Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Réflexions sur nos retraites


Messages recommandés

Il est indéniable que la problématique de nos retraites refera débat d’ici peu.

Je voudrais au travers de ce texte lancer une réflexion.

Aujourd’hui nos retraites sont calculées essentiellement en fonctions du nombre de trimestres de cotisation, de notre date « d’embauche » et de notre niveau hiérarchique au moment du départ.

Au vue de ces éléments cela donne un pourcentage de reversion identique quelque soit le niveau hiérarchique au moment du départ.

Pourquoi ne pas imaginer que ce pourcentage soit modulé en fonction du niveau hiérarchique au moment du départ retraite ?

Imaginons par exemple un agent de qualif C et un autre de qualif H qui aurait le même nombre de trimestres et la même date d’embauche et que le pourcentage de reversion soit pour les deux de 65% (par exemple).

Pourquoi ne pas concevoir qu’il puisse être de moins de 65 % pour le qualif H et d’un peu plus de 65% pour le qualif C.

Vous allez me dire que le qualif H a cotisé plus, oui c’est vrai, mais pour autant ce même qualif H (toute chose étant égale par ailleurs) a payé plus d’impôts et pour autant il a bénéficié des mêmes « services » de la collectivité nationale.

N’y aurait il pas là une approche visant à plus de solidarité ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il est indéniable que la problématique de nos retraites refera débat d'ici peu.

Je voudrais au travers de ce texte lancer une réflexion.

Aujourd'hui nos retraites sont calculées essentiellement en fonctions du nombre de trimestres de cotisation, de notre date « d'embauche » et de notre niveau hiérarchique au moment du départ.

Au vue de ces éléments cela donne un pourcentage de reversion identique quelque soit le niveau hiérarchique au moment du départ.

Pourquoi ne pas imaginer que ce pourcentage soit modulé en fonction du niveau hiérarchique au moment du départ retraite ?

Imaginons par exemple un agent de qualif C et un autre de qualif H qui aurait le même nombre de trimestres et la même date d'embauche et que le pourcentage de reversion soit pour les deux de 65% (par exemple).

Pourquoi ne pas concevoir qu'il puisse être de moins de 65 % pour le qualif H et d'un peu plus de 65% pour le qualif C.

Vous allez me dire que le qualif H a cotisé plus, oui c'est vrai, mais pour autant ce même qualif H (toute chose étant égale par ailleurs) a payé plus d'impôts et pour autant il a bénéficié des mêmes « services » de la collectivité nationale.

N'y aurait il pas là une approche visant à plus de solidarité ?

Ce que tu imagine risque de dévelloper des injustices, il y a bien un moyen pour que tous aient une retraite qui tient la route, je vais faire encore grogner, taxer le capital ( le grand ) ne serais ce d'un %, et là les caisses seront abondées. En fait, se sera toujours le partage des richesse

qui poura règler le problème. Et non le pillage des richesse au profit des 20% qui détiennent 80% sur le dos des travailleurs.

Modifié par gomen
Correction de balises
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Il est indéniable que la problématique de nos retraites refera débat d’ici peu.

Il n'y a pas de problème des retraites .....c'est la crise du capital ! désolé .L'argent existe pour payer les retraites !

Je voudrais au travers de ce texte lancer une réflexion.

Aujourd’hui nos retraites sont calculées essentiellement en fonctions du nombre de trimestres de cotisation, de notre date « d’embauche » et de notre niveau hiérarchique au moment du départ.

Le facteur le plus influent mainteant est la décôte .....Ainsi que le nombre d'enfant !

Au vue de ces éléments cela donne un pourcentage de reversion identique quelque soit le niveau hiérarchique au moment du départ.

Pas forcément ...... et le métier exercé , tu en fas quoi ? UN ADC a 18 etu adc a 18 = pas pareil !

Pourquoi ne pas imaginer que ce pourcentage soit modulé en fonction du niveau hiérarchique au moment du départ retraite ?

anormal et illogique !

