Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Assassinat Attribué à Rezala: Sncf Jugée En Appel


Messages recommandés

Assassinat attribué à Rezala: la SNCF jugée en appel pour manquement

La SNCF a été rejugée jeudi devant une chambre civile de la cour d'appel de Douai (Nord) pour manquement "à ses obligations de sécurité" après l'assassinat d'une jeune femme en décembre 1999, à bord du train Calais-Vintimille, attribué à Sid Ahmed Rezala.

La SNCF avait fait appel de sa condamnation le 23 janvier 2003 par le tribunal de grande instance de Cambrai à 223.000 euros d'indemnisation pour le mari de la victime, Corinne Caillaux.

Le jugement a été placé en délibéré au 10 novembre.

En première instance, le tribunal de Cambrai avait estimé que "le fait pour la SNCF de n'affecter que deux personnes aux contrôles et à la sécurité des voyageurs dans un train de nuit, sur une distance telle que Calais-Vintimille, est une mesure insuffisante pour garantir la pleine et entière sécurité des voyageurs".

L'avocat de la SNCF, Me Michel Bertin, a plaidé que l'entreprise publique n'était "absolument pas responsable" du meurtre et demandé à la cour de revenir sur la condamnation.

"Avec quatre rondes de deux contrôleurs dans les quatre voitures, la SNCF n'a pas manqué à ses obligations", a-t-il affirmé, précisant que le meurtre avait été commis dans les 20 minutes entre la troisième ronde et l'arrivée en gare de Dijon, où il avait été découvert.

L'avocat de Xavier Caillaux, Me Jean-Noël Lecompte, a estimé que "la SNCF aurait dû faire descendre Rezala", contrôlé sans titre de transport, parce que c'était environ la 40e fois pour lui.

Des voyageurs avaient de plus signalé son "comportement suspect" aux contrôleurs. L'instruction sur le meurtre de Corinne Caillaux avait révélé que des témoins l'avaient vu fumer des joints à bord, a rappelé l'avocat.

L'affaire Rezala avait débuté le 13 octobre 1999, quand une étudiante anglaise, Isabel Peake, avait été retrouvée morte à Chabenet (Indre) après avoir été défenestrée d'un train Limoges-Paris.

Corinne Caillaux, 36 ans, était retrouvée égorgée dans le train Calais-Vintimille le 14 décembre de la même année. Trois jours plus tard, on découvrait dans une cave d'Amiens le corps d'une autre jeune femme, Emilie Bazin, vue en compagnie de Rezala, 20 ans, quelques semaines plus tôt.

Le jeune homme, mis en examen pour le meurtre des trois femmes en France, avait été arrêté à Lisbonne le 11 janvier 2000. Il avait mis fin à ses jours le 28 juin 2000 dans sa cellule à Lisbonne, où il attendait son extradition.

Source: AFP

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...