Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Messages recommandés

Bonjour,

lorsqu'on passe à coté du poste 3 des Batignolles (grand poste de couleur bleue) entre PSL et Asnières, il y a juste à coté un tunnel orienté coté province et qui donne l'impression de passer sous le poste.

Qu'est ce que ce tunnel ?

Merci à vous.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

lorsqu'on passe à coté du poste 3 des Batignolles (grand poste de couleur bleue) entre PSL et Asnières, il y a juste à coté un tunnel orienté coté province et qui donne l'impression de passer sous le poste.

Qu'est ce que ce tunnel ?

Merci à vous.

C'est un "triangle" qui passe effecivement sous le poste et qui servait autrefois à faire des têtes à queue. Il ne sert plus aujourd'hui.

PS : si tu te balades souvent dans le coin, je suis preneur d'une photo du Poste 2 (pas très loin de poste 3).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'après vos réponses, j'ai l'impression que ce tunnel avait donc une double utilité.

Est-ce exacte ?

La voie de droite en regardant côté province était la voie de rentrée au dépôt vapeur des Batignolles, tournant à droite et cul de sac (tender côté cul de sac pour une loc vapeur avec tender séparé arrivante).

Le deuxième côté du triangle était d'abord souterrain, perpendiculaire aux voies principales, puis à l'air libre, le long du Boulevard du Fort de Vaux, en cul de sac, avant de la loc entrante côté cul de sac. Il donnait accès au secteur du pont tournant et surtout du toboggan d'alimentation en charbon, aux voies longeant le Boulevard du Fort de Vaux.

De là courbes serrées à droite parcourues tender en avant par les locs arrivantes, vers les voies de classement parallèles aux principales.

A la sortie, les mêmes courbes, parcourues loc en avant par loc sortante, jusqu'au cul de sac le long du Fort de Vaux,

puis troisième côté du tunnel en triangle, la loc sortant tender en avant sur la voie de gauche de la trémie en regardant la province, pour mise à quai à PSL

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La voie de droite en regardant côté province était la voie de rentrée au dépôt vapeur des Batignolles, tournant à droite et cul de sac (tender côté cul de sac pour une loc vapeur avec tender séparé arrivante).

Le deuxième côté du triangle était d'abord souterrain, perpendiculaire aux voies principales, puis à l'air libre, le long du Boulevard du Fort de Vaux, en cul de sac, avant de la loc entrante côté cul de sac. Il donnait accès au secteur du pont tournant et surtout du toboggan d'alimentation en charbon, aux voies longeant le Boulevard du Fort de Vaux.

De là courbes serrées à droite parcourues tender en avant par les locs arrivantes, vers les voies de classement parallèles aux principales.

A la sortie, les mêmes courbes, parcourues loc en avant par loc sortante, jusqu'au cul de sac le long du Fort de Vaux,

puis troisième côté du tunnel en triangle, la loc sortant tender en avant sur la voie de gauche de la trémie en regardant la province, pour mise à quai à PSL

Décidément, certaines personnes sont de véritables encyclopédies vivantes, lol....

Merci pour ces infos.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Décidément, certaines personnes sont de véritables encyclopédies vivantes, lol....

Non, juste des fouille-poubelles qui ont appris lentement quelle sonnette tirer quand il y a quelque chose de nouveau / quelque chose qui disparait (toujours penser à demander l'ancien et le nouveau plan, règlement, etc, prendre les photos ancien / nouveau, et si possible le texte de présentation du pourquoi des modifs, qui existe la plupart du temps temporairement, avant d'être jeté une fois le rectif et la formation faits). On finit par avoir une volumineuse bibliothèque (d'autres membres de la famille appellent çà un dépottoir de vieux papiers :-)....Il "suffit" ensuite d'avoir quelques mètres cubes d'entreposage peu couteux à la campagne, et de bien ranger toute nouvelle pièce de la collection. Par contre, je me demande bien si je réussirai un jour à la scanner en entier, pour en faire profiter facilement ceux que çà peut intéresser !!!

