Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Un autre syndicalisme ...


michael02

Messages recommandés

Réflexion ... Je l'avais mise ailleurs, mais c'est un vrai sujet, enfin je le pense ...

Le drame pour les salariés et le syndicalisme, c'est ce qui est mis en place pour que les OS se déchirent entre elles pour avoir le plus gros z... et enfoncer les autres...

Les critères de représentativité passés des 5 confédérations au niveau national étaenit injustes parce qu'historiques et irrespectueuse des syndicats émergents.

Les nouveaux critères d'un accord "commun" écrasent les syndicats minoritaires qui, d'évidence, ne sont pas plus mauvais que les autres. Ce qui est dramatique c'est qu'un syndicat veuille la mort d'un autre syndicat ... Et je ne parle que des appareils car je ne veux pas même pas entendre la hargne de militants qui veulent éliminer le syndicat d'un autre militant.

Une vraie réponse politique des OS - représentantes des salariés - aux objectifs autoritaires du patronat et du gouvernement et à sa volonté de dominer le dialogue social serait de s'entendre pour que chaque organisation ait une part égale aux élections professionnelles : par exemple pour 8 OS présentes, tout le monde serait crédité de 12,5 % et roule la machine...

Quel pied de nez ce serait au gouvernement qui veut régner seul sur des soumis... Quelle réponse ce serait au MEDEF qui "fédère" si bien l'ensemble des points de vue patronaux...

Adversaires dans les entreprises à en être suicidaires, quelquefois rassemblés au niveau national, associés au sein de la confédération européenne, copains au niveau mondial... ce qui est possible au loin ne serait pas possibles dans nos boîtes ? Ou alors est ce parce qu'on s'éloige de son pré carré qu'on devient plus malin ?

Quand les salariés auront ils en France l'offre d'UN syndicalisme solidaire regroupant des sensibilités différentes ?

C'est peut être ce qu'ils attendent pour adhérer.

Et m....de, je l'ai dit ...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le drame pour les salariés et le syndicalisme, c'est ce qui est mis en place pour que les OS se déchirent entre elles pour avoir le plus gros z... et enfoncer les autres...

Les critères de représentativité passés des 5 confédérations au niveau national étaenit injustes parce qu'historiques et irrespectueuse des syndicats émergents.

Les nouveaux critères d'un accord "commun" écrasent les syndicats minoritaires qui, d'évidence, ne sont pas plus mauvais que les autres. Ce qui est dramatique c'est qu'un syndicat veuille la mort d'un autre syndicat ... Et je ne parle que des appareils car je ne veux pas même pas entendre la hargne de militants qui veulent éliminer le syndicat d'un autre militant.

Réflexion ... Je l'avais mise ailleurs, mais c'est un vrai sujet, enfin je le pense ...

Une vraie réponse politique des OS - représentantes des salariés - aux objectifs autoritaires du patronat et du gouvernement et à sa volonté de dominer le dialogue social serait de s'entendre pour que chaque organisation ait une part égale aux élections professionnelles : par exemple pour 8 OS présentes, tout le monde serait crédité de 12,5 % et roule la machine...

Quel pied de nez ce serait au gouvernement qui veut régner seul sur des soumis... Quelle réponse ce serait au MEDEF qui "fédère" si bein l'ensemble des points de vue patronaux...

Adversaires dans les entreprises à en être suicidaires, quelquefois rassemblés au niveau national, associés au sein de la confédération européenne, copains au niveau mondial... ce qui est possible au loin ne serait pas possibles dans nos boîtes ? Ou alors est ce parce qu'on s'éloige de son pré carré qu'on devient plus malin ?

Quand les salariés auront ils en France l'offre d'UN syndicalisme solidaire regroupant des sensibilités différentes ?

C'est peut être ce qu'ils attendent pour adhérer.

Et m....de, je l'ai dit ...

