Aller au contenu

De jure

Membre SNCF
  • Compteur de contenus

    23
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

25 Chaleureux

1 abonné

À propos de De jure

  • Rang
    Petit Train Jaune

Visiteurs récents du profil

730 visualisations du profil
  1. Mon pronostic (avant 17 h) : Mireille Darc (et fils) : 63 % Jeanne d'Arc (ou soi-disant telle) : 37 % Pêcheurs à la ligne : 25 % Et il paraît qu'on pourrait avoir, en prime, Christine Lagarde premier ministre. En lieu et place de... Laurence Parisot. Le FMI serait-il plus social que le MEDEF ? Qui prend les paris ?
  2. Nous nous sommes mal compris : je ne parlais pas de détenir un animal sauvage, type grand fauve, en appartement ou dans un pavillon de banlieue ! Les jaguars adultes ne sont pas si "imposants" (leur poids peut se limiter à 75 kg, ça dépend des sous-espèces). C'est une espèce endémique en Guyane (département français) où des particuliers compétents les élèvent en toute légalité. Il est interdit de prélever des fauves dans la faune sauvage, même pour les zoos... Le braconnage est essentiellement destiné à satisfaire la demande de "remèdes" asiatiques, qui requièrent des animaux morts (même problème qu'avec la corne de rhinocéros). Hélas ! Certaines espèces voient leurs effectifs sauvages tellement réduits (moins de 4000 tigres en liberté, toujours braconnés) qu'elles disparaîtraient sans conservation en captivité. En outre, beaucoup d'animaux élevés par l'homme sont très faciles à réintroduire à l'état sauvage (les kangourous notamment) et conservent leurs instincts. Enfin, on a encore le droit de préférer certains "animaux" à d'autres... Non, dans un pays comme la France (et le reste de l'Europe), le choix d'espèces domestiques n'est pas varié ! L'immense majorité des gens ont un chien ou un chat. Dans certains états américains, sous réserve des aménagements adaptés, la détention d'espèces sauvages (non prélevées dans la nature, donc issues d'élevages) est libre. Un certain nombre de particuliers y ouvrent des structures privées. Pour ma part, je songeais plutôt à faire de la préservation dans une réserve en Afrique du Sud...
  3. Oui, je connais... Malheureusement ça reste un chat, le Bengale. Pour avoir un " fauve " en miniature, à mon avis le mieux est encore un Ocelot (ou un Margay et espèces approchantes). Hélas, ces espèces sont très réglementées, rares en captivité et... chères. (Compter 15 000 € pour un Ocelot : acheter un lionceau coûte moins cher !)
  4. Macron est le candidat des milliardaires
  5. Qu'est-ce qui serait "faux" dans ma réponse ? Tu sembles insinuer que j'aurais contesté l'existence du minimum de pension... Ce qui n'est absolument pas le cas. Bien sûr que le montant d'une pension de réforme dépend de l'ancienneté au statut de l'agent ! Et, si son ancienneté est suffisante, un agent réformé en catégorie 2 peut obtenir une pension dont le montant est supérieur à 50 % de sa rémunération de base. Pour le reste, je ne suis pas ici pour donner des cours de droit de la sécurité sociale... ni d'alphabétisation.
  6. Je rêve d'avoir un félin, mais plutôt du genre panthera. Dans ce style-là : En France ça va être difficile... mais certains pays sont beaucoup plus libéraux.
  7. Je viens d'entendre Bernard Tapie vanter les mérites du sieur Macron sur BFM TV... Ça m'a irrésistiblement fait penser aux paroles de la chanson de Renaud (Socialiste) : Elle m'a parlé d'Bernard Tapie Enthousiaste M'a dit qu'il avait du génie Et d'la classe J'lui ai dit : t'as raison, Ginette, C'est Karl Marx En plus balèze, en plus honnête, En plus efficace
  8. Michel Onfray commente l'élection :
  9. En marche… vers l’abîme Selon toute vraisemblance, Macron sera le prochain chef de l’Etat. On se frotte encore les yeux. Au fond, tout le monde sait qu’il n’est pas l’homme de la situation et qu’il est une roue de secours. Ce que l’on appelait naguère un homme de paille, l’homme de paille du MEDEF et de l’UE. Macron compte tout de même dans son aréopage des éminences comme Stéphane Bern, le royaliste en peluche. Autour de lui, s’agglutinent des hommes usés et déboussolés : Madelin, Hue, Cohn Bendit, Attali et, soulignons-le, le philosophe le plus bête (et méchant) du monde en la personne de BHL. Au regard de ces rescapés de tous les fiascos politiques, Le Drian passe pour un grand homme d’Etat. Macron, c’est : 18% des inscrits ! Le choix d’une bonne partie de ses électeurs a été guidé par la peur de la venue au pouvoir de Marine Le Pen ou de François Fillon. Le titre de Libération à la veille du premier tour est, de ce point de vue, éloquent : « tout sauf… Le Pen, Fillon. » Une partie considérable de l’électorat PS des villes a voté Macron sans états d’âme. S’y ajoute, cette partie dite « volatile » de gens qui votaient tantôt Bayrou, tantôt EELV, tantôt Hollande a été drainée vers le « vote Macron ». Petite bourgeoisie aisée, cadres sup, entrepreneurs de startup, bénéficiaires de l’uberisation voient en lui leur protecteur. Fruit pourri de la décomposition du PS, En Marche est, au mieux, une coterie électorale et d’affaire qui aura toutes les peines du monde à se transformer en « parti du président ». Ce qui rassure chez lui, à savoir sa fausse ingénuité