Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Fermeture Encore !


RTG

Messages recommandés

ROCO: Insolvabilité, espoir sur la continuation de l'entreprise (14 juillet 2005 - 22h33)

Communiqué officiel:

"Le 14 juillet à Hallein. Aujourd’hui, à 16.30, le gérant-propriétaire du groupe ROCO, M. Peter Maegdefrau, a annoncé lors d‘une assemblée réunissant toute l’équipe ROCO au site salzbourgoise de l’entreprise que suite à la situation économique actuelle du groupe il est obligé de déposer le bilan concernant plusieurs sociétés de la Holding ROCO le 15 juillet 2005.

Sont concernées la ROCO Modellspielwaren GmbH (=S.à.r.l) basée à Hallein-Rif avec les chaînes de production à Hallein-Rif, Gloggnitz et Banska-Bystrica (Slowaquie), la ROCO Werkzeugbau GmbH & Co.KG (= Société d‘outillage) basée à Gloggnitz et ROCO Besitz- und Betei-ligungs-GmbH (= Société de gestion des biens et des participations) à Hallein-Rif.

Les autres sociétés du groupe ROCO, la ROCO Holding GmbH en tant que maison-mère du groupe ROCO, la ROCO Anlagen GmbH (= Société de gestion des infrastructures) et la ROCO Modellspielwaren Vertriebsgesellschaft m.b.H. à Freilassing/Allemagne, ne sont pas concernées par cette insolvabilité.

L’intention est d’assurer la production et la distribution des produits dès l’ouverture de la procédure de liquidation. Le propriétaire cherche à obtenir le concordat légal avec les créanciers. Actuellement des pour-parlers intensifs sont en cours entre le groupe et la banque principale en vue d’assurer la continuité de l’entreprise.

Informations concernant le groupe ROCO:

ROCO est une société privée salzbourgoise et occupait jusqu’à aujourd’hui 800 personnes environ aux sites de Rif, Gloggnitz et Banska Bystrica (Slovaquie). Au fil de l’exercise 2004 le groupe a pu réaliser un chiffre d’affaires d’un ordre de 44,7 M EUR. La capacité de produc-tion de ROCO sur le plan du matériel moteur est d’un ordre de 300.000 unités, sur celui du matériel remorqué 1.000.000 de véhicules. S'ajoute une collection d’accessoires tels que la voie et les composants d’exploitation. Plus de 80% de la production est destinée à l’export. Le marché principale de ROCO est le marché allemand avec un taux de 65%, suivi par le marché autrichien."

:carton:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ROCO: Plan de restructuration (18 juillet 2005 - 10h45)Roco nous confirme les informations publiées par le Salzburg Nachrichten qui apportent des informations complémentaires sur le précédent communiqué officiel annonçant la mise en faillite de l’entreprise.

Depuis quelques temps la banque Raiffeisen de Roco poussait Pierre Magdefrau, le gérant, à prendre une décision vu la situation économique. Celui-ci avait d’abord essayé de trouver un financement auprès d’une autre banque mais sans résultat. Roco a une ardoise de 24 M.€ avec une perte annuelle de 5 M. €. Les collaborateurs de Roco attendent leur salaire de juin et leur prime de vacances.

La banque Raiffeisen a proposé un plan de réorganisation avec une dotation de 8 à 12 M. € avec l’arrivée d’un professionnel de la restructuration M. Leopold Heher, conseiller en entreprise, qui avait déjà participé a une précédente réorganisation de Roco. Pour que ce plan sauvegarde puisse aboutir, il sera nécessaire que la banque Raiffeisen puisse trouver un accord avec la banque Hypo-Leasing, propriétaire du terrain Roco à Hallein. Les experts sont unanimes, sans des restructurations très profondes sur le site de Hallein, aucun avenir n’est possible car la concurrence délocalise de plus en plus la production dans des pays à bas niveau de salaires.

Selon les experts, Roco doit se concentrer vers une production à bas prix. Une possibilité serait l'extension de l'usine à Banska Bystrica où les 230 collaborateurs fabriquent depuis 10 ans des wagons et des modèles d’entré de gamme nécessitant moins de savoir faire.

La principale raison de ces problèmes financiers vient de l'effondrement du principal marché, l’Allemagne avec 65 % du chiffre d’affaire de Roco. Le marché du modélisme ferroviaire allemand a vu son chiffre d’affaire global passé de 206 M. € en 2002 à 181,4 M. € en 2004.

Les autres raisons viendraient de disfonctionnements dans le management de l’entreprise, du mécontentement des revendeurs face aux augmentations des prix, de la démotivation des collaborateurs par le gèle des salaires et du déménagement dans les nouveaux locaux qui poserait des problèmes techniques.

Informations issues du Salzburg Nachrichten.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ROCO: Création d’une société de sauvetage et licenciements (21 juillet 2005 - 10h08)La banque Raiffeisen a créé hier une société de sauvetage (Modelleisenbahn GmbH) pour remplacer l’ancienne (Roco) suite au rejet de son offre de rachat par le gérant propriétaire actuel. Les emplois chez Roco seront massivement réduits. A partir de lundi prochain, seulement 72 employés seront présents à Hallein-Rif. Le discussion concernant les machines et les divers droits, auront lieu avec M. Walter Aichinger (administrateur judiciaire), pour pouvoir vraiment redémarrer. Les machines de production sont déjà à l'arrêt depuis quelques jours.

