Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Le double déraillement d’Airan (Moult-Argences) et les otages du Calvados


IGS4

Messages recommandés

Il me semble pendant la guerre sur la ligne Paris-Caen vers le PK 222 au niveau du

passage d'une petite rivière(Muance) les résistants avaient fait dérailler un convoi

militaire allemand. Je me suis toujours demandé si le film venait de cette histoire.

Bonjour,

Le km 222 se situe entre Mézidon (215 + 516) et Moult-Argences (224 +899)

Au km 222 + 025 . . .

Trois heures trente du matin. Dans la nuit profonde de ce 16 avril 1942,

le train Maastricht-Cherbourg vient de traverser la gare de Mézidon et s'engage sur la

longue ligne droite qui mène vers Caen. Donnant toute sa puissance, la locomotive

fonce à plus de 90 km heure, tirant derrière elle dix wagons bondés de soldats de la

Wehrmacht revenant de permission. Les hommes somnolent paisiblement, bercés

par le rythme régulier des bogies.

Ouézy, Cesny-aux-Vignes... Airan ! Brusquement la lourde machine à vapeur vacille,

quitte la voie, laboure furieusement le ballast sur près de 60 mètres avant de s'immobiliser,

entraînant dans sa course folle le tender et les premiers wagons qui se télescopent dans

un fracas épouvantable.

Le choc est terrible, le bruit hallucinant. Puis le silence retombe brutalement sur la campagne

normande, bientôt rompu par des cris et des gémissements. Des hommes sortent en titubant

des voitures, les yeux hagards. Des corps gisent sur le talus ; des blessés râlent.

Le premier moment de stupeur passé, les secours s'organisent à la lueur des lampes.

Alerté à 3 h 55, le chef de gare de Moult-Argences, avertit immédiatement la gendarmerie

de la commune, distante de quelques kilomètres seulement de l'endroit du déraillement.

La brigade est rapidement à pied d'œuvre pour aider les soldats allemands à dégager les victimes.

La suite

Modifié par IGS4
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les sabotages de Moult-Argences

Dans la nuit du 15 au 16 avril 1942, le train quotidien Maastricht-Cherbourg transportant

des permissionnaires de la Wehrmacht déraille à 17 kilomètres de Caen, à l'est de la gare de

Moult-Argence, à la hauteur du village d'Airan, suite au déboulonnement d'un rail par un groupe

de résistance. On compte 28 morts et 19 blessés allemands.

L'armée d'occupation met en œuvre des mesures de représailles importantes, prévoyant des

exécutions massives d'otages et des déportations. Le préfet du Calvados obtient un sursis en

attendant les conclusions de l'enquête de police. Mais, faute de résultats, 24 otages choisis

comme Juifs et/ou communistes sont fusillés le 30 avril, dont deux à Caen.

Dans la nuit du 30 avril au 1er mai 1942, un deuxième déraillement a lieu, au même

endroit et par le même procédé. Un rapport allemand signale 10 morts et 22 blessés parmi

les soldats. Ces deux déraillements sont au nombre des actions les plus meurtrières commises

en France contre l'armée d'occupation.

Une illustration du premier déraillement et la suite du texte ci-dessus (premier astérisque rouge)

Modifié par IGS4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les sabotages de Moult-Argences

Dans la nuit du 15 au 16 avril 1942, le train quotidien Maastricht-Cherbourg transportant

des permissionnaires de la Wehrmacht déraille à 17 kilomètres de Caen, à l'est de la gare de

Moult-Argence, à la hauteur du village d'Airan, suite au déboulonnement d'un rail par un groupe

de résistance. On compte 28 morts et 19 blessés allemands.

L'armée d'occupation met en œuvre des mesures de représailles importantes, prévoyant des

exécutions massives d'otages et des déportations. Le préfet du Calvados obtient un sursis en

attendant les conclusions de l'enquête de police. Mais, faute de résultats, 24 otages choisis

comme Juifs et/ou communistes sont fusillés le 30 avril, dont deux à Caen.

Dans la nuit du 30 avril au 1er mai 1942, un deuxième déraillement a lieu, au même

endroit et par le même procédé. Un rapport allemand signale 10 morts et 22 blessés parmi

les soldats. Ces deux déraillements sont au nombre des actions les plus meurtrières commises

en France contre l'armée d'occupation.

Une illustration du premier déraillement et la suite du texte ci-dessus (premier astérisque rouge)

Une vidéo des lieux et un témoignage sur le site suivant :

http://www.2gm-normandie.com/chronologie.p...amp;content=183

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

merci pour cette documentaion très intressante

un savoir de la guerre qui nous manque.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...