Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Le TIV pentagonal, sa vie, son œuvre, ses perspectives


Messages recommandés

Au moins égale à 40 me semble t'il pour avoir un TIV répété, (qu'il soit carré sur pointe ou de forme losangulaire).

PS: Ne chercher pas le mot losangulaire, c'est moi qui l'ai créé à l'instant.

c'est possible que ça ait là-aussi évolué. Ne pas oublier qu'à cette époque, la majorité des pataches étaient équipés de triples valves et encore, pour un peu plus que la moitié des wagons ....

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je suis très étonné de lire sur un document de 1951 que le TIV mobile à distance fermé est appuyé par deux feux blancs clignotants, sachant que les premières utilisations des feux clignotants datent plutôt du milieu des années 60 (d'abord le jaune pour remplacer le préavertissement). Il est vrai qu'il s'agit alors de feux qu'on pourrait qualifier de "principaux".

en tous cas, pour ce qui est de l'expression TIV sur pointe, je la maintiens mordicus. Bon, nous n'étions que des auxiliaires, peut-être que nos instructeurs trouvaient cette expression plus évocatrice.

Ne pas confondre avec le feu blanc du carré violet ouvert, il s'agit des 2 petits feux placés en haut en en bas du TIV qui sont fait pour attirer l'attention aucun rapport avec les feux blancs clignotants présenté par un carré en position d'ouverture.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je suis très étonné de lire sur un document de 1951 que le TIV mobile à distance fermé est appuyé par deux feux blancs clignotants, sachant que les premières utilisations des feux clignotants datent plutôt du milieu des années 60 (d'abord le jaune pour remplacer le préavertissement). Il est vrai qu'il s'agit alors de feux qu'on pourrait qualifier de "principaux".

en tous cas, pour ce qui est de l'expression TIV sur pointe, je la maintiens mordicus. Bon, nous n'étions que des auxiliaires, peut-être que nos instructeurs trouvaient cette expression plus évocatrice.

tu avais aussi des les tiv travaux et leur disque jaune qui pouvaient clignoter

l’éclairage et le clignotement étaient realisés pour un bec a acétylène et il y avait une petite bouteille (environ 80cm a 1m de haut placée sous le signal) il en était peut etre de même pour les 2 blancs clignotants des TIV mobiles

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

de quoi je me mêle, mais si le vocabulaire est maintenant celui-là, alors il a changé et sans cause réelle, parce que Géant a raison : le TIV "losange" en question est pour de bon un carré, parce que les sommets sont des angles droits.

et je me souviens parfaitement qu'à notre instruction, on nous avait parlé des "TIV sur pointe donc crocodilés donc à vigiler" justifiés par une chute de vitesse supérieure à 20 km/h.

ce ne serait pas de cela dont tu fais allusion ?ce sont des Prescriptions Régionales pour les Agents de Conduite (1961)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

de quoi je me mêle, mais si le vocabulaire est maintenant celui-là, alors il a changé et sans cause réelle, parce que Géant a raison : le TIV "losange" en question est pour de bon un carré, parce que les sommets sont des angles droits.

et je me souviens parfaitement qu'à notre instruction, on nous avait parlé des "TIV sur pointe donc crocodilés donc à vigiler" justifiés par une chute de vitesse supérieure à 20 km/h.

Je viens de vérifier : vous avez tous les 2 raisons, parce qu'un carré n'est rien d'autre qu'un losange dont les angles sont droits...

Oui, je sais. Les règles en mathématique ne sont pas plus claires que certains référentiels...

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

la mémoire .... autant je suis certain d'avoir entendu cette expression quand j'ai lu le post de Géant, autant il m'est impossible de dater l'apparition des feux clignotants alternés en appui aux TIV à distance. Pas du genre TIV de chantier à acétylène comme le mentionne Jacky, mais de vrais feux électriques, identiques aux oeilletons.

Sans certitude, j'ai l'impression d'une apparition assez tardive, dans le genre 1965 ou plus.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité L'instant Y

Le coup des deux feux blancs clignotants alternativement sur les TIV en pointe ne sont pas liés lorsque ces derniers sont susceptibles d'êtres abordés à une vitesse supérieure à 120? Je crois qu'aujourd'hui la règle est caduque.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il me semble que c'est pour une question de visibilité. Dans les zones où il y a souvent du brouillard par exemple...A priori aucun rapport avec la vitesse à laquelle ces TIV peuvent être abordés...

