Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Green Peace tente un coup à l'aasemblée nationale


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Des militants de Greenpeace envahissent l'Assemblée nationale

Plusieurs militants de l'organisation écologique Greenpeace ont envahi brièvement les tribunes du public de l'Assemblée, une manifestante parvenant jusque dans l'hémicycle où se tenait mercredi après-midi un débat sur la prochaine conférence de Copenhague, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Alors que le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, venait d'achever son discours, une bonne dizaine de militants, assis parmi le public dans les tribunes, ont retiré leurs vêtements pour exhiber des tee-shirts noirs où l'on pouvait lire "Greenpeace" et ont arboré des banderoles jaunes indiquant "Aux actes, monsieur le président".

Fait rarissime, une militante a réussi, dans le tohu-bohu général, à descendre depuis les tribunes du public, via une corde, jusque dans l'hémicycle au niveau des travées des députés UMP. Elle a été évacuée manu militari tout comme les autres manifestants.

La séance a été brièvement interrompue et l'ensemble du public a été évacué.

Les députés Verts Noël Mamère et Yves Cochet ont applaudi l'initiative des militants de Greenpeace, provoquant la fureur des députés UMP et NC qui les ont accusés de "complicité".

Des "voyous!", "fascistes!" ont fusé en direction des élus Verts mais aussi des manifestants depuis les bancs de la droite. Dans un rappel au règlement, le patron des députés NC François Sauvadet a dénoncé des "pratiques de voyous au sein de l'hémicycle".

Dans les couloirs, il a ensuite annoncé qu'il demanderait des sanctions contre les élus écologistes, citant nommément Noël Mamère.

Dans le brouhaha, le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), a regretté "l'attitude" d'un "certain nombre de collègues élus du peuple", rappelant que les tickets pour les tribunes du public étaient attribués via les députés.

En signe de protestation, les députés de la majorité ont quitté l'hémicycle, dénonçant également "l'indulgence" du patron des députés PS Jean-Marc Ayrault vis-à-vis des Verts.

A l'extérieur de l'hémicycle, les manifestants ont fait l'objet de fouilles et de vérification d'identité par les gardes républicains.

Déjà, à la mi-journée, plusieurs militants avaient brièvement investi le toit de l'Assemblée nationale.

Ils faisaient partie d'un groupe posté à l'une des entrées de l'Assemblée qui brandissait des banderoles portant aussi l'inscription "Copenhague, aux actes monsieur le président". Ils ont été rapidement délogés par les forces de l'ordre.

"Copenhague n'a pas droit à l'échec. Aujourd'hui, rien n'est perdu. Toutes les options sont sur la table", a affirmé Greenpeace peu après dans un communiqué.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut Marc, attention être écolo, sera dorénavant assimilable à de la mouvance terroriste. ! connerie politico - politicienne quand ça colle à la peau :Smiley_33:

Oui à condition de remttre le système en cause ..Pas demain la veille !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui à condition de remttre le système en cause ..Pas demain la veille !

Ah! il y a un système? tout ce bordel de la politique est un système? ha! oui le système " on se fous de vous, mais continuez à voter pour nous". ( hi! hi! ils ont raisons, les moutons suivent le loup! )

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ah! il y a un système? tout ce bordel de la politique est un système? ha! oui le système " on se fous de vous, mais continuez à voter pour nous". ( hi! hi! ils ont raisons, les moutons suivent le loup! )

Moutons de tous pays unissez vous ...!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour une fois qu'il y a enfin de l'ambiance à l'Assemblée Nationale...

J'ai entendu la réaction d'Ayrault (Président du groupe PS) : Toujours aussi nul celui là... :Smiley_15:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour une fois qu'il y a enfin de l'ambiance à l'Assemblée Nationale...

