Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Quand Chérèque joue les porte-parole du gouvernement


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Quand Chérèque joue les porte-parole du gouvernement

Invité le 27/04/09 à Europe 1, François Chérèque a expliqué ne voir dans la grève des hospitaliers prévue pour demain, qu'un combat «corporatiste». Une vision à très très courte vue...

Corporatiste le mouvement de grève qui touche les hôpitaux demain ? Pour François Chérèque, le patron de la CFDT, cela ne fait aucun doute. Il l’a dit sans nuance, ce matin, au micro d’Europe 1 : « Le débat, aujourd’hui, c’est de défendre le pouvoir des médecins et pas de défendre l’hôpital… »

Certes il est possible de voir derrière cette opposition à loi « Hôpital, patients, santé et territoires » (HPST), l’inquiétude des mandarins de la santé menacés d'être dépossédés d’une partie de leur pouvoir au profit des directeurs d’hôpitaux. C’est d’ailleurs un des principes forts du texte défendu par Roselyne Bachelot. Mais ne voir la grève de demain qu'à travers ce prisme-là, c’est faire fausse route.

C’est ne pas voir que le malaise qui règne depuis des années dans l’hôpital et qui touche l’ensemble des personnels de santé va, grâce à ce mouvement, sortir une nouvelle fois au grand jour. C’est ne pas voir que le mouvement hospitalier et le mouvement universitaire ont de très fortes similitudes, comme par exemple faire défiler côte à côte des catégories qui d’habitude ne battent pas le pavé ensemble (ou ne défilent tout simplement jamais). C’est oublier que vingt-cinq grands professeurs d’hôpitaux publics ont publié un texte dans Le Nouvel observateur pour dénoncer la logique « mercantile » de cette réforme. C’est ne pas voir que cette réforme tente d’imposer une logique d’entreprise au secteur de la santé comme la réforme de Valérie Pécresse veut le faire dans l’enseignement supérieur.

Bachelot a déjà lâché un peu de lest

Chérèque n'a apparemment pas compris non plus que ce mouvement inquiète au plus haut point le gouvernement. Plus, sans doute, que celui des facs. La preuve : il est prêt à presque toutes les concessions. Lors de l’examen du projet de réforme par les députés, Roselyne Bachelot n’a eu de cesse de lâcher du lest sur la plupart des volets de son projet de réforme et a annoncé être prête à en lâcher à nouveau. Récemment, Nicolas Sarkozy, lui-même, a reçu des représentants des médecins et a indiqué, à l’issue de cette entrevue, « que les réflexions et suggestions faites par les participants (…) seraient examinées au cours des prochains jours par le gouvernement dans un esprit constructif ». Partager l’analyse de François Chérèque, c’est oublier, aussi, que la loi HPST n’a pas l’adhésion de tous les membres de la majorité. Et notamment de certains sénateurs qui doivent, à leur tour, début mai, examiner le texte. Ce week-end, Jean-Pierre Raffarin a, par exemple, expliqué qu’il n’était pas concevable de « considérer le directeur de l’hôpital comme un PDG » et qu’il fallait donc « rééquilibrer les responsabilités entre l’administration et la médecine au sein de la gouvernance. »

Bref, ne voir dans ce mouvement qu’un simple combat « corporatiste », c’est être plus royaliste que le roi. Mais François Chérèque et la CFDT n’en sont plus à leur coup d’essai…

Décidément ...... le 1er Mai sera t-il malade ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Quand Chérèque joue les porte-parole du gouvernement

Invité le 27/04/09 à Europe 1, François Chérèque a expliqué ne voir dans la grève des hospitaliers prévue pour demain, qu'un combat «corporatiste». Une vision à très très courte vue...

