Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Messages recommandés

Le 01/04/2018 à 17:43, capelanbrest a dit :

En tous cas moi je n'y vois en qualité de client potentiel aucun avantage. ;)

Ba c'est mieux (ou moins pire pour les irréductibles pessimistes :Smiley_29:) qu'avant (du temps de la SNCF). A coût constant pour la collectivité.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, TER200 a dit :

Ba c'est mieux (ou moins pire pour les irréductibles pessimistes :Smiley_29:) qu'avant (du temps de la SNCF). A coût constant pour la collectivité.

pour ce qui est du matériel roulant sans aucun doute, y pas photo.....pour le reste.....il était difficile de faire moins bien. ;)

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, capelanbrest a dit :

pour ce qui est du matériel roulant sans aucun doute, y pas photo

Non, le matériel a été renouvelé juste avant le transfert il me semble.

Je parlais du volume de service et de la fréquentation.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ligne de la côte orientale corse

Le projet de réouverture de la ligne ferroviaire Casamozza-Folelli sur les rails

Un projet souvent annoncé mais jamais réalisé a été présenté aux élus de la microrégion par les Chemins de Fer de la Corse. Il comporte 3 variantes à l’étude qui réutilisent en partie la ligne de la Plaine fermée en 1953.

La ligne de la Plaine orientale inaugurée en 1888 entre Casamozza et Tallone puis prolongée jusqu’à Porto Vecchio en 1935 pourrait revoir passer des trains sur une partie du parcours. Son exploitation a pris fin en 1953 suite aux bombardements de la 2e guerre mondiale. La voie ferrée est aujourd’hui entièrement déposée même si quelques vestiges d’ouvrages d’art subsistent.

La volonté des Chemins de Fer de la Corse est de mener les études préliminaires à la réouverture du tronçon Casamozza-Folelli, soit 10,5 km environ. Un diagnostic foncier, environnemental, technique - avec notamment la création de passages à niveaux -  est envisagé. Il permettra de définir la faisabilité du tracé à choisir parmi 3 variantes proposées.

42 M€ de travaux estimés

Une analyse du potentiel client est en cours pour définir des arrêts pertinents et garantir un temps de parcours attractif.

L’enveloppe budgétaire pourrait atteindre les 42 M€ pour la variante la moins coûteuse avec une réalisation qui pourrait durer 5 ans. La livraison est souhaitée pour 2023/2024.

La suite dans France 3 Corse du mercredi 18 avril.

france10.jpg

Gare de Padulella, située sur l'ancienne ligne de la Plaine Orientale. / © Photo CFC.

  • J'adore 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...
  • 3 semaines plus tard...
 
Un BV 206 Hägglunds rail-route en essai sur les CFC
 
Le 28 février 2018, les CFC ont procédé, avec les pompiers de Venaco, à l’essai d’un engin rail-route chenillé articulé Hägglunds Bandvagn 206 (véhicule à haute mobilité) susceptible d’utiliser la ligne pour effectuer des interventions. Les tests ont été réalisés d’abord en marche avant de la gare de Venaco jusqu’à celle de Poggio-Riventosa (3 km), puis, au retour, en marche arrière. Ils ont été concluants dans les deux sens.
 
La suite dans Rail Passion de ce jour.
 
08-bv210.jpg
 
L’engin rail-route des pompiers lors de sa marche d’essai à Venaco (28 février 2018).
  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 5 mois plus tard...
  • 9 mois plus tard...

Corse : le train des plages

Une équipe de France 3 est partie en Corse, à la découverte d'un petit train qui vaut le détour.

Beaucoup d'estivants ont investi la rame, tous collés aux fenêtres, hypnotisés par le spectacle. À bord du vieux train, le confort est plutôt primaire. Avec seulement deux voitures et à peine quelques sièges pour s'asseoir, la plupart des passagers voyagent debout.   

Un décor à couper le souffle 

 

et avec la vidéo en prime

https://www.francetvinfo.fr/france/corse/corse/corse-le-train-des-plages_3556891.html

 

  • J'aime 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, jackv a dit :

 À bord du vieux train, le confort est plutôt primaire. Avec seulement deux voitures et à peine quelques sièges pour s'asseoir, la plupart des passagers voyagent debout.   

la modernisation des remorques a consisté à supprimer les sièges ...   pas sûr que les touristes apprécient tellement !

faute de commande centralisée ou d'un agent-circulation sur l'évitement en gare d'Algajola, il passe un train toutes les 2 heures au lieu d'un par heure avant l'éviction de la SNCF

Il est vrai que ça ne concerne que les pinzuti :ninja::ninja::ninja:, puisque que les autorails, circulant en solo hors saison, ont gardé leurs sièges (avec remise en état)

PS : les vieux trains n'ont pas 30 ans, mais grâce aux bons soins des CFC, sur 7 autorails et 6 remorques, il ne reste que 3 ensembles. Question confort, ils sont bien meilleurs que l'AMG, plus silencieux, avec une meilleure tenue de voie. Manque la clim, mais ce n'est pas forcément un désavantage.

Modifié par Bibloc
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 année plus tard...

La Cour des Comptes Régionale trés critique avec la gestion des CFC et de son organisme de tutelle, la Collectivité de Corse, avec en particulier un cout d'exploitation trois fois supérieur à celui des services TER continentaux.

Le rapport de la CCR n'est pas encore public, mais a fuité (comme d'habitude)

Source: Article de Corse Matin du 25 février 2021.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 13 minutes, Laroche a dit :

La Cour des Comptes Régionale trés critique avec la gestion des CFC et de son organisme de tutelle, la Collectivité de Corse, avec en particulier un cout d'exploitation trois fois supérieur à celui des services TER continentaux.

