Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Négocier


Nipou

Messages recommandés

Ba oui, partout je vois "on négocie".

Ok, c'est bien, mais sur qu'elle base ?

Que demande t'on exactement ?

On me parle de privatisation rempante, je veux bien, mais c'est pas un truc précis, c'est un concept décliné sur le terrain et plein plein de point (fermetures d'up, réorganisations...), donc on peut pas demander le retrait d'un concept.

Alors quoi ?

Merci de ne pas me faire une liste de tout ce qui va pas; ça je vois déjà, mais vu qu'on négocie, on doit bien avoir un texte à discuter, un plan, un truc quoi ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ba oui, partout je vois "on négocie".

Ok, c'est bien, mais sur qu'elle base ?

Que demande t'on exactement ?

On me parle de privatisation rempante, je veux bien, mais c'est pas un truc précis, c'est un concept décliné sur le terrain et plein plein de point (fermetures d'up, réorganisations...), donc on peut pas demander le retrait d'un concept.

Alors quoi ?

Merci de ne pas me faire une liste de tout ce qui va pas; ça je vois déjà, mais vu qu'on négocie, on doit bien avoir un texte à discuter, un plan, un truc quoi ...

Tu aurais du lire les Tracs publiés par Pépé et tu aurais trouvé ceci:

Les fédérations syndicales de cheminots CGT – FO – SUD-rail revendiquent :

  • L’arrêt des restructurations et réorganisations (les points 1 à 7 cités ci-dessus) qui contribuent à remettre en cause le caractère intégré de la SNCF et le maintien d’une traction unique.
    1. L’éclatement de la traction en 4 directions déléguées, la dédicace des roulements et des agents autour d’un produit ou d’un axe, la suppression de résidences traction, la remise en cause de la réglementation de sécurité et des conditions de travail.
    2. La structuration des établissements exploitation par activité remettant en cause leur caractère transverse, le plan de distribution VFE qui met en concurrence les canaux de distribution avec 2 330 suppressions d’emploi, la mise en œuvre de certaines préconisations de l’Audit INFRA qui pourraient entraîner la suppression massive d’emplois au Transport Mouvement.
    3. L’éclatement de la fonction matériel avec des établissements dédiés par activités, des projets de fermetures et fusion d’établissements, la remise en cause de la spécialité wagon, le recours à la sous-traitance.
    4. La diminution des moyens affectés à l’équipement pour la maintenance du réseau et des installations SNCF, des réorganisations permanentes d’établissements et de parcours, une mise en concurrence des cheminots par appel d’offre et sous-traitance au privé, le projet de filialisation d’une partie de la direction de l’ingénierie.
    5. Les projets d’équipes dédiées par ligne et par axe pour l’équipement des trains, le projet « alliance » qui remet en cause les repères collectifs et les accords existants aujourd’hui dans les ECT.
    6. Le regroupement des pôles RH des établissements, les projets SRA et CHEOPS avec notamment Comptabilité Fournisseurs et la contractualisation des missions de la SUGE avec les activités.
    7. Un plan de casse du fret avec comme objectif la filialisation à court terme.

[*] L’abandon du projet d’évolution de la distribution VFE prévoyant la suppression de 2.330 emplois.

[*] L’intégration dans la maison mère de la filiale ID-TGV.

[*] L’arrêt des restructurations et réorganisations qui visent à mettre en place des établissements par activités (Voyageurs, Transilien, Fret, TER).

[*] Que la SNCF reste l’opérateur exclusif pour l’exploitation des Trafics Régionaux.

[*] Le maintien et le développement des relations transversales et radiales et la participation de l’Etat au financement dans le cadre de la péréquation.

[*] Un plan de construction-modernisation des infrastructures ferroviaires lancé et financé par des fonds publics.

[*] Que la SNCF conserve le monopole de l’entretien, de l’exploitation et de la gestion de toutes les infrastructures et installations ferroviaires.

[*] L’embauchage au statut de 1.000 cheminots supplémentaires pour 2005.

[*] L’arrêt de la précarité et l’accélération des recrutements au CP des personnels contractuels (CDI-CDD) qui remplissent les conditions statutaires.

[*] Au plus près du terrain, dans chaque établissement, des négociations débouchant sur des recrutements nécessaires, service par service, métier par métier.

[*] Que les suppressions d’emplois liées aux restructurations citées plus haut soient arrêtées.

[*] Les dispositions du projet de la DRH de la SNCF intitulé « renforcer le recrutement de cadres et jeunes cadres en CDI de droit privé » doivent être définitivement abandonnées.

[*] La revalorisation des salaires et pensions de retraite :

[*] Par l’ouverture de négociations salariales permettant l’augmentation du pouvoir d’achat.

[*] Par le versement immédiat aux cheminots des sommes prévues au titre de 2004 comme le prévoit la loi du 26 juillet 2005 ;

[*] Le refus de la notation au mérite qui constitue, dans la 4ème phase du Projet industriel, un des axes de la direction pour faire disparaître les garanties collectives statutaires en matière de déroulement de carrière.

Soit 17 points à négocier ! et il y a aussi la liste de revendication de la FGAAC.

Modifié par katamiaw
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...