:)lotrela:Smiley_11::Smiley_15: ça m'émeu!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je crois qu'il y a au moins quelques questions qui se posent auxquelles vous rajouterez les votres :

- un syndicalisme éclaté en dizaines d'organisations (nationales, professionnelles, catégorielles...)

- un taux de syndicalisation extrêmement faible en particulier dans le privé et les petites et moyennes entreprises

- un déchirement entre OS quasi permanent

- le non respect de l'indépendance syndicale par les partis de tout bord et militants politiques (vieux réflexe...)

- une (ré)pression anti-syndicale de la part du patronat, de la droite, du gouvernement y compris au plus haut niveau

- un dénigrement quasi systématique des positions que prennent les syndicats par une grosse majorité des salariés malheureusement ...

Et même comme c'est le cas en ce moment, quand les 8 plus grandes OS (CGT CFDT FO CFTC UNSA CGC Solidaires FSU) ont une démarche unitaire

il y en a qui critique ...

P'têt bien qu'il ne faudrait qu'un seul syndicat... avec 100% de salariés adhérents

pour être en accord avec nous même...

Modifié par Dom-trappeur
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il faudrait plus une seule guerre, à manger pour tous, l'amour comme valeur universelle ...

Ton idée du syndicalisme à autant de chance d'arriver que ces banalités pourtant louables.

Car l'humain, et sa tendance à penser à son nombril avant tout ne changera pas, même quand il tient un discours différent au seins d'une confédération.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il faudrait plus une seule guerre, à manger pour tous, l'amour comme valeur universelle ...

Ton idée du syndicalisme à autant de chance d'arriver que ces banalités pourtant louables.

Car l'humain, et sa tendance à penser à son nombril avant tout ne changera pas, même quand il tient un discours différent au seins d'une confédération.

Ce qui me frappe cependant, c'est que les patrons savent masquer les divergences entre leurs OP : dans les négos paritaires ils sont parfois 25 présents (comme 5 * 5), un seul s'exprime et s'il y a problème ils demandent une suspension de séance pour s'expliquer entre eux...

Faut savoir ce qu'on veut ... gagner ou ramer ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce qui me frappe cependant, c'est que les patrons savent masquer les divergences entre leurs OP : dans les négos paritaires ils sont parfois 25 présents (comme 5 * 5), un seul s'exprime et s'il y a problème ils demandent une suspension de séance pour s'expliquer entre eux...

Faut savoir ce qu'on veut ... gagner ou ramer ...

Eux sont formés. Les délégués sont formés à se respecter s'ils sont de la même OS et à se flinguer s'ils sont d'une OS différente car le but est d'exister, pas de défendre un intérêt commun (au niveau national au moins). Et faut surtout pas le dire donc j'ai rien dit. Je refais :

Ils sont bien entendu tous là pour défendre le salariés et si leurs divergences sont parfois visible et bruillantes, elles ne sont que la réponses aux attaques injustes et incessantes d'un patronat ultra-libéral aux ordres des grands groupes financiers qui gouvernent le monde au nom du gain maximum sur le dos des pauvres travailleurs qui luttent ....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Eux sont formés. Les délégués sont formés à se respecter s'ils sont de la même OS et à se flinguer s'ils sont d'une OS différente car le but est d'exister, pas de défendre un intérêt commun (au niveau national au moins). Et faut surtout pas le dire donc j'ai rien dit. Je refais :

Ils sont bien entendu tous là pour défendre le salariés et si leurs divergences sont parfois visible et bruillantes, elles ne sont que la réponses aux attaques injustes et incessantes d'un patronat ultra-libéral aux ordres des grands groupes financiers qui gouvernent le monde au nom du gain maximum sur le dos des pauvres travailleurs qui luttent ....

Sur le constat, dont acte. En ce qui concerne la formation aussi. Qu'on s'en contente en revanche ... controleursncf

Sur la seconde idée, il est évident qu'un salariat uni, ou univoque, serait une meilleure parade à l'exploitation patronale...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui oui oui... Il ressort de l'analyse que le syndicalisme est une machine à ne

N'empêche qu'à la CES-ETUC à Bruxelles, ou à la CSI, on devient camarades

Le syndicalisme marche comme la politique. Prenons un député par exemple.

