Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Liberté ?


Gom

Messages recommandés

Sujet un peu annexe à l'actualité médicale, on parle beaucoup de liberté à sauver sur la question du pass sanitaire. Je suis tombé sur un podcast (que je n'arrive bien évidemment pas à retrouver...) d'un philosophe qui évoquait la question de la liberté, au sens large. Ca me semble intéressant comme sujet de débat.

Savoir si on peut définir la liberté. Dans les débats récents, on parle de la liberté comme d'une valeur qu'il faudrait à tout prix sauver, comme si c'était un acquis. A aucun moment on ne se pose la question de comment celle-ci s'est construite, et peut-être avons nous encore à la construire.

Je m'explique : Est-on libre de tout ? Sommes-nous libre d'aller nous servir chez un marchand, prendre ce dont on a besoin et partir sans payer ? Il y aurait donc des limites à la liberté, des règles ? Le podcast prenait exemple des jeux. Quel que soit le jeu, on joue toujours en suivant des règles.

La suite vient donc sur la limite entre règle et contrainte. On entend "s'il y a une contrainte, c'est une entrave à la liberté". Soit. Beaucoup s'accorde sur le fait que payer ses impôts est une contrainte. C'est donc une entrave à la liberté, de devoir payer ses impôts ?

Au choix, soit on peut être dans le négatif et râler sur ces vilaines contraintes qui sont des entraves à nos libertés, soit on voit la règle comme quelque chose de positif. Je ne dois pas voler parce que je n'apprécierai pas d'être volé. Je dois payer mes impôts parce que l'argent récolté servira à tout le monde, à l'éducation des enfants, les transports, la santé... (ouais, suis un peu utopiste des fois 😉 ). Sur un forum, je ne dois pas imposer mes idées parce que je n'aimerais pas qu'on m'en impose.

 

Sans débattre du pass sanitaire (parce que ce n'est pas le sujet), je trouve intéressant d'avoir vos avis, votre définition de la liberté. Est-elle selon vous limitée par des contraintes ou fait-elle simplement appel à des règles. Et où doit-on placer le curseur.

  • J'aime 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On est libre dans la limite du respect des dix commandements (pas de référence à la religion ici, il ne s'agit que de règles générales qui régissent la vie en société), tout ce qui rajoute des contraintes est une limitation à nos libertés... Il va sans dire que le code de la route (par exemple) est inclus dans ces fameux dix commandements. Certaines mesures prises sont plus ou moins assimilables à des brimades et doit-on les accepter sans réfléchir et protester?

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aime bien ton exemple du code de la route. Il n'existait pas, il y a 300 ans. Quand il a été créé, il est apparu comme une contrainte. Et il évolue encore aujourd'hui d'ailleurs, chaque nouvelle règle est immédiatement assimilée à une contrainte. A mon sens, cette limite règle/contrainte évolue continuellement, la société la fait évoluer. A nous tous de voir vers où on veut aller...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, Gom a dit :

J'aime bien ton exemple du code de la route. Il n'existait pas, il y a 300 ans. Quand il a été créé, il est apparu comme une contrainte. Et il évolue encore aujourd'hui d'ailleurs, chaque nouvelle règle est immédiatement assimilée à une contrainte. A mon sens, cette limite règle/contrainte évolue continuellement, la société la fait évoluer. A nous tous de voir vers où on veut aller...

cela me rappelle un texte (sur le fond) de Jean-Claude Kaufmann sociologue, directeur de recherche honoraire au CNRS lu dans le monde

en résumé

" Un sentiment d’autonomie individuelle  nous fait refuser de voir que cette autonomie se déploie à l’intérieur de cadres de plus en plus contraignants, spécialement pour tout ce qui touche à la santé ,aux risques mortels ou en cas de crise. Les mesures disciplinaires actuelles n’ont donc rien de surprenant ; elles s’intègrent dans un irrépressible mouvement historique.

Nous décidons de plus en plus par nous-mêmes et pour nous-mêmes, dans les domaines les plus divers, inventant notre propre morale et notre propre vérité. Ce nouveau type de comportement sociétal produit à la fois un élargissement des libertés concrètes dans certains domaines et un fractionnement (du au comportement individuel) qui implique une montée des normes et d' interdits de toutes sortes pour assurer les conditions du vivre-ensemble.

Dans aucune société auparavant, des limitations administratives de la liberté individuelle n’ont été aussi nombreuses qu’aujourd’hui ..

La revendication "c'est ma liberté" brandie dans les manifs  est elle oui  ou non recevable, pour le définir il faut analyser le contexte et l’impératif qui, au nom du bien commun, impose une restriction des libertés.."

Il est urgent de comprendre que ce si beau principe de liberté s’exerce dans un périmètre infiniment plus étroit que ce que nous imaginons ; il faut arrêter de rêver et regarder la réalité en face.

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...