Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Une rencontre...


Z2N Tuning

Messages recommandés

Invité technicentre

Une autre histoire effroyable qui me revient en mémoire et qui date de 10 ou 15 ans, du temps où je sévissait encore au SMUR de Villeneuve St Georges,  dont certains cheminot ont peut être entendu parler, c'est ce jeune fraichement embauché à l'EVEN, et qui s'est fait percuter par un GL entre Villeneuve le Roi et Ablon en voulant récupérer du matos qu'il avait oublié dans l'entraxe de la voie malgré les annonces sonores des annonceurs!

Si c'est celui auquel je pense, c'était un apprenti qui s'est fait percuter à Vigneux... ça fait déjà tout ce temps?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

C'est à peu prés ça.

Oui "à peu près"... Pour moi ça a été déclaration d'accident de travail auprès de mon médecin traitant, le petit mot du chef de feuille "fait gaffe, si tu te fais arrêter tu devras repasser la visite d'aptitude et tu risques de pas rouler avant un bon moment le temps d'avoir un RDV". Je ne souhaitais pas reprendre sur une nuit, pour ne pas me retrouver dans la configuration exact de l'accident, puis les journées je trouvais ça moins oppressent, j'avais bien organisé ma reprise avec un collègue qui a bien voulu me laisser sa journée de service avec un train de jour repassant sur les lieux de l'accident, mais mon jeune DPX trou du c** s'est débrouillé pour me faire reprendre sur une nuit, sur un train qui ne repassait pas sur les lieux parce que Monsieur ne pouvait pas m'accompagner personnellement sur le train que je souhaitais faire. Il aurait put déléguer... En résumé, j'ai été très bien soutenu par les pompiers, les policiers ainsi que l'équipe d'astreinte, par contre pour ce qui est de mon retour au dépôt... Cherchez l'erreur...

  • J'adore 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui "à peu près"... Pour moi ça a été déclaration d'accident de travail auprès de mon médecin traitant, le petit mot du chef de feuille "fait gaffe, si tu te fais arrêter tu devras repasser la visite d'aptitude et tu risques de pas rouler avant un bon moment le temps d'avoir un RDV". Je ne souhaitais pas reprendre sur une nuit, pour ne pas me retrouver dans la configuration exact de l'accident, puis les journées je trouvais ça moins oppressent, j'avais bien organisé ma reprise avec un collègue qui a bien voulu me laisser sa journée de service avec un train de jour repassant sur les lieux de l'accident, mais mon jeune DPX trou du c** s'est débrouillé pour me faire reprendre sur une nuit, sur un train qui ne repassait pas sur les lieux parce que Monsieur ne pouvait pas m'accompagner personnellement sur le train que je souhaitais faire. Il aurait put déléguer... En résumé, j'ai été très bien soutenu par les pompiers, les policiers ainsi que l'équipe d'astreinte, par contre pour ce qui est de mon retour au dépôt... Cherchez l'erreur...

C'est souvent le cas avec les pompiers.

Moi aussi,au dépot,il n'y avait personne qui m'attendait (un jour en semaine à 17h).Ils n'étaient même pas au courant.

Pour faire con,je me suis présenté à ma fin de service (avec +5h),en faisant juste tirer le trait,+2RP+2CA+2RP¨et suite roulement.

Je suis rentré chez moi,seul.....

C'est une psychologue de la Gendarmerie (ils ont une sorte d'association) qui m'a appelé le lendemain pour me donner ses coordonnées et me demander comment j'allais....

Je l'ai contacté 1 semaine plus tard pour lui donner de mes nouvelles.

  • J'adore 7
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui "à peu près"... Pour moi ça a été déclaration d'accident de travail auprès de mon médecin traitant, le petit mot du chef de feuille "fait gaffe, si tu te fais arrêter tu devras repasser la visite d'aptitude et tu risques de pas rouler avant un bon moment le temps d'avoir un RDV".