Imaginons par exemple un agent de qualif C et un autre de qualif H qui aurait le même nombre de trimestres et la même date d’embauche et que le pourcentage de reversion soit pour les deux de 65% (par exemple).

Pourquoi ne pas concevoir qu’il puisse être de moins de 65 % pour le qualif H et d’un peu plus de 65% pour le qualif C.

Pour quelles raisons ?

Vous allez me dire que le qualif H a cotisé plus, oui c’est vrai, mais pour autant ce même qualif H (toute chose étant égale par ailleurs) a payé plus d’impôts et pour autant il a bénéficié des mêmes « services » de la collectivité nationale.

Non justement .Car si tu pars du concept qu'il a le même profil , la qualif H , a eu moins d'aides de l'état (caf , apl etc...) vu qu'il touche plus !Et tu veux encore lui en enlevé .Alors , je te pose la question : a quoi bon passée une qualif en fin de carrière , pour avoir moins ? C'est contre productif .Et se servir chez les traders , les pdg des multinationales etc ...Enfin , tous ceux qui se gavent depuis des années ?

N’y aurait il pas là une approche visant à plus de solidarité ?

La solidarité avec le même gateau mais en diminuant les parts de ceux qui ont un chouilla un peu plus gros .Pas de beaucoup d'ailleurs .Et si on augmentait la grosseur du gateau .Car en situation de plein emploi , les retraites se porteraient mieux .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La solidarité avec le même gateau mais en diminuant les parts de ceux qui ont un chouilla un peu plus gros .Pas de beaucoup d'ailleurs .Et si on augmentait la grosseur du gateau .Car en situation de plein emploi , les retraites se porteraient mieux .

ok mais que faire alors : la révolution ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Une politique a refondre !!!

Revoir l'assiette des cotisations, augmenter charges patronales et salariales sur la cotisation retraite....

1% pour chaque, je suis sur que ca passerait bien niveau opinion.

- Taxer les revenus speculatifs qui ont fait tant de mal depuis un an et demi.

- Revoir les exonerations sociales et fiscales que les grands groupes percoivent (+65 milliards d'euros annuels),

- Arreter les non remplacement de fonctionnaires, ils se vantent d'en avoir 100000 en moins, depuis 2007,

cela fait 100000 cotisants en moins, et 100000 chomeurs en plus... Et cela pese sur les comptes.

Je suis sur qu'il y a encore pleins d'autres exemples ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

ok mais que faire alors : la révolution ?

Déjà sur le plan cheminot :

- sais tu que contriarement au rpivé notre assiéte de cotisation est différente ...

On ne cotise pas sur les dépalcements , et autres allocs et indemnités .Certe , ça chamboulerait beaucoude chose mais , plus d'argent dans les caisses donc meilleures retraites pour les interessé(e)s !

En complément de ce que dit nécroshine

- ce n'est pas en supprimant les postes à tour de bras qu'on améliora la situation

exemple :

accord 35 h à la sncf :

Embauche de personnel en contre partie de certains assouplissements et des 35h .Les 2 ans qui ont suivi la CPR a eu des compte à flots ...à méditer !

A t-on déjà demander aux français si ils étaient d'accord pour cotiser un peu plus ? Jamais ! Bien sur pas 10 % mais je pense que 1 ou 2 % , la majorité serait d'accord !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

A t-on déjà demander aux français si ils étaient d'accord pour cotiser un peu plus ? Jamais ! Bien sur pas 10 % mais je pense que 1 ou 2 % , la majorité serait d'accord !

C'est ce que je disais dans mon post,

augmenter legerement niveau patronal et salarial,

je pense que les salariés feraient cet effort...

Mais le president a été clair, pas d'augmentation de cotisation ---- il le mettrait sur une baisse du pouvoir d'achat,

et il se presente comme le president du pouvoir d'achat...

Ses 2 pistes sont simples : allongement durée cotisation, et age de depart repoussé...

Le reste il ne veut pas en entendre parler...