Malheureusement, je crois que ce genre de collection à visée de compréhension des évolutions historiques (quel problème a voulu régler telle modif ? Et quoi en tirer aujourd'hui ?) va s'arrêter avec l'informatique, puisque :

1) tout est modifiable au jour le jour, donc rien n'est stable (exemple : ya plus d'indicateur horaire voyageurs France, seul le site de la DB permet d'en fabriquer un relativement facilement, et çà prend du temps)

2) il n'y a plus d'archives, puisque tout disparaît au fur et à mesure (il suffit d'avoir demandé quelques feuilles journalières "représentatives" du PC de Metz en 1965 pour se faire une idée assez précise de ce qu'étaient les mouvements fret associés à la sidérurgie lorraine avant les grandes fermetures ; quelle trace aisément conservable de l'activité détaillée d'une "semaine représentative" de l'an dernier ?)

3) les fichiers d'une part ne seront plus édités sur papier, et d'autre part deviennent tous top secret (par exemple, le numéro spécial TGV Est de la RGCF ne comporte aucune carte avec PK)

4) on n'aura jamais le programme informatique détaillé, alors qu'auparavant on pouvait trouver le câblage détaillé et le détail de la mécanique. Problème à mon avis parfaitement illustré par les difficultés de notre ami étudiant qui cherche à comprendre l'UM71.

Désolé pour le paragraphe précédent, totalement hors du sujet Gare de Lyon, mais je suis trop nouveau sur le site pour ouvrir un sujet spécial sur ce thème de la mémoire technique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois plus tard...

Pour en revenir au sujet de départ, passionné par l'univers ferroviaire, ainsi que l'archéologie ferroviaire, ce sujet m'a intéressé. J'avais remarqué depuis longtemps ces voies qui descendent sous le poste, et par Google maps, j'ai trouvé des traces laissées par une ancienne voie le long du boulevard Fort Vaux. Grâce à vos explications, j'en sais plus désormais. Notamment qu'il y avait un dépôt à gauche des voies quand on regarde vers la province, aujourd'hui remplacé par des immeubles. Hier comme j'étais à Paris, je suis allé me balader le long du boulevard Fort Vaux, dans l'espoir de trouver des traces de cet ancien triangle. Et bien j'ai trouvé mieux que ça ! Jugez en par la photo que j'ai prise :

Je me trouvais le long des immeubles. Le tunnel de droite rejoint la voie de gauche de la trémie d'accès quand on regarde côté province. Murré pour éviter des intrusions sur les voies. Le tunnel de gauche travers les voies des 5 groupes pour ressortir côté Batignolles. Sur la photo il semble bouché, mais en faite non. Il est en arc de cercle, et en m'approchant de l'entrée j'ai pu voir la sortie à l'autre bout. Image insolite, le carré 314 qui est toujours la HS bien sur, et qui s'adressait au tunnel de droite.

Je n'ai pas pu voir la sortie à l'autre bout. Il y avait un mur de 3 mètres de hauteur. La seule solution aurait été de pénétrer dans le chantier, mais il était interdit au public. Désolé Krisamv je n'ai pas fait de photo du poste 2... Enfin pour finir sur les Batignolles, sur ce site vous trouverez de superbes photos : ICI

Pour finir j'ai pu voir aussi dans les travaux de la gare St Lazare, dans un trou d'une palissade, que sous nos pieds il y avait des arches. Il y avait il un sous-sol sous la dalle ? Ou alors le sol aurait été réhaussé ? Passionnant de voir cela en tout cas !

Modifié par Lechat78
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Michael02. J'avais déjà signalé le lien. mdrmdr

Hier j'ai vu qu'il y avait du nouveau : 2 drapeaux rouges sur chaque voies, et celle la plus a gauche a été déposé à partir du haut de la trémie d'accès. Je me demande si dans le cadre de ces travaux, ils ne vont pas carrément combler cette trémie qui ne sert plus à rien depuis près de 40 ans !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 année plus tard...

superbe document !

ce tunnel au gabarit un peu "juste" a été l'élément majeur qui fait que les 241 P n'ont pas pu venir sur PSL, comme la Direction du Matériel le souhaitait...