Oui et alors, il est où le problème ? Sauf que dans les cas que j'ai connu, la VAS pour accident de personne s'est faite à la reprise de l'arrêt de travail sans délai, et m^me 2 fois en moins de trois mois pour le même mécano qui s'es vu faire 3 VAS en mois de 5 mois avec la première avant ses accidents de personnes.

 

Ton chef de feuille y a été au flan et t'as balancer une belle intox pour que tu ne te fasse pas arrêter, devine pourquoi ? 

  • J'adore 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

oui en parler  c'est surement une solution pour essayer d'évacuer ..

mais c'est incroyable le cerveau humain ,on croit oublier mais que ce soit  44ans  , 41 ou 40 ans après, le fait d'évoquer un accident sur le forum et le flash des derniers 1/10 de secondes que l'on a vu revient en mémoire et dans le yeux.. est ce que l'aide d'un psy comme cela devrait avoir lieu diminue ce stress ?

Modifié par jackv
  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je viens de vérifier un truc, pour un agent non titulaire de la licence conducteur, le passage par la VAS n'est pas obligatoire après un arrêt de travail ayant pour origine un accident de personne et une visite de reprise chez le médecin du travail n'est obligatoire qu'à partir de 30 jours d'arrêt

 

Source TT00047( pour couper cours à toute interprétation)

  • J'adore 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je viens de vérifier un truc, pour un agent non titulaire de la licence conducteur, le passage par la VAS n'est pas obligatoire après un arrêt de travail ayant pour origine un accident de personne et une visite de reprise chez le médecin du travail n'est obligatoire qu'à partir de 30 jours d'arrêt

 

Source TT00047( pour couper cours à toute interprétation)

Je confirme, je n'ai pas passé de visite de reprise. Tout juste un accompagnement par mon CTT sur le train de la reprise (qui d'ailleurs passait à l'endroit de l'accident).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et puis, cette VAS doit être sûrement "allégée", non???

oui en parler  c'est surement une solution pour essayer d'évacuer ..

mais c'est incroyable le cerveau humain ,on croit oublier mais que ce soit  44ans  , 41 ou 40 ans après, le fait d'évoquer un accident sur le forum et le flash des derniers 1/10 de secondes que l'on a vu revient en mémoire et dans le yeux.. est ce que l'aide d'un psy comme cela devrait avoir lieu diminue ce stress ?

 On ne peut pas oublier un événement comme celui-là.......

Les souvenirs d'avant et d'après l'événement peuvent s'estomper, mais celui du moment "fatal", non. C'est ce que j'en pense.

  • J'adore 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et puis, cette VAS doit être sûrement "allégée", non???

Au départ un de mes collègues quelques mois après sa première VAS y est retourné suite à accident de personne, il en est ressorti remonté car , on a voulu lui refaire la totale et lui n'était pas d'accord et surtout ne voyait pas la nécessite de refaire  tout le tintouin, il a été menace d'être déclaré inapte et lui de suite, "chiche" et cela s'est arrête là et le pire est qu'il est revenu pour la même chose peu de temps après

  • J'adore 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et puis, cette VAS doit être sûrement "allégée", non???

 On ne peut pas oublier un événement comme celui-là.......

Les souvenirs d'avant et d'après l'événement peuvent s'estomper, mais celui du moment "fatal", non. C'est ce que j'en pense.

Hum non je ne suis pas sur. C'est à mon avis très personnel, c'est à dire que cela dépend des moyens que ton cerveau - de manière totalement inconsciente - mettra en place pour te protéger du traumatisme.

Par exemple je me souviens assez bien de "l'après", mais je n'ai rien de précis sur "l'avant" ou "le pendant". D'ailleurs, et alors que je passe tous les jours sur les lieux du suicide, je ne saurais pas dire le lieu exact du choc, ni même si mon suicidé portait un vêtement (je ne parle même pas de sa couleur, je n'ai aucun souvenir de lui).
Je me souviens de la zone dans laquelle il a sauté, mais c'est tout.
Par contre je me souviens du lieu où je me suis arrêté.