Corporatiste le mouvement de grève qui touche les hôpitaux demain ? Pour François Chérèque, le patron de la CFDT, cela ne fait aucun doute. Il l'a dit sans nuance, ce matin, au micro d'Europe 1 : « Le débat, aujourd'hui, c'est de défendre le pouvoir des médecins et pas de défendre l'hôpital… »

Certes il est possible de voir derrière cette opposition à loi « Hôpital, patients, santé et territoires » (HPST), l'inquiétude des mandarins de la santé menacés d'être dépossédés d'une partie de leur pouvoir au profit des directeurs d'hôpitaux. C'est d'ailleurs un des principes forts du texte défendu par Roselyne Bachelot. Mais ne voir la grève de demain qu'à travers ce prisme-là, c'est faire fausse route.

C'est ne pas voir que le malaise qui règne depuis des années dans l'hôpital et qui touche l'ensemble des personnels de santé va, grâce à ce mouvement, sortir une nouvelle fois au grand jour. C'est ne pas voir que le mouvement hospitalier et le mouvement universitaire ont de très fortes similitudes, comme par exemple faire défiler côte à côte des catégories qui d'habitude ne battent pas le pavé ensemble (ou ne défilent tout simplement jamais). C'est oublier que vingt-cinq grands professeurs d'hôpitaux publics ont publié un texte dans Le Nouvel observateur pour dénoncer la logique « mercantile » de cette réforme. C'est ne pas voir que cette réforme tente d'imposer une logique d'entreprise au secteur de la santé comme la réforme de Valérie Pécresse veut le faire dans l'enseignement supérieur.

Bachelot a déjà lâché un peu de lest

Chérèque n'a apparemment pas compris non plus que ce mouvement inquiète au plus haut point le gouvernement. Plus, sans doute, que celui des facs. La preuve : il est prêt à presque toutes les concessions. Lors de l'examen du projet de réforme par les députés, Roselyne Bachelot n'a eu de cesse de lâcher du lest sur la plupart des volets de son projet de réforme et a annoncé être prête à en lâcher à nouveau. Récemment, Nicolas Sarkozy, lui-même, a reçu des représentants des médecins et a indiqué, à l'issue de cette entrevue, « que les réflexions et suggestions faites par les participants (…) seraient examinées au cours des prochains jours par le gouvernement dans un esprit constructif ». Partager l'analyse de François Chérèque, c'est oublier, aussi, que la loi HPST n'a pas l'adhésion de tous les membres de la majorité. Et notamment de certains sénateurs qui doivent, à leur tour, début mai, examiner le texte. Ce week-end, Jean-Pierre Raffarin a, par exemple, expliqué qu'il n'était pas concevable de « considérer le directeur de l'hôpital comme un PDG » et qu'il fallait donc « rééquilibrer les responsabilités entre l'administration et la médecine au sein de la gouvernance. »

Bref, ne voir dans ce mouvement qu'un simple combat « corporatiste », c'est être plus royaliste que le roi. Mais François Chérèque et la CFDT n'en sont plus à leur coup d'essai…

Décidément ...... le 1er Mai sera t-il malade ?

François Chérèque, c'est bien celui qui est à la tête de la CFDT?

Je suppose que les nouveaux convertis d'un certain ex-syndicat (que je me garderais de nommer) sont en parfait accord avec ce genre de déclarations dénonçant, je cite: un combat «corporatiste»?

Sinon, se seraient-ils fait berner par leur dirigeants ex-fédéraux? Ou alors, le "corporatisme" qu'ils ont soutenu était-il une conviction si peu fondamentale qu'ils acceptent de la renier sans états d'âme? Hep les gars, pas trop dure la gueule de bois?

Mais bon, pour ce qui est du sentiment de trahison et si çà pouvait vous consoler, rassurez vous vous n'êtes pas les seuls à bouffer votre chapeau, çà fait même un sacré paquet de chapeaux qu'il à fallu avaler!

La question devient de plus en plus pressante: et maintenant, qu'est ce qu'on fait? On continue la chute libre, ou on trouve la poignée du parachute?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.