Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Il prête de l'argent sans interêt à ses ouvriers


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Invité Gnafron 1er

L’histoire se passe à Giromagny, dans le Territoire de Belfort. Claude Goudron, patron d’une petite PME spécialisée dans la fabrication d’échafaudages en aluminium reçoit la visite, début juillet 2010, d’un l’inspecteur de l’Union de recouvrement pour la sécurité sociale et les allocations familiales (URSSAF), Ismail Ekinci.

Le président et fondateur de l’entreprise ULTRALU qui emploie une trentaine de salariés n’a rien à craindre : sa comptabilité est transparente. Voilà pourquoi il est très surpris lorsqu’il reçoit, trois semaines plus tard, la lettre d’observations de cet inspecteur. Ce dernier écrit : « J’ai constaté que vous prêtiez de l’argent à vos salariés sans intérêt… En effet, ceux-ci vous remboursent le montant du prêt principal en fonction des capacités de chacun sur une durée plus ou moins longue. L’absence d’application d’un intérêt d’emprunt est un avantage bénéficiant au salarié. » L’inspecteur recalcule donc « l’assiette des contributions et cotisations » en incluant les intérêts des prêts et applique, au passage, une pénalité au chef d’entreprise.

Erreur grossière

« J’ai pris ça en pleine gueule » reconnaît Claude Goudron. « J’ai avancé de petites sommes à mes gars. L’un d’eux, marié et père de deux enfants en bas âge a connu une période difficile. C’est un ouvrier formidable, toujours de bonne humeur. Il était en surendettement, on allait l’expulser de son appartement, il pouvait ne plus venir travailler. Il lui fallait 3.000 € tout de suite. Je les lui ai avancés et il me rembourse 100 € par mois. »

Sans intérêt, évidemment. Sinon le patron d’ULTRALU aurait pu être poursuivi pour exercice illégal de la profession de banquier.

Claude Goudron n’aurait sans doute pas contesté ce redressement ubuesque si l’inspecteur n’avait commis une erreur grossière dans le calcul des intérêts. En effet, il applique un taux d’intérêt annuel et non mensuel dans son tableau récapitulatif. « Me réclamer 2852 € de charges sociales pour un total prêté sur 3 ans de 10.262,25 € avec un montant total d’intérêt de 5.152,84 €, c’est ahurissant », répond le chef d’entreprise le 6 août 2010 en contestant ce redressement. Il ajoute : « Plus jamais je ne viendrai au secours de l’un de mes salariés » et lorsque l’un d’eux sera en difficultés « je me permettrai de vous l’envoyer pour que vous lui expliquiez pourquoi il m’est impossible de le secourir. »

Réponse d’Ismail Ekinci le 22 septembre : je maintiens ma décision, vous pouvez saisir la Commission de recours amiable. Ce que fait Claude Goudron. Mais le 8 octobre il reçoit une mise en recouvrement avec un majoration de 270 € !

Joint au téléphone, le directeur de l’URSAFF Belfort/Montbéliard, Jean-Louis Torrigiani explique que « la procédure est respectée. La Commission des recours examinera ce dossier au cours du premier trimestre 2 011 ».

D’ici là, l’inspecteur de l’URSAFF peut aller prendre quelques cours d’arithmétique à l’école communale du coin.

Marcel GAY, L'est Républicain

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben quoi ... faut bien couvrir les somptueuses dépenses de notre trop Bon et très Cher Président... 

qui soit dit en passant s'invite parait-il avec sa chère et tendre dans un tas de repas de gala...

Allez il va bien finir par dégoûter ...les patrons !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Ben quoi ... faut bien couvrir les somptueuses dépenses de notre trop Bon et très Cher Président... 

qui soit dit en passant s'invite parait-il avec sa chère et tendre dans un tas de repas de gala...

Allez il va bien finir par dégoûter ...les patrons !

Sans rire...ça fait chier . J'en discutais avec des anciens ...et ils m'expliquaient que c'était une pratique assez courante dans les années 50 .Mon beau père a acheté sa 1ere bagnole ainsi et tout son électroménager ....Pas de crédit bancaire , pas de % !

Maintenant , hé bien , ça va faire le tour des popotes patronales et ceux qui étaient encore humains vont jetter le feu !

beurk

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben quoi ... faut bien couvrir les somptueuses dépenses de notre trop Bon et très Cher Président...

qui soit dit en passant s'invite parait-il avec sa chère et tendre dans un tas de repas de gala...

Allez il va bien finir par dégoûter ...les patrons !

Ha Ha !!! Tu me fais bien rire. Il vaut 1000 fois moins cher que l'action Eurotunnel.lotrela

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ha Ha !!! Tu me fais bien rire. Il vaut 1000 fois moins cher que l'action Eurotunnel.lotrela

Ouai et si on l'abandonne au mileu du tunnel il ne sera pas capable d'en trouver la sortie...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

c'est "marrant" à l'époque du prêt de Roger-Patrice Pelat à Bregovoy ,le seul emmerdé a été le récipiendaire ,et non le préteur à ma connaissance !

Dans le même temps, éclate l'affaire du prêt Pelat, révélée par Le Canard enchaîné, en février 1993. Il s'agit d'un prêt d’un million de francs, sans intérêt, que Pierre Bérégovoy avait reçu en 1986 de Roger-Patrice Pelat, ami intime de Mitterrand, pour l’achat d'un appartement dans le 16e arrondissement, à Paris. Or cet ami, lui-même impliqué dans l'affaire Péchiney, se retrouve au centre d'une autre affaire de corruption, concernant l’entreprise de travaux publics Heulin, du Mans, qui constituera elle-même le point de départ de l'affaire Urba.

En outre, pour ce prêt passé devant notaire et qualifié de légal par la Chancellerie, Pierre Bérégovoy n'aurait remboursé que partiellement la somme due, dont une partie prétendument « sous forme d’objets d’art et de meubles dont on ne connaît ni la nature, ni la valeur »[6].

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_B%C3%A9r%C3%A9govoy

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...