Je confirme, je n'ai pas passé de visite de reprise. Tout juste un accompagnement par mon CTT sur le train de la reprise (qui d'ailleurs passait à l'endroit de l'accident).

Ca me semble quand même vachement plus logique. Ne pas repartir seul, ça peut être important; certainement que c'est parce que mon chef est venu qu'au final ça ne m'a pas été utile.

C'est souvent le cas avec les pompiers.

Moi aussi,au dépot,il n'y avait personne qui m'attendait (un jour en semaine à 17h).Ils n'étaient même pas au courant.

Pour faire con,je me suis présenté à ma fin de service (avec +5h),en faisant juste tirer le trait,+2RP+2CA+2RP¨et suite roulement.

Je suis rentré chez moi,seul.....

C'est une psychologue de la Gendarmerie (ils ont une sorte d'association) qui m'a appelé le lendemain pour me donner ses coordonnées et me demander comment j'allais....

Je l'ai contacté 1 semaine plus tard pour lui donner de mes nouvelles.

Non mais un chef, c'est fait pour toucher une solde.

Par contre un humain, c'est fait pour aider. Ceux-là ne sont pas tous chefs par contre.

  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hum non je ne suis pas sur. C'est à mon avis très personnel, c'est à dire que cela dépend des moyens que ton cerveau - de manière totalement inconsciente - mettra en place pour te protéger du traumatisme.

Par exemple je me souviens assez bien de "l'après", mais je n'ai rien de précis sur "l'avant" ou "le pendant". D'ailleurs, et alors que je passe tous les jours sur les lieux du suicide, je ne saurais pas dire le lieu exact du choc, ni même si mon suicidé portait un vêtement (je ne parle même pas de sa couleur, je n'ai aucun souvenir de lui).
Je me souviens de la zone dans laquelle il a sauté, mais c'est tout.
Par contre je me souviens du lieu où je me suis arrêté.

oui chaque cerveau doit réagir a sa manière .....nous ne sommes pas encore clonés...

mais les mesures prises depuis les années 90 à la SNCF ..relèves sur le terrain, accompagnement médical si nécessaire , reprise accompagnée...sont tout de même un + si elles sont bien appliquées et sans arrières pensées..mais surement encore insuffisantes..

avant cela on poursuivait sa journée et son service comme si de rien n'était..étonnant qu'il n'y ait pas eu des  surs accidents de sécurité derrière car tu n'avais vraiment pas le tête a la conduite....

Modifié par jackv
  • J'adore 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

oui chaque cerveau doit réagir a sa manière .....nous ne sommes pas encore clonés...

mais les mesures prises depuis les années 90 à la SNCF ..relèves sur le terrain, accompagnement médical si nécessaire , reprise accompagnée...sont tout de même un + si elles sont bien appliquées et sans arrières pensées..mais surement encore insuffisantes..

avant cela on poursuivait sa journée et son service comme si de rien n'était..étonnant qu'il n'y ait pas eu des  surs accidents de sécurité derrière car tu n'avais vraiment pas le tête a la conduite....

bonjour

accident de personne post 90 (2001)

- pas d'accompagnement du 1 er train (mais je n'ai pas souhaité d'arrêt)

- pas d'accompagnement moral au sens où personne ne m'en a parlé depuis, que ce soit un CTT en accompagnement ou lors d'une quelconque visite médicale.

On peut donc dire que mon service s'est poursuivi comme si il ne s'était rien passé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

accident de personne post 90 (2001)

- pas d'accompagnement du 1 er train (mais je n'ai pas souhaité d'arrêt)

- pas d'accompagnement moral au sens où personne ne m'en a parlé depuis, que ce soit un CTT en accompagnement ou lors d'une quelconque visite médicale.

On peut donc dire que mon service s'est poursuivi comme si il ne s'était rien passé.

est toi comment es tu ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...