Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Nostalgie quand tu nous tiens...


Messages recommandés

Passionné par les trains depuis tout petit, (j'ai habité 18 ans en face de la ligne Paris-Mantes-Caen-Cherbourg), je me souviens avec nostalgie du matériel qui circulait dessus. Je me souviens par exemple des autorails Picasso, et des X4500 qui faisaient Mantes-Evreux-Mantes. Je me souviens des voitures saucisson tractées par des 67000, et des fameux turbotrain. Les autorails Picasso et les voitures saucisson ont disparues rapidement. Ils ont été remplacé par des RIO, toujours tractées par les fameuses 67000, car la ligne n'était pas électrifié. Elle était d'ailleurs en bloc manuel de Bréval à Evreux, et je me souviens le vendredi quand il y avait du retard, les turbotrains s'arrêtaient au sémaphore 5, et attendaient que le train précédent arrrive à Bueil.

Avec les travaux d'électrification de la ligne de Mantes à Cherbourg, le BAL a été installé sur toute la ligne, et les voies ont été banalisé. L'électification a chassé les X4500, les turbotrains et les 67000. J'ai vu arrivé les VO2N, les Z6300 (réfromées depuis), les BB16000, 17000 et 27000, et plus récemment, les BB27300 et les 15000, ainsi que les Z27500.

Il y a eu un déraillement d'un turbotrain en gare de Bréval en 1972 (je n'étais pas né). Je n'arrive pas à trouver d'info la dessus. Je sais seulement qu'il avait eu 3 morts, dont le conducteur. Dans les années 80, je me souviens en pleine nuit avoir entendu les pompiers arriver toutes sirènes hurlantes. Quelques minutes plus tard un turbotrain s'immobilisait avec une voiture en feu !

Voila je tenais à vous faire partager mes souvenirs.

Modifié par Lechat78
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a eu un déraillement d'un turbotrain en gare de Bréval en 1972 (je n'étais pas né). Je n'arrive pas à trouver d'info la dessus. Je sais seulement qu'il avait eu 3 morts, dont le conducteur. Dans les années 80, je me souviens en pleine nuit avoir entendu les pompiers arriver toutes sirènes hurlantes. Quelques minutes plus tard un turbotrain s'immobilisait avec une voiture en feu !

La carrière normande des ETG fut endeuillée par le plus grave accident survenu à un turbotrain en France. Il se produisit à la suite d'un exceptionnel concours de circonstances.

Le 14 Mars 1972, l'express 3333, parti de Paris à 8h05 à destination de Caen avec 177 voyageurs, dérailla à plus de 120 km/h à l'entrée de la gare de Bréval, à 71 km de la capitale.

L'enquète établit qu'au moment où le turbotrain croisait un train de marchandises, un rancher métallique tomba d'un wagon et fut happé par le chasse-pierres de la T1006, sans que le mécanicien ne s'en apercoive.

A la sortie du tunnel, alors que le mécanicien ralentissait de 140 à 120, le freinage provoqua la chute du rancher qui se ficha dans la première aiguille de la gare, provoquant le déraillement de la motrice et de la première remorque.

Les deux véhicules se mirent en travers, arrachèrent de nombreux obstacles dont la grue de chargement, puis se couchèrent après avoir été heurtés par le reste de la rame, qui n'avait pas quitté les rails.

La motrice prit feu aussitôt, mais les ouvriers de la coopérative agricole voisine parvinrent à limiter les conséquences: l'un d'eux courait prévenir le chef de gare pour faire arrêter l'express 3340 qui allait survenir en sens inverse, tandis que les autres s'activaient à éteindre l'incendie et évacuer les voyageurs au moyen d'échelles.

On retira 4 morts, tous dans la motrice accidentée, dont le conducteur Maurice Lebrun du dépot de Caen, et 45 blessés dont 7 furent dirigés sur l'hopital de Mantes.

La circulation fut rétablie le soir même sur une voie, et normalement le lendemain matin.

Malgré la gravité des dégats materiels, les deux véhicules accidentés, agés d'à peine deux ans, furent réparés et remis en service.

Ironie du destin, ils feront partie du tout dernier ETG qui circulera en région lyonnaise à l'été 1999.

D'après André Rasserie, "Les Turbotrains Français", page 42 (Editions du Cabri, 2002)

Il n'y est pas fait mention de l'incendie dont tu parles. Pas assez grave pour rester dans l'histoire ?

Modifié par Ae 8/14
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Ae 8/14 pour cette explication passionnante. J'ai eu des explications par un pompier présent ce jour la. La motrice a été heurter une grue, et je pense que c'est cela qui a tué le mécanicien. Le plan ORSEC a été déclenché, si bien qu'après que tous les blessés et valide eurent évacué les lieux, des ambulances de Versailles et St Cloud arrivaient encore, et repartaient bredouille.

Des pompiers sont venu demander à mes parents des couvertures. Parmis celle la, il y avait la couverture fétiche de ma soeur alors agé de 7 ans. Elle a échappé à la surveillance de mes parents quelques minutes, et la voila partie vers la coopérative agricole, avec la ferme intention de récupérer sa couverture fétiche. Arrivée à la coopérative, elle a trouvé sa converture sur laquelle y étaient posés des restes humains... Tromatisant pour une petite fille de 7 ans ! Ca l'a tellement marqué qu'aujourd'hui encore, elle s'en souvient comme si c'était hier.

Parmis les ouvriers de la coopérative qui sont venu au secours des voyageurs, il y avait un chauffeur de camion que je connaissais bien. Il m'a très rarement parlé de cet accident. Il faut dire qu'il a été blessé. Il a pénétré dans la motrice en feu et a été méchament brulé.

Pour l'incendie, bizarre que l'on en parle pas. Je me souviens que je voyais la lueur de la fenêtre de ma chambre. Le turbotrain est ensuite reparti une fois l'incendie éteint.

Merci encore pour ces explications.

Modifié par Lechat78
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...