Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Mécanos, Avez Vous échappez à La Demande De Secours?


T 2053

Messages recommandés

Dimanche 16 Novembre…….

Il est des dimanches où l’on regrette moins de travailler. La météo avait annoncé un temps pluvieux, elle ne s’était pas trompée !

Une plue fine et continue s’est abattue tout le long du trajet !

Une petite accalmie me permit de me rendre à pied en gare depuis le dépôt sans devoir sortir le parapluie.

Jamais une étape sur St Germain des Fossés ne m’avait demandé autant d’attention aux conditions d’adhérence si fortement dégradées par cette pluie fine et une présence quasi continue de feuilles sur le rail !

Et quand on connaît le profil de la ligne de Limoges à St Germain, dans de telles conditions, conduire un Turbotrain doit se faire avec beaucoup de doigté.

Par endroits, c’est un réel tapis de feuilles qui recouvrait la voie !

Apparemment ce temps ne déconvenait pas aux chevreuils, dont je pus observer la présence en plusieurs endroits de la ligne.

De Limoges à St Sulpice, LS Pat va s’allumer souvent, aussi au rebroussement la Turmo XII (2049) étant devenue la tête, je déclenche le CCAP, je gérerai moi-même les patinages, en réduisant l’effort moteur.

Guéret est atteint, avec deux minutes de retard, la mise en vitesse est difficile, plus loin le brouillard fait son apparition, et voilà Montluçon ; la montée vers Commentry va être difficile, enfin nous y voilà ! Je décide de vérifier le débit des sablières, plutôt maigre, on repart, nous passons Hyds , et à partir de là « l’affaire commence à se gâter » !

Je dois réduire de plus en plus l’effort moteur pour avoir de l’adhérence malgré un appui constant sur le bouton des sablières, la vitesse faiblit et puis …..c’est l’arrêt !

Je tente de repartir, le train va en arrière dans la pente ! enfin les roues accrochent, la rame décolle,nous allons faire deux kilomètres sans dépasser 5 km/h, je limite les turbines à 24000 tours/mn, le doigt bloqué sur le bouton des sablières pendant trente minutes,et pendant ce temps le contrôleur me complète le réservoir des sablières dont une seule fonctionne ! enfin l’adhérence est retrouvée, je tente d’augmenter la vitesse pour atteindre le 30, puis 40 à l’heure, enfin le PK 354 est atteint, « le pont des soupirs » ,le profil bascule en pente, la demande de secours est évitée, mais ces 4 Km nous ont fait perdre 37 mn.

Le croisement avec le 4581 se fera sur la double voie, lui il est à l’heure !

La fin du parcours sera quand même animée par de nombreux patinages mais sans engendrer de grandes pertes de temps.

A St Germain, je laisse la place à mon collègue de Lyon, je lui explique la situation et je l’aide à compléter les sablières …. Je prend enfin un moment de détente.

:Smiley_15:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ah, que de souvenirs et de nostalgie...

Il est à noter que de notre coté, entre St Germain des Fossés et Lyon, la partie n'était pas toujours gagnée non plus...

Tout d'abord, à cause des patinages également, mais aussi du fait d'un profil si sévère qu'il était interdit d'après les textes régementaires de tenter l'ascension de la rampe des Sauvages (entre Roanne et Lyon) si toutes les turbines n'étaient pas en état de traction. Seule dérogation, en UM si seule une Turmo III était HS (il restait donc 2 Turmo XII et une III)

Lorsque l'on était pas "au complet", deux solutions étaient utilisées :

- soit détournement par St Etienne, où le profil de la ligne est plus conciliant, celà occasionnait une perte de temps de l'ordre de 20 mn, mais nécessitait la présence d'un pilote,

- soit adjonction d'une loc diesel en tête à Roanne pour monter en Double Traction. Dans ce dernier cas en fait, la puissance d'un diesel seul suffisait à monter la rame...

En dernier lieu, il restait la solution de demander le secours à Roanne.

Nombreux sont les récits d'anciens racontant comment ils sont parvenus à monter, avec 1 seule turbine en service (malgré l'interdiction...), mais personne n'a tout de même jamais eu l'audace de raconter qu'il était monter avec zero turbine... ç'eut été un peu gros :Smiley_15:

Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, nous regretons cette époque, celle où nous avions encore l'occasion de "travailler" vraiment, avec du matériel d'exception !

Christophe

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai connu un cas identique il y a bien des années avec une UM de 66000 et un train de ballast, j'ai basculé a 4 km/h apres avoir, durant quelques centaines de metres fait la course avec un lapin qui m'a "gratté" avant d'avoir la bonne idé de partir côté piste. Toujours en automne.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...