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Le coup des deux feux blancs clignotants alternativement sur les TIV en pointe ne sont pas liés lorsque ces derniers sont susceptibles d'êtres abordés à une vitesse supérieure à 120? Je crois qu'aujourd'hui la règle est caduque.

Il me semble que c'est pour une question de visibilité. Dans les zones où il y a souvent du brouillard par exemple...A priori aucun rapport avec la vitesse à laquelle ces TIV peuvent être abordés...

Ce n'est pas caduque et cela a bien un lien avec la vitesse à laquelle ces TIV peuvent être abordés.

- Sur les sections de ligne où la vitesse-plafond est supérieure ou égale à 120 km/h, le TIVD mobile, s’il est mécanique, est complété par deux feux blancs clignotant alternativement et placés, l’un au dessus du TIV, l’autre au-dessous.

- Par souci d’homogénéité, sur ces sections de ligne, les TIVD mobiles des voies parallèles à vitesse inférieure à 120 km/h sont équipés de façon identique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement, je viens de voir ça dans un referentiel. Lorsque j'ai eu l'occasion de poser la question à un formateur il y a quelque temps, il m'avait juste parlé de visibilité et pas de vitesse à laquelle il peut être abordé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Il y en a bien un à 60 sur pointe avec feux blancs clignotant à la sortie de Perrache pour emprunter le raccordement V1 Perrache-Part-Dieu, et ça circule pas à 120 mais juste à 90km/h.

++

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Bonjour,

Il y en a bien un à 60 sur pointe avec feux blancs clignotant à la sortie de Perrache pour emprunter le raccordement V1 Perrache-Part-Dieu, et ça circule pas à 120 mais juste à 90km/h.

++

Il n'y a pas une voie parallèle à vitesse limite supérieure ou égale à 120 km/h?

Ensuite, il y a les errements locaux... Je crois même qu'il reste des TIVD lumineux équipés de ces feux blancs. Mais comme ce genre de dérive n’intéresse plus personne...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y en avait (il y en a) un à Beillant en allant de Pons à Saintes avant la jonction avec la ligne de Cognac. (je parle d'un TIV sur pointe avec feux blancs clignotants alternés).

Modifié par alain33
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il n'y a pas une voie parallèle à vitesse limite supérieure ou égale à 120 km/h?

Ensuite, il y a les errements locaux... Je crois même qu'il reste des TIVD lumineux équipés de ces feux blancs. Mais comme ce genre de dérive n’intéresse plus personne...

A l'époque où Perrache était la gare de Lyon, et, qu'il n'y avait pas de TGV dès que le pont du Rhone était dégagé, on devait surement rouler à plus de 90. Le TIV et ses feux blancs doit dater de cette époque là.

Tu sais que vu le prix de l'étude, le prix du démontage, le prix du schéma à distribuer, il a surement été jugé utile de ne toucher à rien malgré l'abaissement de la vitesse...

Modifié par luxemburg
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En gare d'Hazebrouck le TIV 80 donnant la direction de Dunkerque est equipé de ces feux blancs clignotant alors que la VL max (pour les trains en provenance de Lille ) est de 110 km/h

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Des questions pour les CHSCT? :Smiley_39:

Pourquoi? Je vois pas le risque que porte un TIVD abordé à moins de 120 et équipé des 2 voyants blancs cli alterné. Même si cela n'est pas prévu par les règles de conception actuelles (l'EF5B12 en l'occurrence). On gagnerait quoi en terme de sécu à les supprimer? Peut-être que les voyants ont été installé à dessein au vu de l'implantation du TIVD (mauvaise visibilité par ex).

Par ailleurs le S1A se garde bien de donner une notion de vitesse : Il est juste indiqué que le TIVD mobile peut être accompagné de 2 voyants blanc clignotant alternativement.

Modifié par mignaloux
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce qu'il faut retenir de tous ces articles:

-ligne à VL superieure ou egale à 120=>obligatoire les 2 feux clignotants

-ligne à VL inferieure à 120=>pas obligatoire mais installés si mauvaise visibilité,eclairage urbain,ligne à brouillard.....