Tu es élue, il te faut donc plaire. Pour plaire, soit tu fais des trucs bien (pas simple car le bien est souvent l'ennemi d'un autre bien). Ou alors, tu racontes ce que les gens veulent entendre. Dire du mal de ceux d'en face par exemple. Ca coûte rien.

Mais être député c'est aussi siéger dans des commissions, des enquêtes, des trucs et divers machin ou tu es nommé et qui vont te rapporter et te faire connaître (donc te faire exister autrement que par l'action).

Pour être nommé là aussi faut plaire, mais pas aux mêmes.

Et dans tout ça c'est bien plus compliqué de plaire à ceux qui vont te nommer qu'a ceux qui vont t'élire. Donc assez logiquement, tu vas passer bien plus de temps à plaire aux uns qu'aux autres.

Mettons un 70/30.

Pour moi le syndicalisme national c'est un peu pareil :

On milite, on revendique mais c'est pas simple d'obtenir donc on meuble en crachant sur ceux d'en face.

Et pour monter dans la hiérarchie, faut plaire. Mais si pour être délégué faut plaire aux salariés, pour aller au delà, faut plaire aux internes et ça c'est bien plus compliqué. Aussi quand ton but est de monter, tu laisses peut à peut la revendication faire place au reste.

Et ton intérêt se retrouve partagé : 30 de ton temps à défendre les droits du salarié, à militer, à te battre pour tes troupes et 70 à penser à ton cul et le futur siège qu'il mérite.

Simplement humain. Navrant ? Peut être mais pourquoi un syndicaliste devrait il être différent du reste de l'humanité ? Après tout il ne fait que représenter les salariés, il est donc à leur image.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le syndicalisme marche comme la politique. Prenons un député par exemple.

Tu es élue, il te faut donc plaire. Pour plaire, soit tu fais des trucs bien (pas simple car le bien est souvent l'ennemi d'un autre bien). Ou alors, tu racontes ce que les gens veulent entendre. Dire du mal de ceux d'en face par exemple. Ca coûte rien.

Mais être député c'est aussi siéger dans des commissions, des enquêtes, des trucs et divers machin ou tu es nommé et qui vont te rapporter et te faire connaître (donc te faire exister autrement que par l'action).

Pour être nommé là aussi faut plaire, mais pas aux mêmes.

Et dans tout ça c'est bien plus compliqué de plaire à ceux qui vont te nommer qu'a ceux qui vont t'élire. Donc assez logiquement, tu vas passer bien plus de temps à plaire aux uns qu'aux autres.

Mettons un 70/30.

Pour moi le syndicalisme national c'est un peu pareil :

On milite, on revendique mais c'est pas simple d'obtenir donc on meuble en crachant sur ceux d'en face.

Et pour monter dans la hiérarchie, faut plaire. Mais si pour être délégué faut plaire aux salariés, pour aller au delà, faut plaire aux internes et ça c'est bien plus compliqué. Aussi quand ton but est de monter, tu laisses peut à peut la revendication faire place au reste.

Et ton intérêt se retrouve partagé : 30 de ton temps à défendre les droits du salarié, à militer, à te battre pour tes troupes et 70 à penser à ton cul et le futur siège qu'il mérite.

Simplement humain. Navrant ? Peut être mais pourquoi un syndicaliste devrait il être différent du reste de l'humanité ? Après tout il ne fait que représenter les salariés, il est donc à leur image.

salut Nipou, je pense un peu la même chose, sinon que heureusement que tout le monde n(est pas comme tu le cite ( syndicalisme ou autre ), mais il y en a pas assé ( d'intègre ?), mais comme tu le dis, ce n'est que le reflet de notre société qui s' individualise un peu plus chaques jours qui passent.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.