De la a dire qu'il veut tuer le systeme !!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Pour mémoire : http://crise-europe.blog.lemonde.fr/2009/0...llaume-sarkozy/

Le rêve de Guillaume Sarkozy

Connaissez-vous Guillaume Sarkozy ? C’est un des frères de Nicolas. C’est aussi le DG de Médéric, un groupe d’assurance-santé, assurance-retraite… Il y a quelques années, Guillaume dirigeait une entreprise de textile. Mais il a cessé cette activité et s’est reconverti dans l’assurance santé. C’est plus rentable. D’autant que Guillaume a des projets pour développer son affaire et il connaît quelqu’un de haut placé, qui peut l’aider à réaliser ses projets.

Il y a trois ans, dans La Tribune, Guillaume Sarkozy expliquait qu’il fallait s’attendre « à des bouleversements majeurs dans le domaine de la santé. La réforme Douste-Blazy n’a pas eu le succès escompté en ce qui concerne les équilibres financiers. D’autres réformes seront nécessaires. Elles donneront aux assureurs complémentaires un rôle de plus en plus important

Sans trahir de secrets de famille (qu’est-ce que Nicolas a promis à Guillaume en coupant le gigot dominical ?), on voudrait en savoir plus : quels sont les “bouleversements majeurs” auxquels il faut s’attendre en matière de financement de la santé ? La “petite” franchise que Nicolas Sarkozy a créée en début de mandat n’est-elle qu’un premier pas vers de gros déremboursements ?

Pour développer un business très profitable pour certains, le gouvernement va-t-il diminuer les remboursements et le niveau des retraites, et inciter ceux qui le peuvent à se tourner vers des assurances privées ?

Certains Sarkozystes fervents vont m’accuser de faire à Nicolas et Guillaume un procès d’intention. Mais dans son édition du 4 juin 2008, Le Monde faisait état d’un document confidentiel qui permettait de bien comprendre les intentions de Guillaume Sarkozy :

« La Caisse des Dépôts, la CNP et le groupe de protection sociale mutualiste Médéric, qui est dirigé par Guillaume Sarkozy, frère du chef de l’Etat, veulent créer une filiale commune spécialisée dans
le financement des retraites
.

Les discussions autour de la Loi Fillon, prévues cet été, les incitent à
aller vite
. Un document de travail daté du 16 mai et estampillé
“confidentiel”
, relève que, en 2020, les non-cadres subiront une baisse de 5 % du taux de remplacement pour une carrière complète et les cadres subiront une baisse de 20 %.

Les grandes lignes de ce projet de partenariat sont posées : la création d’une “
nouvelle entreprise d’assurance
“, qui proposera “un bilan retraite et des services adaptés, en phase d’épargne (…) et au moment de la retraite“ aux salariés. L’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de
7 milliards d’euros en 2019
. Les futurs partenaires se fixent “des
taux de rentabilité raisonnables
sur le long terme.“

Un grand nombre de médecins, de professionnels de santé et d’associations de malades disent aujourd’hui leur inquiétude. Car les propos de Guillaume Sarkozy ne sont pas les seuls à inquiéter : en septembre 2006, quand
Les Echos
demandaient à François Fillon si les problèmes de dépendance des personnes âgées ne devraient pas être mieux pris en charge par la Sécurité Sociale, François Fillon expliquait que “la bonne piste est de
compléter le système actuel avec des dispositifs d’assurance privée
“.

Et tout récemment encore, Nicolas Sarkozy rappelait sa volonté de réformer les retraites et sa volonté de “développer d’autres formes de protection“ :

« C’est une
révolution discrète mais profonde du système de santé
qu’a esquissée Nicolas Sarkozy, jeudi 4 juin. (…) M. Sarkozy a affirmé qu’à l’avenir “les régimes de base ne pourront pas tout financer”.

“Je souhaite que soient confiées de nouvelles responsabilités aux organismes complémentaires”, a expliqué le chef de l’Etat, qui confirme ainsi son intention de parvenir à un désengagement progressif de l’assurance-maladie obligatoire (…).

