Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Moi qui croyait qu'il n'y avait pas de pognon


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Subventions de l'UMP : Besson en hausse, Boutin en baisse

Rue89 | 24/12/2009 | 14H57

La cagnotte pour les groupes politiques affiliés à l'UMP, c'est un peu comme les images à la fin de l'année en primaire. Le gros poster animalier pour les meilleurs ou les fayots, et un timbre poste pour les cancres. Paris Match a eu accès aux documents déposés à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), qui montrent dans le détail comment l'UMP a distribué ses deniers à ses alliés politiques en 2008.

Crise oblige, le parti de la majorité présidentielle a globalement réduit la voilure ; au lieu des 4,5 millions d'euros distribués en 2007, l'UMP n'a alloué que 3,4 millions d'euros à ses amis en 2008. Mais le plus intéressant est de regarder qui a gagné quoi. En sort un baromètre interne à l'UMP qui montre en filigrane quels ténors sont en odeur de sainteté auprès de la chefferie (ou pas). Au rayon des bons élèves encouragés :

•Eric Besson, dont l'association « Les Progressistes » a reçu 100 000 euros en 2008, soit deux fois plus que l'année précédente

•François Fillon, qui progresse en empochant 60 000 euros au nom de « France9 » contre 40 000 euros en 2007

•Jean-Louis Borloo, qui a gagné le gros lot avec un million d'euros attribués au Parti radical (824 000 un an plus tôt)

A l'autre bout de la classe, quelques déçus de la distribution des prix :

•Michèle Alliot-Marie qui passe à la trappe avec zéro subside de l'UMP pour « Le Chêne » qui avait reçu 95 000 euros en 2007

•Jean-François Copé dont le mouvement « Génération France » ne figure pas dans la liste

•Jean-Pierre Raffarin, qui baisse pour sa part de 150 000 à 100 000 pour le groupe « Dialogue et initiative » - avant même que l'ex-Premier ministre ne prenne ses distances avec la politique élyséenne en matière d'identité nationale

•Christine Boutin, qui perd 56 000 euros en un an et retrograde à 125 000 euros de subvention en 2008 pour le « Forum des républicains sociaux »

•Hervé de Charette, pour sa part, est passé de 575 000 euros en 2007 à 100 000 en 2008 - avant de claquer la porte de l'UMP le 8 décembre dernier

Anecdotique ? Pas complètement, si l'on entend la frustration de certains (mauvais) perdants. Ainsi, Christine Boutin. Interviewée par Europe 1 ce jeudi 24 décembre, elle confirme que « ce n'est pas agréable » et se fend même de quelques menaces feutrées :

« Nous ferons un jour l'addition en disant voilà : est-ce que véritablement vous considérez que nos idées font partie de la majorité ? »

Car c'est aussi d'idées et de force de travail qu'il s'agit, et pas simplement de gros sous. C'est en tous cas l'argument avancé par Dominique Paillé, porte parole de l'UMP, qui invoque des « paramètres objectifs : nombre d'adhérents, nombre de travaux, de propositions fournis à la maison-mère » mais aussi la notion « d'utilité politique ». Variable d'une formation à l'autre, manifestement.

En plus du pognon a des groupes dont on ne connaissait même pas l'existence , c'est à vomir

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...