Le rapport de la CCR n'est pas encore public, mais a fuité (comme d'habitude)

Source: Article de Corse Matin du 25 février 2021.

une deuxième couche..

L'exploitation du transport ferroviaire depuis 2011. "La collectivité de Corse peine à intervenir sur son délégataire alors même qu'elle finance plus de 80 % des charges de la société, qu'elle est actionnaire majoritaire à 65 %, qu'elle dispose de onze membres sur les dix-huit du conseil d'administration, et que son président est membre de l'assemblée de Corse". 

Ce qui porte le coût d'exploitation du voyageur à 66,61 centimes par kilomètre, contre 10,8 centimes pour la voiture particulière et 22,2 centimes pour les Transports Express Régionaux. "Afin de tendre vers un niveau équivalent au TER, le nombre de voyageurs par kilomètre devrait être multiplié par trois à coûts constants".

https://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/corse-du-sud/grand-ajaccio/chemins-de-fer-de-la-corse-le-rapport-accablant-de-la-cour-des-comptes-pour-l-executif-1969798.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 25/02/2021 à 14:50, jackv a dit :

une deuxième couche..

L'exploitation du transport ferroviaire depuis 2011. "La collectivité de Corse peine à intervenir sur son délégataire alors même qu'elle finance plus de 80 % des charges de la société, qu'elle est actionnaire majoritaire à 65 %, qu'elle dispose de onze membres sur les dix-huit du conseil d'administration, et que son président est membre de l'assemblée de Corse". 

Ce qui porte le coût d'exploitation du voyageur à 66,61 centimes par kilomètre, contre 10,8 centimes pour la voiture particulière et 22,2 centimes pour les Transports Express Régionaux. "Afin de tendre vers un niveau équivalent au TER, le nombre de voyageurs par kilomètre devrait être multiplié par trois à coûts constants".

https://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/corse-du-sud/grand-ajaccio/chemins-de-fer-de-la-corse-le-rapport-accablant-de-la-cour-des-comptes-pour-l-executif-1969798.html

Ça ressemble pratiquement trait pour trait à ce que reprochait la Cour des Comptes à la CFC en... 2018.

Et il n'y a pas de quoi s'en plaindre ; il semble que les usagers des trains apprécient les voyages et le budget annuel du CFC est malgré tout moitié moins que ce que réclamait la SNCF pour exploiter le réseau (22 M€ contre 48M€ demandés par an par la SNCF en 2010). 

Du coup je propose une expérience pas très utile : comparer les coûts d'exploitations de quatre réseaux de voie métrique français proposant du service quotidien (il reste la ligne du Blanc-Argent que j'ai omise) :

- les Chemins de fer de Provence

- le Train Jaune

- le Mont-Blanc Express

- les CFC

Ce tableau de comaparaison est sommaire ; il s'agit de comparer les coûts d'exploitation (ce qui omet les coûts supplémentaires de rénovation de voie, d'achat de matériel ou liés au contrats État-Région).

Il montre cependant que les frais d'exploitations corses sont... dans la moyenne vis-à-vis du trafic voyageurs sur les lignes en voie métrique, au-dessus d'une bonne partie des autres au niveau du coût au kilomètre (sérieusement, je m'attendais à un plus gros coût d'exploitation au km sur la ligne du Train Jaune au vu de l'alimentation par 3e rail).

sources (non-officielles ; Corse 2019, Provence 2018, Train Jaune et Mont-Blanc Express 2014*)

Comparaison entre les principaux réseaux métriques vis-à-vis des coûts d'exploitation

(données approximatives)

Réseau  Longueur  Coûts d'Exploitation   Voyageurs      CE/km     CE/Voyageur

CFC         232 km                22 M€             1 170 000      94 876 €     18,80 €

CP            151 km                 13 M€              450 000       86 093 €     28,88 €

TJ              63 km                 4.8 M€             180 000        76 190 €      26,67 €

M-BE         36 km                 10 M€               801 000       277 780 €    12,48 €

 

Légende : CE/km : coût d'exploitation au kilomètre, CE/Voyageur : coût d'exploitation au voyageur.

Notes : Chiffres de fréquentation de 2012 (M-BE), 2014 (TJ), 20?? (site du CP), 2017 (CFC).

* Source partiale car extraite d'un document de défense du Train jaune + datée (2014, avec une ligne dans un état sévèrement dégradé et un coût d'exploitation anormalement élevé pour le Mont-Blanc Express).

Modifié par Inujust R.
Mise en forme
  • J'aime 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chronique. On ne parle pas assez des trains qui arrivent à l'heure..

On a changé les motrices il y a dix ans, non pour sauver le rail en Corse mais la vie d'une industrie du rail dans les Hautes-Pyrénées, mais pas forcément de conducteur, et trop de projets ébauchés - le transport du fret ou des déchets vers leur traitement, la liaison poussée vers la Plaine - sont restés à quai.

https://www.corsematin.com/articles/chronique-on-ne-parle-pas-assez-des-trains-qui-arrivent-a-lheure-115998

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 mois plus tard...

la Chambre régionale des comptes de Corse (CRC) a saisi la justice pour des soupçons de « détournements de fonds publics » en lien avec la gestion du réseau ferroviaire insulaire.

Selon nos informations, les soupçons de détournements de fonds émis par la Chambre régionale des comptes porteraient notamment sur la stratégie patrimoniale du domaine public ferroviaire...En clair : sur des ventes ou des occupations de parcelles à vocation ferroviaire, propriété de la Collectivité de Corse.

https://www.corsematin.com/articles/soupcons-de-detournements-de-fonds-dans-le-secteur-ferroviaire-corse-116735

 il n'y a plus qu'a attendre les suites de l’enquête...voir plus

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...