Aller au contenu
Le Web des Cheminots

accident ferroviaire du 20/07/1916


hroynette

Messages recommandés

Bonjour à toutes et à tous,

Je viens de m'inscrire, je ne suis pas un cheminot, mais j'ai fais du modélisme ferroviaire et ai participé dans deux clubs à des exposition. Ce qui m'amène aujourd'hui, c'est que je fais aussi de la généalogie. Dans ce cadre, j'ai effectué le relevé d'un monument aux morts de la commune de Morbecque dans le Nord, pour le conflit 1914/1918.

A ma grande surprise, il y a deux soldats qui sont décédés, "Mort pour la France", dans des catastrophes ferroviaires.

L'une d'entre elles est bien connu, c'est celle de Saint-Michel de Maurienne, qui a été la plus grande catastrophe française, peut-être mondiale, et dont le bilan final, terrible, a toujours été caché par l'armée, qui porte la responsabilité de l'accident, d'ailleurs.

Par contre le second soldat qui partait en permission a été victime d'un accident à Wallon Cappel au lieu-dit Meulen Veld (le plateau du moulin), ceci sur la ligne Hazebrouck-Saint-Omer -Calais. Je ne sais rien de plus, à part le jour de la catastrophe, qui doit être le jour du décès du brave soldat, le 20 juillet 1916

Comment en savoir davantage ?

Merci de me lire et de me répondre.

Cordialement.

Henri ROYNETTE

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Là, faut tout de même reconnaître que c'est pointu... J'ignore si les archives SNCF, situées au Mans, seraient capables de fournir des renseignements de ce genre. Je pense plutôt qu'il est plus prudent de se tourner vers les archives militaires de Vincennes.

Bon courage!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'une d'entre elles est bien connu, c'est celle de Saint-Michel de Maurienne

Le 12 Décembre 1917 environ 1000 soldats rentraient à la maison en permission de

combats du Nord-est de l'Italie. Ces poilus d’Italie venaient de régiments fort différents

et des quatre coins de la France : les "biffins" y étaient largement représentés avec

le 39ème, le 107ème, le 340ème, le 78ème, le 311ème, le 120ème, le 140ème

Des hommes du 6ème génie, des chasseurs alpins des 63ème et 47ème, des artilleurs

de la 212ème AL et des gars du 34ème AM. Quelques officiers, une centaine, mêlés à

cette joie enfantine fraternisaient plus ou moins

Ils étaient transportés dans deux trains de Turin à Lyon. En raison des conditions

actuelles, il y avait une pénurie de locomotives. En effet, une seule était disponible

A Modane, il y avait soixante-cinq hommes par voiture. Le train avait été constitué de deux

rames formant ainsi un train de 526 tonnes qui se composait d’un fourgon de tête, trois

voitures à boggies, deux voitures à essieu, douze voitures à boggies et un fourgon de queue

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

dont le bilan final, terrible, a toujours été caché par l'armée,

qui porte la responsabilité de l'accident, d'ailleurs

Le bilan reste aussi mystérieux que les causes de l’accident, guère élucidées par

un conseil de guerre tenu en juillet 1918. En mars 1919, le bilan officiel fut arrêté

à 148 morts identifiés, 277 non identifiés individuellement (les 425 noms figurant

sur une liste d’état-civil à Saint-Michel de Maurienne), 207 blessés et 350 rescapés.

Avant d’être amplifié (800 morts) à l’occasion des anniversaires de la catastrophe.

Dans les hôpitaux de Modane, de Saint-Jean-de-Maurienne et de Chambéry,

plus de cent moururent des suites de leurs blessures, ou en cours de transfert.

La plupart des victimes décédées furent enterrés au cimetière de Saint-Michel

de Maurienne. Désormais, les corps des victimes non restitués aux familles ont

été transférés au cimetière de La Doua en banlieue lyonnaise.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.