Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Une Ligne Tgv Paris - Amiens - Londres ?


Messages recommandés

Liaison TGV par Amiens en projet

24/09/2004

Le ministre de l'Equipement, des Transports, de l'Aménagement, du Tourisme et de la Mer, Gilles de Robien, a signé hier, jeudi 23 septembre, avec les présidents de la SNCF, Louis Gallois, et de RFF, Jean-Pierre Duport, un protocole de lancement d'études concernant la ligne TGV Paris-Amiens-Calais.

Cette signature fait suite à une réunion de travail, le jour même à Paris, avec les présidents de RFF et de la SNCF, les présidents des régions Picardie et Nord-Pas-de-Calais, les préfets de Picardie, Île-de-France et Nord-Pas de Calais, ainsi que d'autres acteurs des transports.

Concernant la liaison à Grande Vitesse (LVG) Paris-Amiens-Calais (un projet mentionné dans la carte du Comité Interministériel d'Aménagement et de Développement du Territoire de décembre 2003), elle doit relier Paris et Calais en deux heures, ou à partir de 2007 Paris et Londres en moins de deux heures et vingt minutes. Un débat public doit être organisé dès que possible. Les études qui doivent être lancées porteront sur la réalisation éventuelle d'une nouvelle gare entre Calais et Amiens, la desserte d'Amiens et les modalités de raccordement à l'Île-de-France. Le préfet de Picardie doit coordonner ces études et mettre en place un Comité de pilotage qui associera les élus locaux concernés.

Quant au projet de liaison entre Creil et Roissy, il doit permettre de relier la Picardie à l'aéroport de Roissy et à son réseau TGV européen, et mieux assurer les liaisons domicile-travail entre ces deux territoires. Pour répondre à ces deux besoins, deux solutions : l'utilisation du barreau dit "de Gonesse" reliant le RER D et le RER B jusqu'à la gare du parc des expositions et le barreau Creil-Roissy, à hauteur de Marly-la-Ville. Les études d'Avant-projet Sommaire concernant cette liaison Creil-Roissy pourront commencer à l'été 2005, à l'issue de la concertation et en tenant compte des résultats d'une étude d'optimisation.

Source: ProxiNews

Modifié par katamiaw
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une ligne TGV Paris - Amiens - Londres ?

Gilles de Robien, ministre des Transports, a lancé l'étude de faisabilité du projet.

jeudi 23 septembre

Une charte a été signée avec la SNCF et Réseau Ferré de France pour anticiper la réalisation de cette ligne à grande vitesse d'ici 2015 ou 2020.

Le projet permettrait de rallier les deux capitales en deux heures contre deux heures et quarante cinq minutes actuellement. Ce serait également une perspective de développement importante pour Amiens, ville dont le ministre des Transports a été maire entre 1989 et 2002. Pour Gilles de Robien, il ne s'agit pas de prendre une décision qu'en fonction de l'intérêt d'Amiens. Au contraire, cette décision va dans la sens de l'intérêt général selon le ministre qui estime que son successeur, quel qu'il soit devrait reprendre le projet.

L'étude de faisabilité devra notamment se pencher sur l'éventuelle réalisation d'une gare entre Calais et Amiens, la desserte d'Amiens et les modalités de raccordement à l'Ile-de-France. "Le contexte est aujourd'hui particulièrement favorable à cette entreprise puisque les travaux en cours sur le territoire anglais permettront, dès 2007, de relier Paris et Londres en moins de deux heures et vingt minutes. La réalisation de la ligne à grande vitesse Paris-Amiens-Calais permettra quant à elle une liaison directe en environ deux heures".

Source: France3

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hello,

Ce projet un vieux serpent de mer !

De Robien, alors qu'il n'était que maire d'Amiens, n'a cessé de vitupérer contre les technocrates parisiens de la SNCF qui ignoraient sa proposition du fameux "barreau picard" qui devait permettre de gangner quelques minutes pour les TGV Paris Londres.

Le coût faramineux de ce projet le fit abandonner. Le coût de la minute gagnée par rapport au "détour" par Lille se chiffrait en milliards de francs.

De rage, De Robien s'est complétement désintéressé de la future gare picarde, et l'a laissé s'implanter à Ablaincourt Pressoir, la fameuse "gare des betteraves", au lieu de forcer les ingénieurs SNCF à l'implanter au droit de la gare de Chaulnes (comme la gare de Valence TGV, au-dessous de la ligne Valence -Grenoble), sur la transversale Amiens-Tergnier, où des navettes rapides auraient pu faire une excellente desserte d'Amiens et de Tergnier. La ligne Amiens-Tergnier a un excellent profil en long et aurait permis des circulations à V 200 avec des X-TER modifiés.

De Robien est ministre des transports, alors il tente de relancer son "barreau picard", son bébé (couteux !) chéri !

@ +

TRAM21 :buba:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le tracé du TGV Nord (Paris -> tunnel) était initialement prévu prés d'Amiens.

Profil favorable, dans la cambrousse -> trés faible coût pour une LGV.

Lille devait être desservi depuis une antenne.

... sauf que le 1° Ministre de l'époque a imposé un passage par (sous) sa ville: Lille. Le toût pour un montant de travaux assez pharaoniques (qui ne resteront pas tous une référence dans l'Histoire des Marchés Publics...), le tout, financé quasiment sur fond propres pa

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le tracé du TGV Nord (Paris -> tunnel) était initialement prévu prés d'Amiens.

Profil favorable, dans la cambrousse -> trés faible coût pour une LGV.

Lille devait être desservi depuis une antenne pour 1/4 d'heure de plus qu'actuellement. C'était le tracé préconisé par la SNCF à l'époque.

... sauf que le 1° Ministre d'alors a imposé un passage par (sous, en fait) sa ville: Lille. Le toût pour un montant de travaux assez pharaoniques (qui ne resteront pas, d'ailleurs, une référence dans l'Histoire des Marchés Publics...), le tout, financé, quasiment sur fond propres, par la SNCF. Laquelle, du coup, est passée à l'époque, du statut de surendettée à dramatiquement surendettée... ceci, bien entendu, pour la plus grande fureur des Picards, les cocus de l'affaire.

Enfin, c'est de l'histoire ancienne.

Le Ministre des Transports actuel (ou du moins ses conseillers) n'ignore pas que le TGV Nord est la ligne TGV la plus éloignée de la saturation et la moins rentable. Les déclarations relatives au "barreau Picard" sont uniquement motivées par des considérations de politique régionale (il faudra penser à se faire réélire un jour...) et cette ligne n'est pas prés de voir le jour (pas à l'horizon d'un 1/2 siècle en tout cas). Pas plus que le TGV "Bernadette" Poitiers - Limoges ou la rénovation de Béziers Neussargues comme axe structurant du fret européen d'un autre Ministre.

Enfin, la SNCF étant une entreprise publique, la tradition veut que ses dirigeants fassent semblant de croire et d'apporter la plus haute attention aux projets soutenus par la puissance publique.

Aprés tout ce ne sont, au maximum, qu'un ou deux million d'euros de pré-études destinées au pilon... pas trés cher pour faire plaisir à son ministre de tutelle...

En espérant que le prochain Ministre ne soint pas Corse et promeuve un projet de tunnel TGV sous la Méditerranée ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...