J'ai entendu la réaction d'Ayrault (Président du groupe PS) : Toujours aussi nul celui là... :Smiley_15:

Pourtant , c'est un héros ....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Au moins ils sont peinards ....

tu y crois??????? peinards comment? devant la bergerie à faire l'aumône aux chèvres qui passent? pas plus riche la chêvre, elle à juste de quoi paître à crédit. :happy:

bon, revenons à nos moutons, heu! non, au sujet. C'est quand même bien à la mode d'être traité de terroriste quand tu manifeste ton mécontantement. :Smiley_15:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

tu y crois??????? peinards comment? devant la bergerie à faire l'aumône aux chèvres qui passent? pas plus riche la chêvre, elle à juste de quoi paître à crédit. :happy:

bon, revenons à nos moutons, heu! non, au sujet. C'est quand même bien à la mode d'être traité de terroriste quand tu manifeste ton mécontantement. :Smiley_15:

Actuellement , des gars come Coluche , le Luron serait interdit de séjour .Tu ne peux plus rien dire sans être considéré soit:

-terroristes

-ou négationnistes ....

M'en fout , na !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Actuellement , des gars come Coluche , le Luron serait interdit de séjour .Tu ne peux plus rien dire sans être considéré soit:

-terroristes

-ou négationnistes ....

M'en fout , na !

Sans être connus comme les artistes contestataires que tu cites, les râleurs, rouspèteurs et autres empêcheurs de tourner en rond, enfin toi et moi on on se situ où ( enfin surtout toi :Smiley_15::happy: )??????

Entre négationnistes et terrorisme??????

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sans être connus comme les artistes contestataires que tu cites, les râleurs, rouspèteurs et autres empêcheurs de tourner en rond, enfin toi et moi on on se situ où ( enfin surtout toi :Smiley_15::happy: )??????

Entre négationnistes et terrorisme??????

Vu le climat koiquesse ambiant .....selon certains , je serais négationniste .Mais un négotionniste qui va chercher son pain en vélo ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

100% pur pétrole. Mais on a encore rien inventé de mieux pour construire, réaliser, créer ........ lotrela

M'en vais remplacer mon 4x4 moi beurk . ( c'est vrai j'en ai un ) mdrmdr

Regarde de près ce tricycle : l'avenir ....? Quand Hulot brulera son hélico et achètera un tel vélo ....Alors là , je le vénère!.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

lotrela

L'opération Greenpeace échauffe les esprits à l'Assemblée mdrmdr

Reuters Emile Picy

L'irruption de militants de l'organisation écologiste Greenpeace dans l'hémicycle continue de faire des remous à l'Assemblée nationale.

Le soutien affiché par les trois députés Verts, notamment Noël Mamère et Yves Cochet, à cette action spectaculaire, mercredi, a provoqué de vives réactions dans la majorité et l'embarras d'autres élus de gauche.

Pour appeler les élus et Nicolas Sarkozy à agir contre le réchauffement climatique, des militants de l'ONG écologiste munis de cordes et de banderoles sont montés sur le toit du Palais-Bourbon et l'un d'eux a tenté de descendre en rappel dans l'hémicycle.

Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, a confirmé avoir porté plainte contre Greenpeace pour ces deux incidents.

Sans citer de noms, il a déclaré qu'un ou plusieurs députés Verts avaient "probablement" aidé les militants. "Il y aura certainement des suites qui vont être données, non pas pour les applaudissements mais pour, probablement, un certain nombre d'initiatives qui ont été prises et qui ont probablement facilité cette opération", a-t-il dit sur France Info.

Selon des sources parlementaires, Noël Mamère, qui dément toute implication, est soupçonné d'avoir laissé Greenpeace utiliser son bureau pour y entreposer du matériel destiné à l'action qui n'a pas été détecté par les services de sécurité à l'entrée de l'Assemblée.

Le président du groupe Nouveau Centre, François Sauvadet, a demandé des sanctions à l'encontre du député de Bègles.

Le public peut assister aux débats dans l'hémicycle en demandant des invitations, appelées "tickets de séance", aux députés, ce que l'ONG dit avoir fait.

Greenpeace assure que son équipe n'a bénéficié d'aucune aide extérieure. "On a en quelque sorte respecté les procédures de l'Assemblée", déclare Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France, sur le site lexpress.fr.

