Aller au contenu
Le Web des Cheminots

C'est la prison qui nourrit la récidive


Invité jackv

Messages recommandés

Il faut supprimer les peines planchers

http://www.lemonde.fr/journalelectroniq ... index.html

extrait

Toute personne qui entre en prison est destinée à en sortir, dans un avenir proche ou lointain. Outre son rôle de protection de la société par l'isolement de l'individu, de punition et de réparation pour la victime par la privation de liberté, la prison doit donc préparer la personne à se réinsérer dans la société.

Sans nier la responsabilité de l'individu, l'acte délinquant est aussi le fruit d' un parcours d'exclusion : 25 % des entrants en prison se déclarent sans ressources et 25 % n'avaient ni logement ni hébergement durable avant l'incarcération.

Dans cette perspective, la récidive est à la fois le résultat d'un échec individuel mais aussi d'un échec social, où le système judiciaire a sa part. Dès lors, sanctionner de plus en plus lourdement l'individu en faisant de la récidive la preuve de son incapacité à s'insérer dans la société, revient à omettre la part de responsabilité d'une logique pénale qui considère trop la prison comme la solution la plus efficace pour stopper le parcours délinquant.

La peine, rappelons-le, doit viser certes la punition mais aussi l'éducation et donc la mise en oeuvre de moyens adaptés à l'individu pour qu'il ne réitère pas un acte délinquant. Les peines planchers sont en ce sens d'autant moins pertinentes qu'elles ôtent aux magistrats la possibilité d'individualiser la peine. Elles doivent être supprimées. Il sera toujours aisé de manipuler l'opinion publique sur le sujet en se servant de cas de récidives dramatiques.

La prison endurcit, génère de la révolte, permet à certains d'étendre leur réseau, crée une rupture par la perte de relations sociales, de logement et parfois aussi d'emploi.

La prison peut aussi être nécessaire et constituer une menace pour ceux que la peine de probation ne permettrait pas de réinsérer. Mais elle doit alors constituer un temps utile permettant à la personne de s'amender et de préparer son futur.

La récente conférence de consensus sur la prévention de la récidive qui s'est tenue en février a ouvert la voie vers une nouvelle politique pénale. En s'inspirant des études et pratiques étrangères, . D'autres pays, notamment anglo-saxons, que nul ne considère comme laxistes, ont depuis longtemps fait ces choix et mesuré leur efficacité.

L'évaluation objective des politiques pénales est primordiale pour se garder des a priori idéologiques, des modes et des réactions émotives.

Louis Gallois

Etienne Pinte

Président de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars)

Président du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La récente conférence de consensus sur la prévention de la récidive qui s'est tenue en février a ouvert la voie vers une nouvelle politique pénale. En s'inspirant des études et pratiques étrangères, . D'autres pays, notamment anglo-saxons, que nul ne considère comme laxistes, ont depuis longtemps fait ces choix et mesuré leur efficacité.

Que préconisent donc ces "études et pratiques étrangères" ? la question est là

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La récente conférence de consensus sur la prévention de la récidive qui s'est tenue en février a ouvert la voie vers une nouvelle politique pénale. En s'inspirant des études et pratiques étrangères, . D'autres pays, notamment anglo-saxons, que nul ne considère comme laxistes, ont depuis longtemps fait ces choix et mesuré leur efficacité.

Que préconisent donc ces "études et pratiques étrangères" ? la question est là

Environ 60 % des personnes entrant en prison à un moment donné y restent moins de six mois, un temps qui ne permet d'enclencher aucun processus d'accompagnement. La prison est, dans ces cas, une peine contre-productive, notamment pour les plus jeunes.

C'est en ce sens qu'elle doit cesser d'être la peine de référence pour laisser la place à des peines de probation.

Pour nombre d'actes délinquants, la peine à l'extérieur de la prison, avec un accompagnement adapté, constitue un moyen ô combien plus efficace de prévenir la récidive et donc de protéger la société tout en permettant à l'individu d'y trouver sa place.

La peine hors les murs n'est pas un régime de faveur ou une peine plus douce, mais une véritable peine qui oblige l'individu et vise à le remettre en capacité de vivre au sein de la collectivité.

La prison peut aussi être nécessaire et constituer une menace pour ceux que la peine de probation ne permettrait pas de réinsérer. Mais elle doit alors constituer un temps utile permettant à la personne de s'amender et de préparer son futur. C'est la raison pour laquelle, tout en restant un lieu de privation de liberté, elle doit rester ouverte sur l'extérieur permettant aux personnes détenues de ne pas amplifier la désocialisation souvent à l'origine de leur délinquance. La prison ne doit pas être un lieu où l'on perd sa citoyenneté - la privation de liberté reste une sanction bien suffisante -, mais un lieu où l'on réapprend à prendre part à la vie de la cité, en attendant de la rejoindre en tant que membre à part entière.

Les personnes détenues doivent donc avoir droit aux services de droit commun (santé, pôle emploi,...), doivent avoir accès le plus possible au travail dans le respect du droit du travail et pouvoir ouvrir leurs droits sociaux avant la fin de leur peine pour éviter les sorties sans ressources. Pour préparer les sorties, les libérations conditionnelles doivent être favorisées. Une étude menée en 2011 montre que le taux de nouvelle condamnation dans les cinq ans de la libération est de 63 % pour ceux qui n'ont bénéficié d'aucun aménagement de peine et de 39 % pour ceux qui ont été suivis en libération conditionnelle

.

Pourtant, les libérations conditionnelles en France ne concernent que 10 % des détenus, taux parmi les plus bas en Europe. Parce que la délinquance se nourrit souvent de la précarité et de l'exclusion, agir pour l'insertion est le garant d'une société offrant d'autres perspectives à des personnes que l'économie marginalise. L'accompagnement social est alors un moyen de prévenir la délinquance, ainsi qu'une solution pour lutter contre la récidive. L'accès à l'emploi - à la formation lorsque nécessaire - et au logement ou, à défaut à l'hébergement, sont au coeur des stratégies d'insertion, pendant et après l'exécution de la peine. Aux côtés de l'administration pénitentiaire, les associations d'accueil et d'insertion ont donc un rôle de premier plan à jouer.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.