La procédure prévoit, que M. Aichinger prend ce jour-ci, la décision de fermeture de Roco. Vendredi, les employés effectueront leurs sorties de l'usine, et recommenceront lundi dans la nouvelle société. M. Aichinger va continuer l'exploitation de Hallein pour un temps limité avec environ 72 employés. Au total 440 emplois devront être conservés sur les 800, dont 170 à 200 à Hallein et Gloggnitz. L’entreprise Bosch pourrait venir en aide aux employés qualifiés de Roco en embauchant une partie d’entre eux.

Le propriétaire de Roco M. Pierre Maegdefrau lutte toujours pour préserver son capital dans l'entreprise (les droits des brevets et des marques etc.). Aujourd’hui, il va s'exprimer sur la situation actuelle via le cabinet d'avocats Fiedler & Illichmann à Salzbourg. On parle toujours d'un investisseur de HongKong.

M. Siegfried Pichler (président de la chambre du travail) se montre "bouleversé et furieux", par le développement de cette faillite. "Pour les employées de Hallein, il n'existe quasiment pas de possibilités d’avenir. Seul des emplois dans l'administration et la conception resteront. Pour la production, je ne vois aucune chance" s'exprimait le président.

Informations issues du journal Salzburger Nachrichten

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

:bye:

ROCO: Les nouveaux dirigeants se donnent 5 mois pour redresser l'entreprise (22 juillet 2005 - 13h16)

M. Leopold Heher (conseiller en entreprises) veut redresser Roco en 5 mois. A partir de lundi, la production et les livraisons vont reprendre.

"Ca ne sera pas une promenade mais nous sommes convaincus que nous allons redresser Roco" selon les dires de M. Leopold Heher.

Le conseiller de 55 ans de Obertrum (ex BMW, Magna, Palfinger, Philips et Roco), devrait diriger la nouvelle société de sauvetage créée mercredi dernier par la banque Raiffeisen. "Dans 5 mois nous voulons atteindre notre objectif". Pour ce redémarrage, la banque Raiffeisen avait calculée un besoin de 5 M. €.

"Lundi la production et les livraisons redémarreront. Nous devrons regagner rapidement la confiance du marché." Le message pour les revendeurs sera le suivant: "L'approvisionnement pour Noël est assuré!" M. Heher et son partenaire Uwe Butz, s'appuieront sur des gens qui ont déjà fait leurs preuves. Entre autres l'ex gérant de Roco M. Christian Plohberger et l'ex directeur commercial M. Josef Wadislohner.

Le nombre de collaborateurs sera réduit de moitié, de 800 à 450. La nouvelle structure prévoit de conserver les 3 sites déjà existantes: Hallein, Gloggnitz et Banska Bystrica. Hallein restera le centre du groupe pour le marketing et la distribution mais seulement avec 80 personnes. Dans une phase transitoire resterons 65 personnes, qui devraient fournir des produits en matière plastique et s’occuper de la logistique.

A Gloggnitz (fabrication d'outillage et de moules) 100 personnes seront repris parmi les 200 actuels. Le personnel en Slovaquie devrait augmenter de 230 à 270. Le Gérant de cette entité M. Robert Schreiner sera maintenu à son poste.

La nouvelle production doit être très efficace et orienté vers les besoins du marché. "Nous devrons créer des structures de production très variables. Une partie de ce concept prévoit la fabrication en Asie de certains produits (par ex. wagons) et la sous-traitance de certains travaux. Nous allons confier la gestion du stock, le conditionnement et le transport à un professionnel"

L'échec des discussions avec le propriétaire M. Pierre Maegdefrau ne devrait pas avoir un impact négatif, pense M. Heher. "Notre construction est juridiquement très, très bien fondée. Les différents seront traitées avec calme. Les brevets sont en grande partie hypothéqués à la banque Raiffeisen. Nous pouvons travailler avec. Le Nom Roco devrait être utilisé.

Autour des brevets techniques, une guerre juridique se dessine à l'horizon. Mr Maegdefrau déclarait jeudi, qu'il détenait toujours des brevets techniques. Une partie de la production en dépend. Il ne se laisserait pas spolié, les différents devraient donc être traités juridiquement.

Mr Maegdefrau ne voit pas un échec commercial de son côté. Il planifiait la délocalisation de la production de locomotive en Asie et la construction d'un commerce industriel. Ses derniers plans, prévoyait une coopération avec un intéressé, la Kader Industrial Company de HongKong. Selon lui, la banque aurait demandé prématurément le remboursement de certains crédits. Le directeur de celle-ci réplique: "en trois ans, M. Maegdefrau a doublé les dettes à 45 M. €, son concept a échoué !"

M. Maegdefrau envisage de faire pression sur la nouvelle société: La distribution pour l'Allemagne doit se faire par la société de distribution, qui n'est pas concernée par la faillite alors que la banque annonce vouloir faire la distribution elle même." Le Maire de Hallein, M. Christian Stöckel, incite Mr Maegdefrau "à ne pas gêner la nouvelle société, mais de la soutenir selon sa responsabilité personnelle".

Ce vendredi, à 12 H, les employées seront informées, qui sera repris par la nouvelle société.

Informations issues du journal Salzburger Nachrichten

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.