Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Reprise Générale Du Trafic Sncf, Sauf Dans Le Midi


Messages recommandés

La reprise du trafic des trains est générale sur les TGV et les grandes lignes Corail à l'exception de certains TER dans le midi de la France et sur le réseau de Paris-Saint-Lazare, a annoncé vendredi matin la SNCF, après la grève ayant entraîné jeudi d'importantes perturbations, notamment sur les réseaux régionaux.

A Paris-Saint-Lazare, seulement 65 % du trafic est assuré alors que sur l'ensemble du réseau Transcilien (région parisienne), "le trafic est normal", a précisé la SNCF.

Des perturbations sont cependant enregistrées dans les TER à Rouen, avec 35 % du trafic, à Marseille, à Montpellier et dans la région Midi-Pyrénées où les trains régionaux circulent "entre 50 et 60%", a ajouté la SNCF.

Ces perturbations persistent à la suite de mouvements de grève locaux à l'appel de plusieurs organisations syndicales pour des revendications portant sur les salaires, les primes et l'emploi.

La grève, quatrième d'ampleur nationale en 2005 à l'appel de quatre des huit syndicats (CGT, FO, Sud-Rail et CFE-CGC) a été suivi par 25,8% des cheminots selon la direction, et près de 30% selon la CGT (majoritaire).

Selon FO-cheminots, il y a avait jeudi "près de 40% de grévistes à l'exécution et un cheminot sur quatre en grève tous collèges confondus".

La SNCF a dès jeudi matin fait état d'un trafic "meilleur" que prévu avec "5 à 10% des TER (Trains express régionaux) en plus, des trains grandes lignes plus nombreux et un trafic de 5 % supérieur aux prévisions sur le Transilien".

L'opérateur ferroviaire avait tablé mercredi sur la circulation de 60% des TGV, de 35% des Corail sur le réseau national et un trafic de 25% à 50% sur les lignes de banlieue parisienne.

Seuls les trains internationaux ont connu un "service normal" avec "quelques adaptations" pour l'Eurostar et le Thalys.

Pour les TER, le trafic était particulièrement difficile en Aquitaine, avec un train sur cinq.

Les régions Alsace, Lorraine, Grand Ouest, Languedoc-Roussillon, Centre, Franche-Comté et PACA ont connu des perturbations plus ou moins importantes.

Dans les gares parisiennes, la situation semblait assez calme. A Saint-Lazare, les habituelles scènes de cohue ont été évitées.

Les usagers ont pris leurs dispositions, grâce à la campagne d'information que la SNCF met désormais en place à chaque grève depuis janvier : numéros donnant les informations en temps réel, affichage dans les gares et listes des trains dans la presse écrite.

"C'est également dû au fait que nous sommes plus réactifs : avant on s'en tenait aux prévisions; maintenant, quand on a du personnel prévu absent qui finalement travaille, on l'utilise tout de suite", a expliqué la direction.

Les syndicats dénoncent les suppressions d'emplois du budget 2005 (moins 3.007 emplois) et demandent des hausses de salaires permettant le rattrapage de la baisse du pouvoir d'achat.

Ce conflit social est le premier depuis la nomination de Dominique de Villepin à Matignon. Le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Didier Le Reste, a exprimé sa satisfaction compte tenu d'un "contexte politique difficile (après le référendum), de la division syndicale et des pressions de la direction comme du ministère des Transports".

Il a qualifié la grève d'"action de haut niveau qui doit peser dans les négociations à venir, sans quoi les cheminots seront en légitime défense".

Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a fait valoir que les cheminots défendaient également une "conception du service public à laquelle les travailleurs sont attachés", ce qui "faisait aussi partie de leur vote dimanche".

Les grévistes ont reçu le soutien du PS et des Verts.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.