“La solidarité nationale continuera de remplir sa mission, a prédit le chef de l’Etat. Mais à ses côtés, d’autres formes de protection sont appelées à se développer.”

Le Monde du 4 juin 2009

Aux Etats-Unis, le modèle de Nicolas Sarkozy, les dépenses de santé sont deux fois plus importantes qu’en France (en proportion du PIB) mais l’essentiel de ces dépenses ne sont pas remboursées par l’Etat. C’est aux individus de s’assurer. Du coup, malgré des dépenses de santé deux fois plus importantes que les nôtres, l’espérance de vie est plus faible aux Etats-Unis qu’en France car des millions d’Américains n’ont pas de quoi se faire soigner et meurent prématurément.

Le système est très profitable pour les dirigeants et les actionnaires des sociétés d’assurance mais «47 millions d’Américains n’ont aucune protection sociale et les problèmes de santé sont la première cause de faillite personnelle » expliquait le correspondant à New York du journal Les Echos le 6 novembre 2006. Quand ils ont un gros problème de santé, tous ceux qui n’ont pas de couverture sociale doivent vendre le peu qu’ils ont et s’endetter plus que de raison… Est-ce vers ce modèle que veut nous amener Nicolas Sarkozy ? Tant pis pour ceux qui n’auront pas les moyens de s’assurer !

Une question de dignité

Pour moi, ce point est fondamental. Il ne s’agit pas seulement d’économie dans le sens classique du terme. Avec les questions de santé, de retraite et de dépendance, on touche à la dignité humaine dans ce qu’elle a de plus concret : mon père est mort il y a quelques années après avoir vécu un mois dans une unité de soins palliatifs où tout a été fait pour éviter qu’il ne souffre. Il y a été admis sans qu’on lui pose aucune question sur son niveau de revenu.

Si Nicolas Sarkozy et ses alliés mettent en place un système de retraite et un système de santé à l’américaine, seuls les plus riches pourront avoir une fin de vie digne. Les autres, ceux et celles qui auront déjà galéré toute leur vie avec de faibles revenus, seront relégués dans des mouroirs ou des hôpitaux de seconde classe.

En matière de retraites et de santé, quels sont vraiment les projets de Guillaume et de Nicolas Sarkozy ? On a vu hier que, si l’on s’attaquait vraiment au chômage et si l’on rééquilibrait le partage salaires/bénéfices, on pourrait dégager de nouvelles marges de manœuvre pour financer la protection sociale. On aimerait que le Parlement organise un débat transparent sur cette question fondamentale.

Pierre LARROUTUROU est économiste

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

C'est ce que je disais dans mon post,

augmenter legerement niveau patronal et salarial,

je pense que les salariés feraient cet effort...

Le doute qu'aurait les salairé(e)s viendrait du amnque de confiance vis à vis des z'omes politiques (exemple : la vignette pour les vieux )

Mais le president a été clair, pas d'augmentation de cotisation ---- il le mettrait sur une baisse du pouvoir d'achat,

et il se presente comme le president du pouvoir d'achat...

Ses 2 pistes sont simples : allongement durée cotisation, et age de depart repoussé...

Le reste il ne veut pas en entendre parler...

De la a dire qu'il veut tuer le systeme !!!

Il veut diminuer les pensions et ne veut pas que les gens travaillent plus longtemps (la majorité ne pourront pas )!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Déjà sur le plan cheminot :

- sais tu que contriarement au rpivé notre assiéte de cotisation est différente ...

On ne cotise pas sur les dépalcements , et autres allocs et indemnités .Certe , ça chamboulerait beaucoude chose mais , plus d'argent dans les caisses donc meilleures retraites pour les interessé(e)s !

En complément de ce que dit nécroshine

- ce n'est pas en supprimant les postes à tour de bras qu'on améliora la situation

exemple :

accord 35 h à la sncf :

Embauche de personnel en contre partie de certains assouplissements et des 35h .Les 2 ans qui ont suivi la CPR a eu des compte à flots ...à méditer !