"ATTEINTE À LA DÉMOCRATIE"

Selon le groupe socialiste à l'Assemblée, trois députés PS ont vu leur bonne foi abusée" par les militants de Greenpeace qui leur avaient demandé des invitations.

"Il leur est évidemment impossible de vérifier l'identité et les motivations de chaque demande, sauf à se transformer en enquêteurs ce qui n'est pas dans leur mission", précise un communiqué du PS.

Le président de l'Assemblée a estimé que ces deux incidents relevaient de méthodes "antidémocratiques et violentes".

"Si on empêche la représentation nationale de faire son travail, on porte atteinte à la démocratie", a pour sa part jugé le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. "Même les députés les plus hostiles au gouvernement ne s'y retrouvent pas", a-t-il dit sur France 2.

Une alerte à la bombe et l'évacuation de l'hémicycle qui a suivi ces incidents a paralysé les travaux pendant près de trois heures mercredi. Les procédures de contrôle et de sécurité ont été renforcées dès jeudi.

Ces incidents s'ajoutent à l'atmosphère parfois lourde que connait l'Assemblée nationale depuis plusieurs mois.

Depuis la rentrée, l'examen de certains textes, comme la réforme de la taxe professionnelle ou celle des collectivités locales, critiquées tant par l'opposition qu'au sein de la droite, a contribué à dégrader le climat au Palais-Bourbon.

Le débat, à partir du 15 décembre, sur le projet de loi réformant le statut de La Poste, vivement contesté par la gauche, s'annonce tout aussi périlleux.

Bernard Accoyer a dû venir un moment jeudi dans l'hémicycle pour calmer les esprits lors d'une réunion de la commission des Affaires économiques, son président, l'UMP Patrick Ollier, refusant de siéger en séance au côté de Noël Mamère.

"On ne peut pas reprendre les débats avec la même personne comme si rien ne s'était passé", a estimé le député de la majorité. Après intervention du président de l'Assemblée, les travaux ont pu reprendre, les deux députés assis côte-à-côte.

Avec le Service France, édité par Gilles Trequesser

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

lotrela

L'opération Greenpeace échauffe les esprits à l'Assemblée mdrmdr

Reuters Emile Picy

L'irruption de militants de l'organisation écologiste Greenpeace dans l'hémicycle continue de faire des remous à l'Assemblée nationale.

Le soutien affiché par les trois députés Verts, notamment Noël Mamère et Yves Cochet, à cette action spectaculaire, mercredi, a provoqué de vives réactions dans la majorité et l'embarras d'autres élus de gauche.

Pour appeler les élus et Nicolas Sarkozy à agir contre le réchauffement climatique, des militants de l'ONG écologiste munis de cordes et de banderoles sont montés sur le toit du Palais-Bourbon et l'un d'eux a tenté de descendre en rappel dans l'hémicycle.

Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, a confirmé avoir porté plainte contre Greenpeace pour ces deux incidents.

Sans citer de noms, il a déclaré qu'un ou plusieurs députés Verts avaient "probablement" aidé les militants. "Il y aura certainement des suites qui vont être données, non pas pour les applaudissements mais pour, probablement, un certain nombre d'initiatives qui ont été prises et qui ont probablement facilité cette opération", a-t-il dit sur France Info.

Selon des sources parlementaires, Noël Mamère, qui dément toute implication, est soupçonné d'avoir laissé Greenpeace utiliser son bureau pour y entreposer du matériel destiné à l'action qui n'a pas été détecté par les services de sécurité à l'entrée de l'Assemblée.

Le président du groupe Nouveau Centre, François Sauvadet, a demandé des sanctions à l'encontre du député de Bègles.

Le public peut assister aux débats dans l'hémicycle en demandant des invitations, appelées "tickets de séance", aux députés, ce que l'ONG dit avoir fait.

Greenpeace assure que son équipe n'a bénéficié d'aucune aide extérieure. "On a en quelque sorte respecté les procédures de l'Assemblée", déclare Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France, sur le site lexpress.fr.