par contre, la région Ouest avait demandé l'affectation aux Batignolles des 240 P, rendues disponibles par l'électrification de Paris - Dijon. réponse des mêmes dirigeants : NIET ! alors que leur gabarit était compatible, et que leur puissance, ainsi que la présence de stocker, aurait rendu moins pénible le travail des équipes qui s'échinaient sur les 231 D et G ex État, en charge des trains "paquebots" de Paris - Cherbourg. sur certains trains, il y avait deux chauffeurs qui se relayaient en cours de route, tellement le travail était particulièrement difficile.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Mes grands parents ont habité pas mal d'années à côté de Charlebourg (le quartier a été en grande partie rasé...). Lorsqu'une mikado ou une mountain arrivait sur Paris Le Havre, les verres "chantaient" dans le buffet... Et les mécanos avaient le droit de faire de la fumée à partir de ce pont... Les lessives de ma grand mère viraient au gris régulièrement... Mais c'est vrai qu'il ne reste plus grand chose du dépot des Batignolles. Le terrain aurait dut servir pour édifier le village olympique... mais je me rappelle bien des diesel sur le grill en attente en bord de Périph'...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

superbe document !

ce tunnel au gabarit un peu "juste" a été l'élément majeur qui fait que les 241 P n'ont pas pu venir sur PSL, comme la Direction du Matériel le souhaitait...

par contre, la région Ouest avait demandé l'affectation aux Batignolles des 240 P, rendues disponibles par l'électrification de Paris - Dijon. réponse des mêmes dirigeants : NIET ! alors que leur gabarit était compatible, et que leur puissance, ainsi que la présence de stocker, aurait rendu moins pénible le travail des équipes qui s'échinaient sur les 231 D et G ex État, en charge des trains "paquebots" de Paris - Cherbourg. sur certains trains, il y avait deux chauffeurs qui se relayaient en cours de route, tellement le travail était particulièrement difficile.

De plus les 2P étaient limitées à 120km/h, alors que toutes les Pacific Etat des types modifiés avaient une VL de 130km/h...et s'en servaient si besoin (cf 101 Paris Le Havre).

Sur les 240P, à ma connaissance il y a peu de traces écrites du cheminement des décisions. Monsieur Chan ex PLM a certainement dû ménager les susceptibilités de ses adjoints De Caso et Chapelon (quand il y a un seul siège de chef de la Division des Etudes à la SNCF et 3 cadors techniques d'anciens réseaux, on peut comprendre) en les laissant paufiner leurs joujoux respectifs et publier dans la RGCF, mais la vapeur n'avait plus qu'un rôle de soudure en attendant des techniques meilleures, et il y avait des engins plus simples d'entretien et de conduite : essentiellement sur base PLM bien sûr (141R, 141P, 241P, 231G K venant se substituer aux Chapelon de Troyes Preize, notamment au train 41, meilleure moyenne vapeur de France à une certaine époque).

Par contre, je comprends le stocker des 240P : le seul mécanicien de 240A de Brive (la demi-rotonde à côté de la gare, pas Estavel des "petites pattes") que j'ai rencontré m'a dit que son chauffeur se payait 8tonnes de charbon sur l'étape Brive Narbonne du Barcelone Express PO-MIDI (4t à la pelle de Brive à Toulouse, 2t à charger au panier à Toulouse, et à bouffer entre Toulouse et Narbonne. Découcher, retour mêmes conditions, et la rampe de 10 p1000 de Gignac en final de la tournée avant ... nettoyage de la loc au dépôt.

Sur Cherbourg, il n'y avait pas que des trains transatlantiques lourds. Il y avait des compagnies de navigation qui faisaient escale avec bien moins de passagers à transporter de et vers Paris que la Cunard. Autorails Bugatti Présidentiels, puis RGP de Batignolles Remblai suffisants dans certains cas, mais rame courte inopinée vapeur en cas d'incident, avec "fierté professionnelle" de l'équipe pour tenir l'horaire autorail, et là le 130 "au trait" était impératif pour compenser les accélérations freinages et TIV de taux plus faibles.

