comparaison, en 1973 le billet de métro est alors à 80 centimes en 2e classe et 1.20F en 1e. Entre les fourchettes basses et hautes, on a un billet entre 6.1 et 8.75x plus cher que la 2e classe, soit en équivalence d'aujourd'hui, un La Défense Cergy tarifié entre 10 et 15 euros environ... Le calcul est justifié par une savante étude du prix horaire (Jusqu'à 40F de l'heure pour les aérotrains interurbains prévus, un Paris Lyon en aérotrain à 120F en 1970), et par la nécessité d'amortir le matériel et la voie nouvellement construite, ce qui évidemment est moins nécessaire pour la SNCF - en tous les cas, dilué dans une très forte utilisation du matériel et des infrastructures. L'aérotrain est donc clairement orienté vers les cadres supérieures, même si, note l'auteur du rapport "il faudra étudier la possibilité d'un abonnement hebdomadaire".

Je ne vais pas trop publier de cartes et documents originaux parce que, je l'avoue humblement mais c'était jusque là fait en toute bonne foi, il faut demander aux Archives Nationales une autorisation de publication. Donc tant que ce n'est pas fait... je me contenterai de documents perso :)

La suite plus tard!

Modifié par Peppercorn Class
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 6 années plus tard...
Le 26/04/2014 à 10:25, Invité technicentre a dit :

Le provisoire définitif de ce quartier précis est tellement compréhensible lorsqu'on voit comment celui-ci a bougé...

Pour info, le tunnel par où sort le RER est celui qui était retenu pour l'arrivée de l'aérotrain mais qui fut utilisé pour faire une possible porte de sortie pour le préfet en cas de besoin si il y avait eu impossibilité de sortie de l'autre côté... Une route déserte aboutissait vers la caserne des gardes mobiles... Jamais vu le moindre véhicule dessus mais l'itinéraire était éclairé et goudronné...

Tiens, Peppercorn, sais-tu pourquoi il y a un poteau sur le raccordement du RER qui est épais d'une bonne dizaine de mètres d'épaisseur? Il a fait l'objet d'une procédure qui a retardé l'ouverture du RER de plusieurs années... Erreur de mètrage entre SNCF et RATP... Chacun a fait construire son demi pilier alors qu'il y avait un vide entre les deux de bien 2 ou 3 mètres... Mais qui devait payer ce qui manquait? Tout était fini de chaque côté sauf ce trou nonmaisnonmaisnonmais

Bonjour a tous petite question concernant le pilier en béton comment vous l'avez su ? Je n'en ai jamais entendu parlé avez vous un lien ? ?  ca m'intéresse

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 16 heures, Jidey a dit :

Bonjour a tous petite question concernant le pilier en béton comment vous l'avez su ? Je n'en ai jamais entendu parlé avez vous un lien ? ?  ca m'intéresse

le message date depuis plus de 6 ans tu risques de ne pas avoir de réponse...le covid est peut être passé..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...