Pour ce qui est de Perrache,je ne vois pas pourquoi les vitesses auraient été plus elevées avant ?

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Pfuuu...

Pourquoi écrire des trucs si chacun fait comme il veut?

D'ailleurs tout ce fatras va bientôt disparaitre, adieu à toutes ces règles, notices, consignes et autres paperasses inutiles, adieu à l'expérience cumulée des 19ème et 20ème siècles ringards, adieu à l'unification des règles sur le réseau français et bonjour le choc de simplification voulu par les patrons du ferroviaire. Ça a déjà commencé depuis un bon bout de temps, en douce...

C'est quoi le sujet, déjà? Ah oui, les TIV pentagonaux?

:Smiley_45:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce qu'il faut retenir de tous ces articles:

-ligne à VL superieure ou egale à 120=>obligatoire les 2 feux clignotants

-ligne à VL inferieure à 120=>pas obligatoire mais installés si mauvaise visibilité,eclairage urbain,ligne à brouillard.....

Pour ce qui est de Perrache,je ne vois pas pourquoi les vitesses auraient été plus elevées avant ?

C'est comme les œilletons sur les panneaux à plaques "F" Désolé, JL d'avoir remis 100 balles dans la fente

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et en particulier pour les ponts qui ne supportaient pas le nouveau tonnage par essieu des wagons de marchandise.on de certaine loc.

Ce tonnage a été augmenté dans les années 70 ou 80 il me semble et les pentagonaux on fleuris..

il me semble qu'il y avait un pentagonal pour les CC65500 sur un pont de la GC Est entre nogent et sucy..

Je garde pieusement mon Titre I signaux, que j’aimais bien.

Il est encarté la fin du règlement un Avis général sécurité (AGS 8) de 1966 qui traite du feu rouge clignotant, de la bande jaune horizontale, de la pancarte J et du TIV pentagonal.

Je trouve que c’est mieux expliqué que le RGS « rouge » : cela concerne les locomotives désignées pour chaque section de ligne, désignées au LMTr, et les wagons dont le poids par essieu et la charge par mètre linéaire excèdent les possibilités normales des ouvrages d’art.

Je ne me souviens plus si c’est le passage à 22,5 t par essieu (la charge C des wagons). La lettre W n'existe plus, le tableau rond est remplacé par un pentagonal.

  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je garde pieusement mon Titre I signaux, que j’aimais bien.

Il est encarté la fin du règlement un Avis général sécurité (AGS 8) de 1966 qui traite du feu rouge clignotant, de la bande jaune horizontale, de la pancarte J et du TIV pentagonal.

Je trouve que c’est mieux expliqué que le RGS « rouge » : cela concerne les locomotives désignées pour chaque section de ligne, désignées au LMTr, et les wagons dont le poids par essieu et la charge par mètre linéaire excèdent les possibilités normales des ouvrages d’art.

Je ne me souviens plus si c’est le passage à 22,5 t par essieu (la charge C des wagons). La lettre W n'existe plus, le tableau rond est remplacé par un pentagonal.

attachicon.gifsignal pentagonal 1b.jpg

attachicon.gifsignal pentagonal 2a.jpg

merci je n'ai plus cette AGS.. juste un vieux souvenir..

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sur l'importance de la charge par mètre linéaire, on retrouve cela dans les prescriptions de chargement UIC des wagons.

Sur cette photo du site http://www.photos-ferroviaires.fr, le wagon plat U13 surbaissé (j’ai pas trouvé mieux) prend normalement 39 tonnes en charge C sur toute la longueur du plancher. Mais, on voit que sur le cartouche des limites des charges concentrées, entre les lettres a et a qui sont peintes sur le châssis du wagon, la charge est réduite à 25 t sur 3 mètres linéaires ou 30 tonnes sur lambourdes, etc.

Pour préparer les examens, on nous présentait le cas d’un chargement de x tonnes et d’une longueur comprise entre les lettres a-a et b-b. Il fallait donc faire une règle de trois pour vérifier la conformité. Pour ceux qui comme moi n’ont jamais réussi à bien « poser » une règle de trois, ce n’était pas la joie.

​Le marquage a, b, c sur le châssis du wagon (j'ai pas trouvé de photos valables sur le web)

Modifié par VSG
  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...