qui feint de ne jamais comprendre ce qu’on lui oppose, sa placidité apparente qui lui est servie par le vide intérieur de sa pensée est ce qui devrait inquiéter le plus ceux qui le « mandatent ». Bon capitaine quand la mer est calme, il saura, moins encore que Hollande, discipliner son équipage au premier avis de tempête. Sa formation, c’est-à-dire son ignorance de la vie, lui interdit d’avance d’apprécier les rapports de force réels, dynamiques et changeants. [...] Dans les profondeurs de la société, ces élections suscitent le dégoût. Le mécanisme électoral est complètement déréglé. Pourtant, sur le papier, tout est lisse : Macron prépare déjà les ordonnances qui lui ont été dictées. Ces ordonnances seront dirigées directement contre les acquis fondamentaux de la population travailleuse. [...] A ce jour, une chose est claire : Moins « l’élu » du 7 mai aura de voix, moins il sera « fort ». Ce qui l’affaiblit nous renforce tous. Source
  10. Si Macron est président, Parisot se dit « prête » pour Matignon Laurence Parisot a plusieurs fois fait part de son estime pour l'ancien ministre de l'Economie. Mettant en avant son « expérience » et sa « crédibilité », l'ancienne patronne du Medef ne dirait pas non au poste de Premier ministre. Travailler pour Emmanuel Macron ? L'idée séduit Laurence Parisot. L'ancienne présidente du Medef, désormais vice-présidente de l'Ifop, ne s'en cache pas depuis les résultats du premier tour. « J'aimerais travailler dans une équipe au sens large. Je ne sais pas si c'est celle que proposera Emmanuel Macron, ça peut être dans un gouvernement, mais il y a plein d'autres missions à accomplir pour la France », déclarait-elle lundi sur France Info. Depuis, Laurence Parisot a remis le couvert. En se montrant un peu plus directe. Interrogée par Marianne, elle a admis être intéressée par le poste de Premier ministre. « J'ai plusieurs fois dit que j'étais disponible à faire des choses. J'ai une expérience, je suis crédible. Donc je peux être prête », affirme-t-elle. Le nom de Parisot « revient très souvent » A en croire l'hebdomadaire, l'hypothèse Parisot serait bel et bien sur la table du côté de Macron. « Dans les conversations, un nom revient très souvent. C'est celui de Laurence Parisot », selon un proche du candidat d'En Marche!. Malgré des désaccords sur plusieurs sujets, comme la fiscalité, Laurence Parisot a régulièrement fait part de son estime pour Emmanuel Macron, qu'elle décrivait il y a deux semaines dans nos colonnes comme un homme « engagé, intelligent, accessible et réaliste ». Dès 2006, celle qui était alors patronne des patrons avait tenté de convaincre Macron de devenir directeur général du Medef. « Il a hésité, mais il m’a dit que, comme il pensait plus tard s’engager en politique, il voulait peut-être éviter de passer par cette organisation dans la première étape de sa vie publique », a-t-elle raconté sur BFMTV le mois dernier. Source
  11. La remarque n'était en rien homophobe... Je tenais juste à souligner que ça risquait d'être la seule nouveauté notable de cette élection !
  12. Certaines personnes sont assurément douées pour faire du hors sujet. Dans le contexte de ce forum, il est clair que la seule question de ce fil de discussion est : En quoi les élections présidentielles de 2017 sont-elles susceptibles d'avoir un retentissement sur les cheminots ? J'observe qu'Emmanuel Macron a promis la suppression des régimes spéciaux de retraite. Et par ordonnances ! Le projet de Juppé en 1995 enfin concrétisé... Si le royaume de France n'est jamais tombé en quenouille, il semble que le régime actuel y tende irrésistiblement. Mais, avant cela, il va se donner une First Granny (savoureux compromis entre la grosse Merkel et la Queen, qui nous en...combre depuis l'après guerre). A propos de première (dame), le pays a-t-il jamais été dirigé par un homosexuel (même marié avec sa mère) depuis l'Empire ?
  13. Thierry ayant 48 ans, cela dépend de son ancienneté. D'après un calcul grossier, il faudrait qu'il ait été embauché avant la vingtaine pour que sa pension de réforme soit (légèrement) supérieure à celle du régime général.
  14. Non. Une pension de réforme étant déjà une pension d'invalidité, autrement nommée. Concernant une éventuelle reprise d'activité, il me semble que PLANONYME t'a répondu sur ce point. A cette réserve près cependant que, sauf erreur de ma part, la pension de réforme n'est une pension de retraite que pour les fonctionnaires. Pour nous, cheminots, elle est une pension d'invalidité, c'est-à-dire un revenu de remplacement avant la retraite. Peut-on savoir quel est ton âge, Thierry ?
  15. Je constate qu'il y a quatre candidats susceptibles d'être présent au second tour de l'élection à venir : Marine Le Pen Emmanuel Macron (Soutenu par Alain Madelin et... Robert Hue ! Sans oublier : Rothschild, le MEDEF, etc.) François Fillon Jean-Luc Mélenchon Je vois, par conséquent, assez mal comment faire l'impasse sur deux - voire trois - d'entre eux... A moins d'attendre qu'ils ne soient élus, comme avec Donald Trump. Personnellement, la politique politicienne me laisse indifférent : je tente juste de deviner à quelle sauce vont nous manger "nos bons maîtres".
×
×
  • Créer...