A t-on déjà demander aux français si ils étaient d'accord pour cotiser un peu plus ? Jamais ! Bien sur pas 10 % mais je pense que 1 ou 2 % , la majorité serait d'accord !

+1 ---> Bien sur que non, puisque ce qu'ils veulent c'est faire main basse sur "le grisbi" et nous démontrer qu'il faut une retraite par capitalisation. Histoire de rapporter un peu plus aux actionnaires des banques ou assurances qui proposeront ces contrats.

ps : Tu es fâché avec les "R" Marc cestachier

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

+1 ---> Bien sur que non, puisque ce qu'ils veulent c'est faire main basse sur "le grisbi" et nous démontrer qu'il faut une retraite par capitalisation. Histoire de rapporter un peu plus aux actionnaires des banques ou assurances qui proposeront ces contrats.

Oui c'est ce que met en avant l'article : le reve de Guillaume Sarkozy que j'ai publié plus haut !!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mais si le travailleur doit cotiser 1% de plus, le patron devra lui aussi, et ce n'est pas dans la logique du MEDEF et du gouvernement, et encore moins dans celle du lobby financier qui aimerait récupérer la mane d'un financement par capitalisation des retraites ( comme le dit si bien croque - odile ).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le doute qu'aurait les salairé(e)s viendrait du amnque de confiance vis à vis des z'omes politiques (exemple : la vignette pour les vieux )

Il veut diminuer les pensions et ne veut pas que les gens travaillent plus longtemps (la majorité ne pourront pas )!

Tout à fait d'accord. Et le but sera atteint car ils partiront avec un décote certaine...

Que les gens de la "France d'en bas" chère à l'un de nos anciens ministres n'aient pas assez pour vivre décemment, ils s'en f....ent

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Tout à fait d'accord. Et le but sera atteint car ils partiront avec un décote certaine...

Que les gens de la "France d'en bas" chère à l'un de nos anciens ministres n'aient pas assez pour vivre décemment, ils s'en f....ent

Le but = des retraités avec les minimas sociaux .....! Tu paies ton loyer et tu bouffes (car tu ne manges pas avec les minimas!)et basta .

On assujettis plus facilement les gens lorsqu'ils sont soumis aux restrictions !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Le but = des retraités avec les minimas sociaux .....! Tu paies ton loyer et tu bouffes (car tu ne manges pas avec les minimas!)et basta .

On assujettis plus facilement les gens lorsqu'ils sont soumis aux restrictions !

Mais des retraites basses,

c'est une consommation faible, pas de TVA... ...

t surtout des aides a mettre en place... APL et autres...

Le serpent se mord la queue.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mais des retraites basses,

c'est une consommation faible, pas de TVA... ...

t surtout des aides a mettre en place... APL et autres...

Le serpent se mord la queue.

De quoi laisser le juste nécessaire à éviter les rebélions, et le peuple vivote, pendant cela, les maîtres du monde se goinfrent.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Mais des retraites basses,

c'est une consommation faible, pas de TVA... ...

t surtout des aides a mettre en place... APL et autres...

Le serpent se mord la queue.

Rien qu'en recherchant dans notre histoire :

dans les périodes de pleines emplois les gens revendiquent plus , car ils bossent et estiment avoir leur mot à dire .Or , en créant de l'assistanat , les gens se replient et se taisent !

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rien qu'en recherchant dans notre histoire :

dans les périodes de pleines emplois les gens revendiquent plus , car ils bossent et estiment avoir leur mot à dire .Or , en créant de l'assistanat , les gens se replient et se taisent !

Puis pour lutter, il faut être fort moralement, et là le moral n'y est plus pour beaucoup de gens.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il est indéniable que la problématique de nos retraites refera débat d'ici peu.

Je voudrais au travers de ce texte lancer une réflexion.

Aujourd'hui nos retraites sont calculées essentiellement en fonctions du nombre de trimestres de cotisation, de notre date « d'embauche » et de notre niveau hiérarchique au moment du départ.

Au vue de ces éléments cela donne un pourcentage de reversion identique quelque soit le niveau hiérarchique au moment du départ.