"ATTEINTE À LA DÉMOCRATIE"

Selon le groupe socialiste à l'Assemblée, trois députés PS ont vu leur bonne foi abusée" par les militants de Greenpeace qui leur avaient demandé des invitations.

"Il leur est évidemment impossible de vérifier l'identité et les motivations de chaque demande, sauf à se transformer en enquêteurs ce qui n'est pas dans leur mission", précise un communiqué du PS.

Le président de l'Assemblée a estimé que ces deux incidents relevaient de méthodes "antidémocratiques et violentes".

"Si on empêche la représentation nationale de faire son travail, on porte atteinte à la démocratie", a pour sa part jugé le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. "Même les députés les plus hostiles au gouvernement ne s'y retrouvent pas", a-t-il dit sur France 2.

Une alerte à la bombe et l'évacuation de l'hémicycle qui a suivi ces incidents a paralysé les travaux pendant près de trois heures mercredi. Les procédures de contrôle et de sécurité ont été renforcées dès jeudi.

Ces incidents s'ajoutent à l'atmosphère parfois lourde que connait l'Assemblée nationale depuis plusieurs mois.

Depuis la rentrée, l'examen de certains textes, comme la réforme de la taxe professionnelle ou celle des collectivités locales, critiquées tant par l'opposition qu'au sein de la droite, a contribué à dégrader le climat au Palais-Bourbon.

Le débat, à partir du 15 décembre, sur le projet de loi réformant le statut de La Poste, vivement contesté par la gauche, s'annonce tout aussi périlleux.

Bernard Accoyer a dû venir un moment jeudi dans l'hémicycle pour calmer les esprits lors d'une réunion de la commission des Affaires économiques, son président, l'UMP Patrick Ollier, refusant de siéger en séance au côté de Noël Mamère.

"On ne peut pas reprendre les débats avec la même personne comme si rien ne s'était passé", a estimé le député de la majorité. Après intervention du président de l'Assemblée, les travaux ont pu reprendre, les deux députés assis côte-à-côte.

Avec le Service France, édité par Gilles Trequesser

Rigolo...mais comme à leur habitude .C'est pas nous !Certains oublient que quand on défend ue cause , on le fait jusqu'au bout .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

>Une idée pour Greenpeace ou d'autres d'ailleurs... revoltages

revoltages Pénurie de papier toilette au parlement anglais

Zigonet.com

Londres, Grande-Bretagne -

Les membres du parlement anglais se sont retrouvés lundi 1er décembre à court de papier toilette.

Plus de 13.300 personnes ont été étonnées de constater qu'il n'y avait plus assez de papier toilette pour elles à Westminster lundi dernier.

C'est l'entreprise de nettoyage chargée de garder les locaux du parlement impeccables qui serait responsable de cette pénurie.

Le personnel de l'entreprise s'était en effet plaint d'une insuffisance de papier toilette depuis plusieurs jours, suite à une politique d'approvisionnement en flux tendu.

Certains membres du parlement ont immédiatement envoyé leur staff au supermarché le plus proche, afin de leur fournir du papier hygiénique.

La société de nettoyage a quant à elle promis de résoudre cette crise du papier toilette.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

>Une idée pour Greenpeace ou d'autres d'ailleurs... revoltages

revoltages Pénurie de papier toilette au parlement anglais

Zigonet.com

Londres, Grande-Bretagne -

Les membres du parlement anglais se sont retrouvés lundi 1er décembre à court de papier toilette.

Plus de 13.300 personnes ont été étonnées de constater qu'il n'y avait plus assez de papier toilette pour elles à Westminster lundi dernier.

C'est l'entreprise de nettoyage chargée de garder les locaux du parlement impeccables qui serait responsable de cette pénurie.

Le personnel de l'entreprise s'était en effet plaint d'une insuffisance de papier toilette depuis plusieurs jours, suite à une politique d'approvisionnement en flux tendu.

Certains membres du parlement ont immédiatement envoyé leur staff au supermarché le plus proche, afin de leur fournir du papier hygiénique.

La société de nettoyage a quant à elle promis de résoudre cette crise du papier toilette.

!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.