Le système à deux chauffeurs était systématique sur les Garratt articulées des Chemins de Fer Algériens des années 1930, avant la diésélisation.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

Sur la photo la loc roule tender en avant?

Sinon le signal présentant l'avertissement m'inquiète beaucoup...

Normal, rentrée au dépôt, en tournant à droite (signal ouvert pour le mouvement). Après prise de la photo probablement : c'est la 558 du Pacific Vapeur Club, visage du roulant tournée vers le photographe. La loco est à mon avis un peu trop propre pour rentrer après un Le Havre Paris, même s'il est vrai que l'astiquage des cuivres et la toile émeri double zéro sur les tampons avant était une vertu cultivée chez les équipes titulaires de Pacific Ouest. Le chauffeur n'astiquait pas seulement pour la prime, une loco sale était un indice de manque de respect pour les clients et la Compagnie, et aussi de laisser-aller, donc de pépin technique prévisible. Cà venait de très ancien : les compagnies anglaises ont beaucoup utilisé les couleurs pastel pour cette raison.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Normal, rentrée au dépôt, en tournant à droite (signal ouvert pour le mouvement). Après prise de la photo probablement : c'est la 558 du Pacific Vapeur Club, visage du roulant tournée vers le photographe. La loco est à mon avis un peu trop propre pour rentrer après un Le Havre Paris, même s'il est vrai que l'astiquage des cuivres et la toile émeri double zéro sur les tampons avant était une vertu cultivée chez les équipes titulaires de Pacific Ouest. Le chauffeur n'astiquait pas seulement pour la prime, une loco sale était un indice de manque de respect pour les clients et la Compagnie, et aussi de laisser-aller, donc de pépin technique prévisible. Cà venait de très ancien : les compagnies anglaises ont beaucoup utilisé les couleurs pastel pour cette raison.

Et si tu sais que les ateliers de Quatre Mare ne sont que les restes de l'usine Buddicom, gendre de Stephenson, des anglais, ils sont pas loin...
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et si tu sais que les ateliers de Quatre Mare ne sont que les restes de l'usine Buddicom, gendre de Stephenson, des anglais, ils sont pas loin...

QM n'est que la descendance de Buddicom, au bout du gril thermique de Sotteville tu as réelement les ateliers Buddicom (plus ou moins détruit) par la suite tu as eu QM qui a été construit !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

mon premier train comme AICR a été un Batignolles - Trappes en 68000, en janvier 1977...

souvenirs ! lapleunicheuse

Et je ne te conseille pas de revenir sur Batignolles actuellement, tu serais d'autant plus triste ! :sad:

Une page a été tourné à coup de pelleteuse... :sleep:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et pi, c'est pas fini !

le poste 3 des batignoles va voir construire d'ici peu son remplaçant !

échéance d'entrée en fonction début 2013 ?

il serait situé plus loin des voies principales, plus près du cimetière.

un nouveau plan de voies verrait le jour à l'entrée des batignoles côté Paris...

le gril actuel va bouger vers le côté Paris, aussi...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Exacte des modifs vont voir le jour à cause de la réhabilitation du quartier Batignolles.

Pour info, l'ancien foyer roulant du célébre dépot des Batignolles et qui était anciennement le centre de recrutement Ile de France / Normandie disparait... Une page se tourne... lapleunicheuse

Le raccrord PC-PSL par le gril de Pont Cardinet a lui aussi disparu et remplacé par une route d'accés au divers chantiers, le poste qui commandait l'entrée des faisceau et qui envoyait les trains vers La Chapelle a été démolie !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour le moment, il y a des traverses en croix avec chaine à une centaine de métres du tunnel de l'ancienne bif de St-Ouen.

La voie a été coupé juste aprés le pont qui enjambe l'avenue de clichy, tout a été retiré (caténaire, signaux) quand ETF a enlevé la voie.

On peut pas dire qu'il y a un traffic monstre sur la voie, ils ont du temporairement tout démonté et vue le plan de voie dans le cadre de la réhabilitation du quartier, il aura une voie unique qui traversera le parc pour rejoindre celle du pont...

Aprés c'est un plan et un projet, je ne sais pas si ce raccord est stratégique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.