Pourquoi ne pas imaginer que ce pourcentage soit modulé en fonction du niveau hiérarchique au moment du départ retraite ?

Imaginons par exemple un agent de qualif C et un autre de qualif H qui aurait le même nombre de trimestres et la même date d'embauche et que le pourcentage de reversion soit pour les deux de 65% (par exemple).

Pourquoi ne pas concevoir qu'il puisse être de moins de 65 % pour le qualif H et d'un peu plus de 65% pour le qualif C.

Vous allez me dire que le qualif H a cotisé plus, oui c'est vrai, mais pour autant ce même qualif H (toute chose étant égale par ailleurs) a payé plus d'impôts et pour autant il a bénéficié des mêmes « services » de la collectivité nationale.

N'y aurait il pas là une approche visant à plus de solidarité ?

Chiche !

on peut imaginer que le contrat plafonne le calcul au maximum sur 65% d'une qualif F mais idem pour le taux de cotisation: le H cotisera comme un F et l'argent non cotisé en plus lui servira à préparer son complément de retraite.

Par contre il faudra prévoir une période transitoire d'au moins 10 ans pour ne pas léser les cheminots actuels même très gradés.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Alors Lemoine,

sur les propositions qu'on a postées ici a combien pourrait on chiffrer le gain pour les caisses de retraite ???

Que penses tu de toutes ces propositions ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Chiche !

on peut imaginer que le contrat plafonne le calcul au maximum sur 65% d'une qualif F mais idem pour le taux de cotisation: le H cotisera comme un F et l'argent non cotisé en plus lui servira à préparer son complément de retraite.

Par contre il faudra prévoir une période transitoire d'au moins 10 ans pour ne pas léser les cheminots actuels même très gradés.

Complément de retraite = il faut mettre des sommes en face ...Et là , le donne change !

Simulez un contrat à la MIF et vous verrez .Vous ne ferez pas ! mais snif !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Complément de retraite = il faut mettre des sommes en face ...Et là , le donne change !

Simulez un contrat à la MIF et vous verrez .Vous ne ferez pas ! mais snif !

Peux tu developper Marc s'il te plait ???

Ps : j'ai ouvert une assurance vie a la MiF, rien a voir avec une complementaire retraite...

Modifié par necroshine
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Peux tu developper Marc s'il te plait ???

Ps : j'ai ouvert une assuance vie a la MiF, rien a voir avec une complementaire retraite...

Relis bien tout , en fonction de ce que tu comptes faire avec ton argent ....

Perso , j'avais une complémentaire retraite .pas dans un but de complémentaire mais simplement récupérer mon argent pour solder d'éventuels crédits avant de partir en retraite .Je n'ai récupérer que la moitié de la somme investit , le reste

sera versé sous forme de pension ....donc , je me farçis tjrs le crédit que je comptais solder .

Pourtant , ce n'est pas faute de m'être renseigné à plusieurs reprises et téléphoné .sauf que lorsque j'ai voulu soldé ....j'ai longtemps bataillé pour récupéré les 50 % auquel j'avais droit .

Et une loi avait changé depuis que j'avais ce contrat ....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Relis bien tout , en fonction de ce que tu comptes faire avec ton argent ....

Perso , j'avais une complémentaire retraite .pas dans un but de complémentaire mais simplement récupérer mon argent pour solder d'éventuels crédits avant de partir en retraite .Je n'ai récupérer que la moitié de la somme investit , le reste

sera versé sous forme de pension ....donc , je me farçis tjrs le crédit que je comptais solder .

Pourtant , ce n'est pas faute de m'être renseigné à plusieurs reprises et téléphoné .sauf que lorsque j'ai voulu soldé ....j'ai longtemps bataillé pour récupéré les 50 % auquel j'avais droit .

Et une loi avait changé depuis que j'avais ce contrat ....

Sur l'assurance vie,

faut voir au bout des 8 ans ce qu'il en est,

reconduction, ou recuperer le solde je crois.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...