Aller au contenu
Le Web des Cheminots

La tragédie du 5-7 à Saint-Laurent-du-Pont (Isère)


IGS4

Messages recommandés

Ils ne pourront jamais oublier cette nuit-là

Il y a quarante ans, le 1er novembre 1970, un terrible incendie anéantissait le 5-7,

un dancing à la mode situé à l'entrée de Saint-Laurent-du-Pont en Isère.

Dans cette nuit du samedi 31 octobre au dimanche 1er novembre, quelque 200 danseurs

vibrent au rythme des "Storm", un groupe parisien. Dans la salle, il fait chaud.

À 1h45, la fête bascule. L'incendie se propage à une vitesse inouïe aux décors en

polyuréthane. En se consumant, ce matériau dégage un gaz asphyxiant. Pire, les

gouttelettes de plastique mettent ensuite le feu aux vêtements et corsages en

fibres synthétiques. Pris de panique, les danseurs se ruent vers les sorties de secours...

fermées. Elles étaient condamnées pour faire la guerre aux resquilleurs. Nombreux tentent

de s'échapper par l'entrée. Tous butent contre les tourniquets. Ils sont morts asphyxiés,

brûlés, enchevêtrés contre les barres métalliques.

À leur arrivée, les pompiers de Saint-Laurent-du-Pont sont impuissants. Après s'être assurés

qu'il n'y ait plus de survivants, les secours décident d'attendre le lever du soleil, jour de la

Toussaint, pour dégager les victimes. Des corps méconnaissables, carbonisés. La salle des

fêtes est convertie en chapelle ardente. Débute alors le difficile travail d'identification.

Les techniques d'identification par l'ADN n'existent pas. Une montre, une bague, des clés

suffisent pour identifier un corps. Neuf ne le furent jamais. Ils reposent aujourd'hui dans une

fosse commune au cimetière de Saint-Laurent-du-Pont.

La catastrophe devenue affaire d'État dépasse largement les limites de l'Isère. Ému par les

reportages publiés sur le 5-7 aux États-Unis, un industriel américain offre 25 000 dollars

(140 000 francs) aux familles des victimes en novembre 1970. Après bien des tribulations,

la somme n'est versée qu'à la fin du mois de mars 1971 via le Secours catholique.

Des familles qui durent aussi se battre pour ériger ne serait-ce qu'un mémorial

L'œuvre du temps n'y fait rien?: la blessure, elle, est toujours là.

Article et photo d'archive : Le Dauphiné libéré

Avec 146 victimes, l'incendie du 5-7 fut la pire catastrophe qu'ait connue la France depuis la guerre

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je m'en souviens comme si c'était hier, pourtant à cette époque les médias n'étaient pas aussi nombreux que maintenant, la médiatisation de cette tragédie avait été énorme .

la peine et la détresse pour ces pauvres gens et leur famille ont été immense !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je m'en souviens comme si c'était hier, pourtant à cette époque les médias n'étaient pas

aussi nombreux que maintenant, la médiatisation de cette tragédie avait été énorme .

la peine et la détresse pour ces pauvres gens et leur famille ont été immense !

Le Dauphiné libéré de ce jour n'a pas ménager ses efforts okok

Les victimes

La liste complète des 146 victimes

Le procès

De nombreuses négligences relevées au procès

Les mariés du 5-7

Christian et Odile Rota, sortis indemnes de l'incendie, se sont mariés 15 jours après

Le mémorial

Un combat de 6 ans pour pouvoir ériger un mémorial en hommage aux victimes

Comment sont contrôlés, aujourd'hui, les établissements qui reçoivent du public ?

L'obsession des pompiers : les issues de secours

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.