Aller au contenu
Le Web des Cheminots

La Vidéosurveillance


kerguel

Messages recommandés

La gendarmerie de Vendôme met sur le net une vidéo surveillance dans le cadre d'une enquête pour meutre.

Les 3 personnes recherchées semblent faciles à identifier. Ont-elles vraiment quelque chose à voir avec l'affaire criminelle en question ?

De toute façon on ne va pas tarder à le savoir.

L'article du Parisien et la vidéo consultable sur le lien de la gendarmerie.

Appel à témoins

Une vidéo afin de tenter d’élucider le meurtre d’un retraité

Trois hommes qualifiés par la gendarmerie nationale de « témoins importants » dans le cadre des investigations sur la mort d’un retraité de 61 ans sont activement recherchés. Ils pourraient détenir des renseignements susceptibles de faire avancer une enquête jusque-là enlisée. Après dix mois d’investigations, les gendarmes de la section de recherche d’Orléans ont mis sur Internet une vidéo dont ils disposent et lancent un appel à témoins par le biais d’un numéro vert*.

« Ce sont des hommes âgés de 25 à 45 ans de type européen qui s’expriment correctement en français. L’intérêt est de toucher un maximum de monde avec cette vidéo, de telle sorte qu’on arrive à avoir une réponse sur ce dossier. On n’est pas loin de toucher au but et une diffusion importante de cette vidéo nous permettra de résoudre cette affaire », estime un enquêteur sans vouloir en dire plus sur l’éventuelle implication du trio dans le crime.

La veille du cambriolage, ces hommes ont été aperçus dans un magasin de bricolage à Vendôme. La vidéo diffusée par la gendarmerie a été tournée par le système de surveillance de l’établissement. Ils y auraient acheté différents objets retrouvés sur les lieux du crime. Le 26 mars, la commune de Moisy (Loir-et-Cher) était sous le choc. C’est vers 8 heures du matin à l’heure du petit déjeuner que trois cambrioleurs s’introduisent dans le pavillon d’Henri Chevet, à l’entrée du bourg. Ils sont déterminés. Très vite le propriétaire tente de s’interposer mais il est frappé avant d’être ligoté puis bâillonné. Son épouse est aussi victime de coups, notamment au visage.

La scène est relativement rapide. Les cambrioleurs fouillent les étages avant de repartir avec une importante somme d’argent.

Il décède étouffé

« Ils sont entrés par l’arrière de la maison. Mon père a voulu ouvrir les volets et c’est là qu’ils l’ont agressé. Ils sont entrés, un l’a poussé et ils se sont acharnés sur lui », témoigne leur fille Sonia. Henri Chevet, jeune retraité de 61 ans, est violemment frappé. Il décédera étouffé. Soudeur de métier, originaire de la région parisienne, il était venu s’installer dans le Vendômois à l’aube de sa retraite avec son épouse, une infirmière libérale. Le couple, connu dans le village comme discret et courtois, avait deux filles dans la région. « Henri Chevet était un excellent voisin qui entretenait des bonnes relations avec les gens du quartier », témoigne un riverain. Quelques jours après le drame, le couple devait effectuer un voyage organisé à l’étranger.

*

Le Parisien

Le lien de la gendarmerie. Cliquez sur "Appels à témoins" http://www.gendarmerie.defense.gouv.fr/judiciaire/index.html

http://www.leparisien.fr/faits-divers/une-...009-368928.php#

Modifié par kerguel
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

non,non c'est une devinette; a ce kerguel !!!

Il vient de se faire coincer par sa bergère ...

